Le naufrage du Costa Concordia
 

 

 

 

 

 

 

 

Projet 1, The parbuckling project (le redressement)

 
Costa Concordia quelques chiffres concernant "The parbuckling project"
  • 474 personnes ont travaillé en alternance 24/24 et 7/7, entre le mois d'août 2012 et le mois de juillet 2014.
  • 100 plongeurs ont plongé en alternance 24/24 et 7/7, entre le mois d'août 2012 et le mois de juillet 2014.
  • 13 000 plongeons individuels enregistrés.
  • 25 navires et bateaux ont été utilisés en permanence.
  • 48 chaînes ont ceinturaient le navire pour le stabiliser.
  • 26 tonnes c’est le poids de chaque chaîne.
  • 31 000 tonnes d’acier pour l'ensemble de la construction.
  • 30 caissons pour redresser, renflouer et faire flottet le Costa Concordia.
  • 11 700 tonnes c’est le poids total des 30 caissons qui ont servi à redresser et à faire flotter le Concordia.
  • 1 000 m2 c’est la superficie des plateformes qui ont réceptionné le Costa Concordia.
  • 30 mètres c’est la profondeur sous le niveau de la mer où se trouve les plateformes.
  • 19 heures c’est le temps qu’il a fallu pour redresser le Costa Concordia.
  • 9 mètres, c’est la profondeur à laquelle il a fallu percer les trous dans le granit pour planter les piliers.
  • 18 000 tonnes de sacs de coulis (mortier), pour créer un plancher artificiel entre la coque du Concordia et les rochers et supprimer les imperfections du sol rocheux.
  • 9 tonnes de baguettes de soudure.
  • 33 Km de soudure effectuée.
  • 21 piliers en acier de 2 mètres de diamètre.
  • 21 trous de 2 mètres de diamètre percés dans la roche granitique.
  • 1 000 tonnes c’est le poids de la plus grande des plateformes.
  • 12 tourelles équipées de moteur et de système hydraulique chacune qui ont servi à redresser le Costa Concordia.
  • 9 milles tonnes c’est la traction exercée par les câbles hydrauliques qui ont redressé le Costa Concordia.
  • 9 jours c'est le temps qu'il a fallu pour renflouer le Costa Concordia.
  • 5 jours c'est la durée du voyage à Gênes (I).
  • 1,5 milliard de dollars c'est la somme qu'a coûtée ce naufrage aux compagnies d'assurances.
Site officiel : The Parbuckling project.
 
Dimanche 24 novembre 2013, le Lions Club de Grosseto félicite les acteurs de "The Parbuckling" :
Hier à Ortobello (It) a eu lieu lors d’une conférence organisée par le Lions Club de Grosseto, dans l’Auditorium di Piazza Giovanni XXIII, une présentation des acteurs principaux de la rotation du Costa Concordia, le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, l’ingénieur et responsable de la rotation, véritable star en Italie Nick Sloane qui a déclaré : "J'ai reçu un appel de Titan qui m'a demandé si je voulais participer à ce projet, j'ai tout de suite accepté." Il a expliqué ces longs mois de préparation et la joie après la fabuleuse réussite de la rotation.
Il a aussi expliqué que le Costa Concordia était totalement sécurisé pour le passage de l’hiver, et qu’ensuite les travaux de renforcement du côté tribord du navire et la pose des caissons pourront commencer…

De son coté Franco Gabrielli a déclaré après s’être félicité et de féliciter toutes les personnes qui ont cru au projet et qui y ont participé :"Maintenant, nous devons penser à passer l'hiver avec le navire dans cette position, puis poser les caissons et renflouer le navire. La quatrième étape sera de saluer avec le mouchoir à la main, sur le quai de Giglio, cette présence gênante. Et puis il faudra trouver le corps de Russel Rebello."

 
Jeudi 21 novembre 2013, le Costa Concordia un côté navire-fantôme :
Le site du journal local "Giglio News", avait braqué depuis pratiquement le début des webcams sur le Costa Concordia. Hier au soir j’ai capté deux plans du Costa Concordia qui donne un effet bizarre, comme si le navire allait sortir de l’eau et reprendre sa route initiale. Grazie Giglio News…Cliquez sur les images pour les visioner en grand.
 
Mercredi 20 novembre 2013, le navire-hôtel ASV Pioneer a quitté l’île de Giglio :
Le navire-hôtel ASV Pioneer équipé de soixante cabines doubles et d’un restaurant a quitté l’île de Giglio hier mardi en direction de Piombino (It). Ce navire était arrivé le dimanche 21 octobre 2012, au départ pour six mois, mais il y sera resté 13 mois. Ce départ laisse penser que de nombreux techniciens ont quitté le chantier du Costa Concordia. Il est vrai qu’aujourd’hui il ne reste plus que les 19 caissons à poser, 4 sur le côté bâbord et 15 sur le côté tribord, ce qui nécessite beaucoup moins de personnel sur le chantier…
 
Mardi 12 novembre 2013, communiqué de presse Costa Croisières et Titan/Micoperi :

Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi informent que le Concordia est stable sur les plates-formes, comme le confirment les résultats d’une surveillance constante. 

La stabilité de l’épave est également améliorée par des mesures supplémentaires qui ont été étudiées afin de préparer le Concordia à faire face à la saison d'hiver et sont actuellement en cours de finition. 

28 entretoises tubulaires en acier ont été positionnées et connectées à l'épave dans des boudins sur les plates-formes sous-marines côté mer, tandis que le positionnement des sacs de coulis du côté de la rive a été achevé hier. L'installation d'un système de blocage supplémentaire pour la poupe est la troisième opération en cours. 

Globalement, les mesures d'hivernage devraient être achevées avant la fin novembre. 

La surveillance de l'environnement est également en cours et les résultats ne créent aucune inquiétude. Comme toujours, tous les plans de surveillance et de récupération sont en place pour récupérer tout matériel qui pourrait sortir de l'épave.

 
Vendredi 8 novembre 2013, communiqué de presse Titan/Micoperi :
Titan Micoperi Consortium communique que tôt ce matin quatre personnes non autorisées ont été remarqués à bord du Concordia. Ils ont été identifiés par le système de vidéosurveillance des opérateurs de Titan Salvage, qui en ont informés la police locale. 

L'entreprise a pris des mesures immédiates pour éliminer les travailleurs du projet. 

Titan Micoperi souligne à quel point le système de surveillance en place a fonctionné efficacement, avec une individuation rapide des personnes non autorisées et l'implication immédiate des autorités.

 
Lundi 4 novembre 2013, pour Orlando le navire Concordia sera détruit en Italie :
Le ministre de l’Environnement italien Andrea Orlando a confirmé aujourd’hui sur Radio 24, que le Costa Concordia restera en Italie pour être démantelé : "Le Concordia sera démantelé dans le port le plus proche au moment où il pourra être enlevé. Si Piombino est terminé au moment où le Concordia sera déplacé il ira là-bas, sinon nous verrons avec un autre port, nous avons plusieurs ports italiens possibles. Pour le moment, nous travaillons sur Piombino."
 
Samedi 2 novembre 2013, les opérations d'hivernage se poursuivent :
Les opérations de mise en sécurité du Costa Concordia progressent rapidement, les 8 entretoises en acier ont été installées sur les plateformes N°1 et N°3 et les 12 autres sur la plateforme N°2. L’installation des sacs de coulis se poursuit, au niveau de la plateforme N°2 la pose est terminée, et globalement le taux de pose des sacs de coulis est de 54%...
 
Samedi 26 octobre 2013, le conflit continu entre le gouvernement italien et Costa Croisières :
Nouvel épisode dans le feuilleton gouvernement italien et Costa Croisières, le ministre de l’Environnement Andrea Orlando, nie que le Costa Concordia puisse finir ces jours hors qu’en Italie et pour lui ce n’est pas Costa Croisières qui va décider du lieu du démantèlement : "le démantèlement et l’élimination des déchets se feront dans notre pays, car nous ne voulons pas apporter ces déchets vers des pays qui n'ont pas de législation adéquate et qui présente un certain nombre de contre-indications."  
 
Jeudi 24 octobre 2013, les premières entretoises ont été posées :
Les premières entretoises entre la plateforme sous-marine N°2 et le caisson N° 13 ont été posées le vendredi 18 octobre. Ces entretoises vont permettre de fixer le Concordia sur la plateforme et éviter qu’il ne bouge pendant la période hivernale…
 
Vendredi 18 octobre 2013, le Concordia direction Smyrne en Turquie :
Selon le site "WK-Transport-logistique" qui a été le premier à nous annoncer que Costa Croisières avait loué le navire "Vanguard Dockwise", le plus grand navire semi-submersible du monde pour transporter en un seul morceau le Costa Concordia, nous informe aujourd'hui que cela ne sera pas à Piombino (It), mais à Smyrne en Turquie  (source Marine Marchande) que sera démantelé le navire de croisière. Car d’après le site "WK-Transport-logistique", Costa Croisières et sa société mère américaine Carnival ont déclaré qu’aucun port italien n’avait répondu au cahier des charges demandé. Le site souligne aussi que le Costa Concordia quittera l’île de Giglio avant la fin du premier semestre 2014...
 
Mardi 15 octobre 2013, Enrico Rossi commence à perdre patience :

Le président de la région toscane Enrico Rossi commence à perdre patience avec toutes les informations qui sont données et envoie le Costa Concordia dans de nombreux ports italiens ou turcs. Pour le président de la région toscane, les autorités italiennes sont les seules à pouvoir délivrer un permis de navigation pour le transport du Costa Concordia et à ce jour le port de destination n’est autre que Piombino (It) : "Depuis le début, le Concordia est considéré comme un déchet, le meilleur lieu pour son démantèlement reste la Région. Le gouvernement Monti n’a jamais rejeté cette proposition et a parlé en faveur de Piombino pour la démolition du navire et nous travaillons pour mettre aux normes le port toscan afin qu'il puisse accueillir le Concordia mais aussi d'autres navires à la casse." 

Le sous-secrétaire d'État au ministère des Infrastructures et des Transports italien Erasmo De Angelis confirme les propos du président de la région toscane : "Le permis de navigation sera accordée au Concordia seulement si c’est Piombino la destination." Photo Toscana Notizie

 
Lundi 14 octobre 2013, le Costa Concordia direction Izmir :

D’après le courrier international, site du groupe Le Monde, le Costa Concordia devrait partir l’année prochaine pour le port d’Izmir en Turquie, et cela sur le navire Vanguard Dockwise à cause de l’impossibilité de trouver un port italien capable aujourd’hui de démanteler le navire de croisière...

Bien que le sous-secrétaire d'État au ministère des Infrastructures et des Transports italien Erasmo De Angelis, dise le contraire au site ANSA.it : "L'Italie est prête et sera parfaitement capable de gérer en toute sécurité l'élimination et la mise au rebut du Concordia, et les conflits entre les régions n'ont pas de sens."

Aujourd’hui le navire appartient toujours à Costa Croisières, et l’investissement pour le démantèlement en Italie est de l’ordre de 500 millions d’euros alors quand Turquie même avec la location du Vanguard, le prix sera sûrement moindre… Photo la Gazzetta di Firenze

 
Jeudi 10 octobre 2013, c'est officiel le Vanguard transportera le Costa Concordia :
Comme le site Le Concordia vous l’annonçait le 30 septembre 2013, Costa Croisières et la société Néerlandaise Dockwise, filiale de Royal Boskalis Westminster NV, ont signé le contrat de location du plus grand navire semi-submersible du monde Vanguard Dockwise en vue de l’enlèvement du Costa Concordia de l’île de Giglio, le montant de la location s’élève à 30 millions USD. Voir l’article sur le Vanguard ci-dessous…
 
Lundi 7 octobre 2013, le Concordia a bougé :

Le Costa Concordia a légèrement bougé ce week-end, et cela, à cause des conditions météorologiques, les ingénieurs ont indiqué que cela avait permis un règlement physiologique de l’épave sur le faux fond de mer. Mais pour les ingénieurs, il ne faut pas perdre de temps pour mettre en place les mesures d’hivernage du navire. Ces mesures stabiliseront le Concordia qui pourra affronter les pires scénarios possibles météorologiques. Cette mise en sécurité se compose en trois points :

1)   La mise en place de structures tubulaires pour relier les plates-formes sous-marines. Les caissons côté mer seront eux aussi reliés par ce système.

2)   La pose de sacs de coulis (mortier spécial) entre le Concordia et les rochers.

3)   La pose à la poupe du Concordia d’un système de retenue supplémentaire pour que cette dernière ne bouge pas.

Les ingénieurs ont de leur coté commencé à étudier les travaux qu’il faudra effectuer sur le coté tribord du navire en vue de la pose des caissons de renflouement…

 
Samedi 5 octobre 2013, le Concordia quittera Giglio fin mars 2014 :
Le ministre de l’Environnement Andrea Orlando a confirmé aujourd’hui au salon nautique International de Gênes que le Costa Concordia quittera l’île de Giglio au début du printemps 2014, fin mars plus exactement. Il a confirmé aussi ce qu’avait déclaré la veille Franco Gabrielli, le port sera Piombino, si ce dernier est convenablement équipé pour le démanteler…
 
Samedi 5 octobre 2013, Concordia Island :

L’université de Catania (It), a lancé un concours assez bizarre, le concours "Concordia Island", l’île du Concordia, ce concours est dédié aux futurs architectes qui doivent pour gagner ce concours intégrer dans le paysage de l’île de Giglio le navire. Toutes les idées sont admises, faire du Concordia, "un hôtel, un parc d’attractions, un récif artificiel, etc." !

Le jury est composé de : Cristina Díaz Moreno (AMID, cero9, Madrid), Andrea Bartoli (FARM ferme culturelle, Favara), Luca Emanueli (SEALINElab, Ferrara), Eva Franch i Gilabert (directeur de Storefront pour Art & Architecture, New York), Joseph Grima (directeur de Domus, Milan), Kamiel Klaasse (NLarchitects, Amsterdam), Geoff Manaugh (BLDGBLOG, Los Angeles), Marco Navarra (NOWA, Caltagirone), Lori Nix (New York), François Roche (R & Sie (n), Paris), Italo Rota (Milano), Yoshiharu Tsukamoto (Atelier Bow Wow, Tokyo).

 
Samedi 5 octobre 2013, le prix "Pioniere della nautica" pour Franco Gabrielli :
Le chef de la protection civile Franco Gabrielli s’est vu décerner le prix "Pioniere della nautica", hier au salon nautique de Gênes (It). Ce prix est décerné aux personnes qui ont grâce à leur action contribué à l’histoire de la navigation italienne. Franco Gabrielli a été récompensé pour son travail de coordination et son investissement permanent depuis le naufrage du Costa Concordia, son prix lui a été remis par le président de l’association Ucina*, Anton Francesco Albertoni association qui est à l’origine de ce prix en 1988… *Association de l’industrie maritime italienne - Photo ANSA.it
 
Vendredi 4 octobre 2013, le port du démantèlement reste "Piombino" :
Le commissaire au gouvernement et chef de la protection civile Franco Gabrielli a rappelé aujourd’hui sur l’île de Giglio que le port choisi pour le démantèlement du Costa Concordia reste Piombino (It). Mais il a aussi précisé qu’un plan pour la cession du navire en vue de sa destruction doit avant toute chose être présenté : "Au moment où le navire est prêt à être enlevé de l'île de Giglio, Piombino est le port indiqué par le gouvernement précédent et non démenti par le gouvernement actuel, il sera prêt à accueillir l’épave, ce sera le port choisi, sinon vous pouvez chercher une autre solution. Costa Croisières devra encore présenter un plan détaillé pour la cession du navire."
 
Lundi 30 septembre 2013, le "Vanguard" pour transporter et non pas remorquer le Costa Concordia :

Une information importante qui nous parvient du site WK-Transport-logistique, le consortium Titan/Micoperi et Costa Croisières seraient confrontés à un problème de taille pour le remorquage du Costa Concordia dans un port qui pour l’heure n’est pas encore défini en vue de son démantèlement, l'état dans laquelle se trouve aujourd'hui la coque du navire et le risque d'une catastrophe écologique...

La solution devrait venir de la Corée du Sud, ou un semi-submersible le "Vanguard", construit par le groupe Hyundai et mis en service en février 2013 par la société Néerlandaise Dockwise, d'une longueur de 275 mètres pour une largeur de 79 mètres il est capable de transporter une charge de 110 000 tonnes et il se déplace à une vitesse de 14 nœuds. Il transporterait le Costa Concordia dans son port de démantèlement et là en toute sécurité et n’importe où sur la planète…

Toujours d’après ce site, la location du "Vanguard" serait déjà effective et le semi-submersible qui est basé actuellement en Corée du Sud pourrait appareiller dans les semaines qui viennent vers l’Italie et plus précisément vers l’île du Giglio…

Photo World Maritime News - Cliquez sur les images pour les regarder en grand.

 
Lundi 23 septembre 2013, le Costa Concordia est sécurisé :
Les plongeurs des gardes côtes et des pompiers ont reçu le feu vert de la part du consortium Titan/Micoperi pour entrer maintenant dans la zone sécurisée autour du Concordia à la recherche des corps des deux disparus. Si les recherches autour du navire sont négatives, ils pourront entrer à l’intérieur du navire pour inspecter des zones là aussi qui ne l’avait pas été jusqu’à présent…
 
Lundi 23 septembre 2013, la rotation du Costa Concordia vu par satellite :
Astrium filiale d’EADS, a surveillé le renflouement du Costa Concordia grâce au satellite Pléiades...  
 
Samedi 21 septembre 2013, les recherches se poursuivent pour retrouver les corps, et les premiers caissons arrivent :

- Les recherches se poursuivent pour retrouver les corps des deux disparus avec un robot sous-marin qui permet avec plus de rapidité de couvrir un large périmètre. Toutes les équipes de recherche travaillent sous les ordres du comandant provincial Ennio Aquilino, qui a reçu hier l’autorisation d’inspecter les deux parties du Concordia qui ont été écrasées par les pitons rocheux…

- Les premiers caissons qui seront posés sur le côté tribord du Concordia sont arrivés dans le port de Livourne (It), après avoir subi quelques modifications ils seront transportés comme les précédents sur l’île de Giglio.

 
Mercredi 18 septembre 2013, les recherches pour retrouver les corps des deux disparus débuteront demain :
Selon une information de SkyTg24, les recherches pour retrouver les corps des deux disparus débuteront demain après midi ou en début de soirée. La formation des équipes (plongeurs et patrouilleurs) qui partiront en inspections dans le Concordia et sous l’eau, seront formés demain matin. Le mari et la fille de Maria Grazia TRECARICHI, Elio Vincenzi et Stefania et le frère de Terence Russel REBELLO, Kevin REBELLO ont embarqué sur un bateau pneumatique type ZODIAC de la garde côtière et se sont approché du Concordia. Elio Vincenzi a déclaré à la presse : "Nous avons eu une réunion avec la Garde côtière et maintenant je me sens encore plus confiant que le corps de ma femme peut être trouvé." Sa fille Stefania a déclaré à son tour : "Avec le recul, je revis ces moments de terreur. Revenir ici a été difficile, mais j'espère au moins que le corps de ma mère sera retrouvé."
 
Mercredi 18 septembre 2013, quelques infos en bref :

-    Les parents de Maria Grazia TRECARICHI et Terence Russel REBELLO sont arrivés hier après midi sur l’île du Giglio où ils vont y séjourner le temps de la recherche des corps…

-    Pour le PDG de Costa Croisières, Pier Luigi Foschi, "le succès du projet est le résultat d’un partenariat public/privé et d’un travail bien fait."

-    La crainte d’une pollution suite au déversement des 80 000 mètres cubes d’eau qui se trouvait dans le Concordia est négative, c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Environnement Andrea Orlando"L’intervention a eu presque zéro impact sur l’environnement. La qualité de l’eau est restée inchangée."

-    Selon beaucoup de médias, le peuple italien se dit fier ce matin de cette prouesse technique et pour eux la page du naufrage du Concordia est fermée, il ne faut garder en mémoire que la perte des 32 victimes…

-    Pour le président du conseil italien Enrico Letta, "Toutes les personnes qui ont travaillé sur ce projet sont une grande fierté italienne." Bien que Nick Sloane soit Sud-africain et que les équipes d’ingénieurs et de techniciens viennent de 26 nationalités différentes…

 
Mardi 17 septembre 2013, et maintenant ?

Quand l’on regarde les images qui tournent en boucle sur tous les médias de la planète une question vient immédiatement à l’esprit, "comment poser 15 caissons qui pèsent 6 000 tonnes, sur une telle surface ?" Effectivement, cela ne va pas être simple, mais pas infaisable non plus, comme le déclare le responsable Costa Croisières Franco Porcellacchia :

"Je suis allé le voir avec un bateau, mais il n’a pas l'air d'être dans un état ​​critique, le côté droit et très endommagé, cependant, il y a deux endroits où les dommages sont très prononcés, mais il n'y a pas une énorme différence, il n'y a pas pénétration des rochers comme nous le craignions. Dans les prochains jours, nous allons l’examiner attentivement, mais je ne pense pas que cela soit insurmontable."

En premier lieu, il va y avoir une inspection de toutes les cabines qui jusqu’à ce jour étaient inaccessibles, sauf, pour quelques-unes où les plongeurs ont pu y accéder. En même temps, des câbles vont entourer le Concordia pour l’attacher à la plateforme, pour éviter qu’il ne bouge pendant les périodes de tempêtes. Il sera aussi procédé à la recherche des corps des deux disparus…

Ensuite un peu comme pour le ravalement d’une façade, les équipes de techniciens vont devoir enlever toutes les parties gênantes et dangereuses. Puis ils vont se servir des parties solides pour y souder des plaques de tôles et ensuite y poser les fixations des caissons…

Pour les caissons, ils vont encore utiliser la technique qui a fait ses preuves cette nuit, les remplir d’eau de mer à l’aide de vannes pour qu’ils s’enfoncent, et cela, jusqu’au plancher artificiel sous-marin à ce moment-là ils pourront les positionner et les fixer au Concordia. Mais à la grande différence avec la pose des caissons coté bâbord, se sont des plongeurs qui vont faire tout le travail se qui prendra sûrement beaucoup plus de temps…

Quand les 30 caissons seront en place, ils seront vidés de leur eau et cette eau sera remplacée au fur et à mesure par de l’air comprimé, qui fera remonter tout doucement le Concordia à la surface. Cette eau ne sera pas rejetée immédiatement à la mer, elle sera d’abord traité et purifié sur place et seulement ensuite elle pourra être rejetée à la mer du fait qu’elle sera propre…

Le Concordia qui fera presque le double de sa largeur initiale (60m) sera remonté à la surface et remorqué dans un port pour être démantelé. À ce jour plusieurs ports sont en concurrence, Piombino, Civitavecchia et Palerme, tous des ports Italien…

 
Mardi 17 septembre 2013 à 4 H 00 du matin :
 
Lundi 16 septembre 2013, démarrage de la rotation du Costa Concordia !
  1. 6h31 - Le commissaire du gouvernement, Franco Gabrielli, donne une conférence de presse…
  2. 6h57 - L’opération de rotation est retardée de deux heures ! Suite aux orages de cette nuit, les équipes n’ont pu terminer la mise en place de certains éléments d’aide à la rotation. Le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, prévoit un retard de deux à trois heures sur le début de la rotation…
  3. 8h37 - Tout serait enfin prêt pour le début de la rotation.
  4. 9h00 - les techniciens commencent à quitter la proue du navire.
  5. 9h02 - conférence de presse.
  6. 9h05 - la rotation va démarrer.
  7. 9h06 - la rotation a démarré avec 3 h de retard, suite aux orages de la nuit.
  8. 10h18 - la première phase a démarré avec une tension pour la désincarcération du Concordia des rochers à 20 tonnes, à 9 h 50 la tension était de 2 000 tonnes et tout se passe bien, la tension va monter jusqu’à 4 000 tonnes dans les prochaines minutes, selon Nick Sloane le responsable Titan/Micoperi…
  9. 11h15 - le Concordia commence à sortir de l’eau.
  10. 11h42 - le Concordia s’est redressé d’environs 1m50 à 2m. La phase critique serait dépassée…
  11. 12h32 - nouvelle conférence de presse de Franco Gabrielli, Maria Sargentini et Sergio Girotto qui expliquent l’avancement de la rotation.
  12. 13h00 - Enrico Rossi le président de la région toscane se dit très satisfait du début de la rotation et espère que cela va se poursuivre...
  13. 14h11 - Lors de la conférence de presse, un journaliste a demandé au commissaire du gouvernement Franco Gabrielli s’il avait des informations concernant les corps des deux disparus : "Pour le moment, il n'y a aucune indication que les cadavres se trouvent entre la roche et la coque. Mais il est encore trop tôt."
  14. 14h52 - le Concordia s’est détaché des rochers, la deuxième phase va pouvoir commencer.
  15. 15h09 - Franco Gabrielli : "Le côté tribord de la coque présente une déformation importante."
  16. 19h26 - alors que la rotation du Concordia est à 13 degrés, alors qu'il faut qu'elle atteigne 65 degrés Franco Gabrielli a déclaré: "Nous allons continuer jusqu'au bout de la nuit. Les choses vont comme elles le devraient, mais avec un timing dilatée."
  17. 19h40 - le Concordia pourrait être dans sa position initiale demain matin à l'aube.
  18. 00h00 - le Concordia a passé la barre des 24 degrés, les câbles qui tirent le Concordia depuis plusieurs heures sont mis au repos, et c’est le remplissage d’eau des caissons qui prennent le relais, nous entrons dans la phase finale du redressement.
  19. 01h15 - Il y a beaucoup de monde sur les quais pour regarder le redressement du Concordia.
  20. 02h15 - lors de la conférence de presse de 2h du matin, la protection civile et Titan/Micoperi annonce que l’eau entre normalement dans les caissons et que la rotation se poursuit lentement, mais normalement.
  21. 03h43 - la partie tribord du Concordia sort de l’eau, et l’on découvre deux immenses trous dans ce qui était avant les balcons du navire, littéralement détruit par les pitons rocheux sur cette partie du navire, un pratiquement à l’avant (le plus grand) et l’autre à l’arrière.
  22. 03h45 - À ce moment-là tout va s’accélérer et le Concordia en moins de dix minutes va retrouver sa position initiale, le projet "The parbuckling" est une totale réussite. Les sirènes des bateaux du port de Giglio rendent un vibrant et émouvant hommage au retour du Costa Concordia dans sa position initiale.
  23. 04h00 - conférence de presse et applaudissement lors de l'arrivée dans la salle de presse de Sergio Girotto ingénieur du projet, Franco Gabrielli commissaire au gouvernement et Franco Porcellacchia responsable Costa Croisières des équipes techniques. Annonce de la fin de la rotation du Costa Concordia.
  24. 05h36 - Nick Sloane "le maître Sud-africain sauveteur", est accueilli à la descente de son navire Pollux où se trouve la salle de contrôle de "The parbuckling", par des cris et des applaudissements des habitants de l’île deGiglio venus en grand nombre le féliciter et le remercier.
Dimanche 15 septembre 2013, les corps de Maria Grazia TRECARICHI et Russel Terence REBELLO :
Cette fin d’après-midi le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, a déclaré à une question d’un journaliste concernant les victimes qui se trouvent toujours sous le navire : "Quand va-t-on récupérer les corps des deux victimes qui sont toujours portés disparus ? Pas avant que le navire soit sécurisé nous ne voulons pas de prise de risques de quiconque. Titan/Micoperi nous dira quand le navire sera sécurisé."
 
Dimanche 15 septembre 2013, l’annulation de la rotation peut encore intervenir :
Le ministère de la Protection civile italienne a annoncé que jusqu’à la dernière minute l’annulation de la rotation peut intervenir, si les conditions météorologiques venaient à se dégrader. Pour rappel, quand la rotation aura commencé elle ne pourra plus être arrêté, voilà pourquoi cette mesure de précaution qui sera gérée sur place par le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli
 
Dimanche 15 septembre 2013, communiqué officiel de la protection civile italienne :

Costa Concordia : demain 16 septembre 2013 début des opérations de parbuckling.

Demain lundi 16 septembre débuteront les opérations parbuckling du navire Costa Concordia.

En raison de la météo et de la mer pour la journée de demain sur l'île de Giglio traitée par le centre d'activité de la Direction de la protection civile, en coordination avec le centre des services météorologiques Lamma de la Toscane décentralisés pour le consortium, les techniciens du consortium Titan/Micoperi confirment la possibilité d'effectuer les opérations de demain. En fait, les paramètres attendu direction et vitesse du vent et la hauteur significative des vagues sont compatibles avec les valeurs maximales indiquées par le calcul de la faisabilité de l'opération.

Ont également été complétées toutes les activités préparatoires de la rotation. En conséquence, sur la base des informations fournies, le commissaire du gouvernement à l'urgence, Franco Gabrielli, en liaison avec le Président de la surveillance de l’Observatoire, Maria Sargentini, a confirmé le parbuckling pour la journée suivante. L’opération devrait commencer peu après 6 h, après le départ du dernier ferry de Giglio à Porto Santo Stefano.

Nous rappelons à tous les professionnels de l'information intéressés à travailler sur l'île de Giglio qu'il est absolument nécessaire d'accréditer sa présence sur l’île au plus tard ce soir à 19 h à travers le formulaire d'inscription sur le site The parbuckling project.  Pour les demandes reçues après cette date, il ne sera pas possible d’assurer la procédure d'accréditation.

 
Dimanche 15 septembre 2013, c'est OK pour lundi matin :
À 12 h ce dimanche, l’autorisation pour le démarrage de la rotation du Costa Concordia pour ce lundi 16 septembre 2013 à 6 h du matin est acquise, il ne suffit plus que d’attendre le communiqué officiel…
 
Dimanche 15 septembre 2013, 350 journalistes internationaux pour suivre "The parbuckling" :
Ils arrivent de Chine, d’Australie, des États unis avec CNN, des pays arabes du Qatar plus exactement avec Al Jazeera, ils seront 350 journalistes accrédités pour suivre cet évènement qui est devenu un évènement international, la rotation du Costa Concordia.

Ce matin une tente accueillera tous ces journalistes et leur attribuera les accréditations pour qu’ils puissent accéder à une zone qui leur sera spécialement réservée.

240 écrans de télévisions diffuseront en permanence des mises à jour techniques du consortium Titan/Micoperi sur le Parbuckling en cours, un centre multimédia équipé de connexion WI-FI, un stand qui servira pour la ou les conférences de presse, les interviews, etc.

On peut constater que la petite île toscane de Giglio va devenir pour quelques heures le plus grand plateau de télévision au monde, où des milliards de regards seront pointés pour suivre cette prouesse technique jamais tentée auparavant pour le renflouement d’un navire de cette taille…

 
Samedi 14 septembre 2013, quelques précisions sur le feu vert et la rotation :

C’est demain dimanche à 14 h du siège de la protection civile à Rome (It) avec le dernier bulletin météorologique et des courants marins que sera donné le possible feu vert pour la rotation du Costa Concordia par le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli en charge du Costa Concordia. Si le feu vert est donné, Franco Gabrielli prendra la direction de l’île de Giglio avec tous les autres membres du comité consultatif et passera la nuit et la journée de lundi sur l’île…

Le début de la rotation ou the parbuckling durera entre 10 et 12 heures, elle démarrera à 6 h du matin par la première phase, quand les premiers câbles fixés sur la coque du navire commenceront à tirer lentement l’ensemble navire + caissons pour le désincarcérer des rochers grâce aux 22 vérins hydrauliques fixés sur les 11 tours ancrés sur le fond marin coté île, et cela, jusqu'à ce que le navire s’arrache des rochers…

D’après le responsable du consortium Titan/Micoperi Nick Sloane, les bruits de ferraille seront impressionnants, mais aussi les bruits qui viendront de l’intérieur du navire, où une grande partie s’effondrera…

La deuxième phase consistera à mettre en route la phase active de la rotation, cet à dire la traction de la seconde série de câbles fixes eux sur le haut des caissons par un deuxième système de 36 vérins…

Quand la base des caissons touchera la mer, nous entrerons dans la troisième phase du processus "the parbuckling" ! Des vannes qui se trouvent à la base de ces caissons commenceront à les remplir d’eau de mer et termineront la rotation, tout en ralentissant la chute du Costa Concordia, pour qu’il vienne se poser en douceur sur les plateformes sous-marines…

Quand le Costa Concordia sera stabilisé dans sa position verticale, il restera à poser encore 4 caissons, P1, P2, P14 et P15 sur le côté bâbord qui serviront au renflouement et à la flottaison le jour venu, avec les 15 autres caissons qui seront eux posés par la suite sur le côté tribord du navire…

 
Samedi 14 septembre 2013, à 15 h 30, 230 laissez-passer avaient été délivrés aux habitants de l'île :
Les habitants de l’île de Giglio font actuellement la queue à l’office du tourisme de l’île de Giglio pour récupérer le laissez-passer qui leur permettra de circuler sur et autour du port lundi. À 15h30, 230 laissez-passer avaient été délivrés sur les 1 500 habitants de l’île. Demain dimanche la distribution se poursuivra…  
 
Samedi 14 septembre 2013, le Costa Concordia actuel vu du ciel avec à sa proue le Blister :
Cliquez sur les images pour les agrandir - Grazie Alessandro Bianchi REUTERS
 
Vendredi 13 septembre 2013, infos pratiques :
Seules les personnes possédant des autorisations délivrées par le ministère de la Protection civile pourront se rendre sur l’île de Giglio, "résidents, propriétaires d’entreprises de l’île et personnes devant intervenir sur l’île pour des raisons professionnelles".

Le dernier ferry devra quitter l’île avant 6 h du matin, heure du début de la rotation du Costa Concordia et le suivant ne pourra accoster qu’après la fin de la rotation aux alentours des 19 h, si tout se passe bien. Les personnes qui se trouvent déjà sur l’île devront bénéficier de laissez-passer pour se rendre dans certaines zones du port qui seront délivrés, samedi, dimanche et lundi.

Les médias eux bénéficient d’accréditations particulières. Les garde-côtes seront très présents pour éviter que des embarcations entrent dans la zone interdite de la rotation du Costa Concordia…

 
Jeudi 12 septembre 2013, l'Eurovision aura en charge la retransmissions des images de la rotation :

La retransmission d’images de la rotation du Costa Concordia pour les médias TV internationaux sera effectuée par l’Eurovision ! EUROVISION est une force mondiale, fournissant des services d'événements spéciaux partout dans le monde, soutenu par nos bureaux stratégiquement situés à Beijing, Singapour, Washington, DC, New York, Moscou et Rome. Les événements peuvent être grands ou petits. Nous sommes le partenaire de choix pour la transmission des événements mondiaux, tels que le G8 et le G20 conférences, les audiences papales et les sommets du Kremlin…

 
Jeudi 12 septembre 2013, la rotation du Costa Concordia débutera à 6 h du matin :
Le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli a déclaré ce jour au siège de la protection civile à Rome, que la rotation du Costa Concordia débutera lundi 16 septembre à 6 h du matin : "Si les conditions météorologiques et maritimes le permettent, l'opération de basculement du Costa Concordia, coulé le 13 janvier 2012 à Giglio, débutera à 6 h du matin ce lundi. Mais dans tous les cas, toute décision sur l’intervention sera toujours prise la veille à 14 h."
 
Jeudi 12 septembre 2013, l’évènement sera largement couvert par les médias internationaux :

Les préparatifs se mettent en place pour la possible rotation du Costa Concordia le lundi 16 septembre. Le site Le Concordia qui souhaite vous fournir un maximum de détail sur cette manœuvre unique en son genre pour un navire d’une telle taille publie un document qui concerne les médias internationaux !

Au travers de ce document officiel qui est adressé aux médias internationaux, vous allez en apprendre un petit peu plus sur le jour de la rotation du Costa Concordia et les moyens dont disposeront les journalistes sur place…

"Chers Journalistes,

Les ingénieurs du projet ont annoncé que le 16 septembre sera la date la plus proche possible pour commencer les opérations parbuckling. Comme ces opérations sont sensibles aux conditions météorologiques et de la mer, il ne sera possible de confirmer cette date qu’au cours de l'après-midi du jour précédent. S'il n'est pas possible de procéder aux opérations parbuckling, nous allons évaluer le potentiel de nouvelles dates sur une base de jour en jour.

Étant donné le grand nombre d'opérateurs de médias qui assisteront et l'espace limité disponible sur l'île de Giglio, s'il vous plaît confirmez votre présence le jour des opérations parbuckling en utilisant le formulaire ci-dessous.

Nous vous prions de bien vouloir nous fournir tous les renseignements demandés, afin que nous puissions vous fournir un soutien adéquat lors de votre séjour sur l'île et vous permettra de pénétrer dans les lieux dont l'accès sera limité pour des raisons de sécurité et d'ordre public. 

Comme l'accréditation est obligatoire et affectée sur une base individuelle, s'il vous plaît inscrivez également vos collaborateurs tels que les techniciens et les autres membres de votre personnel.

Nous avons mis en place une salle de presse pour les journalistes munis de pupitres, de prises de courant 220V, la connectivité Internet (WiFi) et de plusieurs imprimantes.

Les équipes de télévisions accréditées auront accès à un signal de diffusion en direct fourni gratuitement par l'Eurovision à l'Hôtel Saraceno TV Media Center. Dédié positions stand up, seront également disponibles.

En ce qui concerne l'hébergement, si vous ne l'avez pas déjà fait, s'il vous plaît réservez une chambre dans l'un des hôtels de l'île.

Merci pour votre attention"

Nous pouvons nous apercevoir que l’évènement sera largement couvert par un très grand nombre de médias internationaux…

 
Mercredi 11 septembre 2013, la rotation du Costa Concordia s'éffectuera le lundi 16 septembre :
Le commissaire au gouvernement Franco Gabrielli, a annoncé cet après-midi sur l’île de Giglio devant la population réunie à l’hôtel Saraceno, que la première fenêtre possible à ce jour pour la rotation du Costa Concordia est le lundi 16 septembre si la météo reste dans les prévisions actuelles : "Pour nous, la première fenêtre utile pour la rotation du Concordia est le 16 septembre. Toutes les activités ont été testées, la dernière chose à compléter c’est la liste de vérification des travaux préparatoires parbuckling que le consortium nous donnera le 15. À partir de ce moment-là, il sera possible de procéder au redressement. Cependant, des conditions climatiques favorables seront nécessaires."
 
Mardi 10 septembre 2013, la rotation peut commencer :

La réunion officielle d'information pour le redressement du Costa Concordia est prévue pour demain mercredi à 15 h à l'Hôtel Saraceno de l’île de Giglio (It) en présence de la population de l'île. Hier lundi le maire Sergio Ortelli avait déjà fait une réunion préparatoire de la réunion de demain. La commission de l'Observatoire d'urgence pour le retrait du Costa Concordia a reçu tous les documents aujourd'hui mardi !

Les certificats des tests et documents qui concernent les matériaux utilisés, la description de la structure des œuvres, des fiches techniques, des dessins, des diagrammes et des résultats de charge qui ont été effectués par du personnel qualifié ont été remis ce matin au siège de la protection civile de Grosseto.

Les principaux tests ont été effectués sur les onze tours et les câbles d’acier qui maintiennent le Costa Concordia et l’empêchent de glisser au fond de la mer. La solidité et la fiabilité des plateformes sous-marine qui réceptionneront le navire et la trentaine de caissons. Ou encore sur les caissons accrochés au Costa Concordia qui seront au début rempli d’eau pour faire contre poids et aidé à la rotation et ensuite au moment du renflouement vidé de leurs eaux, pour que le Costa Concordia remonte dans sa totalité à la surface et se décroche des plateformes sur lesquelles il aura reposé pendant plusieurs mois…

 
Mardi 10 septembre 2013, la peur des Gigliesi :

Plus l’heure de la rotation approche, plus la crainte enfle auprès des habitants de l’île de Giglio. Pour eux la catastrophe n’est pas impossible, le Concordia est encore plein de produits potentiellement dangereux et polluent, comme l’huile qui est toujours stockée dans le système hydraulique, les appareillages comme les 1500 réfrigérateurs, 1500 téléviseurs plasma et toutes les réserves de produits alimentaires, ou les chambres froides avec le gaz, sont encore présent dans les entrailles du navire, sans parler de l’eau sale et polluée qui se trouve à l’intérieur...

Le Costa Concordia sera redressé entre deux et cinq degrés par heure, les techniciens évaluent à douze heures environs pour le remettre en position verticale, mais les gigliesi disent : "le navire a deux pitons rocheux dans son flanc tribord, et s’il s’ouvre comme une moule ?" Ou encore : "Le navire se déforme de jour en jour et plus ils mettent des charges dessus et plus il se déforme !" il y a aussi la crainte de la pénurie d’eau qui revient dans les discussions : "La station de dessalement de l’île qui alimente la population est à 80 mètres du navire, et s’il coule ?" Le Costa Concordia, restera là (si tout se passe bien) au moins jusqu‘au printemps :"Et s’il y a de gros travaux à faire par rapport à l’arrachement de la tôle au moment du redressement ? Combien de temps va t'il rester encore là, tout cela reste flous." Et enfin : "Pourquoi abordé l'évacuation de l'île ?"

Nous le voyons la crainte et la peur sont bien présente, vivement que la rotation démarre et prions pour que tout cela ne reste qu'au niveau du fantasme…

 
Mardi 10 septembre 2013, le maire de Giglio en colère :
Le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli ne décolère pas depuis la réunion de vendredi à Rome, du fait que la décision du remorquage du Costa Concordia vers le port de Piombino (It), devra encore attendre : "Nous savons que le moment de l'enlèvement de l'épave dépend entièrement du succès éventuel de la rotation du navire, mais le fait que le navire puisse rester ici encore une autre année entière est une chose qui sera difficile à expliquer à mes concitoyens, parce que, s’ils peuvent vraiment le redresser nous allons nous retrouver avec un immeuble de huit étages sur le front de mer pendant une année entière, tout comme ce soir du 13 janvier 2012 , avant qu’il ne se couche. Je pense que vous pouvez comprendre le profond désespoir de tous les gigliesi."
 
Mardi 10 septembre 2013, la date de la rotation :

Beaucoup de dates ont été données, le 10, 13,16, etc.… À ce jour seul, les personnes très proches du dossier connaissent la réponse !

Avant toute chose il faut que les décideurs (préfet, maire, Titan/Micoperi, Costa Croisières), rencontre la population de l’île du Giglio, premiers concernés par cette manœuvre, cette réunion est prévue (normalement) d’ici la fin de la semaine, mais pour cela il faut que Titan/Micoperi et Costa Croisières fournisse tous les certificats de tests et que les travaux préparatoires soient totalement terminés.

Après cette réunion (le jour même ou les jours qui suivent), les décideurs donneront une conférence de presse où la date de la rotation du Costa Concordia sera dévoilée et par là même toutes les modalités pour les journalistes. Date qui dépend aussi des conditions météorologiques, c'est-à-dire qu’il faut qu’elle soit excellente (mer calme, pas de pluie, pas ou très faible vent), le moindre grain de sable peut être catastrophique...

Pour les personnes qui souhaiteraient se rendre sur l’île de Giglio pour voir la rotation, il est conseillé d’attendre les informations qui seront données lors de la conférence de presse par les décideurs, un périmètre de sécurité sera mis en place sur l’île et sur la mer…

 
Lundi 9 septembre 2013, la météo de l'île de Giglio :
Sur cette page, découvrez la météo de l’île de Giglio pour les 12 prochains jours, ce qui vous laisse entrevoir les possibles fenêtres pour la rotation du Costa Concordia…
 
Vendredi 6 septembre 2013, OK pour the Parbuckling :
La rotation du Costa Concordia a reçu un avis favorable de la commission de l’Observatoire lors de la réunion qui s’est déroulée cette après-midi à 14 h au siège de la protection civile à Rome et présidé par le commissaire adjoint Franco Gabrielli. Fin de semaine prochaine au plus tard si tous les certificats d’essais et des activités réalisées sont délivrés, la rotation peut démarrer n’importe quel jour du moment ou la météo sur trois jours est favorable… 
 
Vendredi 6 septembre 2013, l'inquiétude des habitants de Giglio :
Le site du Corriere della sera, dévoile l’inquiétude des habitants de l’île de Giglio, qui auraient eu écho par le biais de techniciens qui travaillent sur le chantier du Costa Concordia, qu’ils ne sont pas sur, premièrement, que la coque résiste à la tension que les câbles vont exercés pour la rotation de l’ensemble. Et deuxièmement un doute viendrait de la roche granite dont le forage pour le scellement des poteaux a fragilisée et qu’elle ne supportera pas le choc quand le Costa Concordia se posera sur les plateformes. Beaucoup d’entre eux se disent que le navire va finir à 70 mètres de fond et y rester, voilà pourquoi un plan "B" a été prévu…

Si l’on étudie le projet Parbuckling, par rapport à la technique parbuckle que je cite plus bas, nous voyons que les cordes sont fixées sur le plateau de la charrette et qu’elles passent sous le tonneau et reviennent par-dessus dans les mains des hommes. Il suffit de tirer la charge pour la faire monter sur la charrette et s’ils avaient voulu faire l’inverse comme pour le Concordia il aurait suffi aux hommes de retenir la charge à l’aide des cordes et de la faire rouler tout doucement vers le bas pour qu'elle se pose en douceur sur le sol...

Dans le cas de figure du Costa Concordia, l’animation ci-dessous nous démontre que les câbles n’encerclent pas le navire, mais le tire vers le bas, à un moment donné il est certain que les câbles ne freineront pas l’ensemble "navire + caissons + eau", et que c’est bien la plateforme qui amortira le choc ! Si la roche est fragilisée par les forages, il est plus que certain qu’elle cédera et que l’ensemble sera entraîné à 70 mètres de profondeur, sauf si l'animation ci-dessous n'est pas complète... (Animation The parbuckling project)
 
Vendredi 6 septembre 2013, la première réunion d’hier à la préfecture de Grosetto espère la rotation pour le "15" :

La réunion qui s’est déroulée à la préfecture de Grosseto à la demande du préfet Anna Maria Manzone qui la veille était sur l’île de Giglio, n’a pu définir avec exactitude la date de la rotation du Costa Concordia…

Cette réunion a regroupé, les dirigeants provinciaux de la police et des pompiers, des représentants du ministère de la Protection civile du port et de Costa Croisières, les maires des îles de Giglio et de Monte Argentario…

Une projection de date a était quand même définie par le consortium Titan/Micoperi qui pense être fin près pour le 14 septembre, mais apparemment il reste encore beaucoup de travail sur le chantier, d’où une course contre la montre pour prévoir la rotation à partir du dimanche 15 septembre…

Une rumeur laisse planer le doute que la rotation ne pourrait pas avoir lieu avant le mois d’octobre, se qu’a formellement démentie les représentants de Costa Croisières et le représentant du gouvernement : "Bien que n'étant pas encore identifié la date à laquelle le redressement de la coque sera fait, la réunion a mis un point de départ pour la planification des activités spécifiques."Pour le port qui sera choisi pour le démantèlement du Costa Concordia, le préfet a répondu : "C'est une question que nous n'avons même pas prise en considération et même les rumeurs que je lis doivent le rester maintenant l'important est de tout planifier afin que l’on ne commette pas d’erreur."

Aujourd’hui se tiendra à Rome au ministère de la Protection civile la réunion de l’Observatoire pour le retrait du Costa Concordia présidée par le commissaire adjoint Franco Gabrielli

 
Vendredi 6 septembre 2013, la date de la rotation connue aujourd’hui ?
La commission de l’observatoire pour l’enlèvement du Costa Concordia doit ce réunir ce jour à Rome, à la fin de cette réunion la présidente Maria Sargentini, devrait si la commission à reçu tous les documents nécessaires à l’étude de faisabilité de la part du consortium Titan/Micoperi donner le feu vert pour la date de la rotation qui devrait avoir lieu au plus tard le 20 septembre…
 
Vendredi 6 septembre 2013, the "Parbuckling" ?

Que signifie "Parbuckling" ?

"Parbuckling" vient du nom anglais "parbuckle", technique de passer un harnais, une corde ou une élingue en double bride fixée d’un côté pour hisser ou affaler une charge sur un plan incliné…

 
Jeudi 5 septembre 2013, le préfet de Grosseto en visite sur l'île de Giglio :

Le préfet de Grosseto Anna maria Manzone, est venu en visite officielle sur l’île de Giglio en présence du Maire Sergio Ortelli hier mercredi :

"Je suis venu sur l'île de Giglio en personne pour comprendre l'une des questions les plus cruciales qui touchent la province de Grosseto et j'ai constaté la complexité des opérations en place pour le retrait du Costa Concordia." Elle était accompagnée de tous les hommes du Port, les Carabinieri, la Guardia di Finanza et des forêts…

Elle a organisé une réunion aujourd’hui jeudi à 11h à la préfecture de Grosseto avec le comité provincial pour l’ordre et la sécurité publique pour l'examen des activités qui seront mises en place le jour de l’opération de rotation du navire, dans l’attente de la date…

 
Mercredi 4 septembre 2013, le port de Palerme est-il en en train de gagner le match contre le port de Piombino ?

Dans le match qui oppose le port de Piombino au port de Palerme, le Corriere Fiorentino croit savoir que c’est le port de Sicile qui a le plus de chance de remporter la bataille et cela suite à des pressions politique et économique qui viennent de l’île sicilienne où toute la classe politique est derrière ce projet de démantèlement…

De son côté, la société Fincantieri qui est un des plus gros employeurs du bassin de Palerme, qui a construit le Costa Concordia et les caissons pour le renflouer, s’allie à tous les politiques pour revendiquer que le Costa Concordia soit démantelé sur l’île sicilienne et que les morceaux du navire soient envoyés en Turquie pour l’achèvement de la destruction…

Sous le gouvernement de Mario Monti, le ministre de l’Environnement Corrado Clini était un fervent partisan du port de Piombino avec le président de la région toscane Enrico Rossi qui apparemment attendrait toujours les fonds pour moderniser les infrastructures du port de Piombino afin d’accueillir le Costa Concordia…

Le nouveau ministre de l’Environnement Andrea Orlando, ne veut pas comme son prédécesseur que le Costa Concordia se ballade en Méditerranée avec tous les risques que cela comporte. Surtout qu’au départ l’idée de Costa Croisières était de remorquer le navire directement en Turquie du fait que la main-d'œuvre y est moins chère…

Mais la société Fincantieri est le patron du port de Palerme, elle y construit des navires, elle est un vecteur économique et d’emplois très importants pour la Sicile, en plus le port peut accueillir dès le mois de janvier le Costa Concordia. Le gouvernement italien peut-il longtemps refuser cette pression surtout que les travaux du port de Piombino sont loin d’être terminés…

Quel serait les risques écologiques réels à ce jour si le gouvernement italien venait à trancher pour le port de Palerme ?  Qu’elle serait la position des associations écologistes si le port de Palerme était choisi ? Je pense qu’avant de se poser toutes ces questions il faut déjà que la rotation du Costa Concordia soit réussie, et là ce n’est pas encore gagné…

 
Mardi 3 septembre 2013, le WWF souhaite plus de transparence sur le projet Parbuckling :
L’association écologiste WWF interpelle le gouvernement italien et le chef de la protection civile pour réclamer plus de transparence sur le projet de la rotation du Costa Concordia. "Nous sommes maintenant en septembre et pourtant, à part les annonces, vous ne connaissez pas le contenu du projet exécutif, vous ne savez pas comment vous avez l'intention de procéder activement à céder la place à des opérations délicates qui prennent en compte la résistance de la structure de la coque d’un navire de croisière de 114.000 tonneaux de jauge brute, qui a subi de graves dommages, et les risques environnementaux connexes. Il ne semble guère crédible que, comme indiqué par certaines, des opérations puissent être lancées en septembre." Le WWF soulève aussi quatre points importants pour eux :

- L’existence d'un plan de travail et d’un calendrier correspondant à des mesures correctives, développée par le consortium Titan/Microperi, et commandée par Costa Croisières.

- Les évaluations techniques du ministère de l'Infrastructure et des Transports sur la totalité de l'opération.

- Une évaluation qui permettra de comparer les différentes options et les propositions concernant les risques sur la sécurité de l'environnement qui ne s'exprime pas seulement par le ministère de l'Infrastructure, mais également par la commission du ministère de l'Environnement.

- L’implication de toute l'expérience technique publique dans un cadre commun des options proposées pour les différentes phases opérationnelles.

Le WWF veut faire confiance au gouvernement italien pour mener à bien cette opération de renflouement, "Nous ne doutons pas que vous vouliez procéder avec beaucoup de responsabilité et de clarté dans le traitement de cette opération qui est suivie de près par la population italienne et mondiale." Source ANSA.it

 
Lundi 2 septembre 2013, "Nick Sloane", estime à plus de 50% les chances de réussite de "The parbuckling" :

Le responsable du consortium Titan/Micoperi Nick Sloane à déclaré à une journaliste de CBS News Lesley Stahl que les chances de remettre le Costa Concordia à flot sont supérieures à ce que déclarent certains ingénieurs :

Nick Sloane : "Bienvenue à bord."

Lesley Stahl : "Je vous remercie."

Lesley Stahl : "Quelle est la taille de ce navire ?"

Nick Sloane : "Elle est énorme ce que vous voyez en ce moment n’est que 35 pour cent. Donc, 65 pour cent en dessous, c’est comme un iceberg là-dessous. Maintenant, le plan est de faire rouler ce navire de 60.000 tonnes* en une seule pièce sur une plate-forme sous-marine, le soulever puis le faire flotter loin d'ici de sorte qu'il puisse être découpé et envoyé à la ferraille."

Lesley Stahl : "Donc, vous avez l'intention de tourner un navire qui pèse 60.000 tonnes ?"

Nick Sloane : "Oui, nous allons faire tourner tout cela en même temps. Cela ressemble à une expérience défiant les lois de la physique."

Lesley Stahl : "Nous avons parlé à des ingénieurs, des ingénieurs marins. Ils pensent que vous avez 50/50 de chances ?"

Nick Sloane : "Non, c'est plus de 50/50 pour nous."

Lesley Stahl : "C'est vrai ?"

Nick Sloane : "Fondamentalement, nous avons une grande équipe d'ingénierie. Nous avons plus de 200 documents d'ingénierie et de tout ce qui prouve que cela peut être fait. Donc !"

Lesley Stahl : "Sur ordinateur ?"

Nick Sloane : "Oui, sur ordinateur. Certaines parties du navire vont s'effondrer en interne. Ça va être très bruyant. Il va y avoir beaucoup de grincements, gémissements, accrochage de l’acier. Mais nous le mettrons à la verticale."

Lesley Stahl : "Accrochage de l’acier ?"

Nick Sloane : "Oui."

Lesley Stahl : "Je ne comprends pas bien."

Nick Sloane : "Eh bien, il y aura des petits morceaux d'acier qui seront arrachés. Mais la plus grande structure sera redressée."

Lesley Stahl : "Y a-t-il un plan "B" ?"

Nick Sloane : "Nous avons un plan "B et C". Mais nous ne voulons pas y arriver. "B" serait de découpé le navire sur place, ce qui serait une catastrophe environnementale."

 
Vendredi 30 août 2013, le redressement du Costa Concordia se fera en une journée :
Le responsable de Costa Croisière pour le retrait du Costa Concordia Franco Porcellacchia, a déclaré ce matin sur la chaîne de télévision italienne TV Uno Mattina, que le redressement du Costa Concordia s’effectuerait en une journée. "Nous croyons que l'étape finale c'est-à-dire celle dans laquelle vous passez d'un angle de 65 degrés par rapport à la position verticale peut être faite en un jour !" Quant au retrait définitif de l’île de Giglio, le responsable de Costa Croisières a déclaré, "Cette opération reste très sensible aux conditions météorologiques."
 
Mardi 27 août 2013, le Blister en détail :
Le Blister aura trois fonctions principales, l'aide à la rotation du Costa Concordia pour qu’il retrouve sa position verticale, le maintien du navire sur le fond marin artificiel et le renflouement. Composé de deux réservoirs en acier, le Blister a été construit dans les chantiers navals Fincantieri de Palerme (It) et d’Ancône (It).

Les deux réservoirs qui forment le Blister sont réunis par une armature tubulaire et assemblés à Palerme (It). La fixation du Blister sur la coque du Concordia se fait à l’aide de trois tuyaux d’ancrage qui passe par les tunnels de propulsion du navire qui aujourd’hui non plus aucune utilité.

Le Blister mesure 23 mètres de long, 20 mètres de haut et environ 15 mètres de large, pour un poids de 1 700 tonnes, avec une poussée nette de 4 000 tonnes…

 
Jeudi 22 août 2013, la date de la rotation du Concordia sera connue le 6 septembre 2013 :

La commission de l’observatoire pour l’enlèvement du Costa Concordia se réunira le 6 septembre 2013 à Rome, c’est à cette date qu’elle donnera sont feu vert pour le redressement du Costa Concordia d’après la présidente Maria Sargentini, mais pour cela le consortium Titan/Micoperi devra fournir d’ici cette date les documents nécessaires à l’étude de faisabilité. Si le feu vert est donné, la rotation devrait s’effectuer entre le 10 et le 20 septembre 2013 au plus tard, avant l’arrivée des périodes de mauvais temps…

D’ici cette date du 6 septembre, beaucoup de travaux de finition à la rotation reste encore à faire, comme de terminé la pose des sacs de coulis (mortier spécial) pour aplanir le sol sous le Concordia, à ce jour il en manque encore 10%. La mise en place de barges spéciales équipées de pompes qui aspireront l’eau sale à l’intérieur du Concordia pour éviter la dispersion de substances polluantes qui se trouvent encore à l'intérieur du navire dans la mer lors de la rotation. En même temps elle réinjecteront la même quantité d’eau potable à l’intérieur du Concordia, eau qui doit restée en quantité égale à celle qui s'y trouve aujourd’hui, pour que le navire reste stabilisé sur les plateformes le temps de la pose des 15 autres caissons coté bâbord. Elle ne sera retirée qu’au moment de la remise en flottaison, avec celle qui se trouvera dans les caissons…

Le délai de dix jours entre le 10 et le 20 septembre est quand même court, du fait qu’il faut avoir la certitude de trois jours de beaux temps pour procéder à la rotation du Concordia. D’où l’inquiétude des associations écologistes et de la municipalité de Giglio, de voir la rotation ne se faire qu’au printemps 2014, avec la crainte de passer une troisième saison estivale en présence de l’épave du Concordia et le risque d’une pollution majeur au cas où le navire se déchirerait ou coulerait…

La durée réelle de la rotation est estimée à 12 heures, elle sera pilotée à distance des quais du port de Giglio pour des raisons évidentes de sécurité des personnes. Dans cette phase de redressement, les deux premières heures seront les plus délicates, du fait que le Concordia doit être désincarcéré des rochers sur lesquels il est accroché aujourd’hui. La force de traction doit être bien calculée, linéaire et très souple, car il ne faut en aucune manière que les rochers déchirent encore plus la coque du navire…

Quant au remorquage par lui-même, il ne pourra se faire qu’avec la certitude du port d’accueil et d’une météo très clémente…

 
Mercredi 21 août 2013, la dépose de la cheminée :
Le 2 janvier 2013, le Costa Concordia perdait sa cheminée, voici les photos de la découpe de la cheminée jaune avec le grand "C" de Costa Croisières qui part à la ferraille…
Grazie Facebook.com/Costa Concordia
 
Mardi 20 août 2013, du Blister aux remorqueurs, en savoir un petit peu plus sur le "parbuckling" et le "remorquage" du Concordia  :
À quoi va servir le "Blister" ?
Le "Blister" va servir de minerve ou d’orthèse comme chez une personne qui aurait une blessure à la colonne vertébrale, le blister placé sur la proue du Concordia stabilisera la coque du navire et l’empêchera de se tordre et de se briser. Quand le Concordia sera remis en position de flottaison, c’est sur ce blister que seront attachés les câbles permettant aux remorqueurs de le tracter dans le port du démantèlement, sans avoir à forcer sur une petite partie du navire les bollards (bittes d’amarrage) qui sont d’habitude utilisés pour l’amarrage à quai ou au remorquage (photo ci-dessous)…
Les remorqueurs qui tracteront le Costa Concordia !
Voilà à quoi ressembleront les remorqueurs qui tracteront le Costa Concordia dans son dernier port avant son démantèlement. Ici l’Abeille liberté, remorqueur français, il est équipé de quatre moteurs "MAK" d'origine allemande, d’une puissance de 21 450 chevaux, sa vitesse est de 19,5 nœuds, il a une force de tractage de 200 tonnes, et une tenue au frein de 500 tonnes. Chaque remorqueur de hautes mers a en moyenne deux équipages de douze hommes. Il peut même intervenir en cas d’incendie à bord d’un navire, du fait qu’il est équipé de 2 pompes, 3 canons à eau et 1 canon à mousse…
Merci à Mer et Marine
 
Mardi 20 août 2013, le Blister à l’avant du Costa Concordia a été positionné :
Ce caisson gris de 1 700 tonnes qui est positionné à la base avant de la proue est fixé de chaque côté du navire (bâbord et tribord), il aidera à la rotation, mais surtout son rôle principal servira à la flottaison du Concordia le jour où ce dernier sera remorqué dans un port pour son démantèlement…
Grazie a GiglioNews
 
Samedi 17 août 2013, Franco Gabrieli, n’exclut pas un raz de marée sur Giglio porto si un morceau du Concordia se brise :

Franco Gabrieli le commissaire au retrait du Costa Concordia a dévoilé quelques aspects du redressement du Costa Concordia lors de la réunion qui s’est tenue hier vendredi sur l’île de Giglio en présence des représentants de la municipalité et de nombreux habitants…

En ce qui concerne la date cela se fera au mois de septembre c’est à peu près sûr, mais pas obligatoirement le 4 septembre, il faut que toutes les parties donc les autorités italiennes signent l’autorisation, mais pas avant d’avoir reçu les garanties nécessaires aux questions qu’ils se posent…

En ce qui concerne les habitants de Giglio porto, le jour du redressement, du moins les douze premières heures du début de la rotation, ils seront évacuer, les installations techniques de l’île seront protégées, la navigation dans un large périmètre autour du Costa Concordia sera interdite. La raison pour Franco Gabrieli est simple, si une partie du navire se détache elle pourrait créer un raz de marée qui aurait des conséquences graves sur la sécurité des personnes et des biens…

En réponse au président de l’association Legambiente qui demande s’il y a un plan "B" en cas d’échec de la rotation ou si le navire se brise Franco Gabrieli répond, "Nous ne savons pas quelle sera la réaction du navire. Si la rotation échoue ou si le navire se brise, nous pouvons faire des hypothèses, fournir un plan "B" ! Mais en raison de l'imprécision d'une telle entreprise qui n'a jamais était essayé avant, il y aura un plan d'urgence sur l'île"…

 
Vendredi 16 août 2013, le "BLITZ" de l'association  Legambiente à 11h ce matin :

"581 jours et le Concordia est toujours là !!!", pouvait-on lire sur la banderole déployée par les militants de Legambiente sur le côté de leur Goélette verte. Le président de l’association Vittorio Cogliati Dezza a déclaré en conférence de presse, "Après 581 jours comme dans le jeu de Monopoly, nous revenons au point de départ. Nous sommes très préoccupés, bas les masques, nous sommes confrontés à une réelle urgence nationale, se que semble ignoré le ministre des Infrastructures et des Transports et il existe des preuves pour son inaction et son silence. En outre, nous demandons s’il y’a un plan "B" pour la suppression du Costa Concordia en cas d’échec de l’opération."

De son côté Franco Gabrielli, le commissaire au retrait du Costa Concordia pense que, "Si les choses se passent comme nous l'espérons, je crois que septembre sera le mois de la rotation. Mais je ne donnerai pas une date exacte, ce que certains sont déjà en train de faire, cela n’est certainement pas mon objectif. La cause, en septembre, nous pouvons avoir des  complications par rapport à la météo marine. Une fenêtre de temps ? L’expérience passée nous a appris que sur la date on doit avoir peut-être une attitude plus prudente."

Ensuite Franco Gabrielli est revenu sur l’attaque faite contre le ministre des Infrastructures et des Transports par le président de Legambiente, "581 jours et le Concordia est toujours là ! Nous ne restons pas là les mains dans nos poches ! Parfois j’ai l’impression que vous ne savez pas dans quel pays vous vivez. Heureusement que Costa Croisières et le gouvernement ont les outils et les ressources nécessaires pour traiter cette affaire, cher ami."

Grazie ANSA
 
Vendredi 16 août 2013, "BLITZ" à 11h de l'association des écologistes de Legambiente face au Costa Concordia :
Des militants écologistes de l’association Legambiente vont déployer à 11h face à l’épave du Costa Concordia une banderole de protestation suite aux nombreux retards pris dans le retrait du navire de l’île de Giglio, et cela, à bord de leur Goélette verte. Franco Gabrielli, le commissaire au retrait du Costa Concordia, Maria Sargentini, la présidente de l’Observatoire sur le retrait du Costa Concordia, Vittorio Cogliati Dezza, président de l’association Legambiente et Sergio Ortelli, le maire de l’île de Giglio seront présent. Après cette manifestation à 12h30 une réunion se tiendra pour informer la population de l'île de Giglio sur l'avancement des travaux de renflouement du Concordia, elle sera suivit d'une conférence de presse…
 
Mardi 13 août 2013, pour Leoluca Orlando, Palerme est le meilleur endroit pour démanteler le Concordia :
Le maire de Palerme Leoluca Orlando demande au ministre du Développement économique de bien réfléchir avant de refuser la proposition qu’il lui fait pour que le Costa Concordia soit démantelé dans sa ville. Pour le maire de Palerme, le port de Piombino ne sera pas opérationnel avant plusieurs années et coûtera à l’État entre 260 et 330 millions d’euros, alors que l’investissement pour le port de Palerme serait de l’ordre de 45 millions d’euros et il peut être opérationnel d’ici la fin de l'année 2013. '' J'ai soutenu et continuerai de soutenir le chantier naval de Palerme qui est le meilleur endroit pour effectuer les travaux de démantèlement de l'épave du Costa Concordia et je pense qu'il est juste de rappeler que ce n'est pas un choix paroissial, mais un choix trivialement dicter par l’analyse des calculs et des faits''. 
 
Lundi 12 août 2013, le caisson P13 a été posé :
Un nouveau caisson le P13 a été positionné le dimanche 11 août, ce qui porte à 11 le nombre de caissons posés.
 
Jeudi 8 août 2013, Piombino ou Palerme ?

Le journal la République de Palerme dévoile qu’un document confidentiel aurait été adressé par Costa Croisières au ministre du Développement économique pour l’interpeller sur le fait que le port de Piombino n’est pas en mesure d’accueillir le Concordia avant plusieurs mois, voire plusieurs années.

Ce document relance le bien fondé de remorquer le navire jusqu’au port de Palerme qui est équipé lui pour recevoir ce style de navire, là le Concordia sera complètement démantelé et il ne restera plus que la coque qui sera acheminée par la suite en Turquie pour être complètement détruite.

Ce document s’appuie sur l’étude faite par le chantier naval Fincantieri qui indique qu’après le redressement du navire il faut que ce dernier soit remorqué dans les 3 ou 4 mois qui suivent pour éviter toute dégradation supplémentaire de ce dernier et les risques de pollution ou de destruction de l’écosystème marin…

Du côté de Piombino, il faut savoir que le président de la région Toscane Enrico Rossi a signé à peine hier avec le ministre du Développement économique Flavio Zanonato le protocole du démarrage des travaux du port de Piombino.

On peut raisonnablement penser et sans vouloir prendre parti pour qui que ce soit que les travaux pharaoniques qui vont démarrer (quand ?) pour l’aménagement du port de Piombino, risquent de ne pas être terminés aussi rapidement que le président de la région Toscane le laisse entendre.

Pour mémoire, ces travaux sont, "la construction d’une digue et d’un quai de 370 mètres de long, l’aménagement d’un terrain de 8 hectares, l’excavation des fonds marins pour que ces derniers atteignent une profondeur de 20 mètres"…

 
Mercredi 7 août 2013, le naufrage du Concordia coûte à ce jour "1,1 milliard de dollars" :
La compagnie d’assurance Munich Re a vu son bénéfice net chuter de 35% pour le deuxième trimestre 2013, la cause principale les inondations de l’Europe centrale au mois de juin, mais aussi le dépassement de plus de 20 millions d’euros pour la prise en charge du naufrage du Costa Concordia.

Le président du directoire Nikolaus von Bomhard, a souligné qu’au départ la prise en charge du naufrage pour Munich Re, était estimée à 80 millions d’euros, et qu’aujourd’hui et en espérant qu’il n’y est pas de problèmes elle s’élève à 100 millions d’euros. Il a aussi déclaré que le montant total à ce jour de ce naufrage coûte 1,1 milliard de dollars aux compagnies d’assurances concernées par l’affaire, soit le double du prix du Costa Concordia…

 
Mardi 6 août 2013, les dates du redressement du Concordia sont connues :

Le redressement (Parbuckling) du Costa Concordia débutera normalement le 4 septembre 2013 et devrait durer jusqu'au 9 septembre 2013…

À ce jour il ne reste que deux caissons à mettre en place avant la rotation, le P13 et le "blister" un flotteur spécial de 1 300 tonnes, à l’avant du navire. Dans l’attente de la pose de ces deux derniers caissons avant la rotation du navire, les équipes de techniciens commencent à poser les énormes câbles qui serviront à la rotation de l’ensemble navire + Caissons…

(Image The parbuckling project)
 
Lundi 5 août 2013, le caisson P4 a été posé :
Un nouveau caisson le P4 a été positionné le mardi 30 juillet, ce qui porte à 10 le nombre de caissons posés.
 
Lundi 29 juillet 2013, le caisson P5 a été posé :
Un nouveau caisson le P5 a été positionné hier dimanche, ce qui porte à 9 le nombre de caissons posés.
 
Dimanche 21  juillet 2013, le caisson P6 a été posé :
Un nouveau caisson le P6 a été positionné, ce qui porte à 8 le nombre de caissons posés. Il ne manque que 3 caissons pour procéder à la manœuvre (si autorisation de Franco Gabrielli) de redressement du Concordia ! Les quatre derniers caissons seront posés après le redressement du Concordia, ils serviront à sa flottaison et son remorquage dans le port de Piombino…
 
Vendredi 19  juillet 2013, le caisson P7 a été posé :
Un nouveau caisson le P7 a été positionné, ce qui porte à 7 le nombre de caissons posés. Il ne manque que 4 caissons pour procéder à la manœuvre (si autorisation de Franco Gabrielli) de redressement du Concordia ! Les quatre derniers caissons seront posés après le redressement du Concordia, ils serviront à sa flottaison et son remorquage dans le port de Piombino…
 
Jeudi 18 juillet 2013, affaissement du Concordia :

Lors d’une inspection sous-marine de la coque pour l’enquête concernant le ministère de l’Environnement, après sa plainte et sa constitution de partie civile dans le procès de Francesco Schettino pour catastrophe environnementale. Les experts auraient constaté un affaissement du Concordia, cela serait dû à la présence du navire sur les rochers, à la corrosion et aux assauts de la mer.

Selon certaines théories, la coque du navire a été conçue pour d’autres fonctions, avec un entretien régulier et elle est soumise à un stress météo marin. La dégradation de la coque pendant ces 18 mois cède sous le poids du navire lui-même. L’inspection de la coque a aussi retenu que les rochers qui forcent sur la coque accentuent la corrosion du navire et par la même un affaiblissement de la structure. Pour l’heure, aucune pollution n’a été détectée autour du navire sur la flore et la faune marine…

Pour le consortium Titan/Micoperi, la corrosion sur la coque ne peut pas compromettre la solidité de l’épave. Les vagues qui s’écrasent sur la coque depuis le naufrage ont entraîné une déformation qui reste dans les limites du tolérable. Ceci a été précisait dans le communiqué qu’a fourni Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi. Le temps et l’action des agents atmosphériques ne peuvent pas contribuer à la détérioration de l’état général de l’épave. Mais il faut que le renflouement se fasse assez rapidement, avec la protection de l’écosystème et la sécurisation de l’opération…

 
Mardi 16 juillet 2013, "il n’y aura pas de deuxième chance" :
"Si l’essai échoue, il n’y aura pas de deuxième chance", c’est ce qu’a déclaré le responsable du consortium Titan/Micoperi Nick Sloane, hier lundi à la journaliste Michele Barbero (Associated Press) présente sur l’île de Giglio. Il a aussi déclaré que le Concordia s’est comprimé de trois mètres depuis son naufrage le 13 janvier 2012…
Michele Barbero (Associated Press)
 
Samedi 13 juillet 2013, communiqué de presse de Costa Croisières et Titan/Micoperi :

Suite à l’inquiétude, des autorités italiennes, et de son représentant Franco Gabrielli et du Maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli, Costa Croisières et le consortium Titan/Micoperi, ont publié un communiqué de presse que l’on peut retrouver sur le site officiel "The parbuckling project" en anglais ou italien :

Costa Croisières et les représentants Titan-Micoperi ont présenté l'état d'avancement des opérations d'enlèvement au commissaire de la commission d’urgence du Concordia, Franco Gabrielli, à l'Observatoire pour le retrait du Concordia et au maire de Giglio et cela au siège de la Protection civile à Rome. 
Costa Croisières est maintenant dans le processus d'achèvement de la documentation technique qui sera livrée dans les prochains jours à l'Observatoire et de permettre aux autorités d'évaluer le projet parbuckling - la rotation verticale de l'épave -. Et donnent leur approbation pour les opérations qui auront lieu au mois de septembre 
Une fois la rotation terminée, il sera essentiel d'évaluer les conditions de l'épave et d'évaluer les ajustements techniques nécessaires, en particulier sur le côté tribord immergé qui est actuellement inaccessible du fait qu'elle repose sur deux falaises de roches. 
 

Après l'achèvement de cette évaluation, il sera possible de déterminer plus précisément le calendrier des phases ultérieures, le renflouement et le remorquage. 
L'enlèvement de l’épave Concordia est une opération technique d'ingénierie unique et extrêmement complexe, une opération de sauvetage naval comme aucune autre dans l'histoire, impliquant les meilleurs experts internationaux, d’une avancée technologique et financière sans précédent. Les travaux se poursuivent avec environ 500 personnes et 30 navires qui travaillent  24/7. Protection de l'écosystème marin, la sécurité des lieux de travail et la rapidité de l'enlèvement et l’achèvement du projet sont les priorités clés du projet.

 
Samedi 13 juillet 2013, pour Franco Gabrielli ce n’est pas la phase de rotation du navire qui l’inquiète :

Pour Franco Gabrielli, ce n’est pas la phase de rotation du navire qui l’inquiète, mais plutôt que le Concordia reste dans sa position de flottaison pendant les périodes d’octobre et de novembre là où les orages sont les plus violents et où la mer est déchaînée. Dans cette optique-là et du fait que l’on ne connaît pas exactement l’état dans lequel se trouve la coque et si les rochers l’ont perforée, il faut privilégier avant tout la sécurité des personnes, mais aussi des fonds marins…

De son côté Pier Luigi Foschi, qui aujourd’hui n’a plus de véritable responsabilité au sein de la maison Costa Croisières, du moins en ce qui concerne la flotte Costa, mais qui reste le responsable du retrait du Concordia. A déclaré à la dernière réunion de Rome que le Concordia sera quoiqu’il arrive remis dans sa position de flottaison en septembre 2013…

La réponse est de savoir qui a raison dans ce débat d’idée ! Je crois que l’on peut penser sans se tromper que Franco Gabrielli, a raison, et cela, pour plusieurs raisons. Actuellement le Concordia est accroché à l’île, peut-être par les rochers, mais avec certitude par les câbles qui l’empêchent de bouger. Ensuite il ne faut pas oublier, quand la rotation aura été effectuée, seule la partie haute du navire sera hors eau, la coque elle sera dans sa totalité sous l’eau. La coque est conçue pour résister aux assauts de la mer, même les plus violents, ce qui en fait un barrage qui protège la partie haute du navire. Mais si la partie haute du navire est laissée, et cela, pendant plusieurs mois libre aux assauts de la mer, va t’elle résister ? Je dis "NON", car elle n’a pas été conçue pour ça…

L’animation ci-dessous tirée du site officiel The parbuckling project, confirme bien le danger que la rotation au mois de septembre représente :

On distingue bien sur cette animation que dans sa position actuelle la coque peut supporter les assauts de la mer. Mais dès que la rotation aura été effectuée, c’est la partie haute qui supportera les assauts de la mer…(Animation The parbuckling project)
 
Vendredi 12 juillet 2013, et si le Concordia était démantelé à Giglio :

Y aurait-il un rebondissement dans le renflouement et le retrait du Concordia ? Le Concordia va-t-il finir par être démantelé sur l’île de Giglio ??

Franco Gabrielli le commissaire au retrait du Concordia, lors d'une interview ce matin dans l’émission italienne, "Uno Mattina Estate", a émis des doutes sur l’état dans lequel se trouverait la structure du Costa Concordia : "Les ingénieurs ont fait des simulations et des hypothèses, mais nous ne savons pas réellement si les rochers ont pénétrés dans le côté, quel genre d’entailles ont été faite et dans quel état réel se trouve la structure et donc quel genre de travaux devront être fait. Si Titan/Micoperi mandaté par Costa Croisières ne nous fournissent pas toute une gamme d'assurance, le navire restera dans l'état jusqu’à l'année prochaine, lorsque les conditions météorologiques le permettront pour être retournées en toute sécurité."

Apparemment Costa Croisières ne fournirait pas les bons renseignements sur l’état de la coque du navire, et l’on parle déjà d’un report d’une année supplémentaire pour préparer des caissons compatibles avec l’état de la coque et à son remorquage dans le port de Piombino !

Le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli a été interpellé sur la possibilité qu’à ce moment-là le Concordia soit découpé sur l’île de Giglio, le maire a répondu :  "C'est l'une des possibilités que nous n’avons jamais accepté et que nous n'accepterons jamais, c'était une des exigences essentielles requises dans l'appel d'offres pour la sélection du meilleur projet d'enlèvement."

 
Vendredi 12 juillet 2013, les caissons P3 et P8 ont été mis en place :
Deux nouveaux caissons les "P3 et P8" ont été positionnés sur le Concordia, ce qui porte à six le nombre de caissons mit en place avec les caissons "P9, P10, P11 et P12". Pour mémoire il faut onze caissons pour pouvoir redresser le Concordia, et quatre qui seront posés après avoir redressé le navire et qui serviront à la flottaison de ce dernier… The parbuckling project
 
Dimanche 30 juin 2013, le caisson P12 a été mis en place :
La pose des caissons s’accélère le caisson P12 a été posé, ce qui fait un total de 4 caissons posé à ce jour. Dans le courant de la semaine à venir, d’autres caissons devraient être posés… The parbuckling project
 
Vendredi 29 juin 2013, le caisson P9 a été mis en place :
Un nouveau caisson le "P9" a été positionné sur le Concordia, ce qui porte à trois le nombre de caissons mit en place "9, 10 et 11". Pour mémoire il faut onze caissons pour pouvoir redresser le Concordia, et quatre qui seront posés après avoir redressé le navire et qui serviront à la flottaison de ce dernier… The parbuckling project
 
Mardi 25 juin 2013, mise en place de la dernière plateforme :
La dernière plateforme (la plus grande) a été positionnée sous la coque du Costa Concordia, ce qui achève la première grosse partie du chantier. La pose des sacs de mortier qui forment un tapis et qui permettent de faire avec les plateformes un solide plancher pouvant accueillir la coque du Costa Concordia est aussi terminée. Il ne reste plus que la finition du tapis avec des sacs de coulis spécial, qui sont nécessaires pour compléter le décor artificiel sur lequel se trouve actuellement le Concordia…

Cette dernière plateforme pèse mille tonnes, elle mesure 32 mètres de long, pour 22 mètres de hauteur, elle est soutenue par cinq piliers d'un mètre et demi de diamètre chacun. La plateforme est entourée d’un vide de 30 mètres de profondeur, les piliers sont fixés dans des sièges sculptés dans le granit du fond marin…

Ensuite il restera à poser les 9 autres caissons sur la coque du Concordia qui avec les deux en place feront 11. Ces caissons sont en acier et mesure 10,5 mètres, par 11,5 mètres pour une hauteur de 20 ou 30 pieds de hauteur. Après la rotation du Concordia, il restera à poser 4 caissons pour obtenir les 15 caissons prévus pour la flottaison du navire. Ensuite quand le Concordia sera redressé, il faudra évalué les dégâts de la partie tribord du navire celle qui se trouve sous l’eau aujourd’hui, y apporter d’éventuelles modifications et travaux, à installer les 15 derniers caissons qui serviront à la mise en flottaison du navire et son remorquage vers le port de Piombino…

 
Mardi 25 juin 2013, le Concordia sera redressé avant la fin de l'été :
Le préfet Franco Gabrielli, en présence du maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli et de la présidente de l'Observatoire Maria Sargentini, a rencontré la population de l'île de Giglio, pour les informer de l’avancement des travaux de renflouement du Concordia que leur a communiqués Costa Croisières et le consortium Titan-Micoperi en chargent des travaux, le Costa Concordia sera redressé avant la fin de l'été (début septembre).

Le préfet a aussi précisé que le redressement du Concordia va permettre de constater dans quel état ce trouve réellement le coté tribord du navire et les travaux et modifications qu’il faudra apporter pour la pose des 15 derniers caissons qui serviront dans leurs totalités à la mise en flottaison du Concordia et son remorquage vers le port de Piombino en mars 2014.

La sécurité des personnes qui travaillent sur le chantier et la protection de l’environnement est grandement prise en compte aussi pour le redressement du navire à cause des millions de litres d’eau qui se trouvent toujours à l’intérieur du Concordia. Le système mis en place pour la sécurisation, le redressement du navire et les plateformes qui vont le soutenir permettra d’attendre sereinement le remorquage au mois de mars 2014…

 
Mercredi 19 juin 2013, dernier voyage pour le Concordia mars 2014 :

Le Costa Concordia quittera l’île de Giglio entre les mois de mars et d’avril 2014, pour son dernier voyage vers le port de Piombino (It), selon Enrico Rossi le président de la région Toscane (It). Pourquoi en 2014, alors que récemment il avait été avancé le mois de septembre 2013, simplement car les aménagements du port de Piombino ne seront pas terminés avant le mois de mars 2014. Le port de Piombino n’accueillera pas seulement le démantèlement du Concordia, mais des dizaines d'autres navires par an ce qui en fera le port de référence en Europe pour la destruction des navires…

Les travaux d’aménagement sont impressionnants, la construction d’une digue et d’un quai de 370 mètres de long, l’aménagement d’un terrain de 8 hectares, l’excavation des fonds marins pour que ces derniers atteignent une profondeur de 20 mètres. Ces aménagements permettront aussi d’accueillir des porte-conteneurs en provenance d’Asie pour la relance de l’industrie de l’acier et que l’Italie soit de nouveau compétitive au niveau mondial. Pour la région et la ville de Piombino, cela va relancer l’emploi, pas seulement sur le démantèlement des navires, mais aussi sur la production de l’acier…

 
Samedi 8 juin 2013, les tours de redressement du Concordia arrivent à Giglio :
Les tours seront positionnées entre le navire et les rochers pour faciliter le passage des câbles qui redresseront le navire. Elles sont équipées de vérins hydrauliques gérés par des ordinateurs pour que les câbles tirent en même temps et sans à-coups ! Pour mémoire le redressement du Concordia durera 2 jours.
 
Mercredi 5 juin 2013, La progression du projet d’ensemble est de 61,5 % :
Hier a été posé la dernière plateforme qui accueillera le Costa Concordia lors de son redressement. Sur les 19 trous de forage, 16 sont terminés, 1 est en cours, 2 reste à faire. Les 11 blocs d’encrages et d’aide à la remise en position de flottaison sont terminés. En ce qui concerne les caissons de flottaisons, il n’y a toujours que 2 caissons sur 15 qui sont définitivement posés. La progression du projet d’ensemble est de 61,5 %...
 
Mercredi 29 mai 2013, Franco Gabrielli souhaite que les aménagements du port de Piombino démarrent rapidement :
Le chef de la protection civile Franco Gabrielli, lance un appel au gouvernement italien et aux responsables locaux de la ville de Piombino, pour que les travaux d’aménagements du port démarrent le plus rapidement possible, autrement le Concordia ne pourra pas être remorqué dans ce port. Il annonce aussi que les plateformes devant accueillir le redressement du navire seront terminées vers le 15 juin. À ce moment-là, ils pourront envisager la date du redressement du navire, quand cette action aura été effectuée, ils inspecteront l’état du côté tribord du Concordia et ils pourront prévoir la date de son retrait de l’île de Giglio…
 
Lundi  27 mai 2013, le sable de granit des forages pour la plage de Giglio Campese :

L’ancien maire de l’île Giglio Attilio Brothel, interpelle le maire actuel Sergio Ortelli et la municipalité dirigeante pour pouvoir utiliser le sable de granit qui est actuellement retiré par le forage des trous pour la pose des poteaux de fixations et de sécurisation du Concordia et les trous des poteaux des plateformes devant accueillir le redressement du navire…

Ce sable de granit pourrait être utilisé sur la plage de Giglio Campese qui en a grandement besoin suite aux intempéries de cet hiver, plutôt que de transportait ces centaines de tonnes de sable dans une décharge sur le continent. Financièrement cela coûte très cher (bateaux plus camions), et deuxièmement cela ferait faire des économies à la commune qui a besoin que l’on réhabilite cette plage avant la saison estivale…

 
Vendredi 24 mai 2013, nouvel accident sur le chantier du Concordia :
Nouvel accident sur le chantier du renflouement du Costa Concordia, un homme de 30 ans d’origine anglaise, a été blessé hier au soir vers les 23h30. Selon les premières constatations, une opération de forage était en cours sur MICOPERI 30, quand une passerelle du derrick de forage l’a écrasé. Il a été transporté par hélicoptère à l’hôpital de Grosseto dans un état grave…
 
Mercredi 22 mai 2013, ils filment le Concordia à l'aide de drones :

Une association autrichienne "Blacksheep", a décidé en décembre 2012 de survoler grâce à deux drones le Costa Concordia qui repose sur l’île de Giglio, pour filmer l’épave en mémoire aux naufragés. Les trois jeunes gens ont été arrêtés par la Police à la demande du consortium Titan/Micoperi, qui interdît le survol de l’épave. Quand la Police s’est aperçu que ces images été inoffensives les trois jeunes gens ont été relâchés…

Les jeunes gens ont déclaré, "Cette vidéo a été filmée à Isola del Giglio, le site d'un accident de bateau tragique. Ce n'est pas notre intention d'augmenter votre visibilité sur les épaules de ceux qui ont perdu des êtres chers. Cette vidéo est conçue uniquement comme une démonstration d’applications potentielles et possibles des avions téléguidés (drones).   
Notre but est de montrer une vision claire de l'épave que jamais. Nos pensées et nos prières accompagnent ceux qui ont perdu leurs vies ce jour tragique et nous avons l'espoir d'un rapide enlèvement du navire afin de revenir pour profiter de la beauté des fonds marins de l'île de Giglio "

 
Jeudi 9 mai 2013, la sécurité et les conditions de travail des plongeurs en question :
Selon le journal La nazione, le procureur de Turin Raffaele Guariniello, spécialistes dans les problèmes de sécurité et des conditions de travail a été saisie par des plaintes concernant la formation et les conditions de travail dans lesquelles travaille les plongeurs sur le chantier du Concordia. Ce procureur reçoit des plaintes de toute l’Italie et même de l’étranger, mais a-t-il les compétences pour gérer ces plaintes ?
 
Mercredi 8 mai 2013, le The Parbuckling Project est terminé à 56% :

Blocs de points d’ancrage : 11 installés,1 à installer...

Trous de forage : 13 terminés, 1 en cours de forage, 7 à percer...

Caissons : 2 posés (P10 et P11), reste 13 à posé coté bâbord et 15 coté tribord (quand le Concordia sera redressé et posera sur les plateformes)...

Les plateformes sous marine : 1 grande plateforme terminée, 3 petites plateformes terminées, 2 grandes plateformes à poser...

Le projet de préparation au renflouage est terminé à 56%...

 
Vendredi 3 mai 2013, Andrea Orlando le nouveau ministre de l'Environnement en visite à Giglio :

Le nouveau ministre de l’Environnement Andrea Orlando a approuvé la destination de Piombino pour le remorquage et le démantèlement du Concordia, ce matin lors de sa visite sur l’île de Giglio, le ministre a déclaré : "Il est tout a fait normal que Piombino qui est le lieu le plus proche naturellement accueille l’élimination du Costa Concordia, en plus vous avez travaillé dans cette direction. Il est important que le navire soit détruit dans une zone où il y a les meilleures conditions de sécurité pour les travailleurs et l’environnement…"

Le ministre se dit confiant pour un retrait de l’épave d’ici fin septembre début octobre de cette année. Bien entendu en tenant compte des problèmes techniques liés aux fonds marins. En ce qui concerne la pollution, le ministre a déclaré : "S’il y a atteinte à l’environnement cela devra être réparé, bien que la surveillance des eaux de Giglio soit constante."

Le ministre a voulu aussi rassurer les habitants de l’île : "Je suis ici pour exprimer notre soutien à Giglio et aux Gigliesi. Un coup a été porté à cette communauté qui à deux souhaits : le premier avoir la certitude sur le moment où sera enlevé l’épave ! Et le deuxième est de savoir que leur île est un bel endroit où passer ses vacances. Ici vous pouvez en toute sécurité vous baigner sans danger. La qualité de l’eau est bonne."

Le maire de l’île Sergio Ortelli, a remercié le ministre pour sa visite sur l’île, et a déclaré : "A Giglio nous avons encore deux urgences très sérieuses. La première est liée à la suppression du Concordia, et la seconde à la crise économique. Je tiens à vous faire remarquer que nous serons forcés d’endurer une autre saison estivale avec l’épave face à Giglio Porto. Je demande au gouvernement de ne pas oublier les gigliesis et de prendre des mesures immédiates de soutien économique pour le tourisme de notre île."

Etait aussi présent le président de la région Toscane, Enrico Rossi, qui a une nouvelle fois rappeler que : "Le port de Piombino est le plus approprié pour le démantèlement, nous pensons que d’ici la fin de l’année nous serons en mesure de permettre l’entrée de la coque du Concordia dans le port. Nous travaillons toujours à la candidature du port de Piombino. Quoi qu’il en soit, nous devons nous assurer que le renflouement sera effectué de manière appropriée en termes d’environnement et de social pour éviter les problèmes. L’Europe est distraite et hypocrite de permettre la construction de ces navires et de permettre leurs démantèlements par des sociétés opérant dans le tiers monde sans normes de sécurités en exploitant des travailleurs et peut être même des enfants. Nous devons signer immédiatement l’accord entre la région, les autorités locales et les ministres concernés. J’ai de bonne raisons de croire que le délai entre l’enlèvement du Concordia et la fin des travaux du port coïncident et que ce que nous faisons sera un exemple pour l’Italie et l’Europe, nous sommes la Toscane, qui d’autre pourrait faire cela ?"

 
Mardi 30 avril 2013, un nouveau ministre de l'Environnement pour le Concordia :
Avec la mise en place du nouveau gouvernement italien, Corrado Clini le ministre de l’Environnement de la Protection du territoire et de la Mer, laisse sa place à Andrea Orlando (Parti démocrate). Andrea Orlando, veut faire sa priorité l’élimination du Concordia de l’île de Giglio et le traitement de tous les déchets du démantèlement du navire…
 
Samedi 27 avril 2013, la 33e victime du naufrage :

120  plongeurs de 12 nationalités différentes travaillent sur le chantier du Concordia, et au total se sont 430 techniciens qui y travaillent 24/24 et 7/7, une grande partie vit sur cette barge-hôtel Pioneer. La mort de ce plongeur philippin a secoué cette petite communauté, ici tous se connaissent, tous se côtoient, même s’ils ne parlent pas tous la même langue. Même les habitants rencontrent et parlent, voir sympathisent avec toute cette communauté qui est présente depuis de longs mois, et qui va l’être encore pendant de longs mois. Aujourd’hui des voix s’élèvent pour dire que ce plongeur philippin est la "33e victime" du naufrage du Costa Concordia…

Gabriel Galli (conseil municipal de Giglio) "Nous sommes à proximité des hommes du consortium Titan Micoperi pour le deuil qui les a touchés ils font tous partie intégrante de notre île. Sincères condoléances à la famille de ce plongeur mort."

L'association SOS Concordia "tiens à déclarer au nom de la population gigliese ses plus sincères condoléances aux parents et l'ensemble du consortium Titan et Micoperi, suite à la mort prématurée de ce plongeur."

Maurizio Scholl "Mes condoléances à la famille du plongeur qui est mort cette nuit loin de ses proches et de sa familles".

Témoignages GiglioNews.

 
Vendredi 26 avril 2013, un plongeur se tue sur le chantier du Concordia :
Un plongeur philippin spécialiste du désamiantage sur le Concordia a été retrouvé mort dans sa chambre sur la plate forme-hôtel ASV Pioneer, qui se trouve à côté du Concordia. Cet homme âgé de 54 ans aurait fait une chute dans sa douche personnelle, ce sont ses collègues qui ne l’ont pas vu venir pour prendre son service de quart de nuit qui sont allés le chercher et l’ont trouvé étendu au sol dans sa douche. Pour l’heure la mort serait d’origine naturelle, du fait qu'il n’avait pas fait de plongée depuis plus de 36 heures. Le corps a été transporté a la morgue de l'hôpital d'Orbetello (It). Le procureur Alexander Leopizzi, a demandé une enquête sur les circonstances du décès et une autopsie du corps, en apparence aucune trace de violence n'a été décelée…
Grazie a The Parbuckling Project
 
Jeudi 25 avril 2013, le décret qui débloque les 160 millions d’euros a été voté :

Le conseil des ministres italien a voté hier le décret qui débloque 160 millions d’euros pour l’aménagement du port de Piombino et l’aménagement des infrastructure routière. Le décret ne sera opérationnel qu’après la signature par la région, les collectivités locales, les autorités portuaires, le ministère de l’Environnement et du développement économique et des infrastructures. Le maire de Piombino Gianni Anselmi et le président de l’autorité du port Luciano Guerrieri, se déclarent satisfait de cette décision…

Le maire de Piombino Gianni Anselmi a déclaré, "Nous avons vraiment lutté et travaillé dur pour obtenir que la région qui est dans une crise complexe, après Tarente (Pouilles), soit la deuxième zone de crise dans le pays c'est un signal fort. Les 160 millions d'euros seront nécessaires pour faire les travaux de dragage du port, des quais qui servent pour nos industries et pour le démantèlement du Concordia. Ce décret ouvre également la réalisation de la SS 398 (la modernisation de l'infrastructure routière SS 398 et du service ferroviaire du port de Piombino) et de la remise en état des zones industrielles"…

 
Mardi 23 avril 2013, un médecin fait une chute sur le chantier du Concordia :
Cet après-midi autour de 14h, un médecin de 42 ans qui accompagnait les plongeurs a fait une chute d’une échelle d’un remorqueur alors que les équipes travaillaient autour de l’épave du Concordia. Le médecin souffrirait d’une fracture de la clavicule et d’une blessure à la tête. Il a été transporté par hélicoptère à l’hôpital de Sienne (It), son pronostic vital n’est pour l’heure pas engagé…
 
Mardi 23 avril 2013, informations sur l'avancement du chantier de renflouement :

Informations concernant l’avancement des travaux en prévision du renflouement du Concordia. Actuellement 438 personnes travaillent sur le chantier, 24/24 et 7/7. 5 navires et plates-formes sont impliqués sur le chantier, Micoperi 30, Pioneer, Navalmare 1 et 2, ER Narvik…

Les plates-formes 1, 4, 5 et 6, sont positionnées, 3 plates-formes sont en cours de constructions,  les sacs de coulis sont positionnés à 49%, la pose des caissons P10 et P11 est terminée…

 
Lundi 22 avril 2013, vidéo de la pose du premier caisson sur le Concordia :
Découvrez sur le site The Parbuckling Project, la vidéo officielle de la pose du premier caisson qui servira à redresser le navire pour son renflouement : The parbuckling project
 
Mercredi 17 avril 2013, pose du premier caisson sur le Concordia :
 
Mercredi 17 avril 2013, ce n’est pas encore Piombino :

Une nouvelle fois le démantèlement du Concordia revient sur la table, alors que tout laisser penser que l’affaire avec le port de Piombino était réglée, signée et pliée en conseil des ministres. Voilà que ce dernier doit encore validité une décision qui paraissait l’être. Civitavecchia ne s’avoue pas vaincu et souhaite que les ministres reviennent sur la décision qu’ils ont prisent il y’a quelques semaines, et de l’autre coté Costa Croisières alors qu’il avait laissé entendre qu’il se soumettrait à la décision des ministres, souhaite toujours que le Concordia finisse ses jours du coté de Palerme…

Il est vrai que la somme que souhaite allouer le gouvernement italien à Piombino peut donner des envies 160 millions de dollars. Toutes les raisons sont bonnes et surtout celle qui secoue aussi notre pays "la crise et le chômage". Mais il est vrai qu’au-delà de cet aspect non négligeable, la sécurité doit rester une priorité pour le remorquage du Concordia, du fait qu'aujourd'hui il est considéré comme un déchet et non plus comme un navire…

Normalement tout cela devrait être réglé vendredi, mais il se pourrait aussi qu’il passe encore beaucoup d’eau sous les ponts, avant de savoir où sera vraiment démantelé le Concordia. À part que dame nature n’en décide tout autrement et que le navire reste à jamais là où il se trouve aujourd’hui, disons plutôt quelques dizaines de mètres sous le niveau de la mer…

 
Mercredi 17 avril 2013, 160 millions d'euros pour l’aménagement du port de Piombino :
Le président de la région Toscane Enrico Rossi, a déclaré hier mardi en fin de matinée que le prochain conseil des ministres validera définitivement le port de Piombino comme port de destination pour le démantèlement du Concordia. L’enveloppe sera de 160 millions d'euros, 110 pour la modernisation du port de Piombino et 50 millions pour la route…
 
Samedi 6 avril 2013, réunion sur le retrait du Concordia et le paiement des heures supplémentaires :

Une réunion opérationnelle a eu lieu hier au ministère de l’Environnement en présence du ministre de l’Environnement, Corrado Clini, du secrétaire des infrastructures et des transports, Guido Improta, du chef de la protection civile, Franco Gabrielli, du président de la région Toscane, Enrico Rossi, et des représentants de Costa Croisières. Le but de cette réunion était de faire une mise au point sur l’avancement des travaux du retrait du Concordia, du démantèlement et de l’élimination des déchets de ce dernier. C’est à la région Toscane de superviser ce projet de démantèlement et d’élimination du navire du fait que c’est elle qui en a maintenant la totale responsabilité avec la ville de Piombino, a souligné le ministre de l’Environnement…

Un autre sujet a été abordé lors de cette réunion, le paiement des heures supplémentaires des sapeurs-pompiers de Grosseto qui était intervenu la nuit du naufrage et les jours suivants, mais qui plus d’une année après n’avait toujours pas était payés. Le syndicat USB, a demandé que ces heures supplémentaires soient en plus majorées d’intérêts légaux sur le retard du paiement de ces heures supplémentaires. Le représentant syndical a déclaré, "Nous sommes heureux de cette décision, mais il aura fallu se référer aux tribunaux administratifs pour voir les droits fondamentaux des salariés reconnus."

 
Jeudi 4 avril 2013, la première grande plateforme est arrivée hier mercredi :
La grande plateforme Nº 1 qui servira au redressement du Concordia est arrivée hier mercredi aux premières heures du jour à l’île de Giglio. Elle mesure 40 mètres de  long, 33 mètres de large et 22 mètres de haut, pour un poids de 1000 tonnes, elle a été construite par le chantier naval Rosetti Marino à Marina di Ravenna (It). Ce matin à 6h elle a été positionnée par le navire Atlant Svenja équipé de deux grues géantes sur 5 piliers de 2 mètres de diamètre scellé dans le fond marin de granit. À ce jour 4 plateformes sont déjà en place les trois petites à la poupe du Concordia et maintenant la première grande plateforme, il ne restera que deux grandes plateformes à finir de construire, à acheminer et à positionner…
 
Mardi 2 avril 2013, des cordages en fibres synthétiques pour le renflouement du Concordia :
La société norvégienne OTS a été choisie par le consortium TITAN/Micoperi pour fabriquer les cordages qui serviront à redresser le Concordia. Ces cordages sont en fibres synthétiques d’un diamètre de 350mm. Vebjorn Loviknes, le chef du projet a déclaré, "Nous sommes très fiers de faire partie de cette opération de prestiges en collaboration avec des entreprises internationales. Le câble en fibres synthétiques est protégé par une chaussette OTS brevetée de protection. Cette chaussette de protection permet aux cordages en fibres de résister aux pressions extérieures auxquelles ils seront exposés. C'était ce système breveté qui était essentiel pour le consortium TITAN/Micoperi, puisque le navire a chaviré sur un récif."
Takk til World Maritime News
 
Lundi 1er avril 2013, 73 millions d'euros pour le port de Piombino :
Le 27 mars 2013, le conseil des ministres italien a approuvé le décret pour le développement du port de Piombino, et prévoit l’attribution d’une enveloppe de 73 millions d’euros, pour draguer les fonds marins et la construction d’un nouveau quai long de 398 mètres, ces travaux permettront d’accueillir le Concordia, en vue de son démantèlement. Cette décision coupe court à toutes les controverses sur le lieu où sera remorqué le navire après son renflouement que beaucoup de personnes voyaient déjà à Civitavecchia (It) à Palerme (It) ou encore plus fou dans un port de Turquie. Cette décision est la plus sage et la plus responsable et en total respect avec la protection de l’environnement marin…
Grazie S.I.C
 
Jeudi 28 mars 2013, les chaloupes qui dérangent :

Ils n’en veulent plus ! Ils se sont les habitants de la petite ville de Talamone, qui fait partie de la commune d’Orbetello dans la province de Grosseto. Cette station balnéaire ne supporte plus de voir 15 chaloupes de sauvetage du Concordia et des aménagements du navire, sur leur plage de la Maremme, et cela, depuis plus d’un an maintenant…

Les 15 chaloupes de sauvetage ont été saisies par ordre du procureur de Grosseto, puis stockées là avec d’autres parties du Concordia dans l’attente des suites de la procédure judiciaire…

Mais les habitants, qui ont subi la présence de toutes ces saisies, pour la période estivale 2012, et l’amputation d’une partie de leur plage, ne souhaitent pas revivre une nouvelle saison estivale 2013 qui approche avec toutes ces chaloupes et ces aménagements du Concordia sur la plage…

Ils en appellent aux autorités compétentes, pour que toute cette saisie soit déplacée vers un lieu plus approprié et sécurisé à ce style de stockage…

Grazie a Libero 24x7
 
Mercredi 20 mars 2013, Costa Croisières en total accord avec les autorités compétentes :

Costa Croisières a fait savoir que le retrait et le remorquage du Concordia se feraient en total accord avec les autorités compétentes, et en tenant compte de la sécurité du retrait, du transport et de la protection de l’environnement…

Corrado Clini, a réaffirmé de son côté que le Concordia ne va pas, et ne peut pas se permettre une ballade en Méditerranée, et que le port le plus proche reste Piombino…

Cela suite à la polémique que certains parlementaires ont déclenchée en vue du retrait, du transport et du coût de l’aménagement des infrastructures du port qui accueillera le Concordia…

 
Mercredi 13 mars 2013, Piombino, le Concordia n'est plus une "Urgence" :

Tout semblait réglé pour voir le remorquage et le démantèlement du Concordia acquis au port de Piombino, mais la récente loi Nº 100, considère que la protection civile ne peut avoir les pleins pouvoirs que dans le cas d’une "URGENCE", et cela, dans les 90 jours qui suivent le sinistre. Mais là, le naufrage du Concordia a dépassé les 90 jours et n’est donc plus considéré comme une urgence…

Le gouvernement italien comptait sur la protection civile pour réaménager rapidement le port de Piombino afin d’accueillir le Concordia au plus tard au mois d’octobre, mais à cause de cette loi, la protection civile ne pourra pas intervenir sur le réaménagement du port de Piombino avant la fin de l'année 2013…

Le ministre de l’Environnement Corrado Clini ne veut pas s’avouer vaincu, et fait appel à une directive européenne qui stipule que le Concordia est considéré comme un déchet et doit être déplacé dans le port le plus proche afin d’être détruit. Mais là, ce sont trois des nouveaux parlementaires "Michele Anzaldi, Federico Gelli, Andrea Marcucciliés au Parti démocrate de Matteo Renzi, qui ont contesté cette directive européenne...

À part que le gouvernement italien n’étudie à nouveau les demandes de Costa Croisières de voir le Concordia partir vers Palerme ou la Turquie, avec tous les risques écologiques que cela comporte en cas d'un nouveau naufrage, ou celle du maire de Civitavecchia de voir le Concordia démantelé dans son port, qui en fait, serait la deuxième meilleure solution après celle du port de Piombino. Dans le cas contraire, le Concordia risque de rester encore quelques mois accroché à l’île de Giglio, au grand désarroi des habitants de cette petite île de Toscane…

 
Jeudi 8 mars 2013, le conseil des ministres approuve le port de Piombino :

Le conseil des ministres italien a approuvé la proposition du ministre de l’Environnement Corrado Clini et du Département de la protection civile pour que le Concordia soit remorqué et démantelé dans le port de Piombino (Italie). Cette décision a été prise en étroite collaboration avec le ministre des Transports et le ministre de l’Économie pour que les travaux d’aménagement du port en vue d’accueillir le Concordia démarrent au plus vite...

Pour mémoire la ville de Piombino est une ville de 35 000 habitants dans la Province de Livourne en Toscane, face à elle se trouve l’île d’Elbe. Ville industrielle qui dépend notamment de la sidérurgie avec le groupe bien connu en France Sollac-Mittal et l’aciérie métallurgique du Groupe Lucchini SpA Severstal qui est le premier employeur de la région…

Tout est réuni dans cette ville pour que le démantèlement du Concordia soit effectué en toute compétence professionnelle et surtout en toute sécurité du fait que l’avantage de Piombino est d’être le port le plus proche de l’île de Giglio, moins d’une journée de mer…

Mais cela sera t'il du goût de Costa Croisières qui voulait que le Concordia soit démantelé par le chantier naval du constructeur du navire "Fincantieri spa" présent en Sicile à Palerme plus exactement, mais le port est beaucoup trop éloigné de l'île de Giglio, et le risque d'un nouveau naufrage est bien trop grand avec toutes les conséquences que cela générerait...

 
Dimanche 3 mars 2013, légère fuite de pétrole sur le Concordia :
Une fuite de pétrole qui sortait du Concordia a été détectée ce matin à 8h40 et rapidement bloquée grâce à la pose de flotteurs antipollution de 350 mètres de long et d’une pompe qui a pu récupérer un demi mètre cube de carburant. D’autres flotteurs ont été placés à l’entrée du port du fait que quelques galettes de pétroles se dirigeaient vers ce dernier et cela à cause des forts courants venant du nord. Cette fuite proviendrait de la cassure d’une soudure d’une bride ou d’un disque de métal sur une des soupapes qui avait été installée lors du pompage du carburant contenu dans les réservoirs du Concordia. Selon la présidente de l’Observatoire de surveillance Maria Sargentini "la situation serait sous contrôle", elle a aussi demandé le contrôle immédiat de toutes les vannes installées pour la récupération du combustible pour éviter tout nouveau problème…
 
Vendredi 22 février 2013, les premiers caissons arrivent à Livourne :

Partis du port d’Ancône (Ita) où ils ont étaient construits par le chantier naval de Fincantieri avec une escale technique à Palerme (Ita) les cinq premiers gigantesques caissons qui vont permettre de redresser le Concordia sont arrivaient à Livourne (Ita)…

Les trois plus grands caissons pèsent 500 tonnes pièce, ils mesurent 30 mètres de long, 11 mètres de haut et 11 mètres de profondeur. Les deux caissons plus petits pèsent 395 tonnes pièce. Quelques modifications vont être apportées comme la pose d’anneaux spéciaux qui seront soudés sur les flotteurs. Quand cela sera terminé, les caissons seront reposés sur la barge et remorqués jusqu’à l’île de Giglio…

 
Jeudi 21 février 2013, le Maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli se met en colère :

Le Maire de l’île de Giglio a décidé de ne pas se rendre et menace même de quitter l’Observatoire de surveillance du retrait du Costa Concordia, qui se déroule aujourd’hui à Rome. Réunion où sera présent le ministre Corrado Clini, qui souhaite que le démantèlement du Concordia s’effectue dans le port de Piombino, ce que ne souhaite pas Costa Croisières qui a sa préférence pour le port de Palerme (Sicile)…

Ce qui déplaît aujourd’hui au Maire et à la municipalité de l’île de Giglio, c’est que ces réunions ne tournent qu’au tour de la destination finale du Concordia, et non plus sur les conséquences économiques de l’île en vue de la saison estivale 2013 :

'' En vue de la réunion d'aujourd'hui, au cours de laquelle il a été décidé que la municipalité de l’île de Giglio ne participerait pas, nous notons que pour le départ de la saison touristique, le débat à l'intérieur et à l'extérieur du centre des discussions avec Costa Croisières, tourne presque exclusivement sur ​​le port de destination de l'épave, en inversant l'ordre des priorités, pour retirer de l'île de Giglio l'épave du Costa Concordia. C'est une attitude que nous ne sommes plus disposés à tolérer, en particulier les problèmes techniques qui se sont reproduits et qui risquent de ralentir les travaux sur le navire. On a été jusqu'à présent très compréhensif et patient, mais il y’a une limite qui ne peut être dépassée, c'est celui du respect civique, économique et social d'un tout qui est le patrimoine de la Toscane et de l’Italie.''

 
Mercredi 13 février 2013, le point sur le renflouement du Concordia :

Lors de la réunion périodique de l’observatoire pour le retrait du Concordia sur l’île de Giglio le samedi 9 février 2013, la présidente Maria Sargentini accompagnée par les responsables de Costa Croisières, les chercheurs de l’université de Rome et les experts du consortium Titan / Micoperi, a informé la population de l’île sur l’avancement de travaux de renflouement et la quantité d’eau qui se trouve dans le navire...

  • 1)  La première plateforme sous-marine a été positionnée, et le positionnement de la deuxième a été effectuée le dimanche 10 février.

  • 2)  Les autres plates formes construites dans les chantiers de Rosetti et Cimolai, sont prêtent pour le transport vers l’île de Giglio.

  • 3)  35%, des matelas de ciment spéciaux ont été positionnés et remplis.

  • 4)  15 caissons de flottaison construits par le chantier de Fincantieri sont prêts et vont être acheminé vers la base logistique du consortium Titan / Micoperi à Piombino.

  • 5)  Les 8 derniers blocs d’ancrage sont presque terminés et vont pouvoir être mis en place.

  • 6)  Les tests qui avaient débuté au mois de novembre par l’ARPAT et qui s’est poursuivie jusqu’à présent sur les éventuelles altérations manifestes de l’eau à l’extérieur du navire n’ont pas été révélés. L’eau est toujours propre et cela tout au tour de l’île de Giglio. 62 échantillons prélevés à proximité des parties de la coque qui sont considérés comme les plus importants et représentatifs et 82 paramètres ont été pris en compte sur un total de 5 000 tests. Les altérations trouvées et provoquées par la dégradation des aliments de tout le mobilier et les divers autres matériaux, ainsi que la présence d’hydrocarbures reste concentrée dans quelques compartiments spécifiques à l’intérieur du navire. Le débit restreint d’eau entre l’intérieur et l’extérieur du navire ne soulève d'aucunes inquiétude.

L’observatoire confirme quand même la poursuite des opérations de surveillance, qui nécessite également d’autres cycles d’échantillonnages.

Fin février une simulation sera faite pour évaluer le nombre de milliers de litres d’eau qui sera libéré au moment de la rotation du navire, afin de gérer et de minimiser l’impact négatif sur l’environnement marin…

 
Vendredi 8 février 2013, le renflouage du Concordia un gouffre financier :
La compagnie d’assurance "Catlin" a ouvertement critiqué les autorités italiennes du fait qu’elles ont souhaité retirer l’épave du Concordia en un seul morceau. Ce renflouage était au départ estimé à 35 millions de dollars, aujourd’hui la compagnie d’assurance estime le coût du renflouage à la hausse à 51 millions de dollars. Paul Jardine, responsable d’exploitation, a averti que Catlin sera obligé d’augmenter les primes d’assurances des autres propriétaires de navire de croisières. Il a aussi déclaré que les autorités italiennes n’étaient pas compétentes pour gérer un problème qui concerne l’armateur et l’assureur…
 
Lundi 28 janvier 2013, l'inquiétude du président des Robins des Bois :

Le président de l’association des Robins des Bois, Jacky Bonnemains, s’inquiète dans une interview qu’il a accordée à TV5monde, sur les risques de catastrophe écologique si le Concordia venait à se disloquer sur place, voire à couler avant d’arriver dans un port pour son démantèlement, "une véritable bombe à retardement"…

Il dénonce le déversement permanent de, médicaments, produits d’entretien, déchets alimentaires, électriques, électroniques. Sans parler des fragments des tissus d’ameublement et des moquettes, mélangés aux polystyrènes et plastiques de toutes sortes, "Or parmi ces déchets, il y a notamment des tissus synthétiques ignifugés et imprégnés de brome, une molécule toxique soluble dans l’eau de mer," déclare le président des Robins des Bois à TV5Monde…

Depuis un an la coque bouge et travaille, et les millions de litres d’eau de mer qui circule à l’intérieur du navire ne font rien pour arranger les choses, les cloisons, portes, plafonds cèdent et s’effondrent, se qui crée des débris de divers matériaux supplémentaires qui viennent se rajouter au reste des déchets…

Personne ne peut être plus royaliste que le roi, mais il faut bien admettre même pour un simple amateur comme moi, de ne pas voir les risques liés à une éventuelle cassure du Concordia en deux voir plusieurs morceaux…

Le scénario catastrophe qu’évoque Jacky Bonnemains, n’est pas à exclure, si tous les divers matériaux contenus encore dans le Concordia, qui représente une quantité de plusieurs milliers de tonnes venaient suite à la cassure du Concordia, ou s’il sombrer, à se déverserait dans la mer, "Certains couleraient et devraient être collectés sur les fonds marins ; d’autres, en revanche, dériveraient jusqu’à l’île d’Elbe et la Corse, et au-delà," précise Jacky Bonnemain. Des hectares de verre et de plastique, des milliers de tonnes de câbles et de matériaux synthétiques toxiques, menaceraient alors l’écosystème marin" ...

Jacky Bonnemains, ne crois pas trop au fait que le Concordia sera remorqué dans un port, car rien n’est véritablement arrêté à ce jour, aucun port n’est véritablement défini, Piombino, Palerme, Civitavecchia, etc., alors que depuis 1970, l’Italie, fait démantelé ses bateaux en Inde ou au Bangladesh. "Ce que nous redoutons, c’est que le paquebot s'effrite au bout de deux ans d’effort. Depuis des mois, les riverains encaissent le poids moral de la vision de l’épave, le bruit et l’effervescence des 400 personnes qui y travaillent jour et nuit, logés dans un hôtel flottant. Notre crainte, c’est que l’option immersion dans une fosse sous-marine finisse par s’imposer. Car après l’obligatoire retrait des matériaux toxiques à l’intérieur de l’épave, il restera toujours un point noir, un site pollué au fond de l’eau, d’où remonteront les déchets flottants à mesure de leur libération"

Le Concordia à cause de la bêtise humaine qui a fait qu’il a fini sa courte carrière sur cette magnifique côte Toscane s’est accroché à l’île de Giglio, la faune et la flore marine, ont et vont encore souffrir pendant de long mois, voire de nombreuses années. Seul et unique espoir que le scénario catastrophe ne se produise pas et que l’homme arrive à rattraper la bêtise d’un autre homme et que le Concordia puisse être remorqué jusqu’à un port où il sera démantelé…

 
Samedi 26 janvier 2013, le site "the parbuckling project" :

Le nom de ce site est un peu barbare (du moins en anglais) et ne correspond pas à sa destination finale ! Je veux dire par là, le nom du site ne correspond pas au renflouement d’un navire et en particulier du Costa Concordia…

Le but de ce site créer par Costa Croisières, est d’expliqué et de tenir informer les professionnels et quelques particuliers adeptes des projets titanesques de l’évolution du « the parbuckling project », en français « le projet parbuckling », plus simplement le renflouement du Costa Concordia…

D’après une information du site Costa Croisières cela veut dire "La rotation de l’épave vers sa position verticale". Je vous laisse découvrir ce site, qui est en Italien et en Anglais…

The parbuckling project
 
Vendredi 25 janvier 2013, Civitavecchia (Italie) veut le démantèlement du Concordia :

Un nouveau port se positionne sur le démantèlement du Costa Concordia, "Civitavecchia", ce même port d’où est parti le Concordia avant de faire naufrage sur l’île de Giglio le 13 janvier 2012…

"Le port de Civitavecchia est prêt à accueillir le Costa Concordia !"

Henry Luciani l’adjoint au Maire de Civitavecchia, ne veut pas se lancer dans un combat avec la ville de Piombino, mais il fait remarqué que cela coûtera moins cher à l’état italien, du fait que contrairement au port de Piombino, il n’y a aucun aménagement à construire pour la réception du navire et son de démantèlement…

Mais Piombino reste la ville favorite pour le ministre Corrado Clini et le président de la région toscane Enrico Rossi. Qui aura le dernier mot ?

 
Jeudi 17 janvier 2013, manifestation des écologistes contre le retard pris pour le retrait du Concordia :

L’association de défense de l’environnement italien “Legambiente", a déployé une banderole de 12 mètres de long pour protester contre le retard pris dans le retrait du Costa Concordia, et cela le vendredi 11 janvier 2013 deux jours avant la commémoration du naufrage…

L’association veut mettre en avant les risques graves pour l’écosystème, en cas ne naufrage du navire ou les risques de pollution de produit qui se trouve encore à l’intérieur ;

Angelo Gentili, le secrétaire de l’association déclare : "Un an après le naufrage sur l'île de Giglio et face à la tragédie humaine aux proportions énormes, on assiste à une extension continue et épuisante des conditions de travail pour le retrait du navire. Des difficultés de plus en plus évidentes dans la mise en œuvre du projet choisi et qui augmentent le risque de catastrophe écologique de façon exponentielle. Vous devez d'abord proroger l'état d'urgence et de prendre des mesures efficaces et décisives avant qu'il ne soit trop tard, enlever l'épave de Giglio et son transport vers le port de Piombino, étant le plus proche pour l'élimination finale."

 
Vendredi 4 janvier 2013, le Concordia a perdu sa cheminée :

Le Costa Concordia a perdu mercredi 2 janvier 2013, la dernière partie de sa cheminée, cette cheminée de couleur jaune avec le haut noir, frapper d’un grand "C" bleu sur chaque coté, qui ne voulait pas dire "Concordia", mais "Costa"...

Le retrait de la cheminée allège un peu plus le navire, mais permet surtout le passage du matériel pour le renflouage du navire…

Le 16 août 2005, la cheminée du Concordia va être posée - Photo Costa Croisières
 
Dimanche 23 décembre 2012, le retrait du Concordia, en "septembre 2013" ? :

À chaque jour son lot d’information, un jour c’est le gouvernement italien qui s’inquiète et met en doute la date préalablement définie (au printemps 2013) du retrait du Concordia de l’île de Giglio, le lendemain on annonce l’été 2014, puis aujourd’hui on donne la date du mois de septembre 2013…

Cela devient vraiment un casse-tête pour donner à une semaine, voire deux semaines prêt la date du retrait du Concordia, en tenant compte bien entendu des impondérables liés à la météo, et aux divers autres problèmes techniques…

La seule chose qui est sûre aujourd’hui c’est le nombre impressionnant de, 400 techniciens et plongeurs qui travaillent 24 h/24 et 7 jours/7, aidés par environ 20 bateaux…

La région de Toscane s’est engagée personnellement envers les habitants de l’île de Giglio, que le Concordia ne sera plus là en septembre 2013, mais cela ne satisfait pas les habitants qui eux espéraient un retour à la normale pour l’été 2013…

Date qui ne doit pas satisfaire non plus le ministre de l’Environnement Corrado Clini, qui lui souhaitait le retrait du Concordia avant les élections législatives du 24 et 25 février prochain et la fin de son mandat, date par contre pas très sérieuse…

 
Vendredi 21 décembre 2012, le retrait du Concordia, pas avant l'été "2014" :

Le Ministre de l’environnement italien avait raison d’être inquiet, le retrait du Concordia sera repoussé de plusieurs mois, voire un an, ce qui veut dire pas avant l’été "2014"…

La cause est que la roche est trop dure et qu’il est très difficile, voire impossible de percer les trous devant accueillir les poteaux de la plateforme sous marine qui doit réceptionner le Concordia lors de son redressement…

Cette roche vu sa dureté ne se perce pas, mais éclate sous la pression de la foreuse. Il a été étudié d’utiliser des micro-explosifs, mais apparemment cela n’aura pas plus de chance de réussir, pire cela pourrait causer des dégradations plus rapides à la coque du navire qui souffre déjà des violences de la mer, des intempéries et de la corrosion…

À part que la décision que personne ne voulait prendre ne devienne inéluctable, le découper sur place, avec tous les risques que cela comporte pour l’écosystème marin…

Un autre problème qui est lui aussi de taille, les caissons qui pèsent entre 350 et 500 tonnes chacun, en fabrication dans les ateliers de Fincantieri à Gênes, doivent être transportaient sur des barges à Livourne, subir des modifications et être rembarqués sur des barges pour les transporter sur l’île de Giglio…

Dernier problème, le port qui doit accueillir le Concordia pour son démantèlement, il était presque acquis qu’il s’agissait du port de Piombino (Toscane), qui est à une journée de navigation à une vitesse de 2,5 nœuds, mais là encore rien n’est fait du fait que Costa Croisières aurait souhaité le port de Palerme (Sicile), beaucoup plus loin…

On le voit le Concordia est encore et pour longtemps accroché à l’île de Giglio, à part que la main du destin n’en décide autrement et qu’il sombre là où il a fait sa dernière escale forcée…

Et pourquoi pas !!

 
Jeudi 13 décembre 2012, le ministre de l'environnement se met en colère :

Le ministre italien de l’environnement Corrado Clini, a écrit un courrier au PDG de Costa Croisières Pier Luigi Foschi et à Michael Thamm, pour qu’ils s’engagent à enlever le Concordia dans les délais prévus pour éviter tous risque de dégradation supplémentaire à l’écosystème de l’ile de Giglio, du fait de la détérioration de la coque qui s'aggrave plus les jours passent... 

Ce courrier s’adresse aussi au chef de la Protection Civile Italienne Franco Gabrielli et au président de la région de Toscane Enrico Rossi !

'' Comme j’ai déjà eu l'occasion de le dire au Chef Franco Gabrielli , les retards en ce qui concerne le calendrier établi pour l'enlèvement ont été et demeurent une source de préoccupation, malgré le travail utile et opportun de "l'Observatoire" mis en place par la Protection civile afin d'assurer une surveillance constante de toutes les opérations. La principale préoccupation est celle relative à l’état ​​de la coque et les mesures de sécurité nécessaires pour garantir que le retrait du navire soit réalisé dans le respect des délais sans créer des risques supplémentaires.''

Le ministre souhaite que démarrent les travaux d’équipement du port de Piombino pour le  démantèlement du Concordia, ce qui nous indique que le port d’accueil est déjà choisi par le ministre, seule info qui manquait sur la destination du Concordia après son renflouage…

 
Mercredi 5 décembre 2012, un radar à ondes pour contrôler les vagues et les courants marin :

Un radar à ondes du nom de "remOcean" vient d’être installé sur le quai du port de l’île de Giglio, placer à une hauteur de 20 m, il permettra de surveiller la hauteur et la direction des vagues venant s’écraser sur la cote et bien entendu sur la coque du Concordia. Il mesurera aussi les courants sous-marins, et permettra de dresser des cartes des fonds marins…

Cette installation commandée par la Région de Toscane en collaboration avec le Laboratoire de Modélisation et de Surveillance de l’environnement pour le développement durable "Lamma", cofinancée par le Fonds Européen du développement Régional.

Le système remOcean permettra que les techniciens travaillent en plus grande sécurité et que le renflouage du Concordia s’effectue dans les meilleures conditions. De hautes vagues ou de forts courants, pourraient au moment du redressement du navire qui durera normalement deux jours, le déplacer et faire échouer le renflouage voire être un danger pour les techniciens…

 
Vendredi 23 novembre 2012, Piombino souhaite démanteler le Concordia :

Le Maire de la ville de Piombino Gianni ANSELMI a réitéré sa volonté de voir le démantèlement du Concordia dans sa ville, il en appelle même au gouvernement italien dans le but d’une relance du port et de l’économie de la ville…

Piombino est une ville industrielle de Toscane elle compte environ 35 000 habitants, son activité principale touche à la sidérurgie avec pour principaux employeurs « Lucchini Spa (Severstal Group) » et "la Sollac/Mital", se qui laisse comprendre pourquoi le démantèlement du Concordia a une grande importance en cette période de crise pour la ville et sa région…

La venue du Concordia qui nécessiterait l’aménagement d’une partie du port pour sa destruction pourrait par là même faire un appel à d’autres démantèlements de navires qui partent en grande partie vers l’Inde…

L’économie de Piombino provient aussi du tourisme avec l’ile d’Elbe qui se trouve juste en face à une dizaine de kilomètres, de ses musées, de ses monuments anciens et de la beauté de sa région…

 
Mercredi 21 novembre 2012, retrait de la bombe découverte au mois de juin :
La bombe de la seconde guerre mondiale (1939 / 1945) qui avait été découverte à la mi-juin 2012, va être enlevée aujourd’hui par les services de déminages de la marine italienne. La bombe qui mesure 2 mètres de long et qui contient 150 kg de TNT se trouve à 188 mètres du Concordia et à une profondeur de 53 mètres…
 
Mardi 13 novembre 2012, mise à jour du processus de sécurisation et du renflouement du Concordia :

1)   La première étape se compose de l’ancrage et de la stabilisation du Concordia pour éviter qu’il ne glisse et ne sombre au fond de la mer. Ce système est composé de quatre blocs sous-marins d’ancrage qui ont été fixés sur le fond marin entre le pont supérieur du Concordia et la côte de l’ile de Giglio. Sur chacun de ces blocs se trouvent deux gros câbles, qui sont eux-mêmes composés de dix-huit câbles plus petits. L’ensemble des câbles passe sous le Concordia dans sa partie centrale et ils viennent se fixer sur la coque côté bâbord. Les blocs d’ancrage sont équipés de vérins hydrauliques qui permettent d’éviter une trop grande tension sur les câbles quand le navire bouge par mer agitée et donne une plus grande stabilité à tout l’ensemble…

2)   Ensuite douze tourelles vont être ensuite construites là aussi entre le Concordia et la côte. Ces tourelles seront équipées elles aussi de vérins hydrauliques à leurs extrémités et de deux câbles par tourelles soit un total de vingt-quatre câbles qui eux aussi passeront sous le navire et viendront se fixer sur la coque coté bâbord. Ce système servira pour la rotation du navire au moment de sa remise en position de flottaison et aussi la déformation de la structure pendant cette procédure…

3)   La construction des plates-formes devant accueillir le Concordia pour sa remise en position de flottaison sera assez complexe du fait qu’il faut préparer le fond marin où seront fixées ces plates formes. Premièrement comblé à l’aide de mortier la séparation des deux promontoires rocheux qui se trouvent sous le Concordia, mais pour cela il faut avant de couler le mortier, placer des bâches en plastique qui faciliteront le retrait du mortier à la fin des opérations de renflouages. Quand le comblement aura été effectué, vingt-six pieux d’un diamètre de 1,6 m seront insérés et cimenté dans des trous de 2 m de profondeur préalablement foret à l’aide d’un système de percement en circuit fermé pour éviter le dispersement des déchets et donc protéger l’environnement sous marins. Au final, des tests seront effectués pour contrôler la solidité de chaque pieu. À ce moment-là seront posées les plates-formes qui sont construites pour ce qui concerne la base en bois et le reste en acier. Au total se sont trois grandes plates-formes, qui reposeront sur six pieux chacune, une plus petite qui reposera sur quatre pieux et deux autres qui reposeront sur deux pieux.

4)   Les caissons d’aide à la rotation et ensuite à la flottaison du Concordia seront posés à l’aide du navire MICOPERI 30 et ses gigantesques grues. Pour cela des guides ont été soudés sur la coque du Concordia côté bâbord où seront fixés les caissons, ensuite viendra le moment du remplissage des caissons en eau de mer pour permettre l’aide à la rotation.

5)  Des câbles seront fixés en haut des caissons d’un côté et à des barges de l’autre, à partir de ce moment-là les barges seront tirées vers le large, pendant que les câbles fixés sur les tourelles côté tribord du Concordia joueront le rôle d’équilibre et cela pour éviter une déformation de la coque du Concordia. La rotation ou la trévire comme le soulignent les techniciens durera deux jours, deux jours pour remettre le Concordia dans sa position initiale.

6)  Quand le Concordia aura retrouvé sa position initiale la coque posée sur les plates-formes sous marines, des caissons (les mêmes que coté bâbord) seront fixés sur le coté tribord du navire et bien entendu remplis eux aussi d’eau de mer pour éviter un déséquilibre du navire. La coque du Concordia sera à ce moment-là à 30 m de profondeur, ce qui veut dire que la mer arrivera entre le 6e pont « Gran Bretagna » et le 7e pont « Irlanda ». Des pompes hydrauliques vont vidés l’eau de mer contenue dans les caissons fixés sur les deux cotés du Concordia, et cela à petit régime, se qui aura pour effet de faire émergé le Concordia et ramener la hauteur de la mer à environs 18 m.

7)   Pour finir, l’eau de mer contenue dans le navire sera à son tour pompée, et le Concordia équipé de ses trente caissons sera tiré par deux gros remorqueurs qui le ramèneront dans un port sur le continent pour être démantelé. Il ne restera plus qu’à démonter tout le système de renflouement, et remettre ce magnifique endroit de l’ile du Giglio dans l’état où il se trouvait avant le naufrage du Costa Concordia, au plus tard à l'été 2013...

 
Jeudi 8 novembre 2012, communiqué officiel Costa Croisières :
Le site officiel d'informations sur le plan d'enlèvement du Costa Concordia est maintenant en ligne.

Un site d'informations vient d'être lancé pour présenter le plan d'enlèvement du Costa Concordia:www.theparbucklingproject.com

Le site est bilingue (italien / anglais) et représente une source essentielle de référence pour les médias internationaux et pour tous ceux qui s'intéressent à ce défi technique monumental et sans précédent. Il sera également un outil efficace pour gérer et faciliter les demandes et enquêtes des médias, leur fournissant des mises à jour régulières des informations.

Dans la mesure où le plan d'enlèvement est lui-même un principe extrêmement dynamique et articulé, le site sera constamment mis à jour et amélioré, afin de refléter les différentes phases du plan et de suivre le calendrier et l'avancement des opérations.

 
Mercredi 7 novembre 2012, Franco Gabrielli "2 mois de retard" :

Franco Gabrielli commissaire du gouvernement responsable de la gestion du retrait du Concordia, veux rendre hommage aux habitants de l’île de Giglio pour les nuisances qu’ils supportent depuis presque dix mois avec en premier lieu le naufrage et maintenant les travaux de suppression du navire…

Le commissaire du gouvernement souhaiterait que les travaux avancent plus rapidement, mais qu’ils soient bien exécutés et en total respect de l’environnement et en toute sécurité pour le personnel, ce qui pour l’heure est loin d’être d’actualité…

La crainte de la population de l’île de Giglio est de revivre une nouvelle saison estivale (2013), avec la présence du Concordia qui apparemment perturbe la venue d’un tourisme habitué au calme et à la beauté des paysages…

Franco Gabrielli, qui a rencontré la population de l’île de Giglio le vendredi 2 novembre, leur a expliqué que le retard des deux mois qui a été pris suite à la complexité de l’opération dont le forage des trous fait qu’il y a une chance sur deux pour arrivé à rattraper le retard et à supprimer le Concordia avant l’été 2013…

 
Dimanche 4 novembre 2012, suite à la tempête, pollution autour du Concordia :

Des matières grasses se sont déversées dans la mer hier du côté gauche du Concordia. Cette légère pollution serait sous contrôle selon Maria Sargentini, la présidente de l’observation pour le retrait du Concordia. Des moyens ont été mis en place pour endiguer rapidement cette mini marée noire, et des prélèvements ont été effectués en vue d’analyser cette matière grasse…

Cette fuite de matières polluantes serait due à la violente tempête qui a frappé l’île de Giglio et le Concordia mercredi 31 octobre, avec des vagues de plus de 4 mètres de haut.

En ce qui concerne le risque éventuel de glissement du Concordia, les capteurs de mouvement du navire ont détecté un déplacement de 3 degrés, sans aucun risque pour l’heure de glissement total de ce dernier vers le fond marin.

D’après les experts qui surveillent le Concordia, ces mouvements sont dus à une déformation de la coque, ils vont de toute manière poursuivre, les investigations sur l’état de la coque du navire, et une enquête va être menée pour connaitre les raisons de cette pollution…

 
Lundi 29 octobre 2012, la sécurisation du Concordia est presque terminée :

La présidente Maria  Sargentini de l’observatoire de surveillance sur le retrait du Concordia et Franco Gabrielli commissaire du gouvernement responsable de la gestion du retrait du Concordia, nous informe dans un communiqué que la sécurisation du Concordia est presque terminée. Il ne reste plus qu’à tendre les câbles qui bloqueront contre les rochers le navire ce qui n’a pu être effectué ce vendredi 26 octobre du fait des mauvaises conditions météorologiques…

Après avoir sécurisé le Concordia, les forages pour la mise en place des poteaux de la plateforme sous-marine devant accueillir le navire pourront commencer. "La plateforme pèsera plus de trois mille tonnes et elle sera grande comme trois terrains de football", se plait à le souligner Nicolas Sloane, spécialiste des travaux offshore…

Ce renflouage est le premier du genre pour un navire de cette taille, Sergio Girotto le chef des opérations est fier de dire que "c’est un défi extraordinaire, je travaille dans le monde maritime depuis quarante ans et c’est le projet le plus ambitieux que j’ai eu à mener. Je suis content, car c’est une belle manière de finir ma carrière. C’est un bel aboutissement, mais c’est très difficile et compliqué de tout mener à bien".

Mais ce que l’on sait un peu moins c’est qui a eu l’idée de ce renflouage en un seul morceau ! Il s’appelle Giovanni Ceccarelli il a 51 ans, Italien et designer de profession son activité était tournée plutôt dans la création de voiliers de courses, jusqu’au naufrage du Concordia. Je dis "était", car si son projet aboutit il pourra se reconvertir dans le retrait d’épave en un seul morceau et il a de quoi faire…

Il déclare à un média français, "Je marchais en pensant à mes projets de bateaux en cours, mais la tragédie du Concordia était tellement présente à la télévision et dans les médias, que j’ai commencé à réfléchir comment je pourrais sortir de l’eau ce navire"…

Le projet Giovanni Ceccarelli a été étudié, à sa demande par Costa Croisières et les diverses autorités compétentes, puis il a été soumis dans un cahier des charges aux dix sociétés contactait pour l’appel d’offres. Seules les sociétés Titan Salvage et Micoperi ont répondu point par point au cahier des charges ou ont été les plus compétitives en matière de prix…

 
Mercredi 24 octobre 2012, un hôtel flottant pour les techniciens :

Le ASV Pioneer un navire hôtel de soixante cabines double est arrivé le dimanche 21 octobre vers les 12h30 à l’ile de Giglio, il s’est positionnait à la proue du Concordia…

Il est équipé de restaurant, bar, etc. il appartient à Ferguson Group pour accueillir les 90 techniciens qui vont travaillaient sur le Concordia, sa capacité peut être doublée, il a été loué pour six mois par le consortium Titan/Micoperi…

 
Lundi 22 octobre 2012, le Concordia avec Google Maps :
Le Concordia et Micoperi 30, cliquez sur "Earth" pour améliorer la qualité de l'image et voir le Concordia en relief...
Agrandir le plan
 
Mercredi 17 octobre 2012, le Concordia peut-il encore glisser et couler :

Nick Sloane, a confirmé les inquiétudes qu’ils avaient sur le retrait du Concordia de l’ile de Giglio, à ce jour si l’hiver n’est pas trop mauvais surtout en ce qui concerne la houle, ils pourront retirer le Concordia de sa position actuelle au mois de juin 2013…

Nick Sloane : "Le fond de la mer est fait de roche granitique, et donc ce n'est ni du grès ni du calcaire. Or le granit est le pire quand il s'agit de le forer surtout avec des angles à 35/40 degrés comme ceux qui nous sont imposés ici. Essayer de percer et faire entrer les poteaux prend davantage de temps que si on perçait un sol droit ou de la roche plus tendre. L'hiver arrive, si nous parvenons à respecter le calendrier sans que le mauvais temps ait trop d'impact, ce sera un gros avantage pour l'ensemble du projet. Nous espérons que l'hiver sera doux, mais ce ne sera sans doute pas le cas".

Le seul problème dans cette analyse c’est que s’ils n’arrivent pas à forer le sol pour la pose des poteaux, le Concordia ne sera pas mis en sécurité avant l’hiver, et là il y a de fortes chances qu’il glisse et coule…

Par contre si le Concordia ne glisse pas l’inquiétude de la municipalité de Giglio et de son Maire Sergio Ortelli se confirmerait, le Concordia à de forte chance d’être encore là pour la prochaine saison estivale...

 
Jeudi 4 octobre 2012, la sécurisation du Concordia prévue pour fin octobre 2012 :

Le département de la protection civile italienne indique que la mise en sécurité du Concordia prévu à la fin d’aout a été reportée au 31 octobre 2012, ce qui confirme la précédente réunion de Florence…

Les raisons de ce retard sont dues aux problèmes climatiques, et à des problèmes d’irrégularité au niveau des couches superficielles du sol des fonds marins composé de granite (roche plutonique magmatique à texture grenue) et des fissures dans la roche sous-jacente…

16 câbles d’acier seront tendus entre des pieux scellés dans le sol et soudés sur la coque du navire, puis tendus grâce à des vérins hydrauliques, pour empêcher pendant la période hivernale et la construction de la plateforme sous-marine tout risque de glissement du Concordia…

En ce qui concerne le Concordia, le département des sciences de la terre de Florence n’a pas constaté d’anomalie de glissement depuis qu’il est couché sur cette partie de l’ile…

Ce retard repoussera d’autant le retrait du Concordia de sa position actuelle, vers le printemps 2013, ce qui avait été initialement prévu au printemps 2012, puis revu par le consortium Titan/Micoperi pour le mois de février 2013…

 
Vendredi 21 septembre 2012, le Concordia aura t'il quitter l'ile de Giglio avant l'été 2013 :

Le maire de l’ile de Giglio Sergio Ortelli et une grande partie de la population de l’ile craignent de revivre en 2013 le même été que le dernier qu’ils viennent de vivre…

La cause ? Le retard d’un peu plus d’un mois qu’a pris le chantier, du fait de la pose des pieux de sécurisation du navire et de la plateforme devant réceptionner ce dernier avant sa remise en flottaison…

Cela est dû au fond marin qui ne se prête pas à ce genre d’exercice, ce qui a tendance à mettre le doute dans la tête des habitants de l’ile et de son maire sur la faisabilité de l’opération finale…

Même le propriétaire d’un hôtel de l’ile Paolo Fanciulli, rajoute que les techniciens avouent que pour eux cette opération est la première pour un si gros navire…

Le Concordia retiré de l’ile de Giglio avant l’été 2013, rien n’est moins sur !

 
Mercredi 19 septembre 2012, MICOPERI 30 arrive à l'ile de Giglio :
Hier au soir le navire-plateforme MICOPERI 30, a quitté le port de Piombino (Italie) en direction de l’ile de Giglio, il approche de l’ile de Giglio avec du matériel à bord (info 5h18)…
 
Mardi 18 septembre 2012, réunion de l'Observatoire de surveillance à Florence :

La nouvelle réunion de l'Observatoire de surveillance d’hier au soir à Florence a validé la seconde phase des travaux du retrait du Concordia...

Le navire plateforme MICOPERI 30, qui a quitté l’ile de Giglio le 12 septembre dernier ce trouve à la base logistique Titan/Micoperi du port de Piombino (Italie), pour récupérer les caissons et la plateforme qui serviront à redresser le Concordia…

Pendant ce temps à l’ile de Giglio, les techniciens mettent en place les câbles qui permettront de sécuriser totalement le Concordia pour éviter qu’il ne glisse lors de la pose des caissons et la construction de la plateforme sous-marine…

 
Samedi 1er septembre 2012, réunion de l'Observatoire de surveillance à Florence :

Une nouvelle réunion de l’observatoire de surveillance pour le retrait du Concordia a eu lieu samedi 1er septembre à Florence (Italie), elle était composée de, Maria Sargentini agissant en tant que présidente et désignée par la Région Toscane, Siro Corezzi du ministère de la Protection de l’Environnement de la Terre et de la Mer, de l’Amiral Stephen Tortora du département national de la Protection civile, Marcello Ceccanti chef de l’ARPAT, Massimo Luschi de la Province de Grosseto, Mario Pellegrini de l’ile de Giglio, Ennio Aquilino Pompiers dépendant du ministère de l’Intérieur, Danilo Giaquinto du ministère des Infrastructures et des Transports, Luigi Alcaro de l’ISPRA, le commandant Gianluca D'Agostino commandant général Harbour, Mauro Denys du ministère de la Santé, Eleanor Soggiu de l’ISS…

Ont été abordés l’avancement des travaux de retrait du navire, la sécurisation de ce dernier, et le contrôle sur les risques de pollution et de nuisance sonore…

En ce qui concerne l’avancement des travaux de renflouement, tout se passe dans le respect du calendrier fourni par le consortium Titan/Micoperi…

La sécurisation du Concordia se poursuit et le risque de le voir couler est nul selon l’observatoire de surveillance, des plongeurs de la capitainerie surveillent en permanence l’état de la coque du navire…

En ce qui concerne les risques de pollution, les contrôles de l’eau et de l’écosystème marin sont dans la norme, rien n’a signalé, des relevés sont effectués régulièrement, idem pour l’air et le bruit…

Le port de démantèlement du Concordia n’a toujours pas été désigné, beaucoup de détails restent à l’étude…

 
Mardi 14 aout 2012, le retrait du Concordia est repoussé au printemps 2013 :

La date du retrait du Concordia de l’ile de Giglio est repoussé au printemps 2013, et non plus à fin janvier début février comme cela avait été précédemment annoncé par le consortium TITAN/MICOPERI...

Le forage et la construction de la plate forme devant recevoir le navire vont prendre plus de temps que prévu, deux mois normalement ce qui repousse d’autant le retrait du Concordia...

 
Lundi 13 août 2012, le Concordia démantelé à Livourne ?  

Corrado CLINI le ministre italien de l'environnement serait assez favorable pour que le Concordia soit démantelé en Toscane, dans le port de Livourne plus précisément…

Livourne qui est une ville de 161 000 habitants, est un des ports les plus importants d’Italie de ferries vers la Sardaigne et la Corse…

Avant la crise des années 1980 le port de Livourne était un important chantier naval italien, aujourd’hui plus tourné vers la construction de mégayacht, la ville et le port verraient d’un bon œil l’arrivé de ce géant des mers en vue de son démantèlement…

En plus, cela compenserait le désagrément qu’a subi la Toscane avec ce naufrage, mais comme le souligne le ministre, d’autres ports italiens sont pour l'heure susceptibles d’accueillir le démantèlement du Concordia…

Bien entendu on pense tout de suite au chantier naval Fincantieri de Gênes là où le Concordia fut construit en 2005, mais le problème serait quand même la distance entre l'ile de Giglio et le port de Gênes et tout ce que cela comporte comme risques d'un nouveau naufrage...

 
Samedi 11 aout 2012, dépose de la cheminée du Concordia  :
La cheminée du Concordia est en cours de démontage, en vu d'alléger le navire lors de son renflouage, elle avait été posée le 16 aout 2005...
 
Vendredi 10 aout 2012, le navire MICOPERI 30 arrive à Giglio :
Photo ANSA
 
Lundi 6 aout 2012, la coque du Concordia risque t’elle d’éclater ? :

Francesco Martinelli  ingénieux civil vient de soulever un problème d’une grande importance sur le renflouement du Concordia, et la technique employée par le consortium Titan/Micoperi…

D’après l’ingénieur, le fait que le Concordia soit dans l’eau depuis plusieurs mois, qu’il soit rempli à plus de la moitié d’eau, que les fenêtres, portes, etc. soient brisées risque de provoquer des fissures sur la coque et que celle-ci se déchire au moment où le navire sera redressé…

Pour Francesco Martinelli, le poids du navire est presque le double aujourd’hui, donc il faut d’abord souder des tôles sur toutes les ouvertures, vider le Concordia de l’eau qu’il contient et seulement là le redresser…

Cette inquiétude de l’ingénieur a été posée à la chambre des députés il y a quelques jours, car après le naufrage du 13 janvier il ne faudrait pas en rajouter une couche avec l’éclatement de la coque et tous les risques de dégâts matériels, écologiques et peut-être même humains qu’une telle erreur de calcul pourrait provoquer…

 
Vendredi 3 aout 2012, MICOPERI 30, est parti de la région des Abruzzes  :

Le navire-plateforme de type Crane Ship italien "MICOPERI 30", propriété de la société MICOPERI, est parti cette nuit à 3h30 du port d’Ortona (Ital), il doit arriver le vendredi 10 aout vers les 8 heures du matin à l’ile de Giglio…

Ce navire mesure 121 mètres de long, 29 mètres de large pour un poids de 6396 tonnes et 7764 de jauge brute, vitesse moyenne 5,8 nœuds…

Il peut travailler par mer agitée, il aura la mission dans un premier temps la pose des poteaux de sécurisation du Concordia, puis la construction de la plate-forme sous-marine qui réceptionnera le Concordia quand celui-ci sera redressé et la pose des 30 caissons…

L’année de construction de MICOPERI 30 est 1950, mais il possède toutes les dernières techniques en matière d’équipements pour les travaux marins et sous-marins…

Photo : Guiseppe Simonetti
 
Mercredi 1 aout 2012, vidéo officielle du retrait du Concordia :
Cette vidéo est fournie par le site Costa Croisières, pour nous expliquer les modalités du retrait du Concordia de l'ile de Giglio (Ital)...
 
Samedi 28 juillet 2012, pas de pollution à craindre agrès les première analyses  :

Mercredi 25 juillet, un liquide blanchâtre s’est échappé du Concordia, des prélèvements ont immédiatement été effectués par l’Arpat pour analyser l’origine...

Les premiers résultats indiquent qu’il s’agit d’un produit retardateur de feux que contiennent les canapés, les fauteuils, les literies, etc....

Les résultats de nouveaux prélèvements qui viennent d’être effectués devraient être connues d’ici mercredi 1er aout, mais pour l'heure il n'y a aucune raison de craindre une pollution…

 
Lundi 23 juillet 2012, fin du retrait du rocher et webcam :

Le retrait du rocher qui était encastré dans le Concordia s’est terminé aujourd’hui, pour le sortir du navire il a fallu le découper en trois parties.

D’un poids total de plus de 100 tonnes, il a été déposé sur le ponton "Vincenzo Cosentino", dans l’attente d’être placé dans un endroit sûr et sécurisé, et cela, pour les besoins de l’enquête.

Au terme de l’enquête il sera remis à la municipalité de l’ile de Giglio, en vu dans faire un mémorial aux victimes...

Vous découvrirez sur cette page un lien du site GiglioNews, qui vous permettra de suivre grâce aux images webcam, l’avancer des travaux de renflouement du Concordia...

 
Jeudi 19 juillet 2012, accident d'une barge Titan/Micoperi :
Une barge avec des déchets du Costa Concordia tirée par un remorqueur du consortium Titan/Micoperi a eu un accident à 1 mille de l’ile du Giglio, la cargaison serait tombée à la mer pour l’heure une partie aurait pu être récupéré. Pas d’information sur une éventuelle pollution marine...
 
Vendredi 13 juillet 2012, enlèvement du rocher :
Démarrage des travaux pour le retrait du rocher de presque 200 tonnes coincé dans le flanc du Concordia, pour cela il sera découpé en plusieurs morceaux. Un de ces morceaux servira de mémorial pour les victimes du naufrage et sera déposé sur le port de l'ile de Giglio...
Photo : The parbuckling project
Mercredi 4 juillet 2012, infos diverses :

383 tonnes c’est le poids exact de chacun des 30 caissons en acier qui seront fabriqués par le groupe Fincantieri de Gênes (Ital), pour un poids total de 11 500 tonnes...

Constructeur du Concordia qui mieux que se groupe pouvait être choisi par le consortium américano-italien Titan/Micoperi, pour construire ces caissons qui vont servir à redresser le navire.

D’après le consortium Titan/Micoperi, la structure du Concordia a été déformer donc fragilisé ce qui va être une épreuve supplémentaire, mais pas une inconnue dans son retrait.

Quand les caissons arriveront sur l’ile de Giglio, 15 seront fixés sur le coté bâbord du navire, rempli d’eau ils serviront avec l’aide d’un mécanisme de câbles hydraulique installer sur une plateforme mobile à redresser le Concordia sur la plateforme construite sous l’eau elle...

Ensuite quand le Concordia sera redressé sur sa plateforme, ils fixeront les 15 autres caissons sur le coté tribord du navire, là aussi remplis d’eau.

Au final, les caissons seront vidés de leurs eaux (préalablement traité pour éviter toute pollution), et le Concordia retrouvera grâce à ses caissons sa flottabilité et pourra être remorqué dans un port italien pour être démantelé.

Silvio Bartolotti représentant le consortium Titan / Micoperi, a souligné que le rocher sera retiré d’ici une quinzaine de jours, le poids du rocher a été revu à la hausse, en fait il est estimé à 200 tonnes et non pas 80 tonnes.

Le retrait du rocher n’aura aucune incidence sur la stabilité du Concordia, car celui-ci pèse plus de 44 000 tonnes.

Dans quelques jours arriveront de nouveaux navires pour la pose des poteaux qui servira à la sécurisation du Concordia, la construction de la plate-forme sous-marine où viendra se redresser le Concordia.

Mais avant cela, les premiers carottages seront effectués pour analyser la solidité du fond marin en vue de la construction de cette plate forme.

Le commissaire du gouvernement Franco Gabrielli a annoncé de son coté lors cette réunion à Florence (Ital), que le Concordia sera mis en totale sécurité au plus tard le 31 aout 2012, comme cela avait été prévu initialement.

Le redressement du Concordia se fera d’ici la fin du mois de décembre, pour un remorquage vers se qui semble acquis le port de Livourne début janvier 2012, où le Concordia sera démanteler.

La présidente de l’observatoire de l’environnement Maria Sargentini, c’est quant à elle dit soulagé de savoir que le navire saura sécuriser et qu’il pourra résister aux plus grosses tempêtes.

Le comité d’urgence était composé de, Rossi Enrico président de la région de Toscane, Sergio Ortelli Maire de l’ile de Giglio et divers représentants des autorités compétentes.

 
Mardi 3 juillet 2012, communiqué officiel Costa Croisières :

14h00 (CET)

Les chantiers navals Fincantieri remportent le contrat pour la construction des caissons 
Ce contrat prévoit la construction sur différents sites des chantiers navals Fincantieri, de 30 caissons étanches en acier qui serviront à redresser puis à remettre le navire à flot.

Dans le cadre du plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia, qui sera exécuté par le consortium italo-américain Titan-Micoperi retenu par Costa Crociere, Fincantieri a remporté un contrat d’une valeur de plusieurs dizaines de millions d’euros pour la construction de caissons étanches qui seront utilisés durant les opérations destinées à renflouer le navire.

Un total de 30 caissons en acier, d’un poids cumulé d’environ 11 500 tonnes, seront construits sur plusieurs sites des chantiers Fincantieri. 

Le plan d’enlèvement du Costa Concordia prévoit l’utilisation de ces caissons pour redresser puis remettre l’épave à flot, de manière à pouvoir la retirer en un seul tenant. 

Une fois le navire stabilisé, les caissons seront fixés sur la partie supérieure de la coque et progressivement remplis d’eau dans le cadre des opérations visant à redresser le navire. Le relèvement de l’épave sera effectué à l’aide d’un système de traction hydraulique de type « strand jacks » fixé sur une plateforme sous-marine. Une fois le navire redressé, des caissons remplis d’eau seront également fixés de l’autre côté de la coque, puis les caissons seront vidés pour remettre le navire à flot. L’épave sera alors prête à être remorquée vers un port italien. 

Entre-temps les travaux préliminaires destinés à préparer l’épave en vue de son enlèvement avancent, sur l’île du Giglio, conformément au calendrier prévu. Ceux-ci incluent la mise en place de charpentes en acier permettant de sectionner et d’enlever certaines parties extérieures du navire (l’antenne OVI SAT, les feux de tête de mât avant, le toboggan aquatique) et à faciliter l’étape suivante du plan de sauvetage. Les fonds marins sont par ailleurs inspectés régulièrement en perspective des opérations de nettoyage du site destinées à préserver l’environnement marin, lesquelles seront prioritaires une fois l’épave enlevée. Ces travaux préliminaires, qui devraient être terminés d’ici fin juillet, seront suivis par la phase de stabilisation du navire.

11h00 (CET)

En référence à l'article publié aujourd'hui dans le quotidien italien Corriere della Sera, Costa Crociere tient à préciser ce qui suit : La boîte noire (VDR) qui, selon l'article, serait tombée en panne le 9 Janvier, a en fait simplement diffusé un code d'erreur, ce qui ne signifiait aucunement que le dispositif était hors service, comme cela a été démontré par le fait que ses données étaient parfaitement en ligne avec les attentes des ingénieurs. Il n'existe pas de réglementation ou de convention internationale qui interdise à un navire de naviguer dans ces conditions. 

Selon nos informations, les données de la VDR ne corroborent pas l'affirmation selon laquelle les portes étanches étaient ouvertes en raison de problèmes sur le système de commande électrique martec, comme il sera précisé à l’issue de la phase actuelle de la procédure (audience préliminaire pour l’établissement des preuves). 

Enfin, en ce qui concerne les cartes marines: le navire était équipé de toutes les cartes, qu’elles soient imprimées ou électroniques, nécessaires pour l’itinéraire prévu, comme il sera démontré en fin d’audience préliminaire pour l’établissement des preuves. Il est du devoir du Commandant, sur la base de l’itinéraire – plan de voyage- qu’il établit lui-même, de vérifier que le navire reçoive toute carte marine nécessaire. Mais ce qui doit avant tout être gardé en mémoire, est que le navire n'aurait jamais dû naviguer si près de la côte.

 
Mercredi 27 juin 2012, un observatoire de surveillance mis en place :
 

Un observatoire de surveillance vient de s’installer sur l’ile de Giglio en vue de surveiller la bonne marche et la sécurisation de l’enlèvement de l’épave du Costa Concordia.

Cet observatoire a été mis en place grâce à l’ordonnance N° 4023 du conseil des ministres italien établi par décret par le Préfet Franco Gabrielli, commissaire du gouvernement nommé en urgence sur l’ile du Giglio.

Cet observatoire sera aussi présidait par la Régionde Toscane, il sera composer de Maria Sargentini agissant en tant que présidente et désignée par la Région Toscane, elle devra mener à bien le décret du Préfet Franco Gabrielli.

Elle sera aider dans sa tâche par Siro Corezzi du ministère de la Protection de l’Environnement de la Terre et de la Mer, de l’Amiral Stephen Tortora du département national de la Protection civile, Marcello Ceccanti chef de l’ARPAT, Massimo Luschi de la Province de Grosseto, Mario Pellegrini de l’ile de Giglio, Ennio Aquilino Pompiers dépendant du ministère de l’Intérieur, Danilo Giaquinto du ministère des Infrastructures et des Transports, Luigi Alcaro de l’ISPRA, le commandant Gianluca D' Agostino commandant général Harbour, Mauro Denys du ministère de la Santé, Eleanor Soggiu de l’ISS.

Leur rôle sera la surveillance et la bonne application du projet du retrait de l’épave du Costa Concordia présenté par Costa Croisière et les éventuelles modifications du retrait qui pourraient venir plus tard, mais qui devront rester dans la ligne de conduite du projet défini et approuver auparavant.

Ils seront aussi les seuls interlocuteurs mandatés par le Préfet Franco Gabrielli, avec Costa Croisières et le consortium Titan-Micoperi.

Marcello Ceccanti chef de l’ARPAT, continuera la surveillance des eaux entourant l’ile de Giglio, mais aussi la qualité de l’air et les nuisances sonores émises par le chantier pour le bon respect de l’environnement, de la population de l’ile et des touristes qui vont arriver dans les prochains jours.

La prochaine réunion aura lieu le 3 juillet 2012, sera à l’ordre du jour la planification des diverses interventions avant la fin du mois de juillet, et la mise en sécurité du Costa Concordia pour fin aout 2012.

Il est à noter que tous les frais engagés dans cette procédure de surveillance seront à la charge de Costa Croisières.

 
Mardi 19 juin 2012, le Toboggan pour les enfants de l'ile de Giglio :

Après le rocher qui devrait être déposé sur le quai du port de l’ile de Giglio, en vue de servir de mémorial aux 32 victimes du naufrage, c’est au tour du Toboggan et de la piscine du Costa Concordia d'être démonté et installé pour les enfants de l’ile de Giglio.

D’autres parties  du navire ont ou vont commencer à être démonté, comme l’arbre du navire, ou encore la cheminé avec l’emblème bleu sur fond jaune « C » de Costa croisières et cela dans le but de faciliter l’approche des barges de travail.

Le démantèlement de ce magnifique navire, longtemps fleuron de la compagnie Costa Croisières a bel et bien commencé.

 
Samedi 16 juin 2012, une bombe de la Seconde Guerre mondiale :

Une bombe de deux mètres de long et datant de la Seconde Guerre mondiale a été découverte proche du Costa Concordia, elle était à une profondeur de 53 mètres.

Les gardes cotes ont placé un périmètre de sécurité de 100 mètres autour de la bombe, dans l’attente qu’elle soit désamorcée.

Aucune décision n’a été apparemment prise en vu de l’arrêt des travaux pour le retrait du Costa Concordia.

 
Jeudi 14 juin 2012, arrivée de la plate forme :
La première plate forme du consortium Titan-Micoperi est arrivée sur place, elle mesure 40,5 mètres de long pour 28,65 mètres de large, elle est équipée de 4 pylônes de 47 mètres de haut pour 1,8 mètre de diamètre. Cette plateforme peut travailler jusqu’à 32 mètres de profondeur, elle va dans un premier temps servir à la pose des 60 poteaux pour l’ancrage du Costa Concordia.
 
Lundi 11 juin 2012, arrivé du premier navire du consortium Titan-Micoperi :

D’après le journal "La Nazione de Grosseto", le premier bateau du consortium et les techniciens deTitan-Micopéri devrait arriver demain ou mercredi dans le port de l’ile de Giglio.

Leur première mission sera de ce familiarisé avec l’ile et ses habitants, dans le but de créer le moins de nuisance possible surtout à l’approche des vacances estivales.

Son attendu aussi quatre experts mandatés par le juge d’instruction de Grosseto (Ital) "Valeria Montesarchio",  pour poursuivre l’enquête sur le naufrage du Costa Concordia.

La première des priorités sera de faire enlever l’énorme rocher encastré dans la coque du navire, pour analyser l’énorme brèche de presque soixante-dix mètres de long.

 
Samedi 2 juin 2012, début des travaux de déséchouage :
Le démarrage des travaux de déséchouage du Costa Concordia va bientôt commencer, après l'installation d'une partie du matériel et des bâtiments modulaires qui serviront de base logistique sur le port de Livourne (Ital).
 
Samedi 19 mai 2012, modalités du retrait du Concordia :

Le consortium italo-américain Micoperi et Titan Salvage a présenté hier à Rome (Italie), les modalités du retrait du Costa Concordia de l’ile de Giglio.

Pour les représentants du consortium, ce retrait "est un défi gigantesque, qu’aucune entreprise à ce jour n’a effectué dans le monde". Ils ajoutent que pour eux "la protection de l’environnement aura la plus haute priorité dans toutes les phases de travail."

Le retrait du Costa Concordia et le nettoyage de la cote et des fonds marins sont prévus pour le mois de mai 2013, mais le consortium n’exclut pas un retrait pour le début 2013, "Nous pensons que nous pouvons le faire pour février 2013", a souligné le porte-parole du consortium.

Les travaux de déséchouage démarreront la semaine prochaine, par la mise en sécurité du navire, qui devrait se terminer au mois d’aout 2012, dans le but d’éviter que celui-ci glisse vers le fond marin.

La sécurisation sera basée sur la mise en place de 60 poteaux plantés côté littoral, pour attacher le Costa Concordia et les plates-formes submergés qui serviront au déséchouage.

En amont un travail sera effectué sur le déplacement des coraux et des anémones, qui seront placés dans des aquariums géants, dans l’attente de la fin des travaux.

Gianni Onorato, le directeur général de Costa Croisières a déclaré aussi que le montant de l’opération est de l’ordre de 300 millions de dollars (236 millions d’euros).

Les représentants du consortium sont, Richard Habib directeur exécutif de la société américaine Titan Salvage et Silvio Bartolotti, patron de la société Micoperi.

Richard Habib a déclaré "L'ampleur de l'opération est sans précédent. Nous sommes confiants que nous serons en mesure de la mener à bien".

La Compagnie Costa avait lancé un appel d'offre début février 2012, pour enlever l'épave du Costa Concordia de l'Ile de Giglio (Italie).

Les 10 sociétés à qui l'appel d'offre était destiné : Smit Salvage, Svitzer Salvage, Mammoet Salvage, Titan Salvage, Resolve Marine Group, T&T Marine Salvage, Donjon Marine, Tito Neri, Fukada Salvage & Marine Works, The Nippon Salvage.

Ci-dessous le mode de récupération du Costa Concordia.

Renflouage ou plutôt déséchouage du navire :

Je retiendrai plutôt déséchouage que renflouage, car le Costa Concordia s'est échoué et n'a pas coulé, le mode d'enlèvement est différent, un (déséchouage) utilise la récupération, l'autre (renflouage) utilise généralement la destruction sur place sans trop de douceur pour le navire, souvent aux moyens d'explosifs.

Pour déséchouer un navire, on utilise le principe d’Archimède, selon lequel un navire flotte si le volume d’eau dont il prend la place a un poids supérieur à son propre poids.

La technique choisie par le consortium Titan Salvage et Micoperi sera pour déséchouer le Concordia assez lourde :

  • * Déplacement des coraux et des anémones, qui seront placés dans des aquariums géants, dans l’attente de la fin des travaux.
  • * Plantation de 60 poteaux pour attacher le Concordia avec des haussières d'acier afin d'éviter qu’il glisse et coule dans la fosse de 80 mètres de profondeur.
  • * Renforcement de la quille du Concordia à l'aide de plaques d'acier soudées.
  • * Pose de sacs de ciment et de sable (coulis) sous la quille pour aider le redressement du Concordia.
  • * Réparation par soudage de plaques d’acier sur l’immense déchirure de 70 mètres de long, provoquée par le rocher lors de l’accident.
  • * Installation d'une plate-forme sous marine à une profondeur de 20 mètres, longue de 400 mètres et large de 40 mètres.
  • * Pose de caissons coté bâbord du Concordia remplient d'eau de mer qui aiderons les grues à faire basculer le Concordia et à le maintenir à flot.
  • * Redressement du Concordia à l’aide de grues géantes fixé sur des pontons pour que la quille du Concordia repose sur la plate-forme.
  • * Pose de caissons coté tribord du Concordia remplient d'eau de mer, qui maintiendront le Concordia à flot avec les caissons bâbord.
  • * Pompage de l'eau de mer qui se trouve dans le Concordia, avec traitement et purification avant le rejet dans la mer..
  • * Vidange de l'eau de mer qui se trouve dans les caissons bâbord et tribord après là aussi un traitement et une purification de l'eau pour protéger l'environnement. L'eau de mer sera remplacer par de l'air, ce qui aura l'effet de lever le Concordia de sa plate-forme et de le mette en position de flottaison.
  • * Quand le Concordia retrouvera sa position de flottaison, il sera remorqué dans un port italien où il devrait être démantelé. Je pense que la décision du démantèlement ne sera prise qu'après expertise de la structure du Concordia et du coût (si celle ci n'a pas trop souffert) de la réparation du navire.
  • * Restera à nettoyer la cote et les fonds marins, réimplanter les coraux et anémones qui auront été conservés dans des aquariums géants.

Au mois de février 2013, ou au plus tard au mois de mai 2013, l’ile de Giglio retrouvera son aspect normal.

Si la récupération du Concordia s’effectue sans incident, cela sera un exploit historique pour la récupération de ce type de navire de 114 500 tonnes, et placera le consortium Titan Salvage et Micoperi numéro 1 mondial dans ce type d'opération.

 
Vendredi 18 mai 2012, communiqué officiel Costa Croisières :

Rome, le 18 mai 2012 – En présence du Commissaire Délégué à l’Urgence Costa Concordia, Franco Gabrielli, Costa Croisières et le consortium italo américain Titan-Micoperi, attributaire de l’appel d’offres chargé de l’exécution des opérations, ont présenté leur plan d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia.
 
 Suite à la conférence décisionnelle convoquée le 15 mai par le Commissaire, au cours de laquelle les autorités compétentes ont délivré les permis nécessaires, les travaux commenceront dans les jours qui viennent pour une durée d’environ 12 mois.
 
 Titan Salvage, filiale de Crowley Group, est une entreprise américaine, leader mondial dans le sauvetage maritime et l’enlèvement d’épaves. Micoperi est une entreprise italienne de renom possédant une longue expérience en construction et ingénierie sous marine. 
 
 La priorité du plan de renflouement de la coque est de minimiser l’impact environnemental, de protéger les activités touristiques et économiques de l’île de Giglio et d’assurer la sécurité des opérations. 
 
 La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée de cette opération de sauvetage exceptionnelle et inédite. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore sous-marine. 
 
 Le plan comprend également des mesures de sauvegarde des activités touristiques et économiques de l’île de Giglio. La présence des équipes de renflouement n’aura aucune incidence significative sur la disponibilité hôtelière pendant la période estivale. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, sur le continent à proximité de Piombino, où seront réceptionnés les appareils ainsi que les matériels, afin d’éviter tout impact sur les activités du port de l’île. 

Les opérations seront divisées en quatre phases :
 • après stabilisation du navire, une plate-forme sous-marine sera érigée ; des caissons, pouvant être remplis d’eau, seront fixés sur le côté émergé du navire.
 • deux grues fixées à la plate-forme relèveront le navire, aidées en cela par les caissons qui seront remplis d’eau.
 • une fois le navire relevé, des caissons seront également fixés de l’autre côté de la coque.
 • les caissons des deux côtés seront ensuite vidés, après traitement et purification de l’eau de façon à protéger l’environnement maritime, et remplis d’air. 
 
 Au terme du renflouement, l’épave sera remorquée vers un port italien et pris en charge conformément aux exigences des autorités italiennes. 
 
 Ce plan a été retenu par une équipe d’évaluation composée de spécialistes de Costa Croisières, de Carnival Corporation & plc, de London Offshore Consultants et de Standard P&I Club, avec la collaboration du Registre Naval Italien et des chantiers navals Fincantieri ; il répond, en effet, aux principaux objectifs de l’opération : enlèvement de l’épave dans sa totalité, minimisation des risques, impact minimum sur l’environnement, protection du tourisme et de l’économie de l’île de Giglio et sécurisation maximale des opérations. 
 
 « Dès les premières heures suivant l’accident, Costa Croisières a engagé l’ensemble de ses ressources, de ses compétences professionnelles et de son organisation afin de minimiser l’impact de l’épave sur l’environnement et, en particulier, sur l’île de Giglio. a déclaré Gianni Onorato, Directeur Général de Costa Croisières S.p.A. « Comme pour l’opération de pompage du carburant, nous avons tout mis en œuvre pour trouver la solution la plus efficace et la plus sûre afin de protéger l’île, son environnement maritime et ses activités touristiques. Nous entamons aujourd’hui une opération de sauvetage inédite par ses caractéristiques et par sa complexité technique. Un projet de cette envergure s’accompagne inévitablement d’imprévus, mais nous ne doutons pas d’avoir pris la bonne décision ; nous continuerons à tout mettre en œuvre pour mener cette opération à son terme dans les délais. » 
 
 « Nous sommes très heureux d’avoir été choisis pour réaliser cette opération exceptionnelle d’enlèvement de l’épave du Costa Concordia. Nos compétences techniques et notre expérience dans ce domaine nous ont permis de présenter un projet répondant à toutes les exigences », déclare Richard Habib, Président de Titan Salvage. « Notre priorité sur cette opération est la préservation de l’environnement et de l’habitat naturel. » 
 
 « Nous avons toujours pensé que le professionnalisme de notre société et que son expérience dans le sauvetage sous-marin et les opérations de récupération convenaient parfaitement à cette opération de sauvetage », déclare Silvio Bartolotti, Directeur général de Micoperi. Notre sélection est une puissante démonstration de la qualité et de la capacité des sociétés italiennes à gérer ce type de projets délicats et inédits.

 
Vendredi 18 mai 2012, préparation de la base logistique :
D'après une information que nous avons reçu du port de Piombino qui se situe dans la province de Livourne (Italie) les sociétés Titan Salvage et Micoperi commenceraient à préparer la base logistique pour le retrait de l’épave du Costa Concordia, les autorités italiennes ont donné leurs accords pour la technique choisie par Costa Croisières.
 
Samedi 21 avril 2012, communiqué officiel Costa Croisières :

Costa Croisières et le Bureau du Commissaire délégué à l’urgence annoncent que l'appel d'offres pour l'enlèvement de l'épave du Costa Concordia a été remporté par la société Titan Salvage, en partenariat avec la société italienne Micoperi. Les opérations, qui doivent encore recevoir l'aval des Autorités Italiennes, débuteront en mai 2012, et devraient durer environ 12 mois.
 
 Titan Salvage est une société américaine filiale de Crowley Group, leader mondial dans le renflouement d'épaves. Micoperi est une société italienne spécialisée, qui bénéficie d'une longue expérience dans la construction et l'ingénierie sous-marine. 
 
 La protection de l’environnement sera la priorité n°1 pendant toute la durée des interventions. Les opérations de renflouement laisseront place au nettoyage des fonds et à la reconstitution de la flore marine. 
 
 Ce plan prévoit également des mesures pour protéger le tourisme et l'économie de l’île du Giglio. La présence des équipes de renflouement n'aura aucune incidence significative sur l'activité estivale de l’île. La base opérationnelle sera installée hors de l’île, non loin de Civitavecchia, où seront réceptionnés les appareils ainsi que le matériel nécessaires aux interventions, afin d'éviter tout impact sur les activités du port touristique du Giglio. 
 
 Une fois remise en état de flotter, l'épave sera remorquée dans un port italien. Toute décision ultérieure concernant l'épave sera prise conformément aux demandes des Autorités italiennes. 
 
 Ce plan a été choisi par un comité technique d'évaluation, composé d'experts mandatés par Costa Croisières, Carnival Corporation & plc, London Offshore Consultants et Standard P&I Club. Malgré la qualité des 6 projets transmis avant la date butoir du 3 mars 2012, le comité technique d'évaluation a sélectionné celui présenté par Titan Salvage/Micoperi dans la mesure où il répond davantage aux principales conditions requises : enlèvement de l'épave dans sa totalité ; risque et impact environnemental minimums ; protection des activités touristiques et économiques de l’île du Giglio ; sécurité maximale des interventions.

 
Samedi 21 avril 2012, Titan Salvage et Micoperi :

Pier Luigi Foschi, président et administrateur délégué Costa Croisières a donné le nom des deux sociétés spécialisées dans la récupération d'épaves, qui seront chargées de renflouer le Costa Concordia, se sont la société américaine Titan Salvage et la société italienne Micoperi.

Démarrage des travaux de renflouement mai 2012, après acceptation des autorités Italiennes, pour un achèvement de la récupération du navire, nettoyage des fonds marins et remise en état de la côte de l’ile de Giglio au plus tard en mai 2013.

D'après l'agence de presse italienne ANSA, Carnival Corporation et Costa Croisières n'ont pas pris de décision définitive sur l'avenir du Costa Concordia, la seule chose que l'on sait aujourd'hui c'est que le navire sera remorqué dans un port italien.

Il est vrai que l'estimation financière du retrait du navire est de l'ordre de 288 millions d'euros, ce rajoute le coût du navire en lui même presque 500 millions d'euros, à cela il faut déduire le remboursement des assurances, et la vente du navire au poids de la ferraille et des divers métaux.

La balance entre le réparer ou en construire un neuf peut se poser, la réponse dans un an !

 
Jeudi 5 avril 2012, renflouement du Concordia :

Le site internet "Mer et Marine" dans son article d'aujourd'hui nous informe un peu plus sur la manière donc va procéder la ou les entreprises pour enlever le Concordia de l’ile de Giglio (Ital).

En premier lieu, la décision a été prise que le Concordia sera renfloué en entier et remorquée jusqu’au port de Gênes (Ital).

Mais pour cela il va falloir procéder à de gigantesques travaux de préparation qui dureront plusieurs mois pour un coût estimé à 288 millions de dollars.

D'abord, l’énorme fissure de plusieurs dizaines de mètres de long sera rebouchée à l’aide de plusieurs plaques d’aciers qui seront soudées à la coque.

Il faudra ensuite procéder à l’étanchéité de cette partie du navire, pour qu’il puisse flotter.

Ensuite injecté de l’air pour évacuer toute l’eau qui s’est infiltrée à l’intérieur du navire.

Au final, mettre en place d’énormes grues qui seront peut-être aidées par d’énormes ballons gonflés à l’air.

Elles redresseront le navire pour le remettre à flot et permettre aux remorqueurs de ramener le Concordia jusqu’au port de Gênes (Ital).

Cette solution est la plus chère, la plus délicate, mais la plus juste et la moins risquée pour le Parc marin de Toscane et son environnement.

La ou les entreprises qui seront choisies seront connues dans quelques jours, normalement le 20 avril, pour une confirmation de démarrage des travaux de renflouement au mois de mai.

Travaux qui dureront une année, si tout se passe bien le Concordia devrait revoir sa ville et son port de naissance au mois de mai 2013.  

Le nom des dix sociétés susceptibles de se voir attribué le marché : les armements Donjon Marine, Fukada Salvage & Marine Works, Mammoet Salvage, Nippon Salvage, Resolve Marine, Smit, Svitzer, T&T Marine, Titan, et Tito Neri...

 
Mardi 3 avril 2012, retrait du Concordia :
Gianni Onorato directeur général de Costa Croisières a annoncé aujourd'hui en conférence de presse à Savone (Ital) que le Concordia sera enlever de sa position actuelle de l'ile de Giglio (Ital) au plus tard au printemps 2013.

Actuellement, la direction Costa Croisières a eu trop à s'occuper des passagers, membres d'équipages et victimes du naufrage, que de s'occuper du navire en lui même.

Mais Gianni Onorato, souligne que toutes les matières polluantes pouvant être retirées l'ont été !

En premier le carburant donc les réservoirs du navire sont vide depuis le 23 mars, et que depuis quelques jours a commencé le nettoyage des fonds marins.

L'entreprise chargée de retirer le Concordia sera connue le 20 avril 2012.

De son coté Franco Gabrielli le commissaire spécial pour les catastrophes maritimes, à pour sa part annoncer que les préparatifs de remorquage et de déchargement du navire commenceront au mois de mai 2012...

 
Vendredi 23 mars 2012, fin du pompage du carburant :

Résumer du déroulement du pompage des 2.380m3 de carburant des 16 réservoirs du Costa Concordia par la société Smit Salvage BV et la société italienne Tito Neri srl.

Le démarrage du pompage a eu lieu le dimanche 12 février 2012 à 17h, pour se terminer le vendredi 23 mars.

Pour éviter de déséquilibrer le navire, et de le faire glisser, le carburant a été remplacé au fur et à mesure par de l’eau.

 
Mardi 20 mars 2012, légère pollution et retrait du Concordia :

D’après le site actu-environement.com, la catastrophe écologique a été pour l’instant évitée, mais vu qu’il reste encore entre 20 et 30% de carburant dans les réservoirs du Costa Concordia, il vaut mieux ne pas se prononcer trop vite et attendre la fin du pompage qui devrait intervenir fin mars.

Mais d’après Greenpeace, les matières organiques dégager par l’alimentation et les boissons qui se trouvent à bord du navire provoque une contamination mineure d’azote ammoniacal, mais il y a aussi d’après leurs relevés une contamination chimique du aux produits de nettoyages stockés à bord.

En ce qui concerne le retrait de l’épave, la société néerlandaise BOSKALIS propose un renflouement total du Costa Concordia, mais c’est la méthode la plus chère, avec un remorquage jusqu’à un chantier naval de démantèlement, le coût est estimé à plus de 100 millions d’euros.

Les 5 autres sociétés proposent-elles de découper sur place les ponts hauts qui sont les plus légers, de renflouer la coque et là encore de la remorquer jusqu’à un chantier naval de démantèlement.

La réponse de Costa Croisières sur le choix de la société qui aura le marché, devrait intervenir fin mars début avril, pour une opération qui devrait durée entre 10 et 12 mois...

 
Jeudi 15 mars 2012, vol de la cloche du Concordia :
Rien n'arrête les voleurs, même pas le respect des victimes qui sont encore dans les entrailles du Costa Concordia. Il y a quelques jours les autorités italiennes voulant garder le silence le temps de mener l'enquête selon l'agence de presse ANSA, ont constataient la disparition de la Cloche du navire. Cette Cloche pesait environ une dizaine de kilos et pas facile à atteindre sans équipement spécial, et surtout sans autorisation des Policiers qui sont en permanence sur place.
 
Samedi 10 mars 2012, le Concordia a été déclaré en perte totale :

Lors d’une réunion qui s’est tenue le mardi 6 mars 2012, le Président de Costa Croisières Pier Luigi Foschi, a informé le Préfet de Grosseto (Ita) Franco Gabrielli, la protection civile et le commissaire pour le naufrage du Costa Concordia, de l’avancer des appels d’offres concernant le retrait de l’épave.

Sur les 10 appels d’offres internationaux lancés, 6 plans opérationnels ont été soumis donc un de l’union de deux sociétés expertes en ce domaine.

Les 6 projets d'enlèvement de l'épave présentent des manières différentes de méthodologies et de hautes techniques pour protéger un maximum l’environnement naturel de l’ile du Giglio (Ita), mais supérieur en durée de temps à ce qui était prévu au départ (7 à 8 mois).

Là les sociétés font une estimation de 10 à 12 mois, ce qui est largement supérieur et  qui peut inquiéter les habitants de l’ile du Giglio (Ita), sur les risques d’impacts de l’épave sur l’environnement naturel.

Une première short list des sociétés qui peuvent se voir attribuer le marché sera donné dans quelques jours, pour une décision finale sur la société qui sera mandatée à la fin du mois de mars.

Déclaré perte totale par les assurances, le Costa Concordia ne sera pas réparé, la réparation couterait beaucoup plus cher que de construire un nouveau navire.

Greenpeace, rentre dans le jeu et s’inquiète de la pollution que crée l’épave aujourd’hui, même si cette pollution n’est pas dû au carburant du navire qui lui continu à être pompé.

Mais à une quantité anormale d'azote ammoniacal qui a été relevée, et qui varie de 2,04 microgrammes (mg) à 2,12 mg par litre d'eau de mer alors que la limite supérieure est de 0,066 mg/l, ceci serait dû principalement aux matières organiques des aliments et boissons qui se trouvent encore à bord du navire...

 
Lundi 13 février 2012, début du pompage du carburant :
Le début du pompage des 2400 tonnes de mazout présent dans les 6 réservoirs du Costa Concordia a démarré hier dimanche 12 février. Ce matin à 9h30 la vidange du premier réservoir contenant 103 m3 c'est terminée.

Pier Luigi Foschi Président et Administrateur délégué Costa Croisières, présent sur l'ile du Giglio a assuré que les modalités concernant le retrait de l'épave du Costa Concordia devraient être connu à la mi-mars. Il a rassuré aussi les habitants par rapport à l'impact sur la saison touristique...

 
Jeudi 2 février 2012, appel d'offre pour le retrait du Concordia :
La Compagnie Costa a lancé un appel d'offres pour enlever l'épave du Costa Concordia de l'Ile de Giglio (Italie), sachant qu'il faut protéger un maximum l'environnement naturel de toute pollution.

Les 10 sociétés à qui l'appel d'offres est destiné sont : Smit Salvage, Svitzer Salvage, Mammoet Salvage, Titan Salvage, Resolve Marine Group, T&T Marine Salvage, Donjon Marine, Tito Neri, Fukada Salvage & Marine Works, The Nippon Salvage.

Reste toujours en suspens le sort qui sera réservé à l'épave du Costa Concordia, d'après des spécialistes en la matière, la structure du navire qui est couché à 80° et qui subit les assauts de la mer a énormément souffert. Donc il y a très peu de chance que le Costa Concordia reprenne du service un jour.

Quant a son démantèlement sur place, rien n'est moins sûr non plus, car il faut à tout pris protéger la faune marine de toute pollution, qu'entrainerait un démantèlement sur place...

Il faudra compter entre 7 et 10 mois pour que l'épave soit retirée de l'ile du Giglio (Italie)...

 
Jeudi 26 janvier 2012, l'état d'urgence publié au journal officiel :

Ce jour est paru au Journal officiel N° 21 le décret N° 3998, confirmant la nomination de Franco Gabrielli chef du ministère de la protection civile, sous commissaire de l’état d’urgence pour le retrait du Costa Concordia et cela suite au naufrage de ce dernier le vendredi 13 janvier 2012, sur la côte de l’ile de Giglio (Toscane)...

Son rôle sera la coordination des interventions visant à faire face à ce naufrage, de contrôler la bonne exécution du retrait de l’épave par l’armateur Costa Croisières et cela dans le respect des normes de sécurité et dans le respect de l’espace naturel environnant. Franco Gabrielli aura le pouvoir de remplacer la personne en charge du retrait de l’épave s’il ne respecte pas le cahier des charges défini par le conseil des ministres…

Franco Gabrielli commissaire adjoint a mis immédiatement en place un comité avec fonctions consultatives, composé du Maire de l’ile de Giglio, du préfet de Grosseto, de représentants de la région de Toscane, de représentant des ministères de l’Environnement et des Infrastructures des transports Italiens. Il aura le pouvoir aussi de créer un comité technique qui sera composé, d’experts scientifiques dans les domaines de la protection de l’environnement et de la récupération de navires…

Comme le prévoit l’article 11, paragraphe 4, de la loi N° 979 du 31 décembre 1982. Est activé le plan d’urgence national pour la protection contre la pollution d’hydrocarbures ou toutes substances nocives causées par des accidents maritimes…

 
Mardi 24 janvier 2012, début du pompage du carburant par la société SMIT Salvage :
La société Néerlandaise SMIT Salvage a débuté ce jour les préparatifs pour le pompage des 2 400 tonnes de carburant présent dans les 23 réservoirs du Costa Concordia, le pompage devrait durer une trentaine de jours...
 
Vendredi 20 janvier 2012, Mario Monti déclare l'état d'urgence :
Le président du conseil des ministres Mario Monti, déclare par le décret Nº 3998, l’état d’urgence suite au naufrage du Costa Concordia sur la côte de l’ile de Giglio en Toscane. Une réunion ministérielle nomme Franco Gabrielli chef au ministère de la protection civile, sous commissaire de l’état d’urgence...
 
Les informations proviennent des autorités italiennes, de Costa Croisières, de Titan Salvage, de Micoperi, des agences de presses - Tous droits réservés...
Grazie a tutti voi, "Costa Crociere, SMIT Salvage, Titan Salvage, Micoperi, le autorità italiane, i media Italiano, Inglese, Francese, Tedesco," per la vostra cortese partecipazione nella creazione di questo sito, in memoria del naufragio della Costa Concordia...
 
Haut de page

Marco Mannella

Contact site et mentions légales