Le naufrage du Costa Concordia
 

 

 

 

 

 

 

Communiqués officiel Costa Croisières

 

Le Mercredi 18 septembre 2013

Merci.

Un grand merci personnel à chacun d’entre vous, les cinq cents femmes et hommes du consortium Titan Micoperi, dont l’intelligence, l’engagement et l’ardeur ont permis de mener à bien une étape décisive dans le retrait du Concordia de l’île du Giglio, l’étape la plus délicate et la plus complexe d’un projet sans précédent dans l’histoire navale.
Cette opération unique d’ingénierie a nécessité un impressionnant déploiement technologique et de nouveaux modes de pensée.
 

Merci, de tout coeur, à toutes les femmes et à tous les hommes de Costa, pour votre énergie et votre dévouement de tous les jours.
Merci aux institutions, aux autorités et à nos partenaires pour leur aide précieuse. Merci à la Protection Civile et à l’Observatoire pour leur confiance et leur soutien.
Un grand merci particulier à tous les habitants de l’île pour leur générosité et leur patience.
Merci à tous nos clients pour leur fidélité.
Vous nous avez tous donné bien plus qu’il n’était dû

Vous pouvez compter sur nous pour tout mettre en oeuvre, aujourd’hui et demain, afin que les croisières soient toujours plus sûres et plus sereines.
Pour nos Hôtes et pour tous ceux qui, dans le monde, travaillent et voyagent sur les mers.

Michael Thamm
CEO Costa Crociere S.p.A.

 
Le mardi 14 mai 2013
Costa Crociere prend acte de la décision prise par ses cinq employés inculpés du naufrage du Concordia, survenu en janvier de l'année passée, de demander l'application d'une peine négociée. Il s'agit de choix tout à fait individuels et légitimes dans le cadre du procès. La société n'hésite pas à comprendre les motivations humaines qui ont amené les accusés à opter pour cette solution et considère que de telles négociations ne remettent pas en doute l'innocence de ses employés, envers lesquels elle renouvelle même sa confiance et son soutien. La société réaffirme de toute façon avoir voulu, dès le début, faire le maximum pour indemniser tous ceux qui ont souffert de l'incident, comme en témoigne le fait qu'à ce jour, sur les 4 229 personnes à bord, plus de 80 % ont réglé par transaction leur situation en droit civil.
 
Le mercredi 17 avril 2013 - 20h00 (CET)

L’audience s’est terminée par l’adoption d’un décret de citation à comparaître en tant que responsable civile pour Costa Crociere et le renvoi de l’audience au 14 mai afin de permettre cette constitution de responsable civile. La Compagnie, qui a par ailleurs été également admise au procès comme partie civile, se déclare prête à faire face à ses propres responsabilités civiles, comme le montrent les accords d’indemnisation déjà conclus avec la plupart des passagers et des membres de l’équipage. À ce jour, sur les 4 229 personnes à bord du navire, environ 80 % ont accepté les indemnisations.

 
Le lundi 15 avril 2013 - 10h30 (CET)

Ouverture de l’audience

Costa Crociere prend part à l’audience d’aujourd’hui en tant que partie lésée. La Société est prête à prendre ses responsabilités – en témoignent les accords d’indemnisation passés avec la majorité des passagers – et à faire face à ses obligations. La volonté de Costa Crociere est que des accidents comme celui du Concordia ne se produisent plus ; pour cette raison, elle a été parmi les premières à lancer immédiatement un processus de révision de la sécurité des opérations dans l’industrie des croisières. Ce processus a mené à l’introduction de 10 nouvelles mesures de sécurité qui vont bien au-delà des critères exigés par les réglementations internationales actuellement en vigueur. L’objectif principal de Costa Crociere est, en tout état de cause, d’établir les responsabilités de l’accident, et la Société poursuivra sa collaboration avec les magistrats afin de déterminer la vérité des faits, dans le respect de tous ceux pour qui le naufrage a été la cause de souffrances

 
Le 24 janvier 2013

Costa Crociere has been informed today about the ongoing judicial investigation on the Company which concerns possible violations of the Law 231 on administrative responsibility of the corporations. 
Costa is confident it will be able to demonstrate its full compliance with the existing law and states its full trust in the Magistrates.

 
Le 9 janvier 2013

Déclaration de Maître Paroletti (Costa Croisières) sur le procès de licenciement de Francesco Schettino

Costa Croisières salue la décision du juge du travail qui confirme la légitimité de son appel. Nous allons pouvoir recevoir confirmation de notre décision de renvoyer M. Schettino, décision qui selon nous et étant donné la gravité des conséquences de ses actions ne peut aucunement être remise en cause.

 
Le 5 décembre 2012

Déclaration de Maître Paroletti (Costa Croisières) sur le procès de licenciement de Francesco Schettino - 10h45 (CET)

Nous nous trouvons au Tribunal de Gênes pour la procédure de licenciement de Francesco Schettino, puisque Schettino a contesté la légitimité de son licenciement. La position de la société est que, étant donné la gravité du comportement du commandant, son licenciement est légitime et incontestable.

 
Vendredi, 19 octobre 2012

Certains aspects majeurs concernant le tragique accident ont été soulignés au cours des audiences préliminaires qui arrivent à leur terme à Grosseto – pour lesquelles Costa Crociere intervient en tant que « partie lésée » - et pendant les débats menés sur les rapports établis par le groupe des experts désignés par la Cour. Voici ces principaux aspects.

1. La cellule de crise

• La cellule de crise a été immédiatement réunie mais n’a pas pu fournir le soutien nécessaire au navire, en raison de la rapidité avec laquelle le navire a coulé. La cellule de crise a toutefois fourni un soutien logistique aux passagers et membres d'équipage à terre.

• Selon les lois en vigueur, le rôle de la cellule de crise est d'apporter un soutien dans les situations d'urgence. Toute décision visant à assurer la sécurité de la navigation relève de la seule responsabilité du Commandant, dans la mesure où il est la personne qui connait le mieux la situation à bord et qu’il a la capacité et l’obligation de prendre toute décision appropriée pour la gérer.

• L'obligation d'informer les autorités de tout accident qui pourrait compromettre la sécurité du navire incombe exclusivement au Commandant en vertu des articles 17 et 19 du décret de loi N° 196 de 2005. Le Commandant a le devoir d'informer la Compagnie. Le Commandant et la Compagnie ont le devoir de rester à la disposition des autorités et d'offrir leur entière coopération.

2. Le navire

• Le navire et les systèmes de navigation ont été conçus, construits et testés en conformité avec les critères élaborés de sécurité prévus par les règlementations nationales et internationales. Les instruments de secours pour la navigation installés sur le Costa Concordia ont été prévus en nombre supérieur aux normes en vigueur pour garantir la sécurité de leur fonctionnement même en cas de panne durant la navigation.

• Les navires de la flotte Costa battent pavillon italien et sont en conformité avec la législation internationale du secteur. Les navires de la Compagnie ont été soumis à 107 inspections au cours de l’année 2011, attestant de leur conformité avec les réglementations nationales et internationale et avec les normes de sécurité les plus élevées.

• A son départ du port de Civitavecchia, le Costa Concordia avait toutes les certifications en cours de validité exigées par la législation en vigueur.

3. Procédures de sécurité

• Il a été prouvé que les procédures de sécurité de Costa Crociere sont adéquates et répondent pleinement aux règlementations en vigueur.

4. L'équipage

• Les difficultés rencontrées lors de l'abandon du navire ont été principalement impactées par le retard avec lequel le Commandant a pris la décision de lancer l'alarme générale puis d’abandonner le navire. Lorsque l'ordre d'abandon a été donné, le navire a été évacué rapidement avec l’aide presque exclusive de l’équipage dans des conditions extrêmement difficiles à cause de l’inclinaison du navire qui a rendu impossible la mise en œuvre des actions prévues selon les procédures.

5. La Route maritime

• En ce qui concerne la modification de l'itinéraire suivi par le navire dans la nuit du 13 janvier, l'obligation de notification incombe au Commandant du navire. Ni les Autorités portuaires ni la Compagnie n’en ont été informées.

De façon générale, Costa Crociere a été reconnue comme une entreprise qui met en œuvre des procédures de gestion ordinaire et d’urgence exhaustives, conformes aux réglementations nationales et internationales ; Une Compagnie dont les navires sont construits en conformité avec les normes les plus élevées, en particulier en termes de sécurité, et qui forme son personnel en totale conformité avec les législations applicables.

Dans le respect du douloureux bilan des victimes que nous n’oublierons jamais, le principal objectif de la Compagnie est de véritablement comprendre ce qui s'est passé cette nuit-là, et quelles étaient les causes de ce tragique accident. C’est en établissant la vérité que nous serons en mesure de construire le futur de l’entreprise sur des bases solides, en toute conformité avec les lois, l'environnement et la société dans laquelle nous évoluons. Comme précédemment indiqué, Costa Crociere poursuivra sa coopération avec les magistrats, leur confirmant sa pleine confiance.

Déclarations Costa Crociere, Grosseto / Italie (version anglaise) en vidéo cliquez ici.

 

Mardi, 3 juillet 2012

14h00 (CET)

Les chantiers navals Fincantieri remportent le contrat pour la construction des caissons 
Ce contrat prévoit la construction sur différents sites des chantiers navals Fincantieri, de 30 caissons étanches en acier qui serviront à redresser puis à remettre le navire à flot.

Dans le cadre du plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia, qui sera exécuté par le consortium italo-américain Titan-Micoperi retenu par Costa Crociere, Fincantieri a remporté un contrat d’une valeur de plusieurs dizaines de millions d’euros pour la construction de caissons étanches qui seront utilisés durant les opérations destinées à renflouer le navire.

Un total de 30 caissons en acier, d’un poids cumulé d’environ 11 500 tonnes, seront construits sur plusieurs sites des chantiers Fincantieri. 

Le plan d’enlèvement du Costa Concordia prévoit l’utilisation de ces caissons pour redresser puis remettre l’épave à flot, de manière à pouvoir la retirer en un seul tenant. 

Une fois le navire stabilisé, les caissons seront fixés sur la partie supérieure de la coque et progressivement remplis d’eau dans le cadre des opérations visant à redresser le navire. Le relèvement de l’épave sera effectué à l’aide d’un système de traction hydraulique de type « strand jacks » fixé sur une plateforme sous-marine. Une fois le navire redressé, des caissons remplis d’eau seront également fixés de l’autre côté de la coque, puis les caissons seront vidés pour remettre le navire à flot. L’épave sera alors prête à être remorquée vers un port italien. 

Entre-temps les travaux préliminaires destinés à préparer l’épave en vue de son enlèvement avancent, sur l’île du Giglio, conformément au calendrier prévu. Ceux-ci incluent la mise en place de charpentes en acier permettant de sectionner et d’enlever certaines parties extérieures du navire (l’antenne OVI SAT, les feux de tête de mât avant, le toboggan aquatique) et à faciliter l’étape suivante du plan de sauvetage. Les fonds marins sont par ailleurs inspectés régulièrement en perspective des opérations de nettoyage du site destinées à préserver l’environnement marin, lesquelles seront prioritaires une fois l’épave enlevée. Ces travaux préliminaires, qui devraient être terminés d’ici fin juillet, seront suivis par la phase de stabilisation du navire.

11h00 (CET)

En référence à l'article publié aujourd'hui dans le quotidien italien Corriere della Sera, Costa Crociere tient à préciser ce qui suit : La boîte noire (VDR) qui, selon l'article, serait tombée en panne le 9 Janvier, a en fait simplement diffusé un code d'erreur, ce qui ne signifiait aucunement que le dispositif était hors service, comme cela a été démontré par le fait que ses données étaient parfaitement en ligne avec les attentes des ingénieurs. Il n'existe pas de réglementation ou de convention internationale qui interdise à un navire de naviguer dans ces conditions.

Selon nos informations, les données de la VDR ne corroborent pas l'affirmation selon laquelle les portes étanches étaient ouvertes en raison de problèmes sur le système de commande électrique martec, comme il sera précisé à l’issue de la phase actuelle de la procédure (audience préliminaire pour l’établissement des preuves).

Enfin, en ce qui concerne les cartes marines: le navire était équipé de toutes les cartes, qu’elles soient imprimées ou électroniques, nécessaires pour l’itinéraire prévu, comme il sera démontré en fin d’audience préliminaire pour l’établissement des preuves. Il est du devoir du Commandant, sur la base de l’itinéraire – plan de voyage- qu’il établit lui-même, de vérifier que le navire reçoive toute carte marine nécessaire. Mais ce qui doit avant tout être gardé en mémoire, est que le navire n'aurait jamais dû naviguer si près de la côte.

Vendredi, 18 mai 2012

Rome, le 18 mai 2012 – En présence du Commissaire Délégué à l’Urgence Costa Concordia, Franco Gabrielli, Costa Crociere et le consortium italo américain Titan-Micoperi, attributaire de l’appel d’offres chargé de l’exécution des opérations, ont présenté leur plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia.
Suite à la conférence décisionnelle convoquée le 15 mai par le Commissaire, au cours de laquelle les autorités compétentes ont délivré les permis nécessaires, les travaux commenceront dans les jours qui viennent pour une durée d’environ 12 mois.
Titan Salvage, filiale de Crowley Group, est une entreprise américaine, leader mondial dans le sauvetage maritime et l’enlèvement d’épaves. Micoperi est une entreprise italienne de renom possédant une longue expérience en construction et ingénierie sous marine.
La priorité du plan de renflouement de la coque est de minimiser l’impact environnemental, de protéger les activités touristiques et économiques de l’île de Giglio et d’assurer la sécurité des opérations.
La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée de cette opération de sauvetage exceptionnelle et inédite. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore sous-marine.
Le plan comprend également des mesures de sauvegarde des activités touristiques et économiques de l’île de Giglio. La présence des équipes de renflouement n’aura aucune incidence significative sur la disponibilité hôtelière pendant la période estivale. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, sur le continent à proximité de Piombino, où seront réceptionnés les appareils ainsi que les matériels, afin d’éviter tout impact sur les activités du port de l’île.
Les opérations seront divisées en quatre phases :
● après stabilisation du navire, une plate-forme sous-marine sera érigée ; des caissons, pouvant être remplis d’eau, seront fixés sur le côté émergé du navire.
● deux grues fixées à la plate-forme relèveront le navire, aidées en cela par les caissons qui seront remplis d’eau.
● une fois le navire relevé, des caissons seront également fixés de l’autre côté de la coque.
● les caissons des deux côtés seront ensuite vidés, après traitement et purification de l’eau de façon à protéger l’environnement maritime, et remplis d’air.

Au terme du renflouement, l’épave sera remorquée vers un port italien et pris en charge conformément aux exigences des autorités italiennes.
Ce plan a été retenu par une équipe d’évaluation composée de spécialistes de Costa Crociere, de Carnival Corporation & plc, de London Offshore Consultants et de Standard P&I Club, avec la collaboration du Registre Naval Italien et des chantiers navals Fincantieri ; il répond, en effet, aux principaux objectifs de l’opération : enlèvement de l’épave dans sa totalité, minimisation des risques, impact minimum sur l’environnement, protection du tourisme et de l’économie de l’île de Giglio et sécurisation maximale des opérations.
« Dès les premières heures suivant l’accident, Costa Crociere a engagé l’ensemble de ses ressources, de ses compétences professionnelles et de son organisation afin de minimiser l’impact de l’épave sur l’environnement et, en particulier, sur l’île de Giglio. a déclaré Gianni Onorato, Directeur Général de Costa Crociere S.p.A. « Comme pour l’opération de pompage du carburant, nous avons tout mis en œuvre pour trouver la solution la plus efficace et la plus sûre afin de protéger l’île, son environnement maritime et ses activités touristiques. Nous entamons aujourd’hui une opération de sauvetage inédite par ses caractéristiques et par sa complexité technique. Un projet de cette envergure s’accompagne inévitablement d’imprévus, mais nous ne doutons pas d’avoir pris la bonne décision ; nous continuerons à tout mettre en œuvre pour mener cette opération à son terme dans les délais. »
« Nous sommes très heureux d’avoir été choisis pour réaliser cette opération exceptionnelle d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia. Nos compétences techniques et notre expérience dans ce domaine nous ont permis de présenter un projet répondant à toutes les exigences », déclare Richard Habib, Président de Titan Salvage. « Notre priorité sur cette opération est la préservation de l’environnement et de l’habitat naturel. »
« Nous avons toujours pensé que le professionnalisme de notre société et que son expérience dans le sauvetage sous-marin et les opérations de récupération convenaient parfaitement à cette opération de sauvetage », déclare Silvio Bartolotti, Directeur général de Micoperi. Notre sélection est une puissante démonstration de la qualité et de la capacité des sociétés italiennes à gérer ce type de projets délicats et inédits.

Samedi, 21 avril 2012

Costa Croisières et le Bureau du Commissaire délégué à l’urgence annoncent que l'appel d'offres pour l'enlèvement de l'épave du Costa Concordia a été remporté par la société Titan Salvage, en partenariat avec la société italienne Micoperi. Les opérations, qui doivent encore recevoir l'aval des Autorités Italiennes, débuteront en mai 2012, et devraient durer environ 12 mois.
Titan Salvage est une société américaine filiale de Crowley Group, leader mondial dans le renflouement d'épaves. Micoperi est une société italienne spécialisée, qui bénéficie d'une longue expérience dans la construction et l'ingénierie sous-marine.
La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée des interventions. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore marine.
Ce plan prévoit également des mesures pour protéger le tourisme et l'économie de l’île du Giglio. La présence des équipes de renflouement n'aura aucune incidence significative sur l'activité estivale de l’île. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, non loin de Civitavecchia, où seront réceptionnés les appareils ainsi que le matériel nécessaires aux interventions, afin d'éviter tout impact sur les activités du port touristique du Giglio.
Une fois remise en état de flotter, l'épave sera remorquée dans un port italien. Toute décision ultérieure concernant l'épave sera prise conformément aux demandes des Autorités italiennes.
Ce plan a été choisi par un comité technique d'évaluation, composé d'experts mandatés par Costa Croisières, Carnival Corporation & plc, London Offshore Consultants et Standard P&I Club. Malgré la qualité des 6 projets transmis avant la date butoir du 3 mars 2012, le comité technique d'évaluation a sélectionné celui présenté par Titan Salvage/Micoperi dans la mesure où il répond davantage aux principales conditions requises : enlèvement de l'épave dans sa totalité ; risque et impact environnemental minimums ; protection des activités touristiques et économiques de l’île du Giglio ; sécurité maximale des interventions.

Vendredi, 23 mars 2012

Dès les premières heures qui ont suivi le naufrage du Costa Concordia, Costa Crociere est intervenu pour faire en sorte que l’impact environnemental soit le plus faible possible et pour garantir la sauvegarde des activités économiques et touristiques de l’île du Giglio.
Les activités prévues par la Compagnie ont été constamment partagées et approuvées par les Autorités italiennes et par la Municipalité de l’île du Giglio, dans le cadre d’une collaboration étroite et transparente.
La Compagnie intervient en permanence avec des moyens et des ressources conséquents au cours des différentes phases des projets mis en place. Suite au communiqué de presse relatif à la fin des opérations de pompage du carburant, nous apportons ci-après quelques informations complémentaires sur les activités de Costa Crociere :

1) POMPAGE DU CARBURANT : pour ces opérations Costa Crociere a mandaté la société Smit Salvage BV, leader mondial du secteur, en collaboration avec la société italienne Tito Neri srl. Les interventions, qui ont démarré le 12 février, s’achèvent avec succès. Au total, l’investissement de Costa Crociere pour ces opérations représente plusieurs millions d’euros, avec pour objectif principal de pomper la totalité du
carburant du navire le plus rapidement possible tout en garantissant la sauvegarde du milieu marin. En tout, vingt unités ont été utilisées (plate-forme, remorqueurs, navires de transport, navires ponton, tankers, navires pour l’assainissement et l’épuration des eaux, etc.) avec une équipe internationale de 100 experts de différentes professions. Les opérations ont été réalisées en 31 jours, respectant ainsi les cinq semaines prévues.
2) PRESERVATION DE L’ENVIRONNEMENT : pour ces opérations, Costa Crociere a chargé là-aussi la société Smit Salvage BV, en collaboration avec Tito Neri srl. Elles emploieront huit unités (navires pour l’assainissement et l’épuration des eaux, navires ponton, navires pour le transport) ainsi que des containers, grues, bateaux pneumatiques, et une équipe de 42 personnes. Les opérations de préservation de
l’environnementl (« caretaking ») sera effectué entre la fin des opérations de pompage et le début des opérations d’enlèvement du navire. Ces interventions, qui démarreront dans les prochains jours, permettront de maintenir une équipe dédiée et les moyens adéquats pour continuer à assurer la surveillance et la protection de l’environnement sur la zone. Les fonds marins seront en outre nettoyés du matériel et des objets provenant du navire. Ces opérations devraient durer entre un et deux mois.
3) ENLEVEMENT DU NAVIRE : la Compagnie a institué un comité technique, composé de représentants de Costa Crociere, de Carnival Corporation & plc, de Fincantieri, du Registre Naval Italien et d’experts du secteur, notamment du milieu académique, pour définir de façon optimale le plan d’enlèvement, en coordination avec les Autorités compétentes. Costa Crociere a publié un appel d’offres restreint en contactant dix sociétés, les meilleures et les plus expertes au monde dans ce secteur, en vue de la présentation d’un plan opérationnel pour l’enlèvement total du navire.
Au total, six plans sont parvenus, dans le délai qui avait été fixé au 3 mars. Les projets présentés, d’un niveau de qualité élevé, prévoient plusieurs méthodes et plusieurs techniques d’intervention. Tous les plans ont en commun la grande attention portée à la recherche du plus faible impact environnemental possible, à la sauvegarde des activités touristiques et économiques de l’île du Giglio et à la sécurité des interventions.
Compte tenu de la complexité de l’opération, sa durée est prévue, selon les projets, sur 10 à 12 mois.
Les projets sont en cours d’évaluation. Une pré-selection sera bientôt établie et permettra de sélectionner le meilleur plan d’action qui sera rendu public entre début et mi-avril.

Vendredi, 23 mars 2012

Costa Crociere, la Municipalité de l’île du Giglio et le Commissariat délégué pour l’urgence relative au Costa Concordia, informent que les opérations d’extraction du carburant du Costa Concordia vont s’achever. Les opérations, effectuées par les experts de Neri/Smit Salvage, la société mandatée par Costa Crociere, avaient débuté le 12 février 2012 à 17 heures et se sont poursuivies sans discontinuer et autant que le permettaient les conditions météo et marines. L’extraction du carburant des 17 réservoirs du navire se terminera au plus tard le 23 mars au soir.
Pour ces opérations, la technique « hot tap » a été appliquée, consistant à percer les réservoirs et à appliquer des vannes et des brides pour prélever le carburant. De l’eau a été simultanément introduite afin de maintenir la stabilité du navire. Certains résidus physiologiques mineurs de
carburant n’ont pu être aspirés sur les parois des réservoirs mais il s’agit de quantités tout à fait minimes qui ne représentent pas de risque notoire pour l’environnement.
« Après le tragique accident du Costa Concordia – a déclaré Gianni Onorato, Directeur général de Costa Crociere S.p.A. – nous avons immédiatement tout mis en oeuvre pour faire en sorte que l’impact environnemental soit le plus faible possible et garantir la sauvegarde des activités économiques et touristiques de l’île du Giglio, en travaillant en étroite collaboration avec le Commissariat délégué et avec la Municipalité de l’île du Giglio. Nous avons confié les opérations de pompage au leader mondial du secteur qui les a achevées avec succès, en évitant ce qui avait été annoncé comme un potentiel désastre écologique. Nous sommes très satisfaits de ce résultat, mais nous continuerons à travailler avec la même détermination lors des prochaines interventions et aucun effort ne sera épargné jusqu’à ce que toutes les opérations nécessaires soient terminées. Le professionnalisme avec lequel nous réalisons de tels projets témoignera du sérieux et de la compétence de notre entreprise. Je tiens à répéter que le naufrage du Costa Concordia représente un fait exceptionnel, très grave et qui ne se répètera pas, et je tiens à exprimer toutes mes condoléances aux familles des victimes ainsi que notre solidarité à toutes les personnes qui ont été touchées par ce drame ».
« Au cours de cette phase, nous avons observé et suivi les efforts de toutes les personnes qui ont travaillé pour éviter tout impact écologique sur l’île et aujourd’hui notre optimisme est récompensé». – a déclaré Sergio Ortelli, Maire de l’île du Giglio – « Le partage de la méthode de travail et la collégialité de sa mise en oeuvre ont permis d’obtenir un résultat considérable pour le futur de l’île du Giglio qui n’oublie pas la tragédie qui l’a frappée et qui a frappé les familles des victimes et des disparus auxquels nous pensons constamment. A ce jour, l’action et l’efficacité des
mesures prises pour gérer l’urgence ainsi que les analyses quotidiennes effectuées par l’Arpat et l’Ispra, qui confirment que les eaux de notre île sont toujours cristallines, nous permettent d’entrevoir le futur plus sereinement. Une confiance que nous plaçons également dans la suite des
opérations qui s’annoncent plus complexes mais nous sommes certains qu’elles seront affrontées avec le même esprit d’équipe pour obtenir les résultats positifs que nous visons tous. Je tiens à remercier les habitants de l’ile du Giglio qui, dans un moment aussi difficile, démontrent un très
grand sens de responsabilité. »
Le pompage du carburant s’achevant avec succès, et avant la définition du plan d’enlèvement du navire, les opérations de préservation de l’environnement dites « caretaking » vont débuter. Le but de ces opérations est de maintenir une équipe de protection de l’environnement avec des moyens, des hommes et des ressources dédiés et de nettoyer le fond marin du matériel et des objets provenant du navire. Ces interventions seront également menées par les techniciens de la société Neri/Smit Salvage, mandatée par Costa Crociere et elles s’effectueront sur une période d’un à deux mois.
L’investissement de Costa Crociere pour ces opérations de pompage représente au total plusieurs millions d’euros, avec pour objectif principal d’extraire le carburant du navire le plus rapidement possible tout en garantissant la sauvegarde du milieu marin. Comme annoncé en ce qui concerne l’enlèvement du navire, les évaluations techniques sont en cours pour les 6 plans parvenus dans le délai fixé au 3 mars. Une pré-sélection est actuellement définie afin de déterminer le meilleur plan qui sera sélectionné et rendu public entre début et mi-avril.
Tous les projets présentés, d’une grande qualité, portent tous une attention accrue à minimiser l’impact environnemental, à la sauvegarde des activités touristiques et économiques de l’île du Giglio et à la sécurité des interventions. 
Étant donné la complexité de l’opération d’enlèvement, la durée prévue pour sa réalisation est estimée à 10 à 12 mois, selon le projet retenu.

Vendredi, 09 mars 2012

Pier Luigi Foschi, Président et CEO de Costa Crociere SpA, lors d'une réunion qui s'est tenue à Rome ce mardi 6 mars, a présenté l’évolution de l’appel d’offre pour l’enlèvement de l’épave du Costa Concordia au Responsable de la Protection Civile - Commissaire pour le naufrage du Costa Concordia, le Préfet Franco Gabrielli.
Les principales informations transmises lors de cette réunion sont les suivantes :

Au total, 6 offres opérationnelles pour l'enlèvement de la coque du Costa Concordia ont été reçues pour la date limite fixée au 3 mars 2012.

Parmi les 10 experts mondiaux invités à participer à l’appel d’offre, 3 entreprises avaient précédemment d’autres engagements et 2 firmes se sont associées sur un projet commun. 6 plans opérationnels sont donc soumis.

Ces projets présentent différentes méthodologies et techniques d'intervention. Tous partageant le même haut niveau de qualité et la même attention portée sur la limitation de l’impact environnemental, sur la protection des activités touristiques et économiques de l'île de Giglio et sur la plus grande sécurité.

Compte tenu de la complexité et de la singularité de l'intervention, les projets présentent une durée variable, estimée de manière préventive à 10/12 mois.

Le processus de sélection sur l’appel d’offre sera conforme à la durée prévue: l’étude technique des 6 propositions est déjà en cours et une short list sera déterminée pour la mi-mars. Le plan sélectionné sera officialisé pour la fin du mois de mars, début avril.

Vendredi, 17 février 2012

17h30 (CET)
En réaction à la révélation de la prétendue fausse-couche d’une passagère italienne suite au naufrage du Costa Concordia lors de l’émission tv “Striscia la Notizia”, la Compagnie a annoncé qu’elle entend porter plainte devant les tribunaux et qu’elle le fera pour toute escroquerie ou tentative similaire, visant à profiter de l’actualité dramatique du Concordia. La Compagnie a confirmé que ni cette femme ni son mari ne se trouvaient sur la liste des passagers du Costa Concordia le 13 janvier 2012.

Au cours des émissions diffusées les 14, 15 et 16 février, le programme “Striscia la Notizia” a présenté le cas d’un couple de soi-disant rescapés du Costa Concordia et de leur avocat. Ceux-ci ont participé à plusieurs programmes télévisés et leur récit a été repris très largement par les media internationaux : sites internet, journaux et agences de presse. Par la voix de leur avocat, le couple a demandé à Costa Crociere une indemnité de un million d’euros pour les dommages subis. La femme était supposément enceinte de cinq mois et a prétendu avoir perdu son bébé quelques jours après avoir été évacuée du navire échoué près des côtes de l’île de Giglio.

“Striscia la Notizia” a mené une investigation et a découvert que toute l’histoire a en fait été montée : le couple s’est présenté sous une fausse identité ; ni la femme ni l’homme n’étaient à bord du Concordia lors de son naufrage

16h00 (CET)
Le Commissariat délégué au plan d’urgence Concordia et Costa Crociere ont annoncé que le pompage du carburant du navire Costa Concordia se poursuit 24h sur 24 depuis qu’il a débuté le 12 février à 17h, conformément au plan élaboré par l’équipe de Neri/Smit Salvage.
Entre le début du pompage et ce matin 17 février à 7 heures, 952 m3 de carburant au total ont été pompés dans 4 réservoirs situés sur la partie avant du navire.
Au total, 1.428 m3 de carburant doivent encore être extraits de 13 réservoirs dont 576 m3 sur l’avant du navire. Selon le calendrier établi par les experts de Neri/Smit Salvage, si les conditions météorologiques et maritimes demeurent favorables, l’ensemble du carburant encore présent à bord du Costa Concordia devrait être extrait sous 3 semaines ouvrées.
Dès l’origine, les priorités de Costa Crociere ont été la garantie d’une sécurité maximale, un impact environnemental le plus faible possible et la protection de l’environnement de Giglio comme de l’industrie touristique de l’île, tout en procédant au pompage dans des délais raisonnables.
La procédure de pompage du carburant et les autres interventions prévues sur le Costa Concordia sont menées conjointement et dans une étroite collaboration entre Costa Crociere et le Commissariat délégué au plan d’urgence Concordia.

Mardi, 14 février 2012

Costa Croisière prend acte de la décision du 13 février 2012 du juge des référés du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) de prolonger de trois mois le délai d’acceptation de la proposition d’indemnisation.
Néanmoins, Costa Croisières tient à exprimer son désaccord avec cette décision de justice qui viserait à faire croire qu’elle ait voulu exercer une quelconque pression sur ses clients et les associations qui les représentent. A l’inverse, Costa Croisière a souhaité installer un cadre de discussion serein et apaisé avec eux, dans un contexte encore douloureux puisque deux passagers français sont toujours disparus. Costa Croisières avait ainsi pris la décision de repousser le délai d’acceptation de la proposition d’indemnisation au 31 mars 2012.

Lundi, 13 février 2012

14h30 (CET)
Ce matin à 9h00 vient de se terminer le pompage des 103 m3 de fuel du premier réservoir du navire. Les opérations de pompage sont en train de se continuer sur le deuxième réservoir. Le pompage, qui a commencé hier après-midi à 17h et qui est exécuté par les ingénieurs de Neri/Smit Salvage, se poursuit à la vitesse de 10m3 par heure, grâce aux bonnes conditions météo

Costa Concordia, 13 janvier 2012, pour ne pas oublier

Un mois après cette nuit terrible, tous, au sein de Costa Croisières nous renouvelons nos plus sincères condoléances aux familles et proches de nos clients et de nos membres d’équipage qui ont perdu la vie dans ce tragique accident. Dans l'histoire de notre compagnie, ces jours furent sans aucun doute les plus tristes jamais vécus. Nous avons ressenti et nos proches avec nous, une tristesse, une douleur profonde, une détresse et ce, au-delà du possible. Cet accident tragique n'aurait pas du se produire. Nous n'oublierons jamais ceux qui ont perdu la vie et ceux qui ont vécu des moments de peur devant l’île de Giglio. Nous allons nous engager pour que cela n’arrive plus jamais

Jeudi, 2 février 2012

19h00 (CET)
Costa Crociere a œuvré dès les premières heures après l’accident du Costa Concordia pour limiter au maximum son impact environnemental et pour protéger les activités économiques et touristiques de l’île de Giglio. Dès cet instant, les mesures élaborées par la Compagnie ont été constamment partagées avec les autorités italiennes compétentes et approuvées par elles, dans un esprit de complète transparence et de coopération.
Après avoir engagé la société Smit Salvage BV, leader international dans son secteur, pour l’extraction du carburant contenu dans les soutes du Costa Concordia, et après avoir présenté un plan d’action, prêt pour mise en œuvre dès que les conditions météorologiques le permettront, pour le retrait des autres produits et polluants potentiels, Costa Crociere travaille également, dans un plein engagement et avec la plus grande célérité, sur l’enlèvement du navire en étant absolument conscient que cette mesure est une priorité pour la protection environnementale de l’île de Giglio et de ses activités touristiques.
La Compagnie a mis en place un comité technique comprenant des représentants de Costa Crociere, de Carnival Corporation & plc, des chantiers navals Fincantieri, du Registre Naval Italien (Rina) et des experts du secteur. Ce comité technique va mettre au point le meilleur plan d’action possible sur une base commune avec les autorités compétentes.
Ainsi qu’annoncé dans une lettre adressée à M. Franco Gabrielli, Commissaire délégué au plan d’urgence Costa Concordia, Costa Crociere a lancé un appel d’offre auprès de 10 sociétés internationales pour l’élaboration d’un programme visant au retrait intégral de la coque du Costa Concordia.
Cet appel a été lancé auprès des principaux experts mondiaux, capables d’effectuer cette opération dans les plus courts délais, en assurant la sécurité maximum et le minimum d’impact sur l'environnement : 1) Smit Salvage BV, 2) Svitzer Salvage BV, 3) Mammoet Salvage BV, 4) Titan Salvage, 5) Resolve Marine Group Inc., 6) T&T Marine Salvage Inc., 7) Donjon Marine Inc., 8) Tito Neri S.r.l., 9) Fukada Salvage & Marine Works Co. Ltd., 10) The Nippon Salvage Co Ltd.
Ces programmes doivent être présentés à Costa Crociere d’ici le début du mois de mars 2012 pour une évaluation commune avec le Comité Scientifique de Protection Civile, afin que le meilleur plan d’action puisse être déterminé avant la fin du mois de mars 2012.
Ce calendrier représente les meilleures échéances dans une situation de ce type. On ne peut cependant exclure des délais dus à la complexité des opérations.

Vendredi, 27 janvier 2012

16h00 (CET)
Costa Croisières vient d’annoncer une proposition de compensation pour les passagers rentrés à leur domicile après l’accident tragique du Costa Concordia le 13 janvier. Costa Croisières, souhaite exprimer ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, sa compassion envers les familles des disparus, sa peine et ses plus profonds regrets pour les douleurs et les souffrances causées à ses clients suite à l’accident du Costa Concordia.
Cette proposition est aussi le résultat des négociations que Costa Croisières a entamé avec des associations italiennes de consommateurs et de protection des intérêts des passagers, et avec le support de nombreuses associations professionnelles du tourisme. En Italie, la compagnie a déjà conclu un accord avec le Conseil National des Consommateurs et Usagers, organisation représentative au niveau national.
De son côté, Costa Croisières France est en contact étroit avec les autorités publiques et les représentants des associations de victimes, ainsi qu’avec des associations professionnelles comme le CETO et le SNAV.
Les familles des victimes, des disparus et les passagers qui ont été blessés et ont reçu des soins médicaux sur place, feront l’objet d’une proposition séparée qui prendra en compte les caractères spécifiques de chaque cas.

La proposition d’indemnisation globale pour les clients rentrés chez eux est la suivante:

- Un montant forfaitaire de 11 000 euros par personne à titre d’indemnités afin de couvrir les dommages matériels et immatériels, incluant la perte des bagages et des effets personnels ainsi que les préjudices psychologiques, le stress et la perte de jouissance des vacances prévues.
- Le remboursement intégral du montant de la croisière, taxes portuaires incluses.
- Le remboursement des acheminements aériens et/ou autocar inclus dans la réservation de la croisière.
- Le remboursement total des frais de voyages engagés pour l’acheminement au port d’embarquement et le retour au domicile, pour les personnes qui n’ont pas été rapatriées par Costa Croisières.
- Le remboursement des éventuelles dépenses médicales engendrées immédiatement après l’accident.
- Le remboursement des dépenses effectuées à bord pendant la croisière.
Ce montant forfaitaire, conclut à titre de dédommagement est supérieur aux limites prévues par les conventions internationales et les lois en vigueur.
Ce montant est appliqué quelque soit l’âge du passager y compris aux enfants dont le séjour à bord était gratuit hors taxes portuaires.
Costa s’est également engagé à ne pas déduire de ce montant les sommes éventuellement versées par les assurances des clients. La Compagnie procédera en outre à la restitution de tous les biens présents dans les coffres-forts des cabines, si cette récupération s’avère possible.
Costa Croisières s’est également engagé à mettre en place un programme d’assistance psychologique pour tous les passagers qui en feraient la demande. En outre, la compagnie offre la possibilité à tous ses clients d’annuler sans frais les croisières réservées avant le dramatique évènement du 13 janvier et ce jusqu’au 7 février 2012.
Deux départements opérationnels dédiés gèreront les dossiers afin d’assurer leur traitement rapide. Les paiements seront effectués par la compagnie dans les sept jours suivants la réception de l’accord à cette proposition. Une adresse email (RemboursementsConcordia@fr.costa.it) et un numéro de fax (01.55.47.78.90) sont disponibles pour assistance dans ces démarches.

Mardi, 24 janvier 2012

9h30 (CET)
Costa Croisières précise que la compagnie opère selon des systèmes de contrôle extrêmement stricts pour l’accès à ces navires, en plus des vérifications effectuées pour l’accès au port par les autorités, avant l’embarquement à bord.
L’accès à bord des navires ne peut être accepté que
- pour les passagers : après vérification du billet de croisière et de la pièce d’identité,
- pour les membres d’équipage : après lecture optique du badge nominatif,
- pour les visiteurs : si l’identité figure sur la liste des visiteurs, après accord de la compagnie et du Second Commandant du navire, en plus de la présentation d’un document d’identité en cours de validité qui est retenu lors de la montée à bord.
Le nom de toute personne qui part avec le navire est enregistré sur les systèmes de bord. Une photographie de chaque passager est prise à l’embarquement. Elle est associée au code barre figurant sur le formulaire d’embarquement et sur la Carte Costa remise aux passagers (cette carte est utilisée comme badge d’identification de chaque passager pour les entrées / sorties du navire ainsi que comme carte pour les services à bord).
Personne à bord ne peut passer outre les procédures de sécurité. La compagnie prend de sévères mesures disciplinaires en cas de violation de ces règles.
Des listes précises mentionnant chaque personne montée sur le navire et présente lors de l’appareillage (passagers, membre d’équipage et ingénieurs) sont transmises à la compagnie immédiatement après le départ du navire.
Dans le cadre de l’accident du Costa Concordia, ces listes précises ont été transmises aux autorités pour les opérations d’identification des rescapés, des victimes et des personnes disparues.
De plus, la compagnie dément catégoriquement les rumeurs selon lesquelles il y aurait eu des “employés clandestins” à bord.
Costa Croisières applique les normes les plus élevées en termes de sureté, de sécurité et de responsabilité sociale. La compagnie est certifiée en matière de responsabilité sociale (SA 8000) et de sécurité (OHSAS 18001) par le RINA dans le cadre de la certification BEST4, certification qui concerne également l’environnement et la qualité. La compagnie fait ainsi l’objet d’inspections menées par la société de certification, par les autorités maritimes italiennes et par les autorités des pays où ses navires font escale.


Lundi, 23 janvier 2012


12h30 (CET)
Ces derniers jours, nous avons reçu de nombreux messages de condoléances destinés aux victimes et à leur famille, ainsi que des messages de sympathie envers nos équipages. La Société partage le deuil et la douleur des proches des victimes et est reconnaissante pour la solidarité exprimée envers Costa Crociere. Vos marques de soutien et de rapprochement sont vraiment précieuses dans un moment aussi difficile. Vos messages nous touchent et ils nous encouragent à tout mettre en oeuvre pour continuer à mériter la confiance que vous nous accordez

Mercredi, le 18 janvier 2012

21h15 (CET)
Costa Croisières confirme que la compagnie est en contact avec les passagers concernés par le tragique accident du Costa Concordia afin de s’assurer de leur retour au domicile et de leur état de santé ainsi que pour les assurer du remboursement de leur croisière et de leurs frais inhérents.
La compagnie confirme également qu’elle est en contact avec les passagers et les associations de défense de consommateurs afin de déterminer, avec l’assistance des organisations professionnelles, les indemnités dues aux préjudices subis.
Costa Croisières réaffirme non seulement son engagement quotidien et son soin constant en matière de sécurité mais aussi son implication dans les relations menées avec ses clients qui depuis, plus de soixante ans, représentent les fondamentaux de l’entreprise.
Nous souhaitons de nouveau exprimer notre profonde peine pour les victimes et toute notre compassion pour leurs familles.

19h45 (CET)
La protection de l’environnement a toujours été pour Costa Croisières une partie intégrante de notre mission d’entreprise, comme nous l’avons démontré en obtenant les certifications internationales les plus strictes (UNIEN ISO 14001). La compagnie a donc toujours compris l’urgence et la nécessité de protéger l’environnement marin.
Dans les heures qui ont suivi l’accident, Costa Croisières a donc immédiatement commissioné la société Smit Salvage BV, leader mondial du secteur, afin de mettre en place un plan de récupération du fuel du Costa Concordia. Ce plan a dès le début été partagé avec les autorités compétentes et, en pleine coopération avec elles, sera effectif d’ici la fin de la semaine.

00h01 (CET)

Nous sommes profondément affligés d’apprendre que les corps de nouvelles victimes ont été retrouvés durant les opérations de sauvetage menées sur le Costa Concordia et nous souhaitons exprimer toute notre compassion à leurs familles. Nous poursuivons notre collaboration avec les autorités afin de les assister pour les opérations de sauvetage et pour la mise en sécurité de la coque du navire afin d’éviter tout impact environnemental.
Notre première priorité reste la recherche des passagers et des membres d’équipage qui ne sont à ce jour pas encore retrouvés.
Alors que les recherches se poursuivent, nous avons pris contact avec tous les passagers et leurs familles pour leur proposer notre assistance.

 
Dimanche, 15 janvier 2012

20h15 (CET)
Costa Crociere exprime sa plus profonde douleur suite au terrible accident qui vient de frapper ses hôtes, ses employés et son navire; La compagnie présente ses excuses pour les souffrances et le désarroi subis par toutes ces personnes et adresse ses sincères condoléances aux familles des victimes.

Près de 1.100 collaborateurs de Costa Crociere travaillent depuis vendredi soir à la gestion de ce terrible accident avec pour priorité d’assister les opérations de sauvetage, de soutenir les passagers et l’équipage, et de les réacheminer en toute sécurité à leur domicile. Les opérations de recherche et de sauvetage sont encore en cours et sont coordonnées par les autorités italiennes. Malheureusement, nous confirmons qu’à cette heure des personnes sont encore portées disparues; la situation étant en constante évolution, nous sommes dans l’impossibilité de fournir pour l’instant plus d’informations.

Le Commandant Francesco Schettino, qui était aux commandes du Costa Concordia, a rejoint la compagnie Costa Crociere en 2002 en tant qu’officier responsable de la sécurité; il a été promu commandant en 2006 après avoir été commandant en second. Comme tous les commandants de la flotte il a participé à des programmes de formation continue et de perfectionnement et a réussi tous les tests d’aptitude prévus.

Comme déjà annoncé la Justice italienne, avec laquelle Costa Crociere collabore activement, a décidé l’incarcération du Commandant contre lequel de lourdes accusations pèsent actuellement. Il semblerait que le Commandant ait commis des erreurs de jugement ayant entraîné de graves conséquences: la route empruntée par le navire s’est avérée trop proche de la côte; il semblerait que ses décisions dans la gestion de l’urgence n’étaient pas conformes aux procédures de Costa Crociere, procédures qui, dans certains cas, sont plus strictes que les règlementations internationales en vigueur.

Costa Crociere opère ses activités dans le plus grand respect de toutes les normes relatives à la sécurité. La compagnie est attentive à l’implication de ses collaborateurs concernant la gestion de la sécurité des passagers.

Tous les membres d’équipage disposent du certificat BST (Basic Safety Training); ils sont formés et perfectionnés au cours de nombreux exercices à la gestion des urgences et à l’assistance des passagers en cas d’abandon du navire. Les règles, les responsabilités et les devoirs sont clairement définis et assignés pour faire face à une telle situation.

Tous les membres d’équipage effectuent un exercice d’évacuation du navire toutes les deux semaines. Pour tous les passagers en croisière, un exercice d’évacuation est prévu dans les 24 heures après l’embarquement comme l’exige la loi. Costa Crociere est équipé d’un système informatisé qui permet de vérifier que tous les passagers ont bien participé à cet exercice et, le cas échéant, d’y remédier. La préparation des équipages Costa Crociere est régulièrement vérifiée par les Gardes-côtes et les organismes indépendants de classification, conformément aux normes spécifiées dans le système SMS (Safety Management Systems).

Sur le Costa Concordia et sur tous les navires Costa, des gilets de sauvetage, des chaloupes et des canots de sauvetage sont disponibles en nombre supérieur au nombre maximal de personnes pouvant être accueillies à bord. Les chaloupes sont équipées de kits de sécurité, de réserves d’eau et de nourriture, de trousses de secours et d’instruments de signalisation et de communication, qui permettent d’attendre l’arrivée des secours.

Les chaloupes font également l’objet de vérifications minutieuses et régulières effectuées par le personnel du navire et par des organismes de certification. Tous les navires Costa Crociere ont obtenu la certification du Registre Naval Italien (RINA) et sont construits selon les règlementations et les technologies les plus exigeantes.

Suite à l’accident, Costa Crociere est immédiatement intervenu afin d’éviter un éventuel impact environnemental et, depuis samedi, la compagnie est assistée par la société leader du secteur, Smit & Salvage, avec laquelle un plan d’intervention est actuellement élaboré; les actions immédiates à courts termes consistent en la réalisation d’une barrière de protection autour de la coque.

La Justice italienne a saisi le navire et sa VDR (dite “boite noire”). Costa Crociere ne peut dorénavant plus accéder au navire sans l’accord des autorités.
 
Samedi, 14 janvier 2012

17h30 (CET)
« Je veux exprimer nos plus profonds regrets pour la terrible tragédie qui vient de nous toucher si durement – a déclaré Gianni Onorato, Directeur Général de Costa Crociere S.p.A. - Je viens seulement de rentrer car j’étais comme vous le comprenez sur l’île Giglio pour être proche des opérations de sauvetage. Tout d’abord, je souhaite remercier les autorités et les volontaires qui ont apporté toute leur assistance aux Passagers dans cette terrible épreuve ». Nous ne pouvons pas à l’heure actuelle apporter des réponses à toutes les questions parce que les autorités compétentes sont actuellement en train de mener une enquête, avec notre totale collaboration, afin de déterminer les circonstances de l’accident. Sur la base des premiers éléments encore préliminaires, le Costa Concordia, sous l’autorité du Commandant Francesco Schettino, naviguait normalement depuis le port de Civitavecchia vers Savone quand le navire a soudainement heurté un rocher. Le Commandant, qui se trouvait alors sur la passerelle de commandement, a immédiatement compris la gravité de la situation et a entrepris une manœuvre pour la sécurité des Passagers et des membres de l’équipage. Il a lancé les procédures d’urgence afin de préparer une éventuelle évacuation du navire. Malheureusement cette opération a été compliquée par l’inclinaison soudaine du navire qui a rendu l’évacuation particulièrement difficile. Les mesures d’évacuation ont été renforcées grâce à l’engagement des forces coordonnées par les gardes-côtes. Dès les premiers instants, la compagnie a mobilisé toutes ses ressources à terre afin d’assister les passagers et les membres d’équipage et d’éviter la possibilité d’impacts environnementaux.

12 h (CET)
L’accident du Costa Concordia cette nuit est une tragédie pour notre compagnie. Nos premières pensées vont aux victimes et nous exprimons toutes nos condoléances à leurs familles et amis. Nous sommes auprès des personnes qui ont été blessées et suivons leur évolution avec la plus grande attention. Nous concentrons actuellement tous nos efforts pour assister nos passagers et membres d’équipage afin qu’ils puissent rejoindre leur domicile dès que possible. Notre Service Clientèle a d’ores et déjà commencé à contacter par téléphone les vacanciers qui devaient embarquer aujourd’hui à Savone , demain à Marseille puis dans les autres ports d’escale de la croisière. A l’heure actuelle, aucune modification n’est prévue sur le programme des autres navires de la flotte. Le Call Center est joignable pour tout renseignement au +33 155475555. Tous les collaborateurs de la compagnie Costa souhaitent remercier très sincèrement les gardes-côtes, les autorités et les résidents de l’île de Giglio et de Porto San Stefano pour leur aide auprès des passagers et des membres d’équipage. Ces remerciements vont aussi aux médecins qui interviennent auprès des personnes blessées et toute personne qui leur demandent assistance. La Compagnie coopère avec les Autorités pour l’enquête actuellement en cours sur l’accident.

5h10 (CET)
C'est une tragedie qui affecte profondement notre compagnie . Nos premieres pensees vont aux victimes et nous voudrions exprimer nos condoleances a leurs familles et a leurs proches . En ce moment , nos efforts sont concentres sur les dernieres operations d'urgence sur l'assistance aux clients et aux membres d'equipage presents a bord pour les faire rentrer chez eux le plus rapidement possible . Les procedures d'urgence ont rapidement commence pour evacuer le navire , l'inclinaison prise progressivement par le navire a rendu cette evacuation extremement difficile .Nous voudrions exprimer notre profonde gratitude aux garde-cotes , aux autorites et aux habitants de l'ile. Del Giglio qui ont porte secours et assistance aux clients et a l'equipage . La compagnie cooperera pleinement avec les autorites afin de determiner les causes de ce de qui s'est passe.

1h (CET)
Costa Croisieres confirme l'evacuation d'environ 3200 passagers et 1000 membres d'equipage a bord de Costa Concordia en raison d'un incident survenu au large de l'Isola del Giglio sur la cote italienne. L'evacuation a commence rapidement mais la position du navire a rendu la derniere partie de l'evacuation plus difficile. A ce moment, les raisons de l'incident ne peuvent pas etre confirmees. La compagnie Costa est en train d'operer avec le soucis de fournir la meilleure asssistance requise. Le Costa Concordia etait en croisiere en Mediterranee au depart de Civitavecchia avec des escales prevues a Savone, Marseille, Barcelone, Palma de Majorque, Cagliari et Palerme. A son bord environ 1000 passagers italiens, 500 allemands, 462 francais, et environ 1000 membres d'equipage. Les passagers qui devaient embarquer aujourd hui a Savone et les jours suivants dans les autres ports seront contactes par Costa Croisières.
 
 
Haut de page

Marco Mannella

Contact site et mentions légales