Le naufrage du Costa Concordia
 

 

 

 

 

 

 

 

Projet 2, le renflouement du Costa Concordia

 

Les principaux responsables de "The Parbuckling Projet" : Nick SLOANE (principal chef du renflouement Titan Salvage), Guy WOOD (chef du renflouement Titan Salvage), Alvaro GUIDOTTI (assistant du chef du projet Titan Salvage), Giovanni CECCARELLI (coordinateur ingénierie Micoperi Salvage), Franco PORCELLACCHIA (chef du projet technique de Costa Croisières), Carlo FEMIANI (chef Micoperi Salvage), Giampaolo MARINO (assistant-chef du projet Costa Croisières), Alessandro VETTORI (superviseur construction navale du projet Costa Croisières), Sergio GIROTTO (chef projet Micoperi salvage).

 
Lundi 15 juin 2015, départ de Micoperi 61 :

La barge Micoperi 61 a quitté définitivement l’île de Giglio (I) le samedi 30 mai 2015. Cette barge était présente depuis le début de "The Parbuckling Project", elle a participé à toutes les opérations (redressement et renflouement) du Costa Concordia. Il ne reste plus aujourd’hui que la barge Micoperi 30 qui est revenue le 22 avril 2015 après une absence de plusieurs mois et cela pour le nettoyage des fonds marins et le retrait des six plateformes. Grazie Micoperi

 
Jeudi 7 mai 2015, le prix du mérite international pour Titan Salvage :
TITAN Salvage, filiale de Crowley Maritime, et partenaire de Micoperi a récemment reçu l'International Salvage Union (ISU). Distinction pour services méritoires en ce qui concerne leur participation à l'opération de retrait du Costa Concordia de l’île de Giglio (I). Opération qui est considérée comme le plus gros retrait maritime d'épave jamais effectué dans l’histoire de la marine marchande.
 
Lundi 9 mars 2015, le film de National Geographic :
Le film de National Geographic en version originale (Anglais) "The Raising of The Costa Concordia", en 44 minutes découvrez-les dessous de cet exploit technique entre le naufrage et le départ de l’île de Giglio (I).
 
Mardi 11 novembre 2014, les plates-formes doivent être retirées :
Le procureur de Florence (I) maintient la décision qui a été prise au printemps dernier lors de la réunion pour le port de destination du Costa Concordia, les plates-formes doivent être retirées de Giglio (I). Selon la législation européenne les fonds marins doivent être remis en état comme avant le naufrage, seul le ministre de l’Environnement italien peut demander une dérogation, avec l’accord de toutes les parties concernées par cette remise en état des lieux. Pour mémoire l’Association Nationale en Mémoire du Concordia et la municipalité de Giglio (I) avaient fait la demande du maintien des plates-formes pour en faire un mémorial. Les travaux de remise en état devraient débuter dans les prochains jours. Grazie GiglioNews
 
Dimanche 12 octobre 2014, les plates-formes vues d'un satellite :
Le site italien Giglionews nous permet de découvrir une vue satellite des plates-formes et des sacs de coulis (mortier) sous-marin qui ont permis de renflouer le Costa Concordia. Grazie Giglionews 
 
Vendredi 19 septembre 2014, modifications des cartes marines :
Après étude des fonds marins du lieu de l’accident et de l’échouage du Costa Concordia à Giglio, les cartes marines des fonds marins ont été modifiées, l’étude est terminée.
 
Mercredi 6 août 2014 :
Les tours de fixation et d’aide à la rotation du Costa Concordia ont disparu du paysage de l’île de Giglio, il ne reste pour l'heure que la barge MICOPERI M61.
 
Lundi 4 août 2014, Nick Sloane une lettre aux habitants de l'île de Giglio :

"Je tiens à exprimer mes remerciements et ceux de mon équipe pour votre soutien au cours des 27/28 derniers mois lorsque nous étions à Giglio. 

Le Costa Concordia a été l'un des plus grands défis que chacun d’entre nous n’aurait pu imaginer en mai 2012. Nous savions que cela serait difficile, mais cela s'est avéré être un euphémisme.

Votre soutien et votre hospitalité à l'équipe Titan-Micoperi pendant tous ces mois ont été exceptionnels, et quand les choses n'allaient pas bien pendant l'hiver de 2012/2013 vous avez toujours été là, à nos côtés ! 

Je vous remercie pour cela et aussi d’avoir cru en nous !

Le Costa Concordia a déménagé loin de vos côtes et les équipes vont maintenant se concentrer sur le nettoyage avec une autre entreprise qui sera bientôt nommée dans cette dernière étape en vue de rétablir la côte et les eaux à l'état initial pour lequel ils sont si célèbres.

Je quitte le projet et demain je rentre à la maison en Afrique du Sud retrouver ma famille. 

Cela fut un honneur et un privilège de faire partie de l'équipe, et de vous connaître tous pendant ces deux années et demie.

Je sais que je serai bientôt de retour.... mais la prochaine fois en tant que touriste !

Merci et meilleures salutations.

Nick Sloane"

 
Lundi 4 août 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Une étude environnementale est en cours dans les fonds marins de l’île de Giglio par une équipe de biologistes…
 
Mercredi 30 juillet 2014, le Costa Concordia a été surveillé par un satellite :
Le site Science et Avenir nous apprend que même le satellite "Sentinel-1A" a été utilisé pour surveiller les éventuelles traces de pollutions qu’aurait pu provoquer le Costa Concordia lors de son remorquage à Gênes.  
 
Mardi 29 juillet 2014, Francesco Schettino :
Francesco Schettino a déclaré : "Le succès de l'opération a renforcé ma conviction que j’ai pris la bonne décision de le mener dans des eaux peu profondes au lieu de courir le risque qu'il sombre.
 
Mardi 29 juillet 2014, les recherches du corps du membre d'équipage :
Les recherches du corps du membre d’équipage qui serait toujours à l’intérieur du Costa Concordia vont pouvoir débuter après la mise en sécurité totale du navire. Ces recherches vont être la priorité avant le démarrage des travaux de démantèlement qui devraient débuter vers le 15 août 2014. À Giglio aussi les recherches se poursuivent, mais restent pour l’heure infructueuses.
 
Mardi 29 juillet 2014, les quatre acteurs principaux de la réussite du retrait du Costa Concordia de l'île de Giglio :
Franco Gabrielli et Franco PorcellacchiaNick SloaneA gauche - Maria Sargentini

L’opération de retrait du Costa Concordia de l’île de Giglio n’aurait pas pu se faire sans ces quatre personnages clés !

Je vais commencer par celui qui a eu en charge le dossier et cela dès le début du naufrage le chef de la Protection civile Franco Gabrielli. Souvent contesté et critiqué, il a su rester sur sa ligne directrice de la mission que lui avait confié le gouvernement de Mario Monti et confirmé par le gouvernement de Matteo Renzi.

Puis il y a Franco Porcellacchia, vice-président et directeur des opérations techniques de Carnival Corporation, maison mère de Costa Croisières.

Vient ensuite celui qui est le principal acteur et grâce à qui The Parbucking Projet a réussi, et cela, en gérant les opérations et les quelques 400 personnes qui étaient présentes sur le site de Giglio pendant plus de deux ans, le Sud-Africain Nick Sloane.

Enfin, tout ce petit monde était sous la surveillance de l’Observatoire de surveillance mis en place le 27 juin 2012 à la demande de la Région Toscane, et elle a été présidée par Maria Sargentini. Sa mission la surveillance du bon déroulement du décret gouvernemental sur les travaux de la rotation, de renflouement et du remorquage du Costa Concordia, en total respect de la protection de l’environnement et la sécurité des personnes et des biens.

 
Dimanche 27 juillet 2014, le président du Gouvernement italien :
Le président du gouvernement italien Matteo Renzi en visite à Gênes Pra-Voltri : "Toute ma gratitude à ceux qui ont accompli cette mission."
 
Dimanche 27 juillet 2014 :
 
Dimanche 27 juillet 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Gênes, 27 juillet 2014 - Ce matin, le PDG Costa Croisières Michael Thamm est monté à bord du Concordia pour rencontrer Nick Sloane et son équipe. "Je tiens à remercier personnellement Nick Sloane et toute l'équipe pour l'engagement extraordinaire dont ils ont toujours fait preuve tout au long du projet et leur souhaiter un bon travail au début d'une journée importante des opérations d'amarrage complexes."
 
Dimanche 27 juillet 2014 à 8 h 22 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Gênes, 27 juillet 2014 - les opérations préliminaires pour l'entrée du Concordia dans le port de Pra-Voltri ont commencé ce matin à 5 heures du matin. Les Pilotes portuaires ont embarqué à bord du Concordia. L'un des deux remorqueurs qui ont remorqué le Concordia à Gênes - Résolve Earl - a été déconnecté, tandis que le premier remorqueur de port est maintenant connecté à l'arrière. Le suivant à être déconnecté sera le Blizzard. La ligne de flottaison du navire est d'environ 18,5 mètres.
 
Dimanche 27 juillet 2014, Matteo RENZI dans la journée face au Costa Concordia :
Matteo Renzi le président du gouvernement italien sera dans la journée au port de Pra-Voltri pour voir le Costa Concordia, hier il a déclaré à un média italien : "Pour la conclusion de cette histoire du Concordia nous devons être fiers de ce qui a été fait parce que l'opération de récupération du Concordia n'était pas facile, l'Italie l’a fait, elle est capable de faire à peu près tout, même nous surprendre positivement. Mais je voudrais vous rappeler toute l'histoire. Tout d'abord, la douleur pour ce qui s'est passé, l’acte insensé et fou d’une personne qui a fait autant de mal, pas tellement et pas seulement économique, mais dans la vie de dizaines de familles. Merci aux habitants de Giglio qui ont enduré ce qui s'est passé."
 
Dimanche 27 juillet 2014 à 5 h 27 :
Le port de Pra-Voltri où débutera le démantèlement du Costa Concordia.
 
Dimanche 27 juillet 2014 à 5 h 02 :
Le Costa Concordia entre doucement dans le port de Gênes. Les manœuvres d’accostages commenceront dans quelques heures. Images en accéléré !
 
Samedi 26 juillet 2014 à 17 h 27 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Moins de 20 miles nautiques (environ 37 km) c’est la distance restante que le Concordia doit parcourir pour rejoindre le port de Gênes Pra-Voltri, après un peu plus de trois jours de navigation.  
Pour le moment, le convoi se déplace à une vitesse d'environ 1 nœud par heure. Cette vitesse sera réduite dans les prochaines heures afin de permettre l'arrivée dans le port, comme prévue, au cours de la nuit de samedi à dimanche et l'entrée dans le port au cours de la matinée du dimanche 27 juillet.
 
Samedi 26 juillet 2014 à 11 h 02 :

Le convoi du Costa Concordia a essuyé une violente tempête cette nuit en mer ligure, il n’y a eu aucun dégât grave et pas de pollution à déplorer, le convoi a pu poursuivre sa route vers Gênes.

Le président du gouvernement Matteo Renzi sera présent pour l’arrivée du convoi à Gênes.

Le convoi devrait arriver dans la soirée de samedi, mais il va se tenir au large du quai de Pra Voltri, dans l’attente du lever du jour de demain dimanche, du fait que les manœuvres d’accostages sont très délicates.

 
Samedi 26 juillet 2014 à 10 h 02 communiqué de presse de cette nuit Titan/Micoperi :

Il y a encore environ 60 miles nautiques pour rejoindre Gênes Pra-Voltri et après 2 jours de navigation, le Concordia est maintenant à environ 20 miles à l'ouest de La Spezia. Pour le moment, le convoi a une vitesse moyenne d'environ 1,7 nœud qui pourrait encore être ralenti dans les prochaines heures afin de permettre l'arrivée devant le port entre samedi soir et dimanche matin, selon le plan. L'entrée dans le port sera le dimanche matin, le 27 juillet. 

Aujourd'hui conditions météorologiques et maritimes ont été bonnes, avec une mer calme et vent du sud. Une dégradation des conditions météorologiques est prévue pour ce soir, avec des pluies locales en Ligurie jusqu'à demain à midi. Les conditions météorologiques vont s'améliorer dans l'après-midi pour ensuite devenir stables de la soirée et le dimanche.

 
Vendredi 25 juillet 2014 à 20 h 56 :

Le convoi du Costa Concordia a parcouru ce soir 92 milles il se trouve au large de la Spezia et à 12,5 milles de l’île de Capraia. La nuit passée il a effectué des pointes à 2,5 nœuds.

Modification d'heure : le convoi devrait arriver à Gênes entre 3 h et 5 h du matin.

Pendant ce temps à Giglio les recherches ont repris pour retrouver le corps de Russel Terence Rebello le membre d’équipage toujours porté disparu, les recherches sont pour l’heure infructueuses.

 
Vendredi 25 juillet 2014 à 4 h 35 le Costa Concordia arrivera à Gênes dimanche à 3 h du matin :

Hier jeudi 24 juillet  à 17 h 30 Titan/Micoperi a publié ce communiqué de presse :

Après environ 30 heures de navigation, le Concordia a parcouru 63 miles nautiques à une vitesse moyenne de 2 nœuds. Pour le moment, le convoi est situé entre l’île d'Elbe et la Corse. La mer est calme, tandis que le vent a une direction nord / nord-est à une vitesse d'environ 13 nœuds. 

Les évaluations effectuées sur les flotteurs et les connexions – les câbles, les chaînes et les strandjack - ont donné des résultats positifs. Le climat à bord est calme et la navigation se déroule sans problèmes.

Il n'y a pas de signes de pollution de l'environnement ; la surveillance de l'environnement par les institutions publiques est en cours, ainsi que des prélèvements effectués par les biologistes marins de l'université de la Sapienza qui ont été nommés par Costa Croisières et le consortium Titan Micoperi. 

Pour demain (aujourd'hui) les conditions marine sont prévues bonnes, avec des vents légers venant du sud. Dans ces conditions, l'arrivée du Concordia dans le port de Pra-Voltri à Gênes est prévu pour le dimanche 27 juillet à 3 heures du matin.

 
Jeudi 24 juillet 2014 à 15 h 28 la Corse tremble et proteste de voir le Costa Concordia passé si proche de ses côtes :
Le passage le plus délicat du convoi approche entre le Cap Corse et la petite île italienne de Capraia entre 20 et 25 km d’un côté et 10 km de l’autre au beau milieu du parc maritime protégé. Les élus locaux ont appelé la population à se faire entendre, et cela, par tous les moyens, banderoles, klaxons, cornes de brume, cloches des églises, etc.

Pour les personnes qui possèdent des embarcations, elles sont appelées à prendre la mer tout en se tenant à une distance de sécurité pour éviter tout accident. La ministre de l’Environnement est présente sur le navire de la Marine nationale française pour surveiller le passage du convoi.  La peur est palpable et compréhensible de la part de la population corse qui ne souhaite qu’une chose que le convoi passe vite et sans encombre.

 
Jeudi 24 juillet 2014 à 12 h 45 :

Le média France Bleu nous informe que la ministre française Ségolène Royal se trouve actuellement sur le Jason, et cela jusqu’à ce que le Costa Concordia soit passé à la pointe du Cap Corse. Depuis son départ hier de l’île de Giglio aucun incident ou pollution n’a été détecté.

À l’heure actuelle, le convoi du Costa Concordia se trouve presque au large de la ville de Bastia.

 
Jeudi 24 juillet 2014 à 10 h 45 :
Le convoi du Costa Concordia se trouve actuellement au large de la réserve naturelle de l’étang de Biguglia (Corse).
 
Jeudi 24 juillet 2014 à 10 h 07 :
À 8 h 30 ce matin le Costa Concordia a parcouru une distance de 48,0 milles. Sa vitesse est de 2 nœuds. Les conditions météorologiques sont très bonnes. Vent nord-ouest. Photos Titan/Micoperi
 
Jeudi 24 juillet 2014 à 8 h 41 :
 
Jeudi 24 juillet 2014 à 8 h 37 :
Le navire de la Marine nationale française "le Jason" est proche du convoi du Costa Concordia.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 21 h 15 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Fin de journée pour l'équipe de jour. L'équipe de nuit prend le relais a bord du Concordia.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 11 h 38 :
C’est fini le Costa Concordia a définitivement quitter le port de l’île de Giglio à 11 h 37.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 11 h 24 :
Que Dieu protège le convoi et les hommes, et qu’il fasse que ce long voyage arrive à bon port en la mémoire des victimes, et pour apporter un peu de paix aux familles des victimes et aux rescapés et qu’il évite ainsi de leur infliger un nouveau naufrage synonyme de plus grandes souffrances morales.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 11 h 13 :
Cette manœuvre vers le nord va faire que le convoi du Costa Concordia évitera un maximum de longer les côtes françaises de Corse.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 11 h 07 :
Le commandant a choisi la direction nord de l’île de Giglio pour la contournée.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 11 h 02 :
Le Costa Concordia commence à s'éloigner de l’île de Giglio.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 10 h 35 :
Les manœuvres se poursuivent le Costa Concordia devrait contourner l’île de Giglio par le sud. Mais c’est le commandant Giovanni Lettich qui prendra la décision finale. Le Costa Concordia a reçu les honneurs d’un bateau-pompe comme pour le baptême d’un navire neuf. Ceci est dans la pure tradition de la marine pour conjurer le mauvais sort et protéger le convoi pour son long voyage vers Gênes. À bord du Costa Concordia se trouve toujours le corps du membre d’équipage Russel Terence Rebello. Les cloches de Giglio sonnent et les cornes de brume des navires se font entendre.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 9 h 08 :
Ce matin a 6 h a débuté le contrôle du système hydraulique, puis vers 9 h a débuté les premières manœuvres en vue du départ de l’île de Giglio qui devrait-ce faire à partir de midi.
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 9 h 01 :
Nick Sloane a déclaré à la presse : "Tout se passe normalement, tout se passe comme nous l’avions prévu. C’est un grand jour pour l’île de Giglio. Mais nous pourrons crier victoire que quand le navire sera à Gênes."
 
Mercredi 23 juillet 2014 à 7 h 34 communiqué de presse Titan/Micoperi :

Le renflouement du Concordia a été achevé cet après-midi (hier). Les travaux sont en cours pour compléter les dernières opérations de préparation du Concordia pour le départ et pour l'amarrage au Port de Gênes Voltri. 
Demain matin, mercredi 23 juillet, Titan Micoperi va commencer les manœuvres de départ pour le Concordia pour partir de l’île de Giglio, une fois le ferry de Porto Santo arrivé à 8 h 30. Les opérations sont prévues pour être complétées en environ 4 heures. L'épave sera déconnectée des tours et reliée à deux remorqueurs à la proue. 

En attendant, les résultats de l'analyse effectuée sur les eaux de la mer confirment leur bonne qualité. Après le départ du Concordia, la surveillance environnementale se poursuivra dans les prochains jours. Les activités pour l'assainissement de l'environnement seront lancés immédiatement, avec l'évaluation du fond de la mer, la suppression des tours, et les premiers tests sur la suppression des sacs de coulis utilisés pour créer le faux plancher artificiel de la mer sur lequel l'épave posée avant le renflouement.  

 
Mardi 22 juillet 2014 à 18 h 52 :
L’AIS (Système d'identification automatique) du Costa Concordia est de nouveau en service.
 
Mardi 22 juillet 2014 à 18 h 42 communiqué de presse Titan/Micoperi :
La surveillance environnementale du site continuera même après le départ de l'épave.
 
Mardi 22 juillet 2014 à 18 h 40 le dernier soir du Costa Concordia à l'île de Giglio : 
 
Mardi 22 juillet 2014 à 18 h 13 :

Giovanni Lettich sera le commandant de l’opération remorquage, il fera hisser le drapeau bleu avec la lettre "P", qui en navigation veut dire que tout le monde doit monter à bord des navires pour le départ. C’est lui aussi qui choisira la meilleure route en fonction de la météo, des courants et des vents.

Le ministre de l’Environnement italien Gian Lucca Galletti, le chef de la protection civile Franco Gabrielli, le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli en compagnie de Elio Vincenzi le mari de la dernière victime retrouvée Maria Grazia Trecarichi. Ont embarqué sur un bateau et sont allé jeter des fleurs à la base du Costa Concordia en mémoire des 32 victimes, plus la victime du consortium Titan/Micoperi.

Pour le chef de l’opération Nick Sloane demain est un bon jour pour le départ. Mais la crainte se fait sentir en ce qui concerne les opérations envisager par la France et leur volonté de bloquer le convoi pour qu’il ne passe pas le long de la cote française.

D'après des médias français, madame la ministre Ségolène Royal sera en compagnie du maire de Bastia Gilles Siméoni sur un navire de la Marine nationale française.

Des navires de Greenpeace et de Legambiente devraient se joindre à cette opération de surveillance ou de blocage ? La réponse dès demain.

 
Mardi 22 juillet 2014 à 17 h 34 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le renflouement du Costa Concordia est terminé.
 
Mardi 22 juillet 2014 à 15 h 44 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le travail est en cours pour compléter les dernières opérations avant le départ du Concordia de l'île de Giglio, prévue pour demain, mercredi 23 juillet. À l'heure actuelle, le Concordia a environ une ligne de flottaison de 18 mètres, et les techniciens vont abaisser le dernier flotteur tribord (S14). Le soudage pour positionner les balises nécessaires à l'arrivée du navire dans le port de Gênes progresse lui aussi.
 
Mardi 22 juillet 2014 à 9 h 59 :
 
Lundi 21 juillet 2014 à 18 h 00  communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le renflouement est presque terminé.
 
Lundi 21 juillet 2014 à 16 h 00  communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le départ est repoussé au mercredi 23 juillet.
 
Lundi 21 juillet 2014 à " h " communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les techniciens sont au travail pour compléter le renflouement. Pendant la nuit, malgré les forts vents, l'épave a émergé d'environ 11 mètres ; il n’y a donc plus que 3 mètres pour atteindre le tirant d'eau nécessaire. Côté tribord le flotteur S4 est presque en position. Le travail est en cours pour les flotteurs inférieurs S5 et S14.
 
Lundi 21 juillet 2014 à 03 h 01 communiqué de presse Titan/Micoperi :

- Le pont 4 Grecia (Grèce) a été renfloué.

- Titan et Micoperi nous donnent un aperçu de l’escorte du Costa Concordia à Gênes.

 
Dimanche 20 juillet 2014 à 18 h 25 le convoi du Costa Concordia en détail :

Les moyens mis en place pour le remorquage du Costa Concordia seront :

  1. - 2 remorqueurs (les principaux), Resolve Earl et le Blizzard. 70m de long chacun.

  2. - 2 remorqueurs de secours, le Garibaldo et le Red Wolf.

  3. - 1 navire équipé de sonars et de radars (pour détecter le passage de cétacés).

  4. - 1 navire d’intervention le "Salvage Master".

  5. - 2 navires de la Marine nationale italienne.

  6. - 1 navire-laboratoire pour tout problème de fuite de carburant (100 tonnes sont toujours dans les cuves étanches).

  7. - 1 barge pour récupérée un caisson qui lâcherait.

  8. - 1 navire-nettoyeur (son rôle est de récupérer tout ce qui pourrait tomber du Costa Concordia.

  9. - 1 hélicoptère.

  10. - 1 avion A tr 42. (Qui interdira tout survol par un appareil aérien le Costa Concordia).

  11. - 16 plongeurs.

  12. - 18 techniciens proches de Nick Sloane. Ils seront les seuls à pouvoir monter sur le Costa Concordia.

  13. - Le navire de Greenpeace suivra également le convoi.

 
Dimanche 20 juillet 2014 à 17 h 38 communiqué de presse Titan/Micoperi :
  1. - Amiral Faraone : "toutes les prescriptions indiquées à Titan Micoperi ont été respectées, réception favorable."

  2. - Le renflouement de la coque a atteint 7,5 mètres, encore 6,3 mètres pour finaliser.

Dimanche 20 juillet 2014 à 16 h 23 : Mise à jour 17 h 45
Des manœuvres militaires sont en cours avec un navire de la Marine italienne dans le port de Giglio.
 
Dimanche 20 juillet 2014 à 16 h 04 :
Une vision de la proue, le dispositif des remorqueurs qui maintiennent le Costa Concordia à distance des rochers (de l’autre coté ce sont des câbles qui évitent que le Concordia parte au large), un gros navire de la Garde côtière a pris position.
 
Dimanche 20 juillet 2014 à 15 h 36 communiqué de presse Titan/Micoperi :
L'épave est élevée maintenant de 6,5 mètres, encore 6 caissons à tribord à baisser jusqu'à leur position finale.
 
Dimanche 20 juillet 2014 à 14 h 23 des objets se sont échappés du Concordia :

Des objets (pantalon, gilet de sauvetage, casque) ont été récupérés sur la plage d’Aranella proche du Costa Concordia. Ces objets ont été ramassés par des vacanciers et ont été remis aux personnels de Titan/Salvage.

La fuite de ces objets est tout à fait normale ils sont injecter hors du navire au fur et à mesure que l’eau de mer s’évacue. Quand la partie haute du navire sera vidée de son eau, les objets ne s’échapperont plus.

Du personnel est spécialement là pour ramasser tous les objets, mais avec les forts vents de ces dernières heures, quelques-uns passent au travers des filets.

 
Dimanche 20 juillet 2014 à 13 h 54 communiqué de presse Titan/Micoperi :

Concordia opération de renflouage en cours 24/7. Pour le moment, l'épave a émergé d'environ 6,5 mètres. Il ya encore 6 flotteurs tribord à être abaissés à leur position finale. Une fois que cette opération sera terminée, les ponts 4 et 3 vont émerger rapidement l'une après l'autre.

Vers 11 heures hier au soir, une petite quantité d'hydrocarbures a été repérée dans le milieu du navire / arrière de l'épave. L'équipe d'intervention en cas de déversement de pétrole a été immédiatement activée et la zone a été nettoyée par l'utilisation de barrages absorbants. 
Pour le moment, il n'y a aucun signe de fuite en cours. 

L'équipe remplace les barrages absorbants dans la région. Aucun dommage à la structure, ni dans les brides, suite aux résultats des évaluations techniques qui ont été effectuées.

 
Dimanche 20 juillet 2014 à 8 h 00 Nick Sloane et ses équipes de techniciens :
 
Dimanche 20 juillet 2014 à 4 h 31 la proue commence à sortir de l'eau :
La dernière chaîne a été connectée et la proue du Costa Concordia commence à sortir de l’eau. Le pont 4 Grecia (Grèce) continu à sortir lui aussi de l’eau.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 17 h 31 le Costa Concordia sera peut être de retour chez lui le samedi 26 juillet :

Franco Gabrielli a donné quelques éléments sur l’heure du départ du convoi Costa Concordia : "Il a été décidé de commencer les opérations réelles du départ dans la matinée de mardi prochain après l'arrivée du premier ferry venant de Porto Santo Stefano à 08h30. Les opérations dureront entre 4 et 6 heures."

Le chef de la Protection civile laisse entendre que le Costa Concordia quittera l’île de Giglio mardi 22 juillet à partir de 12 h 30. Si tout se passe bien le convoi devrait arriver à Gênes samedi 26 juillet dans la soirée.

 
Samedi 19 juillet 2014 à 17 h 10 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Encore deux mètres pour le renflouement de la proue.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 16 h 32 officiel report du départ à mardi 22 juillet :
Franco Gabrielli le chef de la Protection civile en charge du retrait du Costa Concordia vient de déclarer "Le remorquage du Costa Concordia se fera mardi 22 juillet."
 
Samedi 19 juillet 2014 à 16 h 20 l'Armonia au cas où :
Le navire antipollution italien "Armonia" se trouve en attente au large de Giglio prêt à intervenir en cas de nécessité.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 15 h 50 des rafales de vent à 40 km/h prévues pour lundi :
Dans l’attente de la conférence de presse de 16 h à Giglio, voici les prévisions météo pour le lundi 21 juillet. Il est prévu un mélange de pluie et d’éclaircie se qui n’affecterait pas le départ du convoi, mais des rafales de vent de sud, sud-ouest passant à l’ouest en cours de journée à 40 km/h, elles perturberaient le bon déroulement du départ du convoi pour Gênes. Si cela se confirme, le report à mardi 22 juillet devrait être annoncé dans quelques minutes.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 13 h 30 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le pont 5 a complètement vu le jour et il y a encore environ 2 mètres pour renflouer le pont 4. L'épave est stable dans sa position alors que les opérations de contrôle sont effectuées sur les ballasts. Jusqu'à présent, un flottement moyen d'environ 6 mètres a été atteint grâce à ces opérations. La prochaine conférence de presse se tiendra à 16 h cet après-midi.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 11 h 10 :
C’est le groupe américain "DUFERCO", spécialiste de l’acier et principal groupe mondial qui aura en charge le recyclage du Costa Concordia. Les matériaux ferreux seront réutilisés principalement dans le bâtiment. Source francetvinfo.
 
Samedi 19 juillet 2014 à 4 h 10 :
Le pont 4 Grecia commence à sortir de l’eau.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 23 h 53 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le Concordia a émergé d'un mètre supplémentaire, jusqu'au pont 5 Italia, atteignant en moyenne 4 mètres de renflouement. Une chaîne et trois câbles doivent être connectés. Les opérations vont se poursuivre toute la nuit.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 20 h 54 :
Le premier élément (mât porte-antenne) de la proue fait surface.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 20 h 09 l'évolution du renflouement en accéléré de ces 24 dernières heures :
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 18 h 24 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le navire a émergé de 4,15 mètres.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 18 h 10 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Franco Porcellacchia, "Les opérations se déroule comme prévues."
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 14 h 15 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Avec l'abaissement du flotteur tribord S12, hier soir, le Concordia a émergé d'un mètre supplémentaire pour atteindre un renflouement moyen de 4 mètres. 

Les plongeurs ont travaillé toute la nuit pour terminer la connexion de la chaîne liée au flotteur S18. Pour le moment, l'équipe du centre des opérations à distance a baissé le flotteur dans sa position finale. 

Dans les prochaines heures, les techniciens vont continuer à baisser les autres flotteurs tribord puis des pontons qui se trouvent à la partie avant nous allons connecter la dernière chaîne liée au flotteur S4, avec ces opérations l'épave va apparaître encore plus.

 
Vendredi 18 juillet 2014 à 9 h 09 :
Nick Sloane a déclaré hier qu’il serait présent lui et son équipe sur le Costa Concordia pendant le voyage à Gênes. Cela leur permettra d’intervenir immédiatement en cas de problème.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 9 h 01 le pont 5 commence à sortir de l'eau :
Les images qui nous parviennent de Giglio par YouReporter en direct nous montrent que le Costa Concordia est en train de sortir de l’eau, le "pont 5 Italia" se dévoile petit à petit.
 
Vendredi 18 juillet 2014 à 8 h 41 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Une vidéo officielle proposée par Costa Croisières/Titan Salvage/Micoperi, où un plongeur travaille à la connexion des chaînes et des câbles.
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 8 h 54 le départ du Concordia pour mardi 22 juillet se précise :
Le chef de la Protection civile Franco Gabrielli en charge du retrait du Costa Concordia envisage lui aussi un départ du navire pour le mardi 22 juillet, les raisons sont le retard pris dans la pose des chaînes et des câbles, du fait des forts vents de ces dernières 48 heures. Ensuite la météo de lundi 21 juillet qui avec des pluies et de fortes rafales de vent ne sont pas des bonnes conditions pour le remorquage.
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 18 h 37 communiqué de presse Titan/Micoperi :
  1. - Les techniciens ciblent lundi pour le départ du Concordia, mais ils pourraient envisager mardi.
  2. - Le renflouement du pont 5 prévu pour samedi 19 juillet.
  3. - Franco Porcellacchia, "Il reste encore 2 chaînes et 4 câbles à connecter."
  4. - L'augmentation de tonnage n'impacte pas la finalisation de l'enlèvement du Concordia.
Jeudi 17 juillet 2014 à 17 h 57 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le Concordia est stable, la connexion des chaînes et des câbles est toujours en cours.
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 16 h 03 communiqué de presse de Madame Ségolène Royal :

Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, a rencontré cet après-midi à sa demande son homologue italien à Milan, Monsieur Galletti, Ministre de l’environnement.

Monsieur Galletti a indiqué que l’opération de déplacement du Costa Concordia, par sa société mère Carnival devait commencer à partir du lundi 21 juillet. Il a précisé que le bateau ne viendra à aucun moment dans les eaux territoriales françaises. Sur la demande de Madame Royal, il a également donné instructions pour que les documents et rapports élaborés par la société Carnival et par la protection civile italienne qui précisent le déroulement du déplacement du Costa Concordia et les mesures de précaution prises (prévention, pompage etc.) soient transmis à la France, dès demain jeudi 17 juillet.

Madame Royal continuera à suivre de près l’ensemble de l’opération.

Lire le communiqué officiel ici.

 
Jeudi 17 juillet 2014 à 15 h 31 possible report du départ du Costa Concordia :
Le début de la dernière phase de renflouement du Costa Concordia ayant pris du retard suite au fort vent de ces dernières heures (voir ci-dessous) et le mauvais temps prévu pour lundi 21 juillet (pluie et vent), il est possible que la date du départ soit repoussée.
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 15 h 16 tension entre l'Italie et la France :
Le Ministre de l’Environnement italien Gian Luca Galletti est très en colère suite à l’intervention de la Ministre française Ségolène Royal : "Je n'accepte pas que quelqu'un me rappelle les devoirs de contrôler notre mer, parce que c'est notre première préoccupation. Ils ne peuvent pas être plus inquiets que nous l’ayons été ces derniers mois, nous avons fait des études, des recherches, nous avons des exigences très strictes que ce soit Carnival ou le responsable du transfert du Concordia." 
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 15 h 07 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Malgré les vents forts qui ont provoqué une interruption des activités pendant la nuit, les plongeurs travaillent pour relier les dernières chaînes et câbles. À l'heure actuelle, il ya encore deux chaînes et quatre câbles à raccorder sur les flotteurs tribord (S4, S5, S18). La chaîne liée au flotteur tribord S12 a atteint sa position finale et dans les prochaines heures, la connexion sera terminée.
 
Jeudi 17 juillet 2014 à 9 h 25 la France peut-elle retarder le départ du Costa Concordia :
Selon les informations des médias italiens et français, la Ministre Ségolène Royal souhaite des preuves et des garanties sur le remorquage du Costa Concordia et son passage le long des côtes françaises de Corse. D’après ces mêmes sources, la Ministre française menace d’interdire le départ du Costa Concordia de l’île de Giglio. Elle aurait aussi déclaré qu’elle a demandé au Ministre de la Défense l’envoi d’un navire antipollution de la Marine nationale. Selon certains médias italiens, cette intervention tardive de la Ministre française pourrait créer un froid entre les deux pays, pour ne pas dire un incident diplomatique.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 21 h 48 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les opérations de connexion et de tension des chaînes de 3 flotteurs tribord sont en cours. Le Concordia a émergé de la mer d'environ 3 mètres en moyenne, en particulier 2 mètres dans la zone de l'étrave et 4 à l'arrière. Pendant ce temps le remorqueur Blizzard est arrivé dans la région. 

Avec le Resolve Earl, déjà sur place, le Blizzard va remorquer l'épave pendant le transport. Le Concordia est actuellement maintenu en position grâce à deux autres remorqueurs le Garibaldo et le Red Wolf qui seront désormais rejoints par le Blizzard. 

Quant à l'environnement, les résultats d'aujourd'hui de la qualité des échantillons de l'eau prélevés sur le premier jour de la remise à flot ne montrent pas de problèmes critiques.

Prélèvements d’eau de mer pour analyse après la première partie du renflouement.

 
Mercredi 16 juillet 2014 à 20 h 11 :
Après le "Resolve Earl" (voir plus bas) un deuxième gros remorqueur le "Blizzard" long de 70m et 16m de large est arrivé à Giglio. Ils remorqueront le Costa Concordia à Gênes.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 19 h 44 conférence de presse Franco Porcellacchia :
Le représentant de Costa Croisières Franco Porcellacchia a déclaré aujourd’hui que la date du 21juillet reste la date la plus probable pour le départ du Concordia de Giglio. Il évoque le fait que les conditions météorologiques de ces dernières heures ont fait que le chantier a dû être arrêté cette nuit à cause du vent et cela pendant quelques heures.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 19 h 32 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les premiers résultats d’analyse de l’eau ne montrent rien de critique.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 16 h 45 début du renflouement ce soir ?
Nick Sloane le patron de l’opération pour Titan/Micoperi a déclaré lors de sa descente du Concordia ce matin, que l’opération pour raccorder les chaînes est plus longue que prévu, il est très difficile de travailler sous le navire et les chaînes pèsent plusieurs tonnes. Mais Nick Sloane n’exclut pas de pouvoir lancer l’opération finale dès ce soir mais cela sera difficile.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 14 h 56 la ministre de l'Environnement française à Bastia pour le passage du Costa Concordia :
Selon un média corse la ministre française de l’Environnement Ségolène Royal, s’est saisie du dossier Costa Concordia et de son passage proche des côtes corses. La ministre aurait contacté son homologue italien pour avoir plus de précisions.

Toujours selon des sources médiatiques, la ministre française pourrait envoyer un navire français pour la surveillance des côtes françaises lors du passage du convoi, et elle n’exclut pas d’être elle-même présente à ce moment-là. Au départ c’est le maire de Bastia qui a interpellé la ministre sur ce sujet.

 
Mercredi 16 juillet 2014 à 13 h 51 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Encore 3 chaînes et 5 câbles à connecter.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 12 h 37 communiqué de presse Costa Croisières :
Costa Croisières informe que les photographies et les vidéos présentés hier et aujourd'hui par des médias qui montrent l'intérieur du Concordia, ne sont pas des documents officiels et n'ont pas été validés par Costa Croisières et le consortium Titan Micoperi.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 10 h 23 :
La phase de renflouement définitive débutera normalement demain jeudi 17 juillet, si tout se passe bien.
 
Mercredi 16 juillet 2014 à 7 h 59 plongez sous le Costa Concordia :
Les premières images prisent sous le Costa Concordia avec les chaînes des caissons.
 
Mardi 15 juillet 2014 à 15 h 14 :
Pour l’ingénieur de Costa Croisières Franco Porcellacchia, après vérification à l’aide de robots sous-marins la coque du Costa Concordia est en très bon état.
 
Mardi 15 juillet 2014 à 14 h 29 communiqué de presse Protection civile :
Francesco CURCIO de la Protection civile a déclaré lors d’une conférence de presse que des recherches vont être menées à l’endroit où était  le Costa Concordia avant son déplacement pour retrouver le corps du membre d’équipage Russell Terence Rebello. Si les recherches n’aboutissent pas, elles reprendront directement dans le navire dès que ce dernier sera en cale sèche à Gênes (It).
 
Mardi 15 juillet 2014 à 14 h 13 communiqué de presse Titan/Micoperi de 13 h 00 :
Les opérations se sont poursuivies toute la nuit. Les activités préliminaires sous-marines liées au début de la dernière phase de l'opération de renflouage du Concordia sont en cours aujourd'hui. Les techniciens travaillent à connecter et à tendre les 4 dernières chaînes et les 6 câbles. L'épave est en position stable et solidement amarrée.
 
Mardi 15 juillet 2014 à 14 h 08 communiqué de presse Titan/Micoperi de 10 h 09 :
La première phase du renflouement est maintenant terminée. Les dernières chaînes sont en cours de fixations.
 
Mardi 15 juillet 2014 à 7 h 45 communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le premier jour de l'opération de renflouage du Concordia a été conclu avec succès. Confirmant les estimations des techniciens, l'épave est maintenant à flot grâce à la flottabilité des 30 flotteurs, à 2 mètres du fond marin, il a été remorqué pendant environ 30 mètres vers l'Est. L'épave est amarrée solidement et donc la première phase des opérations de renflouement est terminée. Autour et sous le Concordia, les opérations sont toujours en cours sur certaines chaînes et câbles qui sont connectés aux flotteurs.
Grazie "YouReporter.it" 
 
Lundi 14 juillet 2014 à 19 h 48 :
La deuxième phase qui débutera dès que le Costa Concordia aura atteint les 30m à l’Est, consistera à tendre les câbles des 19 derniers caissons posés après la rotation du mois de septembre 2013. Cette opération durera normalement 1 à 2 jours, et c’est mercredi ou jeudi que débutera le véritable renflouement qui devrait se terminer samedi 19 juillet si tout se passe bien. Lors de cette procédure les ponts, 6,5,4 et 3 seront émergés. La partie quant à elle qui restera immergée sera d’une hauteur de 18,5m environ. Le départ de l’île de Giglio est toujours prévu pour le lundi 21 juillet.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 16 h 16, un projet à 1,5 milliard d'euros :
Le PDG de Costa Croisières Michael THAMM a déclaré : "Je suis satisfait du projet technique. Le projet de renflouement nous aura coûté 1,5 milliard d'euros."
 
Lundi 14 juillet 2014 à 15 h 29, le Costa Concordia flotte à nouveau :
La première phase concernant le déplacement du navire 30m à l’Est, est en cours d’achèvement. La base de la coque n’a pas trop souffert et il apparaît comme un navire très solide.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 11 h 11 :
Le Costa Concordia s’est détaché de la plateforme sous-marine. Il ne manque plus qu’un mètre pour atteindre le seuil de déplacement du Costa Concordia à 30m à l’Est.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 09 h 40, à 8 h 30 la proue du Costa Concordia a eu un fort mouvement :
 
Lundi 14 juillet 2014 à 09 h 21 :
Une inspection est en cours à la proue (avant) du navire, pendant que la poupe (arrière) se soulève lentement. Les autorités italiennes déclarent que pour l’heure il n’y a aucun rejet polluant qui s’échappe du Costa Concordia.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 09 h 11, un commentaire du ministre de l’Environnement Gian Luca GALLETTI :
"Je pense qu’il ne sera pas nécessaire de mettre en œuvre toutes les mesures préventives que nous avions prévues. Ma première pensée est pour la mémoire des victimes, mais maintenant que nous sommes à l'apogée il y a aussi un peu de fierté. Je vois des personnes très motivées, beaucoup de technologie et un fort désir de prouver que l'Italie est capable de le faire."
 
Lundi 14 juillet 2014 à 08 h 37, un commentaire de Nick SLOANE :
"Nerveux ? Un peu. Aujourd'hui, nous allons découvrir si nos calculs étaient exacts ou si nos données se révéleront être loin de nos attentes. Le temps est bon."
 
Lundi 14 juillet 2014 à 08 h 26, le Costa Concordia commence à bouger :
Le Costa Concordia commence à bouger, il se soulève au niveau du plancher artificiel fait de sac de mortier…
 
Lundi 14 juillet 2014 à 07 h 18, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les opérations de renflouement ont débuté comme prévu à 6 h ce matin, Nick SLOANE a rejoint son équipe dans la salle de contrôle sur le Costa Concordia.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 06 h 20 :
Selon le site La nazione, il y a 500 personnes qui travaillent sur le projet, dont 120 plongeurs, 70 experts en soudage et en menuiserie, les pilotes et 60 techniciens, 60 membres du personnel de la logistique et de la sécurité, 50 ingénieurs, 140 membres de l'équipage travaillent à bord de 30 navires et 10 biologistes de l'Université de La Sapienza de Gênes. Il y a vingt-six nationalités qui travaillent sur le projet.
 
Lundi 14 juillet 2014 à 06 h 10 :
Le dernier ferry de la Toremar quitte l’île de Giglio :
 
Lundi 14 juillet 2014 à 05 h 55 :
Le démarrage du renflouement du Costa Concordia va débuter;
 
Lundi 14 juillet 2014 à 03 h50 :
Les dernières heures du Costa Concordia dans cette position.
Les télévisions comme la chaîne américaine NBC News ou la RAI s’installent à Giglio :
 
Dimanche 13 juillet 2014, information police italienne :
La circulation maritime et aérienne au-dessus de l’île de Giglio, sauf autorisation spéciale, sera interdite demain lundi à partir de 8 h et pour une durée de 6 heures…
 
Dimanche 13 juillet 2014, communiqué de presse Costa Croisières :
En ce qui concerne l'issue de la réunion de l'Observatoire de suivi qui s'est tenue aujourd'hui, Costa Croisières a publié la déclaration suivante. 
"Nous sommes heureux que la documentation envoyée aux autorités a été bien reçue. Tout est en place et prêt, l'équipe de sauvetage a réussi les tests techniques et si les conditions météorologiques et maritimes restent favorables l'opération de renflouement débutera comme prévu lundi matin", a déclaré le PDG de Costa Croisières Michael Thamm. "C'est une opération complexe jamais essayée avant, mais nous savons que nous pouvons compter sur les meilleurs techniciens dans le monde. Je leur souhaite tout le meilleur pour la réussite de ce grand défi." 

L'opération de renflouement est prévue de commencer à 6 h le lundi 14 juillet. Pendant la première étape, le Concordia sera renfloué d’environ 2 mètres puis déplacé au large des plates-formes à 30 mètres vers l'est avec l'aide de remorqueurs. Le navire sera alors solidement amarré et les techniciens seront en mesure de compléter la fixation et la tension des derniers câbles et les chaînes, et de descendre les flotteurs tribord à leur position finale. Le renflouement réel commencera alors, levant le navire d'un pont à la fois, à partir du pont 6 au pont 3. L'opération devrait en tout prendre environ 6 ou 7 jours pour la finalité. Le départ du Concordia de Giglio est actuellement prévu pour le 21 juillet. 

 
Dimanche 13 juillet 2014, communiqué de presse Protection civile italienne :
L'Observatoire de surveillance a considéré comme valide la documentation supplémentaire fournie par Costa Croisières au cours des derniers jours pour donner son autorisation à l'opération de renflouage du Concordia: il est le résultat de la réunion qui a pris fin il ya quelques minutes dans les locaux du ministère de la protection civile par le commissaire à l'urgence, Franco Gabrielli

L'autorisation sera officialisée demain ( aujourd'hui dimanche) une fois que les derniers détails seront disponibles. 
Par conséquent, si les conditions météorologiques le permettent, l'opération de renflouement commencera le lundi 14 Juillet. 
Les détails sur le fonctionnement et la confirmation sur le début de l'opération sera assurée demain, à l'île de Giglio, au cours d'une conférence de presse prévue à 16 heures dans la salle de conférence de presse mis en place à l'école Raniero Maltini situé 41, Via Provinciale à Giglio Porto. 

 
Dimanche 13 juillet 2014, pas de triomphalisme : 18 h 59
Pour le directeur général de Costa Croisières Michael Thamm: "Non, ce n'est un moment de triomphe et d'enthousiasme, quand ont repensent à cette nuit fatidique."
 
Dimanche 13 juillet 2014, Franco GABRIELLI une pensée pour les 33 victimes :
Le chef de la Protection civile et commissaire au gouvernement Franco GABRIELLI a déclaré lors d’une conférence de presse à Giglio aujourd’hui qu’il fallait avoir une pensée en ce jour du début du renflouement pour les 33 victimes, il y inclut le plongeur décédé sur le chantier du Costa Concordia…
 
Dimanche 13 juillet 2014, un départ du Costa Concordia le samedi 19 juillet n'est pas exclut :
L’ingénieur de Costa Croisières Franco Porcellacchia n’exclut pas un départ du Costa Concordia plus tôt que la date prévue : "Le voyage du Costa Concordia de l'île de Giglio à Gênes, dont le départ est prévu pour le lundi 21 peut être ramené au samedi 19 dans le cas où il n'y a pas de contretemps dans le renflouement et que les conditions météorologiques sont optimales."
 
Dimanche 13 juillet 2014, communiqué de presse Costa Croisières/Titan/Micoperi :

Les opérations de renflouement débuteront demain lundi 14 juillet à 6h du matin…

Nick Sloane "Nous sommes prêts, nous remercions les habitants de Giglio."

Franco Porcellacchia, "Nous avons la quasi-certitude que tout va bien se passer."

 
Dimanche 13 juillet 2014, confirmation du démarrage du renflouement pour demain lundi à 6h :

Les dernières informations de l’île de Giglio confirment que même avec un temps annoncer pluvieux, mais un vent faible, les opérations de renflouement pourront débuter demain lundi et cela dès 6h du matin.

Le chef de la Protection civile et commissaire au gouvernement Franco GABRIELLI est déjà sur l’île, le ministre de l’Environnement Gian Luca GALLETTI devrait arriver dans l’après-midi, la présidente de l’Observatoire Maria SARGENTINI sera aussi sur l’île avec d’autres membres de la commission de surveillance.

Pour la présidente de l’Observatoire qui a une totale confiance dans l’opération, précise : "L'Observatoire, après le feu vert préliminaire au projet hier, devrait lors de la journée donner son dernier accord."

Selon un communiqué de Costa Croisières, le Concordia quittera l’île de Giglio le lundi 21 juillet…

À noter que pas moins de 380 journalistes sont déjà présents sur l’île de Giglio pour suivre l’évènement…

 
Dimanche 13 juillet 2014, le renflouement débute demain matin lundi à 6h :

L’Observatoire de surveillance a donné hier à Rome le feu vert pour démarrer le renflouement du Costa Concordia. Le Consortium Titan/Micoperi et Costa Croisières prévoient le début de l’opération si les conditions météorologiques le permettent, le lundi 14 juillet à 6h du matin. Le renflouement devrait durer entre 6 et 7 jours… Le balisage et les barrages antipollutions sont en cours d’élargissement autour du Costa Concordia…

 
Samedi 12 juillet 2014, info site Le Concordia :
Deux remorqueurs se mettent en position de maintien et de déplacement du Costa Concordia sur son côté bâbord. Les opérations de désamarrage du navire des plates-formes vont pouvoir dans les heures qui viennent commencer en vue de la première phase à 2m du renflouement prévu lundi 14 juillet.
 
Samedi 12 juillet 2014, info site Le Concordia :
Un très grand nombre de visiteurs du site se posent la question sur l’utilité des remorqueurs au moment du renflouement, la raison est simple. Aujourd’hui, le navire est maintenu amarré aux plates-formes sous-marines, quand l’opération de renflouement débutera le Costa Concordia ne sera plus amarré à ces plates-formes. Les courants et les vagues même faibles vont pousser le navire une nouvelle fois sur l’île, les remorqueurs seront là pour le maintenir à distance et éviter ainsi qu’il s’échoue une nouvelle fois sur les rochers.

Le déplacement de 30m vers l’Est, sert en fait à dégager les 15 caissons du côté tribord (côté île) pour qu’ils se mettent au niveau des 15 caissons du côté bâbord. Ces 15 caissons sont légèrement surélevés par rapport à leur position normale, cela est dû au fait que le sol sous-marin est en pente. Pour rappel, ces 15 caissons ne sont pas fixés directement sur la coque du Costa Concordia, mais maintenus par des câbles d’acier qui donnent une souplesse et une mobilité à ces caissons. Ils ne peuvent pas occasionner de dégât à la coque du Costa Concordia, des amortisseurs ont étaient placé tout le long du navire pour éviter tous dégâts.

 
Samedi 12 juillet 2014, restrictions et interdictions :
Pendant la première phase du renflouement, normalement lundi 14 juillet, le survol de l’île de Giglio sera interdit, la navigation sera réglementée et seuls les navires du consortium, garde-côtes et autorisations spéciales pourront circuler. Les plages et lieux de baignade aux abords du chantier seront interdits.
 
Samedi 12 juillet 2014, info site Le Concordia :
La barge et sa grue "Conquest MB1" qui a servi à la pose des 19 derniers caissons a quitté hier l’île de Giglio remorquée par le Red Wolf et elle arrive dans le port de Piombino (It).
 
Samedi 12 juillet 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les remorqueurs vont être connectés aujourd'hui à l’aide d’amarres au Costa Concordia pour le démarrage du renflouement.
 
Vendredi 11 juillet 2014, info site Le Concordia :
Un des remorqueurs du Costa Concordia est le "Resolve Earl", il est arrivé hier jeudi, il mesure 69,7m de long pour 15,91m de large et pour une jauge brute de 2311, un monstre dans sa catégorie. Un autre remorqueur est aussi présent le Red Wolf 35m X 12m, qui est souvent intervenu sur le chantier du Costa Concordia…
 
Vendredi 11 juillet 2014, info site Le Concordia :
La grue qui se trouve sur le pont supérieur du Costa Concordia depuis quelques mois est en cours de démontage.
 
Jeudi 10 juillet 2014, le Costa Concordia un navire hors normes :

Nous connaissons aujourd’hui le jour (le 14 juillet) ou débutera le renflouement du Costa Concordia, bien que l’Observatoire de surveillance étudiera les derniers documents des essais de tout les systèmes de remise à flot et des systèmes de sécurité jusqu’à la dernière minute.

Par contre, la date du départ n’est toujours pas fixée, et on ne le saura peut-être que la veille du départ de l’île de Giglio conditions météorologiques obligent.

Ce qui se confirme aujourd’hui et que l’on savait depuis longtemps c’est que le départ du convoi et son parcours ne se feront pas dans la discrétion. Des dizaines de bateaux vont suivre le convoi jusqu’à Gênes (It) en dehors des bateaux du consortium Titan/Micoperi qui auront en charge le nettoyage des produits et matériaux qui s’échapperaient du Costa Concordia.

Des dizaines d’autres bateaux donc, où seront embarqué, des experts en biologie marine qui auront en charge de surveiller le sanctuaire des cétacés et de signaler tout passage de Dauphins ou de Baleines. Il y aura aussi les bateaux des Gardes Côtes, des nombreux médias qui commencent à s’inscrire sur le site The Parbuckling Projet pour avoir les accréditations, les associations écologistes comme Greenpeace, les curieux, les vacanciers en ballades sur des bateaux de plaisance, etc. Sans oublier les hélicoptères de surveillances et des médias, les satellites civils et militaires.

On le remarque, le dernier voyage du Costa Concordia ne passera pas inaperçu, même les plus prestigieux navires au monde qui sont partis à la casse comme le Norway (ex-France) ou le porte-avions le Clemenceau, n’ont pas connu un tel engouement et un tel cortège pour se rendre sur le lieu de leur démantèlement.

 
Mercredi 9 juillet 2014, comment ça marche le renflouement :

Comment les caissons vont-ils être vidés de l’eau qui se trouve à l’intérieur et remplacée par de l’air pour renflouer le Costa Concordia.

Une pompe individuelle pneumatique à membranes est installée sur chaque caisson, elle est entraînée par de l’air comprimé. À l’intérieur de chaque pompe se trouve deux membranes reliées entre elles par un arbre, elles vont être tirée et poussées alternativement par un distributeur d’air, et à chaque déplacement d’une des deux membranes de droite à gauche, l’eau sera aspirée du caisson pour être refoulé vers le haut.

Au fur et à mesure que l’eau sera refoulée du caisson ce dernier se remplira automatiquement d’air et deviendra plus léger et la pression de l’air qui augmente à l’intérieur donnera une poussé vers le haut et comme pour un ballon que l’on immergerait dans de l’eau et que l’on relâcherait le caisson remontera à la surface, mais à la grande différence c’est que l’eau sera refoulée lentement pour éviter une remontée trop violente et par là même une pression trop forte sur la structure du Costa Concordia.

Les pompes vont être divisées en deux zones de 15, la partie avant (la proue) du navire et la partie arrière (la poupe). Elles seront commandées par un système informatique très sophistiqué qui se trouvera à l’intérieur du poste de commandement. Elles auront le même débit d’aspiration et de refoulement, ce qui permettra un renflouement linéaire de l’arrière du Costa Concordia et ensuite de l’avant.

Deux systèmes de motorisation seront disponibles, un système électrique et un système diesel, un sera placé en système de secours pour prévenir tout risque de panne sur un des deux systèmes.

Tous les systèmes électriques, pneumatiques, hydrauliques et de pompage se trouvent sur le Costa Concordia, idem pour le poste de commandement d’où seront gérées les opérations de renflouement.  

 
Mardi 8 juillet 2014, "Feu vert" pour le renflouement :

L’Observatoire de surveillance a donné le feu vert pour le renflouement du Costa Concordia. Les derniers tests sur les systèmes électriques et pneumatiques se poursuivent. Le 14 juillet débutera le renflouement du navire, comme pour la rotation un poste de commandement sera installé, mais cette fois-ci il sera sur le pont supérieur du Costa Concordia. Nick SLOANE sera là encore aux commandes.

Pour la première étape qui durera environ deux jours, le Costa Concordia sera renflouer sur une hauteur de 2m, puis il sera déplacer par les remorqueurs à 30m à l’Est de l’île de Giglio. Ensuite la deuxième étape consistera à le renflouer du pont 6 au pont 3, avant son départ pour le port de Gênes prévu vers le 20 juillet.

Le renflouement débutera par la poupe (arrière) du navire, puis viendra le redressement de la proue (avant). Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi étudient encore les divers problèmes techniques qui peuvent subvenir, la pire hypothèse pour eux ce serait que lors de la première partie du renflouement, cet à dire le moment de renflouer la poupe, le Costa Concordia glisse et sombre dans une profondeur de 100m. Un scénario catastrophe que personne ne souhaite voir se réaliser.

Le ministre de l’Environnement italien Gianluca Galletti a déclaré qu’il serait sur place pour cette opération de grande envergure jamais réalisée pour un navire de cette taille. Il a déclaré "Je serai présent et je serai un policier inflexible !"

 
Lundi 7 juillet 2014, nouvelle réunion demain mardi :

L’Observatoire de surveillance qui s’est réuni aujourd’hui à Florence (It) a examiné les documents et les procédures en vue du renflouement et du remorquage du Costa Concordia, fourni par Costa Croisières et Titan/Micoperi.

Pour la présidente Maria SARGENTINI, il reste à vérifier certains aspects des opérations, des détails qui permettraient de faire un suivi précis de la procédure de renflouement et de remorquage comme pour le redressement en septembre dernier. Doit être mis au point l’échange d’informations constant entre les services concernés par l’opération du retrait du navire.

L’Observatoire attend un complément d’information de la part du consortium Titan/Micoperi et Costa Croisières, et pourra à réception de la documentation complète donner ses conclusions définitives.

La présidente souhaite aussi avoir toutes les garanties que Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi restaureront l’environnement marin comme avant l’accident et qu'ils supprimeront les plates-formes, les 11 tours d’encrage et les centaines de sacs de mortier du plancher artificiel qui ont servis au redressement et soutient du Costa Concordia, et cela immédiatement après le départ du navire de l’île de Giglio.

Demain mardi 8 juillet une nouvelle réunion se tiendra à Florence (It) avec les responsables des gardes-côtes pour la surveillance de l’opération finale.

 
Lundi 7 juillet 2014, l'Observatoire de surveillance se réuni ce matin à Florence (It) :

L’Observatoire de surveillance se réuni à 10h ce matin à Florence (It) au siège de la Région Toscane, seront présent à cette réunion :

Marie Sargentini Présidente de l’Observatoire, Franco Gabrielli chef de la Protection civile et commissaire au gouvernement pour le retrait du Costa Concordia, Siro Corezzi du ministère de l’Environement, l’amiral Stefano Tortora de la Protection civile, Massimo Luschi de la Province de Grosseto, Mario Pellegrini adjoint au maire de l’île de Giglio, Ennio Aquilino du département incendie et du ministère de l’Intérieur, Marcello Ceccanti responsable du service mer à l’ARPAT, Danilo Giaquinto du ministère des Transports et des Infrastructures, Gianluca D' Agostino Capitaine de frégate et Commandant général de la Capitainerie du port, Luigi Alcaro de l’ISPRA, Mauro Dionisio du ministère de la Santé, Eleonora Soggiu de l’Institut national de la santé, seront aussi présent à cette réunion les représentants de Costa Croisières, Titan/Micoperi en charge du retrait du navire.

L’ordre du jour de cette réunion sera de faire la mise au point de l’avancement des travaux de renflouement et des premiers tests d’évaluation du système technique. Seront aussi étudiés le projet WP8, qui concerne le renflouement et le remorquage et le projet WP9, qui concerne la restauration et le nettoyage des fonds marins après le départ du Costa Concordia. Cette réunion devrait donner le feu vert pour le lancement du projet renflouement et le départ vers le port de Gênes (It).

 
Dimanche 6 juillet 2014, le Concordia après le renflouement :
Le Costa Concordia dans sa configuration définitive après le renflouement et prêt à partir pour le port de Gênes, avec une ligne de flottaison à environ 18,5 m au lieu des 8 m habituel.
Image The Parbuckling project
 
Dimanche 6 juillet 2014, restitution du Concordia à Costa Croisières :
Les magistrats ont accepté vendredi 4 juillet, la demande présentée par les avocats de Costa Croisières de lever la saisie sur le Costa Concordia et cela pour que le navire puisse être renfloué, remorqué et démantelé à Gênes. L’association CODACONS et les avocats de Francesco SCHETTINO s’étaient opposés à cette restitution, du fait que pour eux l’enquête technique n’est pas terminée, plus précisément sur la résistance des portes étanches à l’eau. Le tribunal n’a pas suivi cette requête et a restitué le Costa Concordia à son propriétaire Costa Croisières. Plus rien n’empêche aujourd’hui le navire de quitter l’île de Giglio dans les prochains jours…
 
Jeudi 3 juillet 2014, une vidéo sous-marine du Costa Concordia :
Grâce aux Carabiniers italiens, plongez dans les entrailles du Costa Concordia.
 
Jeudi 3 juillet 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :

Tous les caissons sont maintenant installés. Les techniciens vont pouvoir commencer à tester tous les systèmes avant le renflouement de l'épave.

L’installation du dernier caisson le P1 sur le côté bâbord de l'épave du navire de croisière Costa Concordia a été effectuée comme prévu cet après-midi. Maintenant, avant l'autorisation de l'Observatoire, les techniciens peuvent commencer à tester tous les systèmes pour le renflouement final du Concordia.

"Après l'installation du dernier caisson, nous pouvons commencer le compte à rebours pour le renflouement et le départ définitif de l'épave de l'île de Giglio", a déclaré le PDG de Costa Croisières Michael Thamm"Maintenant, toutes nos énergies se concentrent sur ​​la conclusion de ce défi technique sans précédent pour respecter un engagement précis, enlever l'épave Concordia dès que possible, dans le respect des normes environnementales et de sécurités les plus élevées."

Un total de 30 caissons ont été positionnés sur les deux côtés du Concordia. Lorsque l'opération de renflouement commencera, les caissons seront progressivement vidés de l'eau de ballast au moyen d'un système pneumatique fournissant ainsi la flottabilité nécessaire de renflouer l'épave. À la fin de cette opération, l'épave disposera d'une ligne de flottaison d'environ "18,5 mètres". Le Concordia pourra ensuite quitter l'île de Giglio et être pris en charge à Gênes, pour le démontage et le recyclage.

Site officiel retrait du Costa Concordia : The Parbuckling project.
 
Jeudi 3 juillet 2014, la justice italienne doit restituer le Concordia à Costa Croisières avant :

Si l’on connaît maintenant le port de démantèlement du Costa Concordia, "Gênes", bien que le président de la Région toscane Enrico ROSSI, ne semble pas vouloir abandonner l’idée de faire venir le Costa Concordia à Piombino (It). Il relance une nouvelle fois le gouvernement et son président Matteo RENZI, en brandissant les risques d’un remorquage à Gênes (It) et le blocage de ce départ, par le fait que le port de Piombino aura dans les mois qui viennent le démantèlement des plus gros navires de la Marine italienne.

Oui, mais le port de Piombino n’est toujours pas opérationnel, et ne le sera qu’au mois de septembre si tout va bien, le risque de laisser une année de plus le Costa Concordia à Giglio est impensable pour les habitants de l’île de Giglio et ses élus.

Mais dans toute cette polémique, un détail a été oublié, le fait que le Costa Concordia est toujours sous la saisie du Tribunal de Grosseto (It), dans le procès de Francesco SCHETTINO, l’ex-commandant du navire. Tant que le tribunal de Grosseto de restituera pas cette pièce maîtresse du procès à Costa Croisières, le Costa Concordia ne pourra pas être démantelé, pire il pourrait rester à… Giglio !!

Les avocats de Costa Croisières déclarent qu’il faut attendre les suites du procès et surtout les audiences techniques qui doivent encore avoir lieu.

Deux possibilités peuvent se présenter aujourd’hui, la première les magistrats donnent l’autorisation de remorquer le Costa Concordia à Gênes avec le risque (en cas de nouveau naufrage) de perdre la preuve du naufrage et les raisons exactes de ce naufrage, et un vice de forme mis en avant par la défense de Francesco SCHETTINO. Par contre le remorquage ne signifierait pas le démantèlement total ou partiel du navire dans les semaines qui viennent et cela dans l’attente de la fin de la procédure judiciaire et les enquêtes techniques à venir.

La deuxième possibilité, les magistrats refuse la restitution et le départ de l’île de Giglio du Costa Concordia, et là les chances de Piombino peuvent être revues par le gouvernement italien, et cela si le navire devait rester sur l’île de Giglio au-delà du 8 août, date limite de la fenêtre météorologique donner par les experts.  

On le remarque le Costa Concordia n’est peut être pas encore partie de l’île de Giglio.

 
Jeudi 3 juillet 2014, info site Le Concordia :
Ce matin à 7 h 30 a débuté la pose du dernier caisson le P1…
 
Jeudi 3 juillet 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson P2 côté bâbord a été installé avec succès hier en fin de matinée.
 
Mardi 1er juillet 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson P2 a été soulevé de la barge de transport par la grue "Conquest MB1" et maintenant il va être submergé. Dans les heures qui suivent, il sera connecté à l'épave. Après cette installation, les techniciens vont progresser avec le dernier des 30 flotteurs le P1. Dans la phase de remise à flot, les flotteurs seront progressivement vidés de l'eau de ballast par des systèmes d'air comprimé, permettant à l'épave d’être renflouée.
 
Mardi 1er juillet 2014, communiqué de presse Costa Croisières :

Avec l'approbation du gouvernement de transporter le Concordia à Gênes, les techniciens seront prêt pour le renflouement de l'épave dans deux semaines. 

Gênes - 30 juin 2014 - suite à la décision prise aujourd'hui par le Conseil des ministres italien d'autoriser le remorquage de l'épave Concordia à Gênes pour le démontage et le recyclage, Costa Croisières a émis la déclaration suivante.

"L'approbation du Cabinet du projet pour le transport du Concordia à Gênes pour le démontage et le recyclage signifie que la réalisation de l'objectif que nous nous sommes fixé il y’a deux ans et demi - à savoir l'élimination sûre et définitive de l'épave de l'île de Giglio - est maintenant bien en vue", a déclaré Michael Thamm PDG de Costa Croisières. "Nous sommes maintenant à deux semaines du renflouement du navire. Nous superviserons la phase finale du projet Concordia avec le même engagement et l'attention que nous avons mis dans ce défi depuis le début, en utilisant les meilleurs experts et les meilleures technologies, dans le respect des normes de sécurité de l'environnement les plus élevés, et en pleine coopération avec les autorités.

Avec le feu vert pour le remorquage de l'épave Concordia à Gênes, les plus de 350 techniciens Titan Micoperi qui travaillent 24/7 à l'île de Giglio peuvent désormais compléter rapidement les opérations de préparation de renflouement. Actuellement, seuls deux autres flotteurs doivent encore être installés pour atteindre le total de 30 nécessaire pour renflouer l'épave. Le renflouement devrait commencer à la mi-juillet sur autorisation de l'Observatoire de surveillance, et le départ définitif de l'île de Giglio est prévu d'ici la fin du mois.

Le dernier voyage du Concordia sera exécuté par Titan Micoperi, le consortium chargé de mener à bien l'opération de sauvetage sur l'île de Giglio." a expliqué Michael Thamm"Une fois que le navire sera à Gênes, nous serons en mesure de compter sur les compétences techniques et de gestion de pointe du consortium formé par Saipem, portant sur ​​les aspects environnementaux des opérations de démantèlement du Concordia, et San Giorgio del Porto, le premier chantier naval en Italie pour être dans ce registre le spécialiste des navires, du respect de l'environnement et des installations de recyclage, qui a plusieurs décennies d'expérience dans la réparation des navires et le réaménagement. La solidité technique et financière de Saipem / SGDP représente une garantie importante pour le projet."

Les dernières phases du projet d'enlèvement de l'épave Concordia - renflouement, transport et le démantèlement/recyclage - seront expliquées en détail par Costa Croisières et ses partenaires au cours des prochains jours. Les informations sur le déroulement des opérations et les détails par des séances d'information des médias à venir seront affichées sur le site Web du projet:www.theparbucklingproject.com . 

Transport de l'île de Giglio à Gênes. 

Une fois qu'elle est à flot, l'épave sera remorquée jusqu'au port de Gênes Voltri sous la direction de l'équipe Titan Micoperi, qui est déjà en charge de l'opération de sauvetage Concordia. Il se rendra à une distance d'environ 190 miles nautiques à une vitesse moyenne de 2 nœuds, prenant environ 4 jours. La fenêtre de temps pour le transport statistiquement tombe dans la période caractérisée par les meilleures conditions de la mer et du temps. Des études et des analyses ont confirmé la sécurité de la méthode de transport prévu. Comme cela a toujours été le cas dans toutes les phases du projet d'enlèvement Concordia, la protection de l'environnement est la priorité absolue. Le navire sera remorqué à basse vitesse et escorté par d'autres navires, d'équipements et de personnel spécialisé, y compris une équipe d'experts en biologie marine, prête à intervenir en cas de problème.

Pour le projet de démantèlement/recyclage.

Démontage et recyclage sera assuré par un consortium formé par Saipem, une partie du groupe ENI, propriété de l'État, leader dans les projets d'ingénierie et de l'environnement, et de San Giorgio del Porto, un chantier naval actif depuis 1928 dans la réparation des navires et le réaménagement, le premier chantier naval Italien pour être connu dans le registre spécialisé des navires, de l'environnement et de la remise en état avec des installations de recyclage.

Le plan Saipem / San Giorgio del Porto pour le démontage et le recyclage de l'épave Concordia sera réalisé en quatre phases distinctes, qui devraient durer au total 22 mois. Dans la première, le port de Gênes Voltri sera préparait à recevoir le bâtiment et les activités de démantèlement des navires, y compris le démontage du mobilier et des aménagements intérieurs sur les ponts au-dessus de l'eau. Dans la deuxième phase, l'épave sera transférée de la Voltri Breakwater sur le quai "Molo Ex Superbacino", où les structures des ponts 14 à 2, seront démantelées. La troisième phase consistera en des activités préparatoires pour le transfert de l'épave dans la cale sèche 4 : à ce stade, les flotteurs seront supprimés et les lieux de stockage des produits alimentaires et les chambres froides du pont 0 seront nettoyés. Dans la quatrième et dernière phase, les opérations seront effectuées dans la zone séparée de la cale sèche 4, avec le démontage complet de l'épave, la suppression des autres aménagements intérieurs, le nettoyage des différentes zones et la démolition finale de toutes les structures restantes. Cette phase se terminera par un traitement approprié, l'élimination et le recyclage des matériaux de rebut.

Le projet d’enlèvement de l’épave Concordia.

L'enlèvement de l’épave Concordia est un exploit d'ingénierie technique extrêmement complexe - considéré comme le plus grand sauvetage jamais réalisé sur un navire de cette taille - avec le déploiement des meilleurs experts internationaux, la technologie state-of-the-art et des ressources financières sans précédent.

Les priorités du projet étaient claires dès le départ : le respect de l'environnement, la sécurité et la protection de l'île et du tissu socio-économique de Giglio, lieu du chantier. 

L'épave Concordia a été tournée dans une position verticale grâce au succès de l’opération de parbuckling du 17 septembre 2013.  

Rossella Carrara - Responsable communication du projet enlèvement de l'épave Concordia.

 
Mardi 1er juillet 2014, le gouvernement italien valide le port de "Gênes" :

Le gouvernement italien a validé le port de Gênes pour le démantèlement du Costa Concordia. Le renflouement commencera d’ici deux semaines pour un départ à la fin du mois de juillet au plus tard.

Les deux derniers caissons P1 et P2 sont arrivés à Giglio, la pose du caisson P2 va débuter.

 
Lundi 30 juin 2014, le "Rainbow Warrior 3" est à Giglio :
 
Le "Rainbow Warrior 3" navire amiral de l’association Greenpeace s’est positionné à l’arrière de la barge "Conquest MB1" et la poupe du Costa Concordia.
 
Samedi 28 juin 2014, le "Rainbow Warrior 3" va suivre le convoi du Concordia à Gênes :
L’association écologiste Greenpeace par la voix de son nouveau président Andrea PURGATORI, à fait savoir que le navire amiral de l’association le "Rainbow Warrior 3", va suivre le convoi du Costa Concordia : "Nous allons suivre le remorquage du Concordia de la mer et du ciel. Nous sommes très préoccupés, nous avons soulevé de nombreuses questions de ce voyage à Gênes parce que cela va durer 6 à 7 jours avec de très grands risques. Nous n’en faisons pas une question politique, mais en raison du risque réel si le navire venait à avoir un accident ou si un des caissons venait à casser." (Info Reuters)
 
Samedi 28 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson P15 côté bâbord a été installé avec succès.
 
Samedi 28 juin 2014, info site Le Concordia :
La pose du caisson P15 sur le côté bâbord du Costa Concordia a commencé ce matin à 7 h 30.
 
Vendredi 27 juin 2014, le Concordia ne pourra pas passer un autre hiver à Giglio :
Franco GABRIELLI chef de la Protection civile et commissaire au gouvernement pour le retrait du Costa Concordia a déclaré aux habitants de l’île de Giglio que le Concordia ne pourrait pas passer un nouvel hiver sur l’île de Giglio  : "Aujourd'hui nous attendons le feu vert du Conseil des ministres et de l'Observatoire pour enlever le navire le 20 juillet. Le navire ne peut pas passer un autre hiver, il ne pourra pas le supporter voilà le problème. La seule solution passe par des choses possibles et souhaitables, le déplacement du navire à Gênes avec une fenêtre favorable qui va du 13 juillet au 8 août. C’est la période où il y a statistiquement des conditions climatiques plus favorables. Le départ du navire doit se faire dans la continuité du renflouement, comme indiqué par la décision du gouvernement."
 
Vendredi 27 juin 2014, communiqué de presse Costa Croisières :

Une rencontre avec la population a eu lieu hier jeudi 26 juin à l'île de Giglio. Le commissaire à l’urgence pour le Concordia Franco Gabrielli, le coordinateur du projet pour l'élimination du Concordia Franco Porcellacchia, et le chef des finances de Costa Croisières Beniamino Maltese, avec la présence du maire Sergio Ortelli, ont débattu sur l'état des opérations et expliqué la phase de remise à flot. Le premier des quatre derniers flotteurs latéraux bâbord (P14) est maintenant en cours d'installation. Une fois que la phase d'installation des flotteurs sera accomplie, les techniciens vont commencer à tester les systèmes et procéderont ensuite à la phase finale du projet : renflouement du Concordia à la mi-juillet.

L'opération de renflouement va être divisée en quatre phases.

Phase 1 : renflouement partiel et mouvement de l'épave. Le premier jour le navire sera renfloué d'environ 2 mètres et remorqué à environ 30 mètres à l'est. Cette phase durera environ 6 heures, au cours de laquelle la navigation sera interdite. A la fin de cette phase, l'épave sera stabilisée et maintenue en position par des remorqueurs.

Phase 2 : connexion et tension des quatre dernières chaînes et des 7 câbles et positionnement définitif de certains des flotteurs tribord. Cette phase durera environ 2 jours.

Phase 3 : renflouement. L’eau sera vidée de l'intérieur des flotteurs par étape, un pont à la fois, à partir du pont 6 au pont 3 où l'épave atteindra sa position de renflouement finale (Photo ci-dessous).

Phase 4 : manœuvres finales et départ. L'épave sera connectée et tirée par les bateaux, et après les dernières vérifications, les manœuvres de s'écarter vont commencer. Durant cette phase, le trafic du port sera suspendu pendant environ 4 heures pour permettre que les opérations aient lieu en toute sécurité. A ce stade l'épave, et tous les autres navires du convoi, partiront de l'île.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
 
Vendredi 27 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson P14 côté bâbord a été installé avec succès.
 
Jeudi 26 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La pose du caisson P14 sur le côté bâbord du Costa Concordia a commencé cet après-midi.
 
Jeudi 26 juin 2014, communiqué de presse Costa Croisières :

Costa Croisières : Notre objectif est la réussite du projet Concordia. 
Dans trois semaines, les techniciens seront prêts à remorquer l'épave. 
Le transport et le démantèlement de l'épave à Gênes sont la seule solution valable en Italie. 
Les évaluations techniques positives exprimées par les 17 autorités publiques sur un total de19 dans la Conférence des services ont rassuré sur la validité de notre choix.

Rome, le 25 juin 2014 – La dernière réunion de la Conférence des services s'est tenue hier à Rome, Costa Croisières réaffirme les motivations pour le choix de transporter l'épave Concordia à Gênes pour son démantèlement et son recyclage. Gênes est le seul port italien dans lequel les activités de démolition et de recyclage peuvent commencer immédiatement et compter sur les meilleures technologies possible et les normes de sécurité pour l'environnement. 

Notre entreprise veut honorer un engagement précis : enlever l'épave dès que possible, en toute sécurité et aux normes environnementales les plus élevées. Pour atteindre cet objectif, nous avons fourni la meilleure expertise, les solutions technologiques les plus avancées, et des ressources financières sans précédent. En trois semaines, nous serons prêts à remorquer le Concordia de l'île de Giglio, dans une période de temps qui présente statistiquement les conditions météorologiques et maritimes les plus favorables. Compte tenu de ce délai, la seule solution est le transport de l'épave dans un endroit qui est entièrement équipé pour le démontage avec les normes environnementales les plus élevées.

Pour le PDG Costa Croisières Michael Thamm, "Jusqu'à maintenant, toutes les décisions techniques Costa Croisières ont été approuvées correctes – du choix et de la cession du projet de suppression à Titan/Micoperi, à la rotation en septembre dernier. Nous pensons que nous méritons la confiance des autorités italiennes pour la phase finale. Le seul objectif pour lequel nous travaillons est de terminer ce projet de la meilleure façon possible. L'avis positif exprimé par les 17 ministères et les autorités publiques sur les 19 qui ont été appelés à donner leurs évaluations techniques aujourd'hui à la Conférence des services nous rassure sur la validité du choix de Costa Croisières pour le projet de Gênes. Le projet Concordia reste inchangé et il est conforme à celui présenté à la Conférence des services il y a deux ans, qui prévoyait le remorquage vers un port italien équipé d’un démantèlement à sec, les quais et les installations. Piombino n'est pas une alternative valable en raison des retards importants dans les opérations de construction de l'infrastructure portuaire. Nous sommes convaincus que le Conseil des ministres, qui est maintenant appelé à prendre une décision définitive, va évaluer positivement la solidité du projet de Gênes."

Le projet pour la démolition et le recyclage de l'épave présenté par le consortium Saipem/San Giorgio del Porto est le résultat de l'évaluation de toutes les propositions reçues par les entreprises et consortiums italiens et étrangers dans le cadre du processus international d'appel d'offres qui a été lancé en décembre. 
Le choix de ce projet est le résultat de considérations techniques sur la validité des méthodologies proposées, la fiabilité et l'expertise des entreprises et de la main-d'œuvre employée, la certitude et la rapidité des résultats, la durabilité de l'environnement de toutes les phases de travail. 

Le projet d'enlèvement de l'épave Concordia est la plus grande opération de sauvetage de la marine dans l'histoire. Actuellement, plus de 350 techniciens travaillent 24/7 pour l'installation complète des flotteurs avant la phase de remise à flot. Tous les 15 flotteurs tribord ont été installés et maintenant les techniciens travaillent sur ​​les 4 derniers caissons qui vont être positionnés sur le côté bâbord avant le renflouement de l'épave et le préparer pour le remorquage. Le calendrier des opérations prévoit que le renflouement peut commencer à la mi-juillet, avec l'approbation de l'Observatoire.

 
Jeudi 26 juin 2014, les caissons sont à Giglio :
Les deux caissons P14 et P15 sont arrivés à Giglio, la barge "Conquest MB1" a de nouveau déployé sa grue, les travaux de pose vont se poursuivre.
 
Mercredi 25 juin 2014, la Conférence des services vote "NON" à Gênes :

La Conférence des services qui s’est réunie aujourd’hui à Rome (It) a voté contre le remorquage du Costa Concordia à Gênes (It). Du fait qu’aucun accord n’a été trouvé, c’est le Conseil des ministres italien qui tranchera et donnera la destination finale du Costa Concordia normalement le 30 juin.

Le président de la Région Toscane Enrico ROSSI, déclare que si le conseil des ministres vote le port de Gênes, il fera barrage par tous les moyens humains à ce départ vers la Région Ligure.

Selon le président de la Région Ligure Claudio BURLANDO,  le consortium Titan/Micoperi terminera de poser les caissons le 8 juillet, le renflouement devrait débuter le 12 ou le 13 juillet, pour un départ de l’île de Giglio si les conditions météorologiques le permettent le 20 juillet. À condition que cela soit le port de Gênes, mais si le Conseil des ministres donne à Piombino le démantèlement, les dates seront-elles respecter ?

 
Mercredi 25 juin 2014, ralentissement sur le chantier de la pose des caissons :

La barge "Conquest MB1" est positionnée à l’arrière côté bâbord du Costa Concordia avec sa grue tournante repliée. Le remorqueur "Garibaldo" avec sa barge qui transporte les caissons P14 et P15 est toujours dans la baie de Porto Santo Stefano (It) en attente de l’autorisation de se rendre à Giglio. Ce calme autour de la pose des caissons pourrait être dû à l’attente de la décision qui doit être prise ce jour lors de la réunion de la Conférence des services et de l’attribution du port de démantèlement "Gênes ou Piombino, Piombino ou Gênes ?"

Dans le cas où le port de Gênes serait confirmé, on peut raisonnablement penser que d’ici le 10 juillet les quatre derniers caissons seront posés et le renflouement pourra commencer pour un départ programmé vers le 20 juillet. Si c’est le port de Piombino qui remporte le démantèlement, sachant que le port ne sera pas opérationnel avant le mois de septembre, le consortium Titan/Micoperi prendra-t-il le risque de renflouer le Costa Concordia au mois de juillet ? Le report, du moins le ralentissement de la pose des derniers caissons serait alors compréhensible pour éviter que ces quatre derniers caissons n’influent sur la stabilité de l’ensemble.  

 
Lundi 23 juin 2014, info site Le Concordia :
Les premiers caissons qui seront posés sont le P15 et le P14, ils sont en attente à Porto Santo Stefano sur une barge tirée par le remorqueur Garibaldo.
 
Lundi 23 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :

Il ne reste seulement que 4 caissons à être positionnés sur le côté gauche avant le renflouement.

Les 15 caissons ont été installés avec succès sur le côté tribord endommagé du Concordia. 
L’opération avait commencé à la fin avril, avec une moyenne de 350 techniciens travaillants 24/7. 

Maintenant, la barge "Conquest MB1" et sa grue tournante vont être positionnées sur le côté bâbord de l'épave afin de commencer les opérations d'installation des 4 derniers caissons manquant : P1, P2, P14 et P15.

 
Lundi 23 juin 2014, Enrico ROSSI a écrit une nouvelle fois à Matteo RENZI :

Le président de la région toscane Enrico ROSSI en appelle une nouvelle fois au Président du Conseil italien Matteo RENZI par le biais d’une lettre de deux pages envoyée le jeudi 19 juin 2014. Dans cette lettre, il y décrit toutes les raisons qui doivent faire que le choix du gouvernement se porte sur le port de Piombino (It), moins risqué que le port de Gênes et ses 5 jours de navigation.

Enrico ROSSI joint aussi à sa lettre la résolution du Conseil des ministres du 11 mars 2013, qui privilégiait à l’époque le port de Piombino (It) pour des raisons de protection de l’environnement.

Le Conseil des ministres de l’époque avait indiqué que : "Franco Gabrielli le chef de la Protection civile italienne en charge du retrait du Costa Concordia est autorisé à prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre le transport du Concordia dans le port de Piombino pour le démontage et cela après toutes les vérifications de faisabilité et en totale collaboration avec les ministres de l'Environnement de la Protection du Territoire et de la Mer, et de l'infrastructure et des transports."

 
Samedi 21 juin 2014, info site Le Concordia :
Le remorqueur Garibaldo qui tracte une barge avec deux caissons se dirige vers Porto Santo Stefano (It) dans l’attente de l’autorisation de rejoindre l’île de Giglio. Merci à deux fidèles lecteurs du site André.H et Nicolas.M, pour l’aide qu’ils apportent au site.
 
Samedi 21 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le 15e caisson côté tribord, le S1 a été installé avec succès…
 
Vendredi 20 juin 2014, deux routes proposées par Costa Croisières :
Selon le site italien "Il Tirreno", Costa Croisières aurait prévu une deuxième route pour le remorquage du convoi du Costa Concordia. Cette deuxième route, contournerait l’île de Giglio par le Nord, passerait entre les îles de Monte Christo et Pianosa, il passerait entre l’île d’Elbe et la Corse et la Corse et  l’île de Capraïa (It) comme sur la route précédent pour rejoindre le port de Gênes.

L’île d’Elbe quant à elle pourrait servir de refuge dans le cas ou la météo se dégraderait...

Grâce à Google Earth que je remercie, je vous propose de découvrir les deux routes proposés par Costa Croisières pour le convoi du Costa Concordia. Cliquez sur la carte pou l'agrandir !

 
Vendredi 20 juin 2014, info site Le Concordia :
La pose du dernier des 15 caissons le S1 côté tribord a débuté ce matin à 8 h…
 
Jeudi 19 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le 14e caisson côté tribord, le S2 a été installé avec succès…
 
Mercredi 18 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La pose du caisson S2 a débuté.
 
Mercredi 18 juin 2014, info site Le Concordia :
Le caisson S2 est en cours d’installation sur le Costa Concordia…
 
Mercredi 18 juin 2014, les deux derniers caissons du côté tribord sont à Giglio :
Les caissons S1 et S2 sont arrivés à Giglio tôt ce matin et le caisson S2 est en cours de transfert sur la barge "Conquest MB1". Ce sont les deux derniers caissons du côté tribord du Costa Concordia…
 
Lundi 16 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le projet de retrait du Costa Concordia de Giglio a atteint aujourd’hui 90,5%....
 
Lundi 16 juin 2014, départ du Costa Concordia entre le 13 juillet et le 8 août 2014 :

La réunion de la Conférence des services en vue d’étudier les documents complémentaires fournis par Costa Croisières s’est tenue à Rome aujourd’hui. Il a été défini une période pour le départ du Costa Concordia de l’île de Giglio, et cela, grâce à l’ISPRA, du 13 juillet au 8 août, cette période permet d’après des statistiques précises de savoir que les vagues ne sont pas supérieures à 2 mètres et cela sur tout le parcours du convoi.

 

Les documents de Costa Croisières ne laisseraient que peu de place et de crédibilité au port de Piombino, mais la Conférence des services n’exclut pas totalement ce lieu de démantèlement et cela si le Costa Concordia ne quitte pas Giglio à la date du 8 août 2014.

Dans ce cas de figure, le départ du Costa Concordia ne pourrait pas se faire avant le mois de septembre 2014, et là d’après le président de la région toscane le port de Piombino serait prêt. Mais y a-t-il une société qui est habilité ISO 30000 ? Seule norme reconnue par l’Union Européenne pour qu’une société puisse démanteler un tel navire.

La Conférence des services se réunira lors d’une première réunion le 25 juin et donnera au gouvernement la décision qui valide ou non le remorquage et le démantèlement au port de Gênes (It). La Conférence des services ne se prononcera pas sur le renflouement par lui-même qui sera donné lui, par l’Observatoire de surveillance qui s’est déjà prononcé pour la rotation et qui suit le dossier depuis le début de l’affaire…

 
Dimanche 15 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le 13e caisson côté tribord, le S3 a été installé avec succès…
 
Dimanche 15 juin 2014, le tirant d'eau avant et après le naufrage :

Des lecteurs du site Le Concordia se posent la question sur la différence du tirant d’eau du Costa Concordia avant le naufrage et après le renflouement. Le Costa Concordia avait avant le naufrage un tirant d’eau c'est-à-dire la partie immergée, qui se distingue par la ligne de flottaison de couleur bleue à 8 mètres.

Lors du renflouement dans les prochains jours, le poids des 30 caissons et l’eau qui restera encore à l’intérieur vont augmenter son poids et le porter de 45 000 tonnes à environ 65 000 tonnes, ce qui va augmenter la partie immergée et donc le tirant d’eau qui passera à environ 18,50 mètres. Sur la photo ci-dessous la ligne jaune vous donne un aperçu de la partie qui restera sous l’eau pendant le remorquage.

En fonction de certains éléments comme la suppression sur site d’une partie du mobilier, vidange de l’eau intérieure ou autre, le tirant d’eau pourra être plus faible, mais il ne devrait pas baisser en dessous des 14 mètres…

Un tirant d’eau élever aura un avantage non négligeable sur la baisse du tirant d’air, c'est-à-dire la partie haute du navire qui sera plus faible et un risque moindre de prise aux vents et éviter que le Costa Concordia est une gîte trop importante lors de son remorquage, gîte qui pourrait le faire à nouveau basculer…

Dans la navigation normale, la propulsion d'un navire lui permet d’éviter ce problème et les ballasts rééquilibrent le navire. Dans le cas du Costa Concordia il n’y a plus de propulsion, n’y de ballasts du fait que les moteurs sont à l’arrêt et qu’il n’y a plus d’électricité pour gérer les ballasts…

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
 
Samedi 14 juin 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :
Le gouvernement italien fixe la date du 26 juin !

Le Conseil des ministres italien, sur proposition du commissaire à l'urgence du Concordia, a notifié la date du 26 juin (au lieu du 16 juin comme précédemment décidé) pour la réunion de conclusion et de prise de décision par la "Conférence des Services", le comité composé de représentants de toutes les autorités compétentes évaluera les projets pour le transport de l'épave Concordia à un port approprié pour le démontage. 

Dans le même temps à l'île de Giglio plus de 370 techniciens travaillent 24/7 pour compléter la phase d'installation des flotteurs. Actuellement, 12 flotteurs ont été positionnés sur le côté tribord du Concordia, 3 autres restent à installer sur ce côté et 4 sur le côté bâbord pour atteindre le total de 30 nécessaire pour la phase de remise à flot. 
Parallèlement aux activités d'ingénierie, la surveillance de l'environnement est également en cours.

 
Samedi 14 juin 2014, info site Le Concordia :
Actuellement démarre la pose du caisson S3.
 
Vendredi 13 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
L’installation du caisson S4 est terminée, il ne reste plus que 7 caissons à installer avant le début du renflouement.
 
Vendredi 13 juin 2014, comment va être démantelé le Costa Concordia à Gênes (It) :

Le journal spécialisé dans les informations maritimes "The Medi Telegraph" dévoile une partie d'un document qu’ils ont en leur possession ! Comment va être démantelé le Costa Concordia à Gênes, ce document de 59 pages qui n’est pour l’heure pas encore officialisé porte sur 4 phases :

Phase N°1, arrivée du Costa Concordia dans le port de Voltri au quai N° 4. Ensuite le Costa Concordia après une mise en sécurité totale, sera vidé de tout son contenu du pont le plus haut au pont le plus bas (hors eaux). Les matériaux seront emballés directement sur le Costa Concordia et déchargés au fur et à mesure de leurs récupérations et stockés dans un entrepôt du port de Voltri dans l’attente d’un transfert vers des lieux de destructions ou de recyclages. En fait, le navire va servir de zone de travail afin d’éviter le plus que possible la circulation des déchets sur les quais.

Phase 2, elle consistera à diviser le navire en trois zones la proue, le milieu et la poupe et cela du pont le plus haut au pont 4. Deux grues seront installées sur le quai et deux autres sur le navire directement. La découpe des matériaux métalliques pourra commencer, ils seront conditionnés en bloc de 1,65 m et d’un poids de deux tonnes se qui représente 30 milles tonnes. La totalité des blocs est estimée à 15 mille blocs qui seront chargés dans des conteneurs prêts à partir pour être recyclés.

Phase 3, sera de remorquer le reste de la coque qui ne mesurera plus qu’à ce moment-là 264 mètres de long (après la découpe de la proue) dans un bassin qui mesure lui 267 mètres pour une largeur de 40 mètres, les 30 caissons de flottaisons auront été supprimés par avance. Un système de pare-chocs sera placé à l’arrière de la coque du Costa Concordia pour pouvoir le pousser dans la cale sèche. Ensuite, les travaux de vidage de l’eau qui reste à l’intérieur et de tous les produits alimentaires pourront commencer, en prenant bien soin que rien ne puisse s’échapper de la coque. L’eau sera pompée et reversée dans des réservoirs qui se trouveront sur une barge à côté du Costa Concordia. La boue sera supprimée manuellement, pour cela avant d’envoyer dans ce lieu confiné le personnel, il sera procéder à une analyse atmosphérique pour définir la quantité d’oxygène et de gaz dangereux.

Phase 4, consistera à découper la coque en partant de la plate-forme (pont 4) à la quille du navire avec l’aide de deux grues une de 10 tonnes et l’autre de 40 tonnes. La quantité de ferraille est estimée à 20 milles tonnes, les parties qui contiennent des résidus huileux seront vidées et nettoyer avant découpes.

La ferraille sera transportée par conteneur dans une fonderie de la région...

Selon le journal La nazione, Luigi Merlo le président du port de Gênes a déclaré lors d’une réunion publique : "Le projet de Piombino pour l'élimination du Concordia a été jugé par Costa et les responsables tout à fait insuffisants du point de vue technique. Gênes est déjà équipé et organisées, tout le monde devrait simplement remercier le fait que si la fin probable du Costa Concordia se fait en Italie, cela sera grâce à Gênes."

 
Vendredi 13 juin 2014, info site Le Concordia :
Le remorqueur Lukas arrive à Giglio avec la barge qui transporte le caisson S3. Le caisson S4 est en cours d’achèvement de pose...
 
Jeudi 12 juin 2014, la polémique entre ROSSI et GABRIELLI continue :

Selon l’agence de presse Reuters, le président de la région toscane Enrico ROSSI a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec le commissaire au gouvernement Franco GABRIELLI qui a annoncé aujourd’hui sur une radio italienne que la route qu’empruntera le Concordia est la plus polluée d’Europe : "L’argument de dire que la route que prendra le Concordia pour aller à Gênes est l’une des plus pollués par les déversements des pétroliers, et de dire que le convoi peut aussi nettoyer ce tronçon de la mer est de mauvais goût comme une mauvaise plaisanterie, il est vrai quand politique on peut tout dire !  

Le principe de précaution est aussi présent dans le droit européen le même que GABRIELLI invoque dans son interview. Il faut tout faire pour rester loin de cette route pour la protection de l'environnement marin de l'archipel et du sanctuaire des baleines. Si en septembre le port de Piombino, comme prévu, sera prêt, il n'ya aucune raison de prendre cinq fois plus de risques pour transporter le navire à Gênes, qui est à environ 200 miles et prend plus de 5 jours de navigation. Si, toutefois, Piombino n'est pas prêt, alors il sera juste de reconsidérer attentivement les risques et les mesures pour le transport de l'épave à Gênes afin d'éviter qu'il reste une autre année à Giglio." Oui, mais ce qu’oublie de dire le président de la région toscane s’est quand septembre il y aura encore moins de chance d’avoir cinq jours de météo favorable et de mer d’huile quand juillet…

 
Jeudi 12 juin 2014, info site Le Concordia :
Le remorqueur Lukas a quitté cette nuit le port de Sestri Ponente de Gênes en direction de l’île de Giglio avec le caisson S3, il devrait y arriver demain vendredi dans la matinée…
 
Jeudi 12 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Ce matin a débuté la pose du caisson S4 sur le côté tribord du Costa Concordia.
 
Mardi 10 juin 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :

Hier, la première réunion de la conférence des services a eu lieu à Rome au siège de la protection civile, présidé par le commissaire à l’urgence pour le Concordia, Franco Gabrielli, a été examiné – comme il en a été délibéré en conseil des ministres italien - le projet présenté par Costa Croisières pour le transport du Concordia de l'île de Giglio vers le port de Gênes en vue de son démantèlement développé par le consortium composé de deux sociétés Saipem-San Giorgio del Porto.  

En raison des nombreuses intégrations produites dans les derniers jours par Costa et les demandes de documents complémentaires mis en avant par les pouvoirs publics et autorités, le commissaire demandera au conseil des ministres dix jours supplémentaires - la date limite initialement était fixée au 16 juin - pour une analyse plus approfondie du projet.

Les administrations concernées, "la municipalité de l’île de Giglio, la province de Grosseto et la région de Toscane, l’Agence régionale de l'environnement de Toscane (Arpat), les autorités sanitaires de Grosseto, la municipalité et la province de Gênes, la région Ligure, l’Agence régionale pour l'environnement ligure (Arpal), l’administration portuaire de Gênes, les ministères de l'Intérieur, de l'Environnement, de l'Infrastructure et des Transports, de la Santé, de la Culture, Ispra, l’Institut Supérieur de la Santé et la douane" ont tous exprimé le besoin d'avoir plus de temps pour analyser le projet en détail, en particulier en ce qui concerne l'évaluation des risques et les mesures d'atténuation proposées.

Si la demande du commissaire est acceptée par le gouvernement, la prochaine réunion de la Conférence des Services sera le 16 juin, pour un échange supplémentaire sur les éléments techniques qui sont encore à fournir, pour atteindre ensuite la date de la Conférence de prise de décision - qui sera indiqué par le Conseil des ministres - un ensemble complet d'autorisations, les autorisations et les prescriptions. 

Dans le même temps, les opérations à l'île de Giglio progressent 24/7 avec 360 techniciens au travail. Actuellement 11 flotteurs ont été installés sur le côté tribord de l'épave, il y en a encore 4 à être positionné sur le côté tribord et 4 sur le côté bâbord, pour atteindre le total de 30 nécessaires pour renflouer l'épave. La surveillance de l'environnement de l'eau de mer est toujours en cours, et comme l'a confirmé le représentant de l'agence toscane régionale de l'environnement à la réunion de ce jour, aucune anomalie n’est enregistrée.

 
Mardi 10 juin 2014, report de la validation du port au 26 juin :

La date du 16 juin qui devait délivrer la décision concernant la validation du port et de la société qui démantèlera le Costa Concordia a été repoussée au 26 juin.

Ce report a été entériné à la demande du commissaire au gouvernement Franco Gabrielli hier à Rome lors d’une réunion où toutes les parties étaient présentes (la municipalité de Giglio, la province de Grosseto, la région de Toscane, l’ Arpat de Grosseto, la municipalité et la province de Gênes, la région Ligure, l’Arpal, l’Administration portuaire de Gênes, les ministères de l'Intérieur, de l’Environnement, de la Protection du Territoire et de la Mer, de l'Infrastructure et des Transports, de l’Activité du patrimoine culturel, de la santé, l’Ispra, l'Institut national de la Santé et des douanes) .

Les raisons de ce report sont que les décideurs souhaitent avoir plus de temps pour analyser le dossier fourni par Costa Croisières pour le transport, la sécurisation des espaces maritimes, les certifications et les aménagements du port proposé (Gênes) et d’autres éléments. Il faut aussi pouvoir étudier tous les scénarios possibles sur un remorquage qui durera au minimum 5 jours, avec un nombre impressionnant de navires qui encadreront le Costa Concordia. Les institutions engagées dans ce processus ne veulent rien laisser au hasard, sachant qu’en cas de catastrophe écologique tous les regards seront braqués sur eux…   

 
Lundi 9 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La pose du caisson S15 est terminée. Le nombre de caissons posés sur le côté tribord est de 11/15…
 
Lundi 9 juin 2014, la polémique du remorquage du Concordia à Gênes peut-elle toucher aussi la France ?

La France a-t-elle le droit et le devoir de s’inquiéter du passage du Costa Concordia entre le Cap Corse et l’île italienne de Capraia ! Oui du fait que dans ce passage les deux îles ne sont séparées que par une distance de 31 km, et que d’après les informations que nous possédons le convoi du Costa Concordia passera à 10 km de l’île de Capraia et donc à 21 km du Cap Corse et de la réserve naturelle des Îles Finocchiarola, créé le 29 juin 1987 pour la protection d’une espèce endémique de Méditerranée le "Goéland d'Audouin".

D’autres oiseaux sont présents sur ce petit archipel comme le Cormoran huppé, le Goéland leucophé ou divers types de Fauvettes. Il est certain qu'en haut lieu et au ministère de l’Environnement français des interrogations peuvent se faire ressentir, voire des questions posées aux divers intervenants dans le remorquage du Concordia et à L’État italien. Les associations de défenses du littoral corse, elles, ne tarderont pas à bouger et à se faire entendre. Bien sûr que le convoi passera sur la partie maritime italienne, mais la pollution n’a pas de frontière ! Quand je parle de bouger la presse corse elle, commence à le faire.

Peut être que l’idée du Vanguard n’est pas aussi dangereuse que cela pour l'écosystème marin, en plaçant les mêmes moyens de récupération des déchets que pour le remorquage et pour aller dans le même port celui de Gênes, mais plus vite et avec un risque mineur de naufrage. Le parcours entre l’île de Giglio et Gênes est de 2000 milles soit 370 km, la vitesse du convoi sera de 2,5 nœuds soit 4,5 km/h, pour une durée de 5 jours si tout se passe bien. Les conditions météorologiques doivent être parfaites sur "5 jours" !!!

Alors qu’en Italie la guerre entre les deux ports (Piombino et Gênes) continue au travers des propos du commissaire au gouvernement Franco Gabrielli et du président de la région toscane Enrico Rossi, qui lui revendique toujours la venue du Concordia à Piombino ! Peut-être que cela aussi n'est pas une mauvaise idée, un jour de mer au lieu de cinq, mais le port ne sera pas terminé au moment du remorquage du Concordia fin juillet. Alors, comment faire ? Croiser les doigts et espérer que monsieur Concordia aura encore la force de faire quelques kilomètres avant de tirer son dernier Inchino (révérence)...

 
Dimanche 8 juin 2014, si vous souhaitez assister au départ du Concordia de Giglio :

Pour les personnes qui souhaiteraient assister au départ du Costa Concordia, il faut avoir un minimum d’informations sur la date exacte du départ de Giglio avec les éléments qui sont pour l’heure en notre possession :

  • Vent maxi 15 nœuds.

  • Vague maxi 2 mètres.

Le remorquage du Costa Concordia à Gênes ne pourra être décidé qu’avec l’assurance d’une météo très, très favorable, et cela, sur une période de 4 à 5 jours fermes.

Le convoi passant sur plusieurs zones géographiques d’environ 300 km il faut que la météo soit identique sur ce parcours. Il est vrai qu’en cette période de l’année les tempêtes sont rares, mais au contraire les vents sont souvent supérieurs à 15 nœuds (30 km/h) et les vagues supérieures à deux mètres dans ces zones. En fait, il faut une mer d’huile pendant 4 à 5 jours !!!

Le jour et l’heure du départ ne seront connus avec certitude qu’un jour, voire deux jours avant ! Ne tenez pas compte de la date du 20 juillet qui est donnée à titre indicatif et ne concerne que le renflouement du Concordia…

La meilleure des solutions c’est de pouvoir rester plusieurs jours sur l’île de Giglio à partir de la fin du renflouement, mais il faut pouvoir avoir l’hébergement et je ne crois pas que le camping sauvage soit accepté par les autorités de l’île…

Vous pouvez aussi contacter les services de la météo marine, je vous communique un lien :

Mais bon là il faut vraiment être un spécialiste pour analyser la route du convoi et savoir si cela correspond avec les éléments que le consortium Titan/Micoperi et les autorités italiennes compétentes possèdent !!

Seuls les médias ont les moyens de pouvoir dépêcher des journalistes sur place qui eux ont une plus grande facilité pour se loger (ils réservent les hôtels pour une période) ou ont des correspondants sur place, voire ils achètent directement les images aux médias italiens.

Voilà, avec un peu d’avance je vous communique, des éléments qui me semblent importants pour votre voyage dans ce lieu si magnifique, et tellement rempli d’émotions…

 
Dimanche 8 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La pose du caisson S14 est terminée. Début de la pose du caisson S15.
 
Dimanche 8 juin 2014, infos site Le Concordia :
La barge transportant le caisson S15 est en position de transfert du caisson S15 sur la barge "Conquest MB1". Ce caisson est le dernier sur la partie arrière du Costa Concordia côté tribord. Sur la partie avant côté tribord il restera à positionner les caissons, S1, S2, S3 et S4…
 
Dimanche 8 juin 2014, infos site Le Concordia :
Un nouveau caisson arrive à l’île de Giglio, il s’agirait du caisson S15 tiré par le remorqueur Red Wolf. La pose du caisson S14 serait terminée…
 
Dimanche 8 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les travaux de pose du caisson S14 qui ont débuté vendredi après-midi sont toujours en cours…
 
Samedi 7 juin 2014, le parcours du convoi du Costa Concordia :
Grâce à Google Earth que je remercie, je vous propose de découvrir le parcours proposé par Costa Croisières pour le convoi du Costa Concordia. Le convoi contourne le parc marin et terrestre de l’Archipel toscan avec ses sept îles de la mer Tyrrhénienne, Capraia, Elbe, Giannutri, Giglio, Gorgona, Montecristo, Pianosa. La faune et la flore marine sont très présente et très rare pour certaines espèces donc à protéger : les étoiles de mer, le corail, les posidonies, les anémones de mer, il y a aussi des dauphins, des mérous bruns, des poissons-lune, des cachalots, des rorquals, il y serait aussi présent des phoques moine de Méditerranée, mais en quantité rare… Cliquez sur la carte pou l'agrandir;
 
Samedi 7 juin 2014, une partie du rapport de Costa Croisières :

Quelques éléments du rapport qu’a fourni Costa Croisières à la commission d’étude !

Pendant le transfert du Concordia à Gênes des rejets de l’intérieure devraient se produire dans la mer, des substances et produits qui se trouvent à l'intérieur et des hydrocarbures. L'impact environnemental sera mineur, temporaire et insignifiant. Ces produits sortiront par les hublots et les zones endommagées du navire.

Le projet prévoit le positionnement d’un système de barrage absorbant qui sera tiré par deux remorques et cela pendant tout le voyage entre l’île de Giglio et le port de Gênes. Il sera mis aussi en place un écumeur d’huile qui sera lui aussi tiré par un remorqueur. Un filet de pêche sera installé sur la partie arrière du Concordia, maintenu tendu par deux navires spécialisés dans cette opération. Ils récupéreront tous les matériaux qui pourraient tomber du Concordia.

Le parcours du convoi du Concordia partira de l’île de Giglio, il contournera l’île par le Sud, il passera à 10 km de l’île de Giannutri, longera la Corse à une distance de 25 km, puis passera au large de l’île de Capraia à 10 km et prendra la direction de Gênes. Cette route a été choisie pour son faible trafic maritime et le fait qu’il n’y a pas de zones maritimes protégées. Le voyage ne s’effectuera pas si pendant les jours prévus pour le remorquage, il y a des vents de plus de 15 nœuds et des vagues de plus de 2 mètres de haut.

Costa Croisières aborde le sujet du port de Piombino dans son rapport, ils disent que le port de Piombino ne sera pas opérationnel avant fin septembre, quand plus il n’a pas les certificats pour mener à bien un tel chantier et qu’il n’y a même pas un parc de stockage pour entreposer les ferrailles. Enfin, le coût du port de Piombino est plus élevé que celui de Gênes…

 
Samedi 7 juin 2014, la guerre des ports se poursuit :

Comme prévu les salariés de la société Lucchini ont manifesté hier vendredi sur le chantier de construction du futur quai qui pourrait accueillir le Costa Concordia en vue de son démantèlement. Les travaux avancent rapidement, mais le quai d’une longueur de 1200 mètres ne sera pas opérationnel avant le mois de septembre.

En ce qui concerne la cale sèche longue de 350 mètres et d’une profondeur de 20 mètres, les travaux de dragage (en 2 étapes juillet et août) et de construction du quai ne démarreront que le 10 juillet. Pourtant, les entreprises travaillent 20 h sur 24, et cela, depuis trois mois, mais les travaux si tout se passe bien ne seront pas terminés avant la fin du mois de septembre. Pour mémoire le Concordia sera renfloué le 20 juillet et un départ immédiat vers son port de démantèlement est prévu.

Le coût de ces travaux en grande partie financé par la région toscane est de l’ordre de 102 millions d’euros, ce qui fait dire au président de la région Toscane Enrico ROSSI : "Les jeux son encore ouvert et la Toscane aura son mot à dire lors de la conférence du 16 juin. Piombino est la solution la plus raisonnable et la plus respectueuse de l'environnement. Les jeux sont encore ouverts comme en témoignent les positions prises par divers politiciens. D'une part, il ya les sénateurs du Parti démocrate élus en Toscane, Rosa Maria Di Giorgi et Marco Filippi, selon lesquels le choix du port de Piombino pour démanteler le Costa Concordia doit être prit en compte. Le risque environnemental associé au transfert du navire est que la seule solution viable semble Piombino."

De son coté le président de la région Ligurie, Claudio Burlando déclare lui : "Si le navire peut flotter et peut être déplacés ce qui, selon les prévisions de Costa Croisières, devrait avoir lieu autour de 20 juillet, le port le plus proche de Giglio ne sera pas prêt. Le port de Gênes ne peut pas être invalidé seulement par rapport à sa proximité, il faut aussi y voir les compétences, le professionnalisme, l'équipement et l'espace disponible. Il n’y aura pas de problème dans le transport, même si vous traversez le Sanctuaire des cétacés. Ceux qui récupèrent l'épave assurent qu’il n’y a pas de risque de pollution ! Je ne veux pas d'un affrontement entre les ports italiens qui pourrait déboucher sur le transfert du navire en Turquie."

 
Samedi 7 juin 2014 :
Les travaux de pose du caisson S14 ont débuté…
 
Vendredi 6 juin 2014 :
L’Archevêque de Gênes et président de la CEI (Conférence épiscopale italienne) Angelo Bagnasco est satisfait lui aussi de la possible venu du Costa Concordia à Gênes (It) : "J'espère que Gênes aura cette occasion et que cela ne créera pas des divisions de toutes natures. Nous avons toujours espéré et prié pour que ce travail si important vienne dans le port de Gênes, maintenant il semble que les choses vont dans cette direction. C'est une occasion qui va rapporter du travail pour quelques années à des centaines de travailleurs."
 
Vendredi 6 juin 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
L'installation des flotteurs pour le renflouement progresse rapidement à l'île de Giglio. Avec l'installation du flotteur tribord S18 (ancien S13 qui a été ramené de Gênes après réparation), le nombre de flotteurs installés a atteint 9 sur un total de 19 nécessaires avant le renflouement (15 sur le côté tribord, 4 sur le côté bâbord pour atteindre le total de 30). Les techniciens de Titan Micoperi ont maintenant prévu de poursuivre l'installation du flotteur S14 dans les prochains jours, dès réception des autorisations nécessaires de l'Observatoire. Selon le calendrier actuel, ils prévoient l'achèvement par le renflouement et donc l'élimination de l’épave de l'île de Giglio à la fin du mois de juillet, après avoir obtenu les autorisations nécessaires des autorités compétentes.
 
Jeudi 5 juin 2014, c'est Carnival qui doit décider dans quel port italien le Concordia doit être démantelé :

Le ministre de l’Environnement italien Gianluca Galletti a donné son avis (lire ci-dessous) sur le fait que le Costa Concordia soit démantelé à Gênes. Il ne veut surtout pas que la guerre entre Piombino et Gênes décide Carnival à transporter le Costa Concordia en Turquie. Il déclare aussi que ce n’est pas au gouvernement italien de prendre une décision sur le lieu du démantèlement au risque d’engager la responsabilité de l’État italien. Voilà un message envoyé aux salariés de la société Lucchini. Il est à noter que le nom de Carnival remplace le nom de Costa Croisières dans l'affaire des décisions concernant le transport et le démantèlement :

"Cela serait une erreur si le démantèlement du Concordia devenait une guerre entre les ports italiens. Je vois trois risques, Carnival propriétaire de l'épave pourrait transporter le navire en Turquie, ou le laisser là où il est, ou l'État italien doit assumer la responsabilité pour le transport. L'épave du Costa Concordia appartient à Carnival, la société ayant son siège social à Londres c’est Carnival qui doit décider dans quel port italien elle doit être détruite. Le gouvernement italien ne veut pas prendre la responsabilité d'une catastrophe provoquée par eux, mais il est juste de vouloir que les retombées économiques de l'élimination demeurent dans notre pays. Carnival a présenté un plan d'élimination dans le port de Gênes. Nous allons être très prudents afin de nous assurer qu'ils ont pris en compte tous les paramètres pour l'environnement pendant le transport."

 
Mercredi 4 juin 2014, la tension monte à Piombino (It) :
Aujourd’hui les syndicats FIM, FIOM et UILM des salariés de la société sidérurgique "Lucchini" de Piombino ont déclaré qu’ils veulent le démantèlement du Costa Concordia : "Le Concordia à Piombino ou cela sera le chaos !" Une manifestation est prévue pour vendredi prochain. Un représentant syndicaliste déclare : "Nous allons voir si les travaux du quai pour le Concordia progressent rapidement. Le renouveau de l'industrie sidérurgique et l’avenir de ce territoire ont l’opportunité de redémarrer."
 
Mercredi 4 juin 2014, le ministre de l'Environnement confirme Gênes :
Le ministre de l’Environnement italien Gian Luca Galletti, confirme à une radio italienne l’information du démantèlement du Costa Concordia à Gênes : "Carnival propose maintenant de démanteler le Concordia à Gênes, nous avons reçu le rapport. Le 16 juin nous contrôlerons les étapes supplémentaires pour évaluer et donner les autorisations nécessaires au remorquage." Le ministre laisse toujours planer le doute concernant la Turquie, mais aussi le risque écologique du remorquage du Costa Concordia à Gênes. Les autorités compétentes (régions, protection civile, Observatoire de surveillance, État) se réuniront le 16 juin et étudieront le rapport de Carnival et maintiennent toute leur confiance au consortium Titan/Micoperi qui aura en charge le remorquage du Costa Concordia à Gênes…
 
Mercredi 4 juin 2014, une indemité très lourde pour la non utilisation du Vanguard et confirmation du port de Gênes  :

Selon le journal néerlandais "AD.nl" Costa Croisières devrait verser une somme très conséquente (22 millions d’euros ?) à la société Néerlandaise Dockwise, filiale de Royal Boskalis Westminster NV, en dédommagement de la non-utilisation du navire semi-submersible Vanguard.

Toujours selon AD.nl, Martijn Schuttevaer le directeur de Royal Boskalis déclare que :  "La distance entre le lieu de l'accident et Gênes est faible. Le Vanguard n'est pas nécessaire, et ils peuvent utiliser des remorqueurs simples. le contrat de location stipule que nous aurions été payés que le Vanguard soit utilisé ou non." En riant le directeur de Royal Boskalis souligne : "C’est une indemnité lourde, considérable même, qui nous rapportera plus que si nous étions intervenus. "  

Pour mémoire la location pour l’utilisation du Vanguard était de 30 millions d’euros ! Si Costa Croisières paye 22 millions d’euros, la pression du gouvernement italien coûtera très cher aux compagnies d’assurances, en plus des 100 millions d’euros pour le démantèlement à Gênes au lieu des 40 millions d’euros pour la Turquie…

 
Lundi 2 juin 2014 :
Les techniciens ont démarré cet après-midi la pose du caisson S18 ex-S13…
 
Lundi 2 juin 2014, plusieurs informations ce matin : 

La pose du caisson S5 est terminée depuis hier après-midi, ce qui porte à 8 le nombre de caissons posés à ce jour…

L’ex-caisson S13 devenu S18 est dans la baie de Giglio dans l’attente de sa pose sur le Costa Concordia…

Le président de la région toscane Enrico ROSSI, conteste l’information qui circule dans les médias et la folie que cela représenterait de remorquer le Costa Concordia à Gênes (It). Pour Enrico ROSSI, le port de Piombino sera opérationnel en septembre et il pourra accueillir le navire pour sa démolition. Il met aussi en avant le respect envers le peuple de la région toscane qui depuis plus de deux ans subit les effets de ce naufrage et qui a le droit de bénéficier de la manne économique que représente un tel chantier…

 
Dimanche 1 juin 2014, le caisson S13 est de retour à Giglio :

Deux informations importantes ce matin :

André.H, un fidèle lecteur du site et que je remercie, nous informe que le caisson S14, est depuis le 30 mai (14 h) dans la baie de Porto Santo Stefano (It)...

Le remorqueur Lukas se dirige actuellement vers l’île de Giglio tirant la barge MAK où se trouve le caisson S13 qui a été réparé à Gênes et qui a été rebaptisé S18 pour des raisons de superstitions bien connues chez les marins…

 
Samedi 31 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les travaux sont toujours en cours à Giglio pour terminer la pose du caisson S5, le huitième des 15 caissons du côté tribord. Dans le même temps à Gênes (It), les travaux de réparation du caisson S13 se sont achevés. Il est prêt à partir sur la barge MAK et à être transporté à Giglio dès aujourd’hui. Le caisson S13 a été rebaptisé S18. Sur le chantier de Giglio, 300 techniciens travaillent 24/7 pour terminé les travaux de remise à flot du Costa Concordia…
 
Vendredi 30 mai 2014, le ministre des transports confirme :
Maurizio Lupi le ministre des Transports italiens confirme sans nommer le port de Gênes : "A la suite d'indiscrétions publiées dans des médias, je peux confirmer que le démontage du bateau aura lieu dans un port italien. La décision sera prise lors d'une conférence des services concernés, qui sera convoquée bientôt".
 
Vendredi 30 mai 2014, c'est le GIN (Gênes Industrie Naval) qui devrait démanteler le Costa Concordia :

Il se confirme que c’est le Groupe GIN (Gênes Industrie Naval) composé de San Giorgio del Porto, T.Mariotti, CNM (Chantiers Naval de Marseille), et la société italienne SAIPEM qui auront en charge le démantèlement du Costa Concordia dans le port de Gênes (It), en collaboration avec les autorités portuaires de Gênes.

Si la société marseillaise CNM apparaît dans l’organigramme du groupe c’est du fait que les chantiers navals de Marseille sont gérés et par la même la plus grande forme N° 10, de radoub (cale sèche) d’Europe et l’une des premières au monde par le GIN italien. Actuellement en travaux cette forme de radoub permettra de relancer l’industrie de la construction et de la réparation des navires géants et aussi peut-être le démantèlement (si le chantier du Costa Concordia à Gênes se déroule dans les meilleures conditions) à Marseille avec à la clé la création de nombreux emplois dans ce secteur.

Quelques détails restent à régler entre Costa Croisières, les assureurs et le GIN pour la signature du contrat définitif. Le 16 juin sera officialisée l’information pour un renflouement prévu vers la mi-juillet et un départ de Giglio vers Gênes le 20 juillet…

 
Vendredi 30 mai 2014, Gênes un risque écologique ?

Le gouvernement italien ne prend-il pas un risque écologique de faire remorquer le Costa Concordia à Gênes !

Si l’on se souvient bien en septembre 2013 (voir l’article plus bas), le consortium Titan Salvage/Micoperi et Costa Croisières avait loué le Vanguard du fait qu’ils pensaient à l’époque que la coque risquée de se disloquer si le Costa Concordia était remorqué et non pas transporter.

Les associations de défense de l’environnement crient haut et fort que le Costa Concordia ne peut, et ne dois pas être transporté sur le Vanguard (risque de déversement de produits polluants) mais ne doit pas non plus être remorqué ailleurs que dans le port de Piombino (It) à un jour de mer maximum.

Même son de cloche chez le président de la région toscane Enrico ROSSI, qui lui revendique le démantèlement à Piombino, ce qui en plus sauverait des centaines d’emplois. Il est certain que si le Costa Concordia devait faire à nouveau naufrage dans un endroit estimé entre 1000 et 5000 m de profondeur cela serait d’une extrême gravité pour l’écosystème marin et une lourde responsabilité sur les épaules du gouvernement italien, mais sûrement pas pour Costa Croisières qui prendra sûrement les dispositions nécessaires afin de se protéger dans cette affaire en cas de catastrophe écologique…

L’estimation a été faite qu’à une moyenne de 3 nœuds il faudrait entre 3 et 4 jours de mer pour que le convoi du Costa Concordia arrive à Gênes. Pour ainsi dire une éternité quand l’on c’est que la météo en mer n’est jamais sure à 100 % et qu’elle peut vite évoluer dans le mauvais sens. Piombino aurait été la plus sage décision et la plus logique…

Le risque d’un nouveau naufrage !

Même vidé de son mobilier et peut-être d’une partie de ses produits polluants, voire de la totalité le Costa Concordia a-t-il un risque de faire à nouveau naufrage ! Sans être un grand spécialiste je dirais "Oui", pour une bonne et simple raison s’est que la coque a été construite à l’origine pour supporter une certaine pression, un certain poids dans sa partie intérieure, et non pas des milliers de tonnes sur ses parois extérieures.

En position fixe ou dans une courte manœuvre de navigation, la coque résistera, mais sous les assauts de la mer même par mer calme, le risque de voir cette coque qui a été détériorée sur son coté tribord par les rochers et les assauts de la mer, écraser par le poids des caissons posé sur le côté bâbord et le poids du navire lui-même à de fortes chances de se disloquer en cours de route.

Il ne faut pas oublier non plus deux choses importantes, la première c’est la tension qui a été exerçait par les câbles au moment de la rotation et cela pendant plusieurs heures. Ensuite l’affaissement de la coque constaté en juillet 2013 (3m environ), alors que seulement 6 caissons avaient été posés sur le côté bâbord pour la rotation du Costa Concordia.

Nous le voyons le risque est grand, voire très grand de remorquer le Costa Concordia à Gênes…

Qui va démanteler le Costa Concordia à Gênes !

Tout d'abord, il y a Fincantieri S.p.A, qui a construit le Costa Concordia ! Mais il se peut aussi que cela soit soit la société génoise San Giorgio del Porto et Mariotti, qui est le propriétaire du chantier naval de Marseille et qui avait répondu à l’appel d’offre de Costa Croisières pour la France. Ces deux sociétés génoises ont les compétences et les moyens logistiques pour cet énorme chantier, et cela, dans des conditions de sécurité des personnes et de l’environnement...

La date du remorquage ?

Le dimanche 20 juillet 2014 (à confirmer) !

 
Vendredi 30 mai 2014, la presse italienne confirme Gênes :
La presse italienne commence à confirmer l’annonce que le Costa Concordia sera bien démantelé à Gênes (It), la décision a été prise le mercredi 28 mai et sera officialisé avant le 16 juin…
 
Jeudi 29 mai 2014, le port de démantèlement sera Gênes (It) :

Le site WK transport logistique nous donne une information importante, ce même site qui avait eu l’info en avant première du transport du Costa Concordia sur le Vanguard le 30 septembre 2013 :

Selon une source proche du dossier, le Costa Concordia restera en Italie, à Gênes comme cela était dans l’air depuis quelque temps.

Il ne sera pas transporté sur le Vanguard, mais sera tiré par plusieurs remorqueurs pour parcourir les 280 kilomètres entre l’île de Giglio et Gênes. Le Costa Concordia sera vidé de tout son mobilier directement sur l’île de Giglio pour alléger son poids, ensuite arriver dans le port de Gênes il sera découpé à l’horizontale pont après pont, cela évitera les éventuelles pollutions. Pour la coque elle sera bloquée dans une cale sèche et sera découpée. Le gouvernement italien doit être satisfait de cette sage décision, seuls le président de la région toscane Enrico Rossi et les salariés de Piombino doivent être très déçus de cette décision…

Toujours selon le site WK transport logistique, le coût serait de 200 millions d’euros, cette somme comprend aussi les manœuvres de bonification et de destruction des déchets spéciaux, conformément au Code européen sur les déchets (CER). 300 personnes seront employées sur le site de démantèlement et cela pour une période de 18 mois…

 
Jeudi 29 mai 2014 :
La pose du caisson S5 a débuté.
 
Mercredi 28 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson S6 a été installé avec succès.
 
Mardi 27 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le projet de suppression du Costa Concordia a atteint 86,3 %.
 
Mardi 27 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les caissons S5 et S6 sont arrivés dimanche 25 mai à Giglio. La pose du Caisson S6 a débuté le lundi 26 après-midi elle est pour l’heure toujours en cours…
 
Dimanche 25 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson S7 a été installé avec succès.
 
Vendredi 23 mai 2014, polémique autour du départ du Costa Concordia de Giglio :
Alors que le rythme de la pose des caissons s'accélère, la polémique enfle sur le départ du Costa Concordia de Giglio : le ministre de l'Environnement, Gian Luca Galletti a déclaré qu’il s’opposerait à tout transport du Costa Concordia ailleurs que dans un port italien, et aussi pour des raisons écologiques sur le Vanguard.

De son coté le président de la région Toscane Enrico Rossi, menace de bloquer le transport du Costa Concordia sur le Vanguard à l’aide de bateaux, là aussi en raison de la dispersion de produits polluants lors de son transport, du fait qu’il sera à 4m au dessus de la mer.

Le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli lui s’oppose aux rumeurs de remorquage du Costa Concordia de l’autre côté de l’île à Giglio Campese pour être chargé sur le Vanguard. Si l’on rajoute les associations écologistes, le départ du Costa Concordia de l’île de Giglio va être très mouvementé…

 
Vendredi 23 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson S8 a été installé avec succès, la pose du caisson S7 a débuté, ce qui porte à 6 le nombre de caissons installés sur 15 pour le côté bâbord.
 
Jeudi 22 mai 2014, déplacement sur l'île de Giglio :
Ces quelques jours de pause du site mon permis de me rendre sur l’île du Giglio. Une grande émotion de tristesse vous envahit quand vous arrivez sur cette magnifique île de Toscane. Au contraire de ce que l’on pourrait croire les bruits des travaux de renflouement ne se perçoivent pratiquement pas, du moins pendant la journée que j’y ai passée ! Les techniciens posaient le caisson S9…
 

 

 

 
Jeudi 22 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
L’installation du caisson S9 s’est terminé le mercredi 21 mai et le caisson S8 est en cours d'installation.
 
Samedi 17 mai 2014, le conseil des ministres fixe le 16 juin comme date butoir :

Le conseil des ministres italien a fixé la date limite pour connaître le port de destination du Costa Concordia, cela sera le 16 juin 2014. Le commissaire au gouvernement en charge du dossier depuis le naufrage Franco Gabrielli, devra réunir une commission avec tous les décideurs de ce projet comme en 2012 lors du choix du consortium chargé du renflouement.

Le projet devra donc être rapidement donné par Costa Croisières pour permettre à la commission de se prononcer à la date butoir du 16 juin 2014. Le conseil des ministres a aussi mandaté cette commission pour donner le feu vert au renflouement du Costa Concordia, dans la mesure ou le renflouement se fera en toute sécurité pour l'environnement et les personnes…

 
Vendredi 16 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les réparations sur le caisson S12 (à Giglio) sont toujours en cours.
 
Jeudi 15 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
- La barge Mak a atteint Gênes (It) avec le caisson S13 où il sera réparé. 
- Les réparations sur​ le caisson S12 côté tribord sont en cours sur le site de l'île du Giglio. 
- L’installation du caisson S9 côté tribord se fera dans les prochains jours.
 
Jeudi 15 mai 2014, Greenpeace et le WWF, la peur d'un nouveau naufrage du Costa Concordia :

Greenpeace et le WWF, s’inquiètent eux aussi de la résistance de la structure du Costa Concordia et du risque de pollution majeure si le navire n’est pas vidé de tous les liquides polluants qu’il contient encore à ce jour. Pour ces associations de défense de l’environnement, le remorquage du Costa Concordia pour le port de Gênes prendrait à une vitesse de 1,5 nœud (environ 3 km/h) au moins 4 jours. Le convoi passerait dans des zones protéger avec le sanctuaire des cétacés qui ont des fonds pour la partie entre les îles de Giglio et d’Elbe de 1000 mètres de profondeur, puis à partir de l’île de Capraia de 5000 mètres de profondeur.

Les associations ont interpellé par écrit les instances responsables du retrait du Costa Concordia, mais ils n’auraient reçu aucune réponse. Ils veulent une expertise complète de la structure du navire, le pompage complet des liquides polluants qui se trouvent encore dans le navire. Pour eux le risque d’un nouveau naufrage du Costa Concordia est réel, et cette fois, il sombrera en totalité avec ses caissons et il ne pourra pas être récupéré. Si le départ a lieu à la mi-juillet et que les associations n’ont pas reçu d’engagement ferme sur la sécurité pour l’environnement, il y a de fortes chances pour qu’ils prennent la décision de bloquer le départ de Giglio du Costa Concordia…

 
Jeudi 15 mai 2014, le remorqueur Lukas fait route vers Gênes (It) :
Suite à l’article d’hier ou une personne nous signaler la présence du remorqueur Lukas et des caissons S13 et S8 à l’île d’Elbe, le site Marine trafic nous signale ce matin que le Lukas fait route vers le port de Gênes (It) à une vitesse de 4,5 nœuds (environ 10 km/h);
 
Mercredi 14 mai 2014, information site Le Concordia :

- Plusieurs personnes contactent le site du fait qu’ils ne comprennent pas le manque d’activité sur la pose des caissons depuis deux jours. Je pense que la raison de ce nouveau ralentissement vient des travaux de réparations du caisson S12, qui a subi des dégâts causés par le caisson S13. Dès que les réparations seront terminées, la pose des caissons pourra reprendre.

- Une personne en vacance sur l’île d’Elbe à Porto Azzuro plus exactement me signale la présence du remorqueur Lukas et des caissons S13 et S8 à ce jour. La photo qu’elle m’a fait parvenir et j’en suis désolé ne montre aucune preuve réelle de la présence des caissons dans cette zone à ce jour. Seul le site Marine trafic indique la position du remorqueur Lukas dans cette zone, mais la présence de ce remorqueur ne signifie pas la présence des caissons. J’en suis totalement désolé, mais je ne peux pas fournir des informations qui pourraient être fausses et qui placeraient le site dans une délicate situation vis-à-vis des intervenants de cette opération…

 
Mercredi 14 mai 2014, communiqué de presse de la Protection Civile italienne du 7 mai 2014 :

Un problème technique a eu lieu le 6 mai sur le premier des caissons montés sur le côté tribord du Concordia, provoquant un dérapage. A 6 heures du matin, le caisson (S13) a été signalé en position horizontale. Il est actuellement en cours de vidange des eaux de ballast qui peuvent provoquer un mouvement interne du caisson, mais la situation est maîtrisée par les techniciens. Le caisson est maintenu à l'aide de la grue "Conquest MB1".

Les ingénieurs ont vérifié la cause du problème, cela serait la perte de tension de l'une des quatre chaînes qui relie le caisson à l'épave qui a donné lieu à un déséquilibre, entraînant le caisson à un angle de 25 °. Par la suite, les pressions exercées lors de cette première rotation a causé la rupture d'une deuxième chaîne avec le vérin hydraulique correspondant. Ceci a généré une seconde rotation du caisson, jusqu'à l'amener à un angle d'environ 45 °.

La caisson est endommagé et doit être amené chez le constructeur pour la vérification et les réparations nécessaires. En outre la vérification par les techniciens du consortium Titan - Micoperi pour évaluer exacte les dégâts également signalés dans la zone adjacente (S12), provoquée par le contact avec le S13 lors de sa rotation est en cour. L'accident par conséquent déplacera de quelques jours les opérations d'assemblage des autres caissons, qui reprendront dès que la grue "Conquest MB1" sera à nouveau disponible.

Le consortium Titan - Micoperi a reçu l'autorisation de l'Observatoire de surveillance du Concordia pour l'installation de tous les caissons sur le côté tribord de l’épave. Le feu vert est venu après avoir reçu et évalué la documentation fournie par les techniciens de Titan - Micropori.

L’Observatoire a toutefois réitéré le souhait de la présentation - qui doit avoir lieu dès que possible - du plan d'action opérationnel pour l'assainissement, si possible, des eaux intérieures et de l'analyse des scénarios de risque de pollution sur l'environnement. Ces documents sont destinés aussi à mettre en œuvre toutes les mesures possibles pour prévenir et atténuer les risques, et assurer la sécurité maximale des opérateurs impliqués dans les activités de suppression du navire.

En ce qui concerne le procédé de fonctionnement, après l’achèvement de l’installation des 15 caissons sur le côté droit du navire et des 4 restants sur le côté gauche (étape WP7), l'épave sera prête au renflouage (phase de WP8). La phase du renflouement doit être effectuée à travers la vidange lente et contrôlée de la poussée des 30 caissons positionnée sur les deux côtés de l'épave. Après cette étape, le site sera restauré grâce à l'élimination de tous les débris sur le fond marin, le matériel utilisé lors de l'opération sera retiré et le début de toutes les activités nécessaire à la récupération biologique des fonds marins.

Pour le moment nous sommes toujours en attente du choix du port de destination et le mode de transport de l'épave.

Il est confirmé qu'il sera possible de définir plus précisément le calendrier des opérations à mesure qu’avancent les travaux sur Giglio et que l’Observatoire - sur la base de la documentation présentée par Costa - donnera les autorisations nécessaires et émettra les ordonnances.

 
Mercredi 14 mai 2014, Sebastiano Venneri "C'est une véritable bombe écologique" :

L’association écologiste italienne "Legambiente", comme l’Observatoire de surveillance s’inquiète du risque de déversement de produits polluants comme les hydrocarbures restant à l’intérieur du Costa Concordia dans la mer au moment du renflouement, mais surtout du transport du navire. L’association demande elle aussi des garanties sur les données de Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi, selon lesquelles il n’est pas nécessaire de procéder à une intervention particulière pour le transport du Costa Concordia.

Pour Sebastiano Venneri, le responsable de Legambiente, "Cette décision de Costa semble contraster avec les théories jusque-là assumées par beaucoup, la nécessité de vider les réservoirs à l'avance. Nous sommes perplexes et inquiets, et pour cela, nous associons l'Observatoire pour la récupération du Costa Concordia et nous demandons plus de garanties, des reconnaissances au moyen de robots pour un suivi précis de la situation et de faire une évaluation précise pour pouvoir continuer l'opération. Il est important de se rappeler qu’il y a encore à l'intérieur du navire plus de 100 tonnes de carburant qui n'a pas été possible d'aspirer lors de la vidange initiale et qui est maintenant mélangé avec d'autres polluants. C'est une véritable bombe écologique à retardement qui doit être manipulée avec soin et compétence."

 
Lundi 12 mai 2014, réunion de Florence (It) :

La réunion qui s’est tenue à Florence (It) aujourd’hui a confirmé les propos de l’ingénieur de Costa Croisières Franco Porcellacchia lors de la réunion du samedi 10 mai à Giglio (It), le Costa Concordia ne quittera pas l’île de Giglio avant la mi-juillet 2014 (entre le 18 et le 20 juillet).

Cette réunion a été imposée par la présidente de l’Observatoire de surveillance Maria Sargentini, après l’accident du caisson S13 : "Nous avons demandé une enquête pour évaluer l'accident qui s'est produit, cette enquête est toujours en cours et elle nécessitera un changement dans les autorisations appropriées pour l'installation des caissons."

La présidente a aussi demandé aux représentants de Costa Croisières quelles mesures allait être prise pour s’assurer de l’étanchéité de la coque lors du remorquage du navire. Costa Croisières a répondu que des robots allaient être envoyés pour un suivi précis des réservoirs de carburants et éviter le déversement d’hydrocarbures dans la mer lors du remorquage du Costa Concordia.

En ce qui concerne l’eau qui se trouve à l’intérieur du navire, elle est estimée entre 140 et 159 milles mètres cubes. Le plan prévoit le pompage de 4 milles mètres cubes dans deux lieux bien spécifiques du pont "C", la poupe et la proue. Ces deux endroits concentrent une grande quantité de produits polluants telle que les phtalates notamment des hydrocarbures qui bouleverseraient inévitable l’écosystème quand l’eau intérieure se mélangerait à l'eau extérieure au moment du renflouement du Costa Concordia. Mais tout en gardant le poids nécessaire pour équilibrer la coque du navire.

La réunion ne nous en a pas appris plus sur la destination finale du Costa Concordia.

 
Lundi 12 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le troisième des 19 caissons le S10, a été installé avec succès.
 
Lundi 12 mai 2014 :
Dimanche 11 mai après-midi a débuté les opérations de la pose du caisson S10.
 
Dimanche 11 mai 2014, les caissons S13 et S8 à Elbe :
Le mystère de la ballade des caissons est enfin résolu ! Le convoi des caissons S13 et S8 après avoir passé une première nuit en sécurité à Giglio Campese, vont passer une nouvelle nuit en toute sécurité, mais dans la baie de Magazzini (île d’Elbe), avant un nouveau départ vers Gênes (It)...
 
Dimanche 11 mai 2014, le Costa Concordia quittera Giglio à la mi-juillet :

Hier samedi 10 mai la présidente de l’Observatoire Maria Sargentini est allée à la rencontre de la population de l’île de Giglio. Le maire de l’île Sergio Ortelli, l’ingénieur de Costa Croisières Franco Porcellacchia et des représentants du ministère de l’Environnement étaient aussi présents.

Pour l’ingénieur de Costa Croisières le rythme de la pose des caissons de va pas ralentir suite à l’incident du caisson S13, et pour lui le Costa Concordia quittera sa position sur l’île de Giglio à la mi-juillet : "Nos prévisions sur le renflouement ont été révisées et déplacé vers la mi-juillet, sauf circonstance imprévue."

Lundi 12 mai est prévue une enquête pour comprendre les raisons exactes de l’accident survenu sur le caisson S13 et l’incidence sur les travaux du retrait du Costa Concordia. La présidente de l’Observatoire a voulu aussi savoir comment vont être retiré le carburant et les 2600 tonnes d’eau polluée qui se trouve toujours dans le navire. Ces liquides n’ont pu être pompés à l’époque du fait que le navire était couché.

Pour les raisons de l’accident du caisson S13, il n’y aurait aucune responsabilité humaine, seulement un sac de coulis (ciment), qui se trouvait sous la quille du navire et qui pour une raison inconnue serait tombé sur la chaîne du caisson S13.

Maria Sargentini a souligné que lors de la réunion de demain à Florence de nouvelles informations seront communiquées, surtout celle concernant le port de destination du Costa Concordia et le retrait des produits polluants…

 
Dimanche 11 mai 2014, le Lukas toujours à Giglio :
Le Lukas qui tracte la barge "MAK", avec les caissons S13 et S8, se trouve de l’autre coté de l’île de Giglio, à Giglio Campese plus exactement. Apparemment il y a passé la nuit, mais pour qu’elle raison ? Source Marine traffic.
 
Samedi 10 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les opérations de chargement du caisson S13 sur la barge "Mak" sont terminées, direction le port de Gênes (It) afin d’y effectuer les réparations. 
 
Samedi 10 mai 2014, en direct de Giglio :
Le remorqueur Lukas quitte l’île de Giglio en tractant la barge "MAK" où se trouvent deux caissons le S13 et le S8 en direction de Gênes. Pourquoi le caisson S8 repart lui aussi de Giglio, pour l’heure cela est un mystère. Source Marine traffic.
 
Samedi 10 mai 2014, en direct de Giglio :
Le caisson S13 se trouve maintenant au large de l’île de Giglio sur la barge "MAK" où se trouve toujours le caisson S8. La barge transportant les caissons S9 et S10 s’approche du chantier du Costa Concordia pour déchargement sur la barge "Conquest MB1" …
 
Samedi 10 mai 2014, en direct de Giglio :
La manutention pour le transfert du caisson S13 de la barge "Conquest MB1" sur la barge "MAK" a débuté, ensuite cette dernière partira vers le port de Gênes (It) où le caisson S13 sera réparé. Sur la photo ci-dessous prise par la webcam de Giglionews, nous apercevons la grue de la barge "Conquest MB1" qui soulève le caisson S13. La barge "MAK" avec le caisson S8 et au large une autre barge avec les caissons S9 et S10.
 
Samedi 10 mai 2014, Maria Sargentini à la rencontre de la population de Giglio :
Cet après-midi à 14 h 30 la présidente de l’Observatoire de surveillance Maria Sargentini rencontrera le population de l’île de Giglio avec le maire Sergio Ortelli pour faire le point sur le retrait du Costa Concordia…
 
Vendredi 9 mai 2014, 3 nouveaux caissons sont sur place :
La barge MAK, n’est pas venue à vide elle en a profité pour transporter le caisson S8. Sont en attente de pose les caissons, S10, S9 et S8. Sont déjà posés les caissons S12 et S11.
 
Vendredi 9 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La barge MAK est arrivée vers les 11 h 45 à l'île de Giglio, pour transporter le caisson S13 à Gênes (It) pour les réparations nécessaires.
 
Vendredi 9 mai 2014 :
La barge tirée par le remorqueur Lukas avec les caissons S9 et S10 est de retour à l’île de Giglio en provenance de Porto Santo Stefano, où elle avait été mise en sécurité dans l’attente de la suppression du caisson S13.
 
Jeudi 8 mai 2014, communiqué de presse de l'ONG "NGO Shipbreaking Platform" :
Bruxelles le 6 mai 2014 - La plate-forme "NGO Shipbreaking Platform", une coalition mondiale de 19 associations pour l’environnement, les droits humains et les organisations de défense des droits du travail dans la démolition des navires polluants et dangereux, a envoyé une lettre au ministre italien de l'Environnement pour exiger la sécurité sur le démantèlement du navire de croisière Costa Concordia qui a fait naufrage et en conformité avec la loi italienne et le droit européen, en particulier la directive-cadre européenne sur les déchets et le règlement de recyclage des navires dans l'Union Européenne. La plate-forme se joint à Greenpeace Italie, Legambiente et le WWF Italie pour exprimer leurs préoccupations au sujet des conditions dans lesquelles le démantèlement du navire aura lieu et corrobore les déclarations antérieures de l'ONG italienne.

"Le gouvernement italien doit demander les meilleures techniques possible pour réduire les risques environnementaux au cours du remorquage et du processus de démantèlement. La minimisation des risques environnementaux ne peut pas être subordonnée aux intérêts financiers et autres et il en est de la responsabilité des gouvernements pour éviter de nuire à l'environnement et à la santé publique". A déclaré Patrizia Heidegger, directrice exécutive pour la démolition des navires "NGO Shipbreaking Platform".

La plate-forme en appelle au ministre italien de l'environnement pour garantir que le propriétaire du navire et l'assureur vont choisir la destination finale la plus adaptée pour l'épave. La décision doit être fondée sur une évaluation d'impact environnementaux, les résultats devraient être mis à la disposition du public. L'EIA (Environmental Investigation Agency) doit être menée sur la base de la proximité et des principes de l’autosuffisance, qui sont des principes fondamentaux du droit européen des déchets.

La plate-forme recommande que le navire de croisière naufragé doit être remorqué vers le port le plus proche possible pour limiter autant que possible la libération de l'eau polluée dans la mer, ce qui pourrait contaminer les aires spécialement protégées, comme le sanctuaire Pelagos.

L'installation de recyclage des navires choisi doit se conformer à toutes les lois nationales et européennes régissant la gestion des déchets et la protection de l'environnement. Les ONG demandent que le ministère italien de l'Environnement surveiller la société en charge de démonter le Costa Concordia pour garantir que l'environnement et la santé publique sont protégés pendant toute la durée des opérations de démantèlement, y compris la manutention, le transport et l'élimination de tous les déchets dangereux qui seront produits. Le démantèlement du Costa Concordia est une occasion de créer des emplois dans la gestion des déchets et des recyclages et d’exceller dans le recyclage des navires propres et sécuritaires.

 
Jeudi 8 mai 2014, le point sur le chantier Costa Concordia :

- La barge qui doit retirer le caisson S13 endommagé après la rupture d’une chaîne de fixation devrait partir aujourd’hui de Gênes (It) en direction de Giglio, elle devrait y arriver vendredi dans la journée.

- La barge avec les caissons S9 et S10 a été placée à cause du mauvais temps en sécurité à Porto Santo Stefano en attente de la reprise de la pose des caissons.

- Le caisson S12 qui se trouve sur le Costa Concordia a subi des dégâts, mais ne devrait pas être retiré de sa position actuelle, les réparations se feront directement sur place.

- Le lundi 12 mai à Florence aura lieu une réunion de l’Observatoire de surveillance pour faire le point sur les retards du retrait du Costa Concordia de l’île de Giglio après l’incident du caisson S13. Le calendrier pour le vidage et le traitement de l’eau qui se trouve à l’intérieur du navire et le port de destination finale du Costa Concordia.

 
Mercredi 7 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
En ce qui concerne les informations apparues dans les médias aujourd'hui d'un déséquilibre du caisson S13, Titan Micoperi clarifie les informations suivantes : les techniciens ont travaillé toute la nuit pour ramener le caisson S13 installé sur le côté droit en position horizontale. 
Actuellement, le caisson est maintenu dans cette position avec le soutien de la grue Conquest MB1. 

Les techniciens effectuent les opérations de vidage du caisson de l'eau de ballast. Ces opérations peuvent provoquer un déséquilibre du caisson en raison de la circulation de l'eau interne. Ces mouvements sont à prendre en considération, jusqu'à ce que le caisson soit complètement vidé. 

La situation est actuellement sous contrôle. Le caisson sera transporté à un chantier naval pour les évaluations techniques et les réparations nécessaires. 

L’installation des flotteurs restants reprendra dès que la grue Conquest MB1 sera de nouveau disponible, cet à dire après que le caisson S13 soit chargé sur la barge et son départ de l'île du Giglio en direction de Gênes. Le repositionnement du caisson S13 se fera donc ultérieurement. La prochaine étape prévoit le positionnement du caisson S10 dès que possible. Les techniciens ont évalué également les dommages mineurs au caisson adjacent S12, causé par le contact d’hier avec le caisson S13 lors de sa rotation. L’évaluation de ce caisson (S12) est en cours.

 
Mercredi 7 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le caisson S13 est en position horizontale, tenue par la barge "Conquest MB1". 
 
Mercredi 7 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Problème technique avec le caisson S13, les techniciens travaillent pour y remédier.
 
Mercredi 7 mai 2014, rupture du caisson S13, une chaîne a cassé :
Suite à la rupture d’un des caissons, le S13, un des techniciens du consortium Titan/Micoperi c’est voulu rassurant et a expliqué à la presse la raison de cet incident qui n’a aucun rapport avec une fragilité de la coque du Costa Concordia : "Il y a eu un problème avec la tension d'une chaîne qui a été prise dans l'épave et donc pas en tension parfaite. La situation est sous contrôle."
 
Mardi 6 mai 2014, incident sur le caisson S13 :
Le premier caisson S13 a cédé suite à une rupture du système de fixation. Cet incident s’est produit à 17 h 30, il n’y aurait aucun blessé.
 
Mardi 6 mai 2014, le Costa Concordia sera vidé de l'eau de mer qu'il contient :
Selon une information du site ANSA.it, l’Observatoire de surveillance a déclaré que la suppression ou le traitement de l’eau à l’intérieur du Costa Concordia commencera le mardi 20 mai 2014. Ce qui laisse envisager que le Concordia à de forte chance de ne pas aller à Piombino, la piste Gênes où Turquie se précise.
 
Mardi 6 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le troisième des 19 caissons le S11, a été installé avec succès.
 
Mardi 6 mai 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :
Costa Croisières et Titan Micoperi confirment que les opérations d'installation du caisson S11 ont immédiatement repris après l'autorisation reçue par l'Observatoire de suivi. Lors de l'installation de la nuit le caisson côté tribord S11, le troisième des19 qui doit être installé a été achevée. 

Actuellement, il y a encore 12 flotteurs à devoir être installé sur le côté tribord et 4 sur le côté bâbord du Concordia. Les techniciens dès demain vont commencer les opérations pour la pose du quatrième caisson côté tribord, le S10. 
En parallèle, des travaux sont en cours pour compléter la documentation requise par l'Observatoire et qui sera communiquée dès que possible aux autorités. 

Plus de 350 techniciens travaillent actuellement 24/7 sur les opérations d'enlèvement du Concordia, plus de 120 sont des plongeurs.

 
Mardi 6 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Immersion du caisson S11 - Thank you The Parbuckling project.
 
Lundi 5 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Début de la pose du caisson S11 - Thank you The Parbuckling project
 
Lundi 5 mai 2014, le naufrage du Costa Concordia va-t'il coûter "2 milliards de dollars" ?

Le journal français "Les échos" de ce dimanche 4 mai laisse entendre que l’assureur Allianz Global Corporate & Speciality, qui couvre le sinistre du naufrage du Costa Concordia a déclaré que l'accident a coûté à ce jour plus de 1,6 milliard de dollars, et que selon certains experts le chiffre des 2 milliards de dollars pourrait être atteint.

Le journal prend en exemple le naufrage de l’Exxon Valdez ce pétrolier américain qui s’est échoué en 1989 sur les côtes d’Alaska et qui lui avait coûté 1,6 milliard de dollars. Le journal parle aussi des 3 600 tonnes de liquides contaminés et de combustible qui se trouveraient encore dans le Costa Concordia alors que l’association italienne de défense de l’environnement "Legambiente" ne parle elle que de 100 tonnes de fioul lourd.

Bien entendu quelque soit la quantité exacte de produits polluants il ne faut pas sous-estimer une éventuelle pollution qui aurait des conséquences désastreuses sur l’environnement marin et un coût non négligeable qui viendrait alourdir encore un petit peu plus la note. N’oublions pas aussi qu’un second naufrage du Costa Concordia serait vécu comme une véritable honte pour le peuple italien, bien que comme The Parbuckling projetct cela serait unique dans les annales !! Croisons les doigts nous n’en somme pas encore là

 
Lundi 5 mai 2014, "100 tonnes de fioul lourd" encore à l'intérieur du Costa Concordia ?

L’association italienne de défense de l’environnement "Legambiente" par la voix d’un de ses responsables Sebastiano Venneri déclare que selon des informations qu’elle possède "100 tonnes de fioul lourd" se trouverait toujours à l’intérieur du Costa Concordia. Il faut rajouter d’autres produits polluants comme l’huile et divers produits chimiques qui servent à l’entretien du navire.

Pour l’association la meilleure solution serait de remorquer le navire dans le port le plus proche "Piombino, Gênes ou Civitavecchia", mais en aucune manière le sortir de l’eau et le poser sur une plateforme comme le Vanguard. La solution du Vanguard serait un risque majeur pour l’environnement du fait que les liquides qui se trouvent à l’intérieur se déverseraient automatiquement dans la mer.

 
Lundi 5 mai 2014, information sur la position du Vanguard :
S'il est utilisé pour le transport du Costa Concordia nous allons vous faire régulièrement un point pour savoir où se trouve le navire semi-submersible "Dockwise Vanguard". Ce lundi 5 mai 2014, il se trouve très loin des cotes italiennes et de l’île de Giglio, à Singapour plus exactement.
 
Lundi 5 mai 2014, à 8 h 13, le caisson S11 arrive à Giglio - Grazie Giglionews :
 
Lundi 5 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
La Barge "Micourier 2" avec le caisson S11 est partie de Piombino, là où elle avait été remorquée suite au blocage des travaux par l’Observatoire de surveillance, en direction de Giglio ce dimanche 4 mai après-midi.
 
Lundi 5 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Information du dimanche 4 mai 2014 : Le deuxième des 19 caissons le S12, a été installé avec succès hier (samedi 3). Les plongeurs de l'équipe Titan Micoperi travaillent aujourd'hui (dimanche 4) pour préparer les installations à venir, afin d'être prêt à procéder à des opérations dès que les autorisations nécessaires arriveront. Dans le même temps, les techniciens sont en train de finaliser la documentation demandée et qui sera livrée selon le calendrier indiqué par l'Observatoire au plus tard le 15 mai 2014.
 
Vendredi 2 mai 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
L'autorisation d'installer le caisson S12 du côté tribord a été reçue, les opérations sont déjà en cours.
 
Vendredi 2 mai 2014, reprise des travaux à Giglio ?
Selon l’information d’un média italien, l’autorisation aurait été donnée pour la reprise des travaux de pose des caissons de renflouement et de flottaisons. Cette décision a été prise cet après-midi à Rome au siège de la Protection civile lors d’une réunion exceptionnelle de l’Observatoire de surveillance. Cet accord est conditionné à fournir par écrit et le plus rapidement possible les demandes de l’Observatoire de surveillance sur le port de destination et les mesures de sécurité concernant le transport du Costa Concordia. Pendant ce temps à Giglio la pose du second caisson le S12 aurait débuté.
 
Vendredi 2 mai 2014, Rossi "un navire de cette taille à transporter dans la Méditerranée est susceptible d'être dangereux" :

Le président de la région toscane Enrico Rossi persiste dans sa volonté de voir le Costa Concordia finir ses jours dans le port toscan de Piombino : "Les travaux dans le port de Piombino sont en cours, et lorsque le Concordia sera déplacé de Giglio, le port sera prêt. Il semble normal qu’il aille à Piombino. 

Vous devez comprendre qu’un navire de cette taille à transporter dans la Méditerranée est susceptible d'être dangereux. Nous sommes convaincus que l'opération de levage est sans risque. Mais il n'y a aucune certitude sur les dangers de fuite de liquides en mer, ceci est encore une inconnue, et de qu’elle importance, et cela, quand le navire sera parti.

Je suis heureux que le gouvernement ait conclu un accord avec Piombino pour l'élimination des navires militaires, mais notre intention est également de mettre au cœur du problème le Concordia."

 
Vendredi 2 mai 2014, la Turquie ou Gênes :
Le ministre de l'Environnement Gian Luca Galletti, a déclaré cela sera soit Gênes soit la Turquie : "Le 15 mai, nous devons choisir le port et Costa nous a dit "la Turquie ou Gênes". Ce qui est certain, c'est que le navire devra être renfloué et transporté dans un maximum de sécurité." Le ministre a réitéré le souhait du gouvernement italien que le Costa Concordia reste en Italie.
 
Vendredi 2 mai 2014, le caisson S11 attend au large de Giglio :
Au large de l’île de Giglio et de la plage d’Arenella, la barge avec le caisson S11 attendent le feu vert pour revenir vers le chantier du Costa Concordia. Quant au second caisson le S12, il se trouve actuellement sur la barge "Conquest MB1", dans l’attente de sa pose sur le côté tribord du Costa Concordia. Grazie Giglionews.
 
Mercredi 30 avril 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :

En se référant aux déclarations apparues sur les fils de presse en Italie, Costa Croisières et Titan Micoperi souhaitent préciser que l'installation du seul et unique caisson S12 a été retirée hier et que dans le même temps une confirmation de la demande d'autorisation de l'installation de l'ensemble des 18 caissons encore a être positionnés (y compris le S12), a été envoyé à l'Observatoire. 

Costa Croisières et Titan Micoperi travaillent à fournir des documents supplémentaires concernant les aspects environnementaux liés aux moyens de transports autres que le remorquage traditionnel, tel qu’il est demandé par l'Observatoire. 
Costa Croisières et Titan Micoperi espèrent que les questions qui ont été soulevées en ce qui concerne la poursuite des opérations d'installations des caissons seront résolues rapidement, et confirment leur engagement à l’enlèvement de l'épave Concordia dès que possible, en pleine coopération avec les autorités compétentes.

 
Mercredi 30 avril 2014, le Costa Concordia doit être vidé de tous les liquides polluants :
Marie Sargentini la présidente de l’Observatoire de surveillance a déclaré à son tour que le navire Costa Concordia doit être vidé de tous les liquides qui se trouvent à l’intérieur et cela sur place ou être remorqué dans le port le plus proche pour être vidé.

Lorsque le Costa Concordia sera vidé de tous les produits polluants qu'il contient, il pourra être transporté dans un port étranger sur le semi-submersible Vanguard. Elle a déclaré aussi que l’Observatoire de surveillance n’a pas à s’insérer dans le choix du port, mais doit être vigilant sur les risques majeurs de pollution marine…  

 
Mercredi 30 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le consortium Titan/Micoperi vient de minimiser cet arrêt en indiquant que la finalisation du document qui concerne le port de destination est en cour et qu’il sera fourni dans quelques jours…
 
Mercredi 30 avril 2014, les travaux de pose des caissons viennent d'être stoppés :

Une information de dernière minute, les travaux de pose des caissons de flottaison en vue du renflouement et du transport du Costa Concordia viennent d’être stoppés !

Cet arrêt des travaux provisoire a été imposé par l’Observatoire de surveillance qui reproche à ce jour de ne toujours pas connaître le port de destination du Costa Concordia et donc son mode de transport vers ce port.

Le commissaire au gouvernement en charge du retrait du navire Franco Gabrielli, s’était déjà inquiété la semaine dernière de l’absence de destination dans les documents fournis par le consortium en charge du retrait du navire. Un premier caisson le S13 a pu être installé sur le coté tribord, mais les deux autres S11 et S12 sont en attentent d’une autorisation de pose.

L’Observatoire impose aussi que si le Costa Concordia est transporté sur le navire semi-submersible néerlandais "Vanguard", pour un port étranger, il doit être vidé de tous les produits liquides qui se trouvent encore à l’intérieure, eau de mer comprise, pour garder en premier la stabilité de l’ensemble et éviter que les produits liquides qui se trouvent à l’intérieur polluent la mer en se déversant par les ouvertures qui se trouvent sur le navire. Les travaux de renflouement ne reprendront que le moment où le port de destination sera connu…

 
Mardi 29 avril 2014 :
Les caissons S11 et S12 arrivent à Giglio de Marina di Carrara. Grazie Giglionews.
 
Lundi 28 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Après 2 jours et demi de travail, les opérations pour installer le premier des 19 caissons pour le renflouement de l'épave Concordia ont été achevées aujourd'hui à 13 heures. 
Le caisson S13 le plus grand en poids et en taille est maintenant positionné sur le côté tribord à environ 11 mètres de profondeur du fond marin artificiel sur laquelle repose le Concordia depuis le parbuckling achevé en septembre. 
L'encorbellement a été libéré de la barge sur laquelle il a atteint l'île de Giglio et placé dans l'eau par la grue tournante
de la barge Conquest MB1.
Il a ensuite été complètement rempli avec de l'eau afin de le plonger et permettre la connexion, par un système automatique sophistiqué, des chaînes qui le maintiennent attaché à l'épave. Les techniciens ont ensuite partiellement vidé le flotteur pour le rendre plus léger et lui donner la flottabilité nécessaire pour maintenir les chaînes tendues. 

Avant le renflouement, les18 autres caissons doivent être positionnés sur le côté tribord et bâbord du Concordia. Les caissons seront complètement vidés pour fournir la flottabilité nécessaire pour renflouer le Concordia et le préparer pour son transport.

Photo : Titan/Micoperi
 
Lundi 28 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Les caissons de flottaison S12 et S11 font route vers l’île de Giglio pour être installés sur le côté tribord du Costa Concordia.
 
Lundi 28 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Samedi 26 avril dans l’après-midi a débuté la pose du premier caisson le S13 sur le Costa Concordia côté tribord.
 
Samedi 26 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Le premier des 19 caissons qui va être installé sur le Concordia avant la phase de renflouement est arrivé ce matin dans l'île de Giglio à bord du ponton Mak. C'est le S13, qui sera positionné sur le côté tribord.

Le poids du caisson est de 810 tonnes, de 33,5 mètres de largeur pour 11,5 de hauteur, avec des systèmes électropneumatiques et des vérins qui atteignent plus de 20 mètres de hauteur et 10,5 mètres de profondeur. 
Il sera positionné dès que l'opération sera autorisée.

 
Samedi 26 avril 2014 à 8 h 30 :
Le remorqueur Lukas arrive à Giglio avec le caisson S13 .
 
Vendredi 25 avril 2014, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Information Titan/Micoperi, le premier caisson de flottaison S13 qui doit être installé sur le Costa Concordia est parti de Gênes (It) hier jeudi après midi en direction de l’île de Giglio…
 
Jeudi 24 avril 2014 :
Premières images vidéo de la barge "Conquest MB1" à Giglio – agenziaimpress.
 
Mercredi 23 avril 2014, un appel au Pape François :

Les hauts fourneaux sidérurgiques Lucchini de Piombino (It) vont aller lentement vers un arrêt technique irréversible ! Ce qui va placer 1 500 salariés de l’entreprise au chômage et 110 autres entreprises vont subir les retombés de cette fermeture soit un total de 4 000 suppressions d’emplois pour la région toscane. Ce matin une grève de deux heures à eu lieu devant les grilles des hauts fourneaux, les syndicalistes et les autorités locales ont réclamé que le démantèlement du Costa Concordia soit attribué à Piombino, pour cela ils ont envoyé un message vidéo au Pape François, qui a répondu à cet appel des salariés de Lucchini :

"Hier, j'ai reçu une vidéo envoyée par les travailleurs de Lucchini Piombino avant la fermeture des hauts fourneaux, j’en suis vraiment ému et triste.

Chers travailleurs, mes frères sur vos visages sont peints une profonde tristesse, l'inquiétude des pères de famille qui ne demandent que leur droit de vivre dans la dignité et de travailler à construire, nourrir et éduquer leurs enfants, soyez assuré de ma proximité et de ma prière.

Ne vous découragez pas, le pape est à vos côtés et je prie pour vous, afin que vous rallumiez les espérances humaines, car il reste toujours l'espoir divin qui ne déçoit jamais.

Chers travailleurs, chers frères, je vous embrasse comme un frère et à tous les responsables je vous demande de faire tous les efforts pour la créativité et la générosité à ranimer l'espoir dans les cœurs de nos frères et les cœurs de tous ces chômeurs à cause du gaspillage et de la crise économique s'il vous plaît ouvrez vos yeux et ne rester pas les mains croisées ! 

Pape François"

La vidéo des salariés de Lucchini
 
Mardi 22 avril 2014, la ville de Marseille peut-elle participer au démantèlement du Costa Concordia ?

La réponse peut être affirmative si Gênes (It) remporte l’appel d’offres...

Le Chantier Naval de Marseille (C.N.M), San Giorgio del Porto et Chantiers Mariotti de Gênes ont gagné l’appel d’offres lancé en 2012 par le Grand Port Maritime de Marseille pour la gestion et la rénovation de la plus grande forme de la Méditerranée (Cale sèche) et la troisième dans le monde, la forme « 10 », 465 mètres de long et 85 mètres de large, la fin des travaux de rénovation est prévue pour l’automne 2014.

San Giorgio del Porto et Chantiers Mariotti de Gênes sont derrière le port d’Izmir (Turquie) avec 95 millions de dollars pour le démantèlement contre 40 millions à Izmir. 

Cela ne veut pas dire que le Costa Concordia viendra à Marseille, mais les deux villes Gênes et Marseille pourraient collaborer si Gênes est choisie ! De qu’elle ordre serait cette collaboration, pour l’heure c’est un mystère comme le port qui sera choisi d’ailleurs…

 
Mardi 22 avril 2014, toujours des polémiques autour du port de démantèlement :

Le mystère tourne toujours autour du port de démantèlement du Costa Concordia !

L’ex-président de la compagnie maritime italienne Toremar "Angelo Roma" qui dessert l’île de Giglio a déclaré : "Aujourd'hui on ne peut pas comprendre comment est-il possible de ne pas tenir compte d'une décision du Conseil des ministres de seulement un an auparavant. Cette décision prévoyait que le navire Costa Concordia qui a fait naufrage sur l'île de Giglio, et selon les normes de l'UE « règlement 1013/2006/Ce » est un « déchet » et donc qu’il doit être emmené dans le site le plus proche pour être détruit et éliminé.

Ces jours-ci, il y a beaucoup de noms de port qui circulent, « Marseille, Izmir en Turquie, un port en Grande-Bretagne, un en Norvège, deux en Chine, et en Italie : Piombino, Gênes, Civitavecchia, Palerme, Gioia Tauro et Tarente. Les ministres de l'Environnement et de la Protection du Territoire et de la Mer et de l'Infrastructure et des Transports, doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre le transport du navire de croisière Costa Concordia dans le port de Piombino pour le démantèlement, en collaboration avec les ministères concernés et en utilisant les ressources déjà allouées et effectivement disponibles."

 
Mardi 22 avril 2014 :
La barge "Conquest MB1" qui mettra en place les 19 caissons pour le renflouement du Costa Concordia est arrivée hier lundi 21 avril à Giglio…
 
Jeudi 17 avril 2014, Costa Concordia direction "Turquie" :
Le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli a déclaré ce jour que la meilleure offre pour le démantèlement du Costa Concordia est la Turquie avec un coût de 40 millions de dollars. La deuxième offre est le port italien de Gênes (It), mais qui lui a un coût de 95 millions de dollars et qui est trop éloignés, 5 jours de navigation, contre une journée pour Piombino qui lui ne sera pas opérationnel lors du renflouement du Concordia et qui a un coût de 110 millions de dollars…
 
Mercredi 16 avril 2014, le Costa Concordia doit rester en Italie :
(AGI) - Rome, 16 Avril - "Aujourd'hui, le Costa Concordia est à toutes fins utiles, une épave." Voila comment Gian Luca Galletti le ministre de l'Environnement italien a débuté sa réponse dans une émission sur Radio 1 concernant les opérations de retrait de Giglio du Costa Concordia, avec l'espoir que le port pour le démantèlement soit italien. "À cause de cette tragédie, nous avons eu la perte irréparable de vie, mais aussi des dommages économiques considérables." Il a aussi insisté : "Les opérations d'élimination, sont toujours une source d'improbabilités, mais c’est du travail et des revenus pour les entreprises, la mobilisation de la main-d'œuvre doit être faite en Italie." Le ministre a toutefois souligné que : "Le Concordia est la propriété de Carnival, la société qui possède Costa Croisières et c'est à eux de décider où l'aliéner. "
Il a continué : "parce que les coûts liés à la cession, au transport et également à la restauration de l'environnement de l'île de Giglio, « parce que tout doit être remis dans les conditions existantes avant le tragique accident, » l'ensemble de ces coûts sont supportés par Carnival." Deuxième aspect mis en évidence par Galletti sur l'élimination du navire : "Il faut le faire tout en préservant l'environnement, c'est-à-dire, l'endroit où vous décidez de mettre le navire doit être sans risque pour l'environnement, et cela, dans la plus grande sécurité." En ce qui concerne une estimation précise des dommages causés par l'accident a dit Galletti : "C’est juste au moment où le navire partira que nous saurons avec clarté l'ampleur des dégâts causés, et que nous devrons travailler à rétablir la zone et la remettre aux conditions préexistantes." (AGI) Gav.
 
Mardi 15 avril 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :

Les travaux sont toujours en cours dans l'île de Giglio pour atteindre l'objectif qui est, l’enlèvement de l'épave Concordia et cela dès que possible, la protection de l'écosystème marin et la vie socio-économique de l'île. 

Actuellement, plus de 290 techniciens y travaillent, et au cours de prochaines semaines ils seront environ 400. 

Lundi, le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, la présidente de l'Observatoire Maria Sargentini, le maire de Giglio Sergio Ortelli et le représentant de Costa Croisières ont dialogué avec la population sur l'état d’avancement du projet d’enlèvement. 

Le projet prévoit l'installation des 19 derniers flotteurs, 15 sur le côté tribord et 4 sur le côté bâbord (côté mer), pour atteindre le total de 30 caissons nécessaire au renflouement du Concordia.

Lors de la préparation de ces opérations, les techniciens du consortium Titan Micoperi ont travaillé sur l'installation de structures appelées pare-chocs qui permette de créer une surface régulière pour l'alignement des flotteurs en correspondance avec les zones endommagées sur le côté tribord. De plus, la suppression des accolades d'hivernage sont en cours sur le côté tribord, pour permettre le positionnement des flotteurs.

Les 4 premiers flotteurs équipés avec les systèmes électriques et pneumatiques nécessaires à la phase de renflouement ont déjà été transférés du terminal de Livourne à Marina di Carrara, et les autres suivront dans les prochains jours. Ils partiront ensuite pour rejoindre l'île de Giglio en position verticale prêt pour l'installation.

Costa Croisières et le consortium Titan Micoperi coopèrent avec les autorités pour permettre une évaluation nécessaire et préparer les documents pour cette phase du projet.

Actuellement, le positionnement des premiers flotteurs est prévu pour la fin avril, après autorisation des autorités compétentes. 
Les flotteurs seront installés et reliés en sous-marin avec des chaînes et des câbles, ceci est une opération complexe et sensible à la météo.

Une fois que les deux premiers flotteurs seront positionnés, les techniciens seront en mesure de vérifier avec précision le calendrier général, qui indique actuellement un possible renflouement pour la fin du mois de juin.

Les activités de surveillance de l'environnement sont également en cours et les résultats n'indiquent pas de problème critique.

 
Lundi 14 avril 2014, réunion sur l'île de Giglio avec la population :
Cet après-midi à16 h à l’hôtel Saraceno le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, la présidente de l’Observatoire Maria Sargentini et le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli, rencontreront la population de l’île pour leur donner les dernières informations sur l’avancement du chantier du renflouement et répondre à leur question…

Voici les réponses aux questions des intervenants : 18 h 00

Franco Porcellacchia, "Le retrait du Costa Concordia de l’île de Giglio a coûté 1 milliard de dollars". "Tous les caissons (19) sont terminés, la pose débutera à la fin avril". "Une fois démarrer l’opération de renflouement est irréversible". "Le Vanguard est un camion de remorquage de la mer, il est l’option pour une destination éloignée".

Maria Sargentini, "La phase de renflouement aura deux moments critiques, le début et la fin. Elle devrait durée une semaine".

Sergio Ortelli, "Le ministre de l’Environnement souhaite le retrait des plates-formes sous-marines".

Franco Gabrielli, "Le port de destination devrait être connu prochainement". "Si le navire était encore là à l’automne, nous aurions échoué sur tout". "Le port de destination n’a pas d’incidence sur le calendrier de suppression du navire". "L’eau de l’île est la plus contrôlée au monde 46 000 analyses depuis le début". "Le navire est une épée de Damoclès pour la communauté, il faut le retirer dès que possible".

 
Samedi 12 avril 2014, pour Franco Gabrielli, le Costa Concordia aura quitté Giglio avant l’automne :
Lors d’un festival à Lucca (Toscane) le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli a déclaré que le retrait du Costa Concordia est dans sa phase finale, et que le port du démantèlement avait été choisi. En ce qui concerne la date du retrait, Franco Gabrielli a déclaré que le Costa Concordia devra quitter l’île de Giglio avant l’automne, mais que le mois de juin reste une période possible pour l’adieu du navire à l’île…
 
Vendredi 11 avril 2014, les caissons arrivent à Marina di Carrara :
Les premiers caissons de renflouement et de flottaison du Costa Concordia arrivent à Marina di Carrara (Toscane) dans l’attente du transfert vers l’île de Giglio d’ici la fin du mois d’avril.
 
Jeudi 10 avril 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :

Modification de l’information que je vous donner le dimanche 6 avril 2014 : Les deux premiers caissons de renflouement ont quitté Livourne pour Carrara (Toscane), en attendant de partir pour l'île de Giglio pour l'installation sur le Costa Concordia.

 
Mercredi 9 avril 2014, réunion sur l'île de Giglio avec la population reportée :
La réunion du commissaire au gouvernement Franco Gabrielli avec la population de l’île de Giglio de ce jour est reportée au lundi 14 avril 2014 à 16 h, Costa Croisières devrait être présent…
 
Mardi 8 avril 2014, réunion sur l'île de Giglio avec la population :
Demain mercredi 9 avrili à16 h à l’hôtel Saraceno le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, la présidente de l’Observatoire Maria Sargentini et le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli, rencontreront la population de l’île pour leur donner les dernières informations sur l’avancement du chantier du renflouement et répondre à leur question…
 
Dimanche 6 avril 2014, les premiers caissons partent pour l'île de Giglio :
Les premiers caissons de renflouement et de flottaison du Costa Concordia ont quitté le port de Livourne (It) sur une barge en direction de l'île de Giglio.
 
Mardi 2 avril 2014, le président de la région toscane ne veut pas la guerre :
Pendant une pause à la réunion du conseil régional de Toscane ce jour, le président Enrico Rossi a déclaré "Je ne veux pas la guerre avec les autres ports, mais Gênes par rapport à Piombino représente une navigation de 5 jours avec tous les risques que cela comporte"…
 
Mardi 2 avril 2014, la suppression des plates-formes et des sacs de coulis :

Guido Cossu président de l'Assemblée populaire de l’île de Giglio a adressé un courrier à l’ensemble des intervenants pour la suppression du Costa Concordia ce 27 mars 2014, et cela après une réunion ou l’absence d’un expert a été déploré pour donner des réponses concrètes à leurs interrogations. L’assemblée populaire réclame de plus amples précisions sur le devenir des plates-formes qui supportent à ce jour le Costa Concordia et les sacs de coulis (ciment)…

La structure métallique est-elle compatible avec le milieu marin dans le cas où elle ne serait pas supprimée ?  

Dans le cas de la suppression de la structure, une remise en état des fonds marins est-elle prévue ?

Les sacs de coulis seront-ils totalement supprimés ?

 
Jeudi 27 mars 2014, la pose des caissons devrait démarrer à la fin avril :
Lors de la réunion qui s’est tenue à Rome (It) hier dans les locaux de la protection civile, nous apprenons que les documents descriptifs des prochaines étapes qui concernent maintenant le renflouement et le retrait du Costa Concordia seront étudiés à la mi-avril par la commission de l’Observatoire.

Ces documents qui seront fournis par le consortium Titan/Micoperi et Costa Croisières, permettront après validation par la commission de lancer l’opération de pose des 19 caissons restants, 4 sur le côté Bâbord et 15 sur le côté tribord du Costa Concordia. Cette opération devrait débuter à la fin du mois d’avril 2014, précise la présidente de la commission Marie Sargentini

 
Mercredi 26 mars 2014, Gênes, Piombino ou la Turquie :
Lors de la réunion qui s’est tenu à Rome (It) ce jour, des informations plus précises ont filtré sur le port de destination du Costa Concordia : En N° 1 Gênes, en Nº 2 Piombino et en Nº 3 la Turquie, pour son faible coût de mains-d’œuvre ! Le président de la région toscane Enrico Rossi a déclaré que la perte du démantèlement du Costa Concordia serait "Intolérable" pour la ville et la région en cette période de crise et de chômage…
 
Mercredi 26 mars 2014, communiqué de presse Costa Croisières et Titan Salvage et Micoperi :

"Continuer les opérations pour enlever le Concordia dès que possible de l’île de Giglio en sauvegardant comme nous l’avons toujours fait la vie socio-économique de l'île". C'est l'objectif qui a été confirmé de nouveau aujourd'hui lors de la réunion du Comité Consultatif de l'Observatoire qui a eu lieu cet après-midi à Rome au siège de la protection civile et convoquée par le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, avec la participation des représentants de Costa Croisières.

En outre, afin de garantir aux habitants de l'île de Giglio les informations nécessaires qui peuvent influer sur leur vie quotidienne, en particulier dans la phase de remise à flot, le commissaire Franco Gabrielli et le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli ont convenu d'organiser une nouvelle rencontre avec la population la semaine prochaine (la date précise sera communiquée dans les prochains jours).

 
Mardi 25 mars 2014, destination finale "Piombino" pour le Costa Concordia ?

Le président de la région toscane Enrico Rossi, n’est pas contre le report du retrait du Costa Concordia au mois de septembre 2014, cela aurait pour lui deux avantage : L’économie touristique de l’île et la préparation du port de Piombino (It) pour l’accueil du Costa Concordia…

Le président de la région toscane a peut être donné ce jour le nom du port de destination finale du Costa Concordia "PIOMBINO" attendu depuis plusieurs semaines maintenant. Piombino (It) qui ne peut être qu’un profond souhait aussi du nouveau chef du gouvernement italien Matteo Renzi, natif et ancien maire de la capitale de la région toscane "Florence (It)"…

 
Mardi 25 mars 2014, conflit entre Sergio Ortelli et Franco Gabrielli sur la date du retrait du Costa Concordia :
Le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli est entré en conflit avec le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli en charge du retrait du Costa Concordia. Sergio Ortelli lui reproche le manque d’information sur le calendrier du retrait du navire et la période envisagée du mois de juin 2014, en plein début des vacances estivales.

Sergio Ortelli souhaiterait que le retrait s’effectue après les vacances estivales, s’est à dire au mois de septembre 2014. Franco Gabrielli de son coté refuse la modification de la date du mois de juin 2014 et évoque que le maire ne regarde qu’une chose les élections locales qui pourrait le pénaliser, et indique que depuis plusieurs mois le maire est informé du calendrier mis en place pour les opérations du retrait du Costa Concordia…

 
Lundi 17 mars 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :
L’assemblage des composants du système de contrôle de ballast se poursuit sur ​​le Concordia: l'installation du câblage électrique est en cours.
 
Mercredi 12 mars 2014, Costa Concordia, départ pour la Turquie ou l’Asie ?
Greenpeace rejette l’idée que le Costa Concordia puisse être démantelé en Italie et même en Europe, pour l’association écologiste aucun des ports qui ont répondu à l’appel d’offre n’est capable de traiter les produits toxiques qui se trouvent sur le navire. Pour l’Europe, les possibilités restent vagues et limitées : en 2012, la Commission européenne a jugé en vertu de la Convention de Bâle l’interdiction de la destruction d'un navire avec des déchets toxiques dans les pays de la zone OCDE, sans procéder par avance à un nettoyage complet. Cela a contribué au démantèlement des chantiers navals européens pour la démolition des navires et a encouragé la pratique de l'exportation de navires à la casse en Turquie et d'autres pays asiatiques.
 
Mardi 11 mars 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :

Installation de pare-chocs sur le côté tribord de l'épave qui sont indispensables à l'alignement des caissons de flottaisons… L’avancement du projet de renflouement est à 83,2 %.

 
Lundi 10 mars 2014, nouvelles dimensions du Costa Concordia :

Le Costa Concordia quand tous les caissons seront posés changera de dimension, de poids, de tirant d’air et surtout de tirant d’eau ! Le tirant d’eau est l’une des mesures les plus importantes pour le port qui accueillera le navire pour son démantèlement.

Mais c’est quoi le tirant d’eau ?

Le tirant d’eau est la partie du navire qui est immergée (voir photo), il varie en fonction de la charge que transporte le navire. Pour le Costa Concordia le tirant d’eau était avant le naufrage de 8,20 mètres, avec le poids des 30 caissons le tirant d’eau passera à 18,50 mètres. Ce qui veut dire que le port et la cale sèche qui vont l’accueillir doivent avoir une profondeur de 20 mètres minimum par rapport au niveau de la mer…

Les dimensions du Costa Concordia changent elles aussi, sa largeur passe de 35,50 à 62,50 et la hauteur ou plutôt le tirant d’air au dessus de la ligne de flottaison est modifié lui aussi par rapport à l’origine, il passe de 51,96 mètres à environ 30 à 35 mètres du fait que la cheminée a été supprimée et que le tirant d’eau est plus important. Son poids quant à lui passe de 43 000 tonnes à 75 000 tonnes.

La seule chose qui ne changera pas sur le Costa Concordia c’est sa longueur 290,20.

 
Mardi 4 mars 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :
Actuellement, plus de 200 techniciens travaillent sur le chantier du retrait du Costa Concordia. Le pourcentage d'avancement du projet est à ce jour à "82,2%".
 
Lundi 3 mars 2014, le Costa Concordia coûterait 350 $ la tonne :
Le prix de vente de la tonne du Costa Concordia serait de l’ordre de 350 $ (254 € au cours de la bourse d’aujourd’hui), soit une valeur d’environ 140 millions d’euros. Pour rappel le Concordia a coûté à l’achat 450 millions d’euros et le retrait de l’île de Giglio serait de l’ordre pour l’instant de 600 millions d’euros. La perte pour les compagnies d’assurances serait de l’ordre de 910 millions d’euros, si elles couvrent bien entendu la totalité des frais du navire et son renflouement.
 
Lundi 3 mars 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :

- Les éléments du système de commande des ballasts sont en cours de montage sur le Costa Concordia.

- Les opérations de préparation à la pose des flotteurs progressent elles aussi.

 
Mardi 18 février 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :
Le consortium Titan salvage et MICOPERI annoncent qu’au 17 février 2014 le projet d’enlèvement du Costa Concordia est à "81,8 %".
 
Lundi 17 février 2014, le Costa Concordia filmé par des drones, avant et après la rotation :
Avant la rotationAprès la rotation
 
 
Dimanche 2 février  2014, communiqué de presse Costa Croisières :
Costa Croisières a organisé un soutien psychologique aux membres de l'équipe de plongée Titan Micoperi qui sont profondément choqués par l'accident mortel survenu à leur collègue espagnol. Deux psychologues spécialisés dans les événements post-traumatiques de l'association espagnole des psychologues ont atteint l'île Giglio aujourd'hui dans les premières heures de l'après-midi. 
Un psychologue de l'équipe de soins de Costa soutient également les membres de la famille du plongeur mortellement blessés hier.
 
Samedi 1er février  2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :
Suite à l’accident qui s'est produit au cours des opérations sous-marines dans la zone de triage, Titan Micoperi est triste d'annoncer que le plongeur du Consortium "Israël Franco Moreno" est décédé cet après-midi après l’accident qui s'est produit au cours des opérations sous-marines en-cours sous l'épave.

Le plongeur de nationalité espagnole âgé de 41 ans était impliqué dans les opérations visant à préparer l'épave pour l'installation des flotteurs sur le côté tribord. Immédiatement secouru il a été transféré à l’infirmerie où il a était examiné par le personnel médical et paramédical du Consortium, immédiatement après le personnel médical d'urgence est arrivé sur place conformément au plan d'urgence en place. Les raisons exactes de l'accident sont sous enquête par les autorités compétentes.

Les hommes et les femmes du Consortium tiennent à exprimer leurs sincères condoléances à la famille de leur collègue.

 
Jeudi 30 janvier 2014, communiqué de presse Titan Salvage et Micoperi :
La rotation verticale des flotteurs S12 et S11, deux des 15 flotteurs qui seront installés sur le côté tribord a été complété avec succès à Livourne. 

Pendant ce temps, à Isola del Giglio 170 techniciens sont au travail pour terminer les opérations préparatoires à la mise en place des flotteurs, actuellement prévue pour commencer en Avril, gardiennage et activités de surveillance de l'environnement.

 
Mardi 21 janvier 2014, communiqué de presse Costa Croisières :

Conférence de presse du vendredi 10 janvier 2014 à 11 h au siège de la protection civile à Rome (It) :

La conférence de presse qui s'est tenue à Rome le 10 janvier 2014, en présence du commissaire au gouvernement pour le retrait du Concordia Franco Gabrielli, du ministre italien de l'Environnement Andrea Orlando, du directeur général de Costa Croisières Michael Thamm et du coordinateur et ingénieur du projet d'enlèvement Franco Porcellacchia, a été l'occasion pour les médias de connaître les prochaines étapes importantes du projet.

Après le succès du parbuckling qui a eu lieu le 17 septembre 2013, le prochain objectif est maintenant le renflouement du Concordia avant l'été 2014 de sorte qu'il sera prêt pour le transport vers le port de destination finale.

D'un point de vue technique, les opérations sont en cours à Livourne pour compléter l'aménagement des 15 flotteurs qui seront installés sur le côté tribord, et les 4 autres qui restent à être installés sur le côté bâbord. L'installation des flotteurs est une opération sensible à la météo, elle est donc prévue pour commencer au mois d’avril 2014. Avant cela, les techniciens vont travailler sur la remise en état du côté tribord afin de créer une surface plate sur les zones endommagées pour permettre d’aligner correctement les flotteurs.

En ce qui concerne le port de destination finale, un processus d'appel d'offres a été lancé par Costa Croisières en accord avec les autorités italiennes, par le biais de la société Londres Offshore Consultants (LOC). Le choix se portera sur les installations à démanteler et à recycler l'épave à l'aide d'une méthode qui offre la meilleure solution en termes de sécurité et de résultat, les normes environnementales et de sécurité pour les travailleurs, conformément à la législation nationale et internationale.

Au-delà de l'intérêt initial, l’appel d'offres a été envoyé à 13 entreprises et organisations représentant 6 pays: Italie, France (Marseille), Royaume-Uni, Norvège, Turquie et Chine. L'Italie est représentée par les ports de Piombino, Civitavecchia, Gênes et Palerme. 

Costa est actuellement en attente de recevoir les documents d'appel d'offres de ces candidats, la décision finale du port sera connue dans le courant du mois de mars 2014. 

 
Les textes sont de Marco MANNELLA - Les informations proviennent des autorités italiennes, de Costa Croisières, de Titan Salvage, de Micoperi, des agences de presses - Tous droits réservés...
Grazie a tutti voi, "Costa Crociere, Titan salvataggio, Micoperi, le autorità italiane, i media Italiano, Inglese, Francese, Tedesco," per la vostra cortese partecipazione nella creazione di questo sito, in memoria del naufragio della Costa Concordia...
 
 
 
Haut de page

Marco Mannella

Contact site et mentions légales