Le naufrage du Costa Concordia
 

 

 

 

 

 

 

 

Les actualités 2014

201220132014201520162017
 
Vendredi 5 décembre 2014, Sergio Ortelli répond au consultant de Costa Croisières :

Le maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli a répondu aux propos du consultant de Costa Croisières qui a témoigné le lundi 1er décembre au procès : "Sur la base de l'examen du consultant de Costa, il est vrai que l'île de Giglio a récolté des gains suite au naufrage, il est à espérer de ne pas être frappé par une nouvelle tragédie. Cependant, puisque nous croyons que ces données ne représentent pas la réalité des choses, nous attendons que soit rendu le jugement du tribunal pour mettre fin à cette triste histoire. Les gigliesi méritent beaucoup plus de respect de la part de la responsabilité civile."

Pour Giuliano Noci professeur en gestion économique et en ingénierie à l'École polytechnique de Milan (I) et consultant pour Costa Croisières a déclaré que l’impact économique du naufrage sur l’île de Giglio et sur la Région toscane a été positif : "L'impact économique du naufrage a été positif et la gestion de l'accident a produit de la richesse pour l’île de Giglio. Cela n'a pas changé de quelque manière que ce soit l’attractivité touristique. Après la récupération de l'épave, il y a eu un impact économique positif de 20 millions d’euros sur Giglio et de 500 millions sur l'Italie. Pour les sociétés par exemple, le chiffre d'affaires était en hausse de 25% de 2011 à 2012 et de 30% de 2012 à 2013. Tant et si bien que le Consortium Giglio qui a agi avec l'appui de Titan / Micoperi, né en 2012 à la suite du naufrage à fait en 2013 un chiffre d'affaires de quatre millions d'euros. Je voudrais enfin dire que l’image de l'île a été légèrement ternie par l'incident et pendant une courte période. Certes, ce n’était pas bon, mais il y a eu seulement une réduction limitée de l’attractivité touristique sur l’île pour la période de temps où l'épave est restée là. L'île est maintenant sur la voie de la pleine récupération et se tourne vers une notoriété accrue et la reconnaissance de la générosité de ses habitants."

 
Samedi 29 novembre 2014, les travaux de restauration débutent à Giglio :
Hier vendredi a été signé à Gênes (I) le contrat des travaux de restauration environnementale de l’île de Giglio (I) entre Costa Croisières, les sociétés d’assurances et MICOPERI Ravenne. Les travaux consisteront en la remise en état du site des travaux, l’élimination des débris et déchets et la suppression des sacs de coulis (mortier). Le démontage et retrait des plateformes est toujours en cours de discussion entre Costa Croisières et le ministre de l’Environnement. Les travaux débuteront la semaine prochaine pour se terminer fin 2015.

Entre 50 et 150 personne (techniciens, plongeurs, personnels navigants, etc.) vont travailler pendant un petit peu plus d’un an à la restauration des lieux du naufrage et du chantier de renflouement. Costa Croisières va payer 85 millions d’euros pour ces travaux.

 
Vendredi 21 novembre 2014, la polémique continue autour des plateformes :

Il était prévu que la barge MICOPERI 30 revienne à Giglio (I), dans le but de retirer les six plateformes qui ont servi au retrait du Costa Concordia, mais comme sœur Anne on ne voit rien venir ! Le ministre de l’Environnement italien en collaboration avec le président de la région toscane et Costa Croisières et qui suivent les directives européennes veulent supprimer les plateformes.

De son coté l’Association Nationale en mémoire du Concordia en collaboration avec la municipalité de Giglio continus de rechercher des solutions pour garder les six plateformes et en faire un mémorial. Une réunion dans ce sens est prévue à Gênes (I) le 25 novembre avec des experts et des représentants du gouvernement italien et de la région Toscane. Dans l’attente de cette décision définitive, l’Association Nationale en Mémoire du Concordia a proposé de donner un nom à chaque plateforme.

N° 1, "Rej Moreno" la plateforme du roi, la n°2, "Academy" la plateforme de la science, la n°3, "Gymnasium" la plateforme du sport, la n°4, "Factories" la plateforme des entreprises, la n°5, "Concordia Guiseppe Girolamo" la plateforme des victimes, la n°6, "History" la plateforme de l’histoire du naufrage.

En détail :

Rej Moreno, la plus grande des plateformes et qui se trouve au centre sera dédiée à tous les plongeurs professionnels ou non morts en plongée dans le monde.

Academy, elle sera utilisée par les scientifiques internationaux pour les recherches biologiques, médicales, climatologiques, etc.

Gymnasium, elle sera utilisée par tous les clubs de plongées civils ou militaires mondiaux pour s’entraîner ou apprendre la plongée.

Factories, sera dédiée à toutes les entreprises et personnes qui sont intervenues sur le site, avec les noms et logos de chaque intervenant.

Concordia Guiseppe Girolamo, elle sera dédiée à toutes les victimes du naufrage, avec l’inscription de leurs noms. Pourquoi le nom de Guiseppe Girolamo ?  Il était un des musiciens du Costa Concordia, il avait 30 ans, il était originaire de Alberobello (I). Il est mort pour avoir fait un geste de bravoure en donnant sa place sur un canot de sauvetage à un enfant. Un enseignant de Naples (I) Antonio Nisita a décidé de faire une pétition et de l’envoyer au président italien Giorgio Napolitano et au ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano, cette pétition a pour but de faire que Giuseppe Girolamo reçoive à titre posthume la Médaille d’Or pour acte de bravoure civil.

History, elle sera dédiée à l’histoire du naufrage, un tableau récapitulera les faits de cette tragique nuit de janvier 2012.

Pour les personnes qui ne pourront pas plonger, un musée mémorial est aussi prévu sur le port. Grazie GiglioNews

 
Mercredi 19 novembre 2014, le tweet du président de la région toscane :
Enrico ROSSI a répondu sur sa page Twitter à une question d’un internaute : "Évaluer les poursuites contre Schettino ? Si dans cette histoire il n’y avait pas eu 32 morts et de graves dommages à l'environnement, ce serait drôle."
 
Mercredi 12 novembre 2014, le professeur de l'Université de la Sapienza suspendu deux mois :
Vincenzo Mastronardi, professeur en criminologie de l’Université de la Sapienza à Rome (I), qui avait invité Francesco Schettino pour participer à un cours sur le profilage d’une scène de crime a été suspendu pour deux mois. Le professeur a décidé de faire appel de cette sanction. Mario Racco l’avocat de Vincenzo Mastronardi n’a pas souhaité commenter cette sanction.
 
Samedi 8 novembre 2014, pas de pont 13 sur le Costa Diadema :
Pour des raisons de superstition chez les marins le Costa Diadema n’a pas de pont 13, et cela suite au jour du naufrage du Costa Concordia le 13 janvier 2012.
 
Mardi 4 novembre 2014, communiqué de presse du maire de l'île de Giglio après la découverte du corps de Russel :
Le maire de Giglio Sergio Ortelli a souhaité faire une déclaration publique sur la découverte du corps de Russel Rebello : "Toute la communauté de l’île de Giglio se regroupe aujourd'hui pour embrasser fortement Kevin et sa famille et exprime sa profonde sympathie. La découverte de Russell, en attendant les enquêtes médico-légales finales, était un engagement que nous devions nécessairement tenir pour qu’enfin le corps de la dernière victime d'une tragédie absurde revienne à sa famille. Les recherches n'ont jamais cessé pendant ces longues années. Kevin a été par son comportement toujours équilibré, jamais excessif, un exemple de dignité, il a notre humaine et sincère affection. Pour lui, comme pour toutes les autres familles des victimes, ainsi que tous les naufragés les portes de Giglio resteront toujours ouvertes."
 
Lundi 3 novembre 2014, le corps de Russel a été retrouvé :

Le corps de la dernière victime Russel Terence Rebello le membre d’équipage du Costa Concordia aurait été retrouvé sur le pont 8 du navire. Le médecin légiste Marco Canepa serait sur les lieux .

Le procureur de Gênes (I) confirme la découverte du corps de Russel, vers les 12 h 30 sur le pont 8 "Portugal" dans une cabine par des ouvriers en charge du démantèlement. Pour information le pont 8 est le pont où se trouve la passerelle de commandement !

Le corps de Russel était dans une cabine sous des meubles renversés et ce sont des techniciens du consortium San Giorgio del Porto et Saipem qui l'ont découvert.

La cabine côté tribord où a été découvert le corps de Russel était inaccessible aux plongeurs du fait qu’elle avait été écrasée sur les rochers au moment où le Costa Concordia s’est couché.

Kevin le frère de Russel a publié un message sur la page Facebook dédiée à son frère en voici une partie :

"Le corps de mon frère cadet Russel Rebello a finalement été trouvé sur le pont 8 dans une cabine de l’épave du Concordia, qui le gardait depuis plus de 1025 jours. Je n’ai pas de mots pour exprimer, juste ma douleur et mes larmes, mon cœur battant plus fort et mon corps tremblant, quand j’ai annoncé la nouvelle à mes parents il y a quelques instants, qui ont eu un soupir de soulagement, nos prières journalières ont été entendues. Merci à tous ceux qui ont prié et cru pour qu’un jour il soit retrouvé. Maintenant, nous attendons le test ADN et les procédures pour donner à Russel son dernier lieu de repos avec honneur, respect et un accueil en « HEROS ». Inde nous arrivons, avec Russel Rebello."

 
Lundi 27 octobre 2014, une statue en mémoire au naufrage :
Une statue en bronze de 3 m de haut créée par le sculpteur Giampaolo Talani, en mémoire au naufrage du Costa Concordia, à la bravoure des habitants de l’île de Giglio, des sauveteurs et des entreprises qui sont intervenues a été installée sur le port de l’île de Giglio (I). Grazie Giglio News.
 
Mardi 21 octobre 2014, la Médaille d'Or pour bravoure à Giuseppe Girolamo :

Giuseppe Girolamo était un des musiciens du Costa Concordia, il avait 30 ans, il était originaire de Alberobello (I). Il est mort pour avoir fait un geste de bravoure en donnant sa place sur un canot de sauvetage à un enfant. Un enseignant de Naples (I) Antonio Nisita a décidé de faire une pétition et de l’envoyer au président italien Giorgio Napolitano et au ministre de l’Intérieur italien Angelino Alfano, cette pétition a pour but de faire que Giuseppe Girolamo reçoive à titre posthume la Médaille d’Or pour acte de bravoure civile :

"Giuseppe Girolamo âgé de trente ans, qui pour vivre de sa passion, avait accepté de travailler sur le Costa Concordia en tant que musicien.

Le 13 janvier 2012, le Costa Concordia a terminé sa route sur un rocher en essayant de passer bêtement à quelques centaines de mètres de la rive. Les personnes à bord étaient en train de dîner. Giuseppe avec son groupe jouait.

Lorsque l'ordre a été donné d'abandonner le navire, alors qu’il penchait d'un côté et qu’une partie des embarcations de sauvetage n’étaient plus utilisables. Giuseppe, a alors décidé de laisser sa place dans l'embarcation de sauvetage à un enfant.

Ce jour-là, une trentaine de personnes, dont Giuseppe Girolamo, sont mortes. Le 22 mars, deux mois après le naufrage, son corps a été retrouvé.

Mon nom est Antonio, j'ai enseigné pendant de nombreuses années à des jeunes, en essayant de leur apprendre ce que sont les valeurs positives. Je ne peux pas voir Schettino distribuer des autographes et donner des conférences dans les universités tandis que le malheureux, mais héroïque Giuseppe Girolamo ne peut plus parler.

Bien qu'il ait offert le meilleur exemple de la solidarité, il a donné sa vie pour sauver un enfant, Giuseppe est un héros silencieux et sans voix.

Qui doit transmettre les valeurs de notre société ?

Nous devons montrer aux jeunes des exemples de valeurs positives comme la solidarité, l'altruisme, la fraternité entre les êtres humains.

Vous devez attribuer la médaille d'or pour acte de bravoure civile au musicien du navire Concordia, Giuseppe Girolamo, qui est mort à trente ans pour céder sa place sur l'embarcation de sauvetage à un enfant."

Antonio Nisita

 
Lundi 13 octobre 2014, Schettino "les manœuvres d'Inchinos étaient écrites noir sur blanc" :

Hier au soir Francesco Schettino a donné sa version sur le naufrage du Costa Concordia et sur le fait qu’il est abandonné le navire lors d’une longue interview dans l’émission "Report" de la RAI 3…

Sur le naufrage, il déclare ce qu’il a toujours dit depuis le début de l’affaire qu’au moment de sa prise de commandement six minutes avant l’impact le navire foncé droit sur l’île. Il a vu les écumes sur les rochers et a donné des instructions pour les éviter. Il démontre cela avec un document (ci-dessous) sa route et celle qu’a compris son timonier.

"J'ai vu les écumes sur les rochers et j'ai mis en place une manœuvre pour les éviter. Je ne peux pas expliquer pourquoi la personne qui était responsable a décidé de ne pas m’informer que nous étions aussi proches de l’île." 

Ensuite sur l’Inchino (la révérence), cette pratique a toujours existé et a été exécutée par les commandants des navires Costa et cela depuis des années. Francesco Schettino fourni même un document officiel le journal de bord pour les passagers "TODAY" de 2011, le commandant à l'époque était Massimo Garbarino, document que posséde Costa Croisières et qui valide cette pratique. Voir la vidéo ci-dessous !

"Les manœuvres d’Inchino, même si elles sont contraires aux règles de navigation, avaient été écrites noir sur blanc dans le programme du conseil d'administration qui remonte à 6 mois avant l'impact. C'était une pratique établie la route était cartographiée et elle était connu de tous officiellement. En bref, l'Inchino a été fait pendant des années et tout le monde le savait même le maire Sergio Ortelli et l’ancien maire de Giglio."

Francesco Schettino, mets aussi en avant les problèmes techniques que rencontrent les navires d’aujourd’hui, avec des pannes à répétitions. Il parle aussi de la grandeur des nouveaux navires qui pour lui sont trop haut par rapport à la ligne de flottaison ce qui fait qu’ils ne seraient pas assez stables.

Sur l’abandon du Costa Concordia, il dit que le navire se couchait sur lui et qu’il a glissé et qu’il est tombé dans la chaloupe et que dans tous les cas il glissait et il serait tombé dans l’eau.

De son côté, Costa Croisières dément les dysfonctionnements des navires Costa et Carnival, et le manque de formation du personnel navigant. Le tribunal de Grosseto (I) a un rapport d’expert qui valide la bonne construction des navires, l’entretient, la formation des membres d’équipage, etc.

 
Mardi 7 octobre 2014, le Tapir d'Or :
Le journal satirique italien "Striscia la notizia", a attribué en quelques jours le "Tapir d’Or", à Domnica Cemortan et à Francesco Schettino. Ce prix est décerné depuis 1996 à une personnalité qui marque l’actualité de manière bizarrement drôle. Même si cette forme de médiatisation d’une affaire d’une extrême gravité va choquer, il faut reconnaître que ce procès devient cocasse.
 
Vendredi 3 octobre 2014, les plates-formes seront supprimées :

La réunion qu’avait programmée le président de la région Toscane Enrico Rossi s’est tenue à Florence. L’engagement a été pris par Costa Croisières de financer et de surveiller la remise en état comme cela était prévu des fonds marins de l’île de Giglio. Les travaux de restauration devraient se terminer à la fin 2015, début 2016. Il est prévu une réunion à la fin de ces travaux de restauration à Rome avec tous les intervenants, "Costa Croisières, Région Toscane, assurances, municipalité de Giglio et Observatoire de surveillance".

Les travaux se dérouleront en quatre phases : La première sera le retrait de tous les matériaux qui jonchent le fond marin. La deuxième le retrait des 1396 sacs de coulis (ciment et produits chimiques). La troisième le retrait (eh oui) des plates-formes. Et enfin le nettoyage complet des sédiments sur le fond marin.

Le président de la région Toscane Enrico Rossi a déclaré : "Il n'y a pas de temps à perdre. L'objectif est de terminer à un certain moment toutes les opérations nécessaires à la restauration de l'environnement des fonds marins, pour redonner à l’île de Giglio sa grandeur et son apparence. C'est pourquoi j’ai demandé de faire un point avec Costa Croisières sur la cohérence et la programmation du travail. Nous devons agir dès que possible pour éviter les dommages par le nettoyage du fond de la mer et du retrait des déchets et des sédiments déposés. Le travail sera réparti dès que possible et sera terminé dans environ un an et demi.

Cela sera financer et pris en charge par Costa Croisières et part un engagement direct de la région pour la reconnaissance à une communauté qui, dans toute cette affaire, du naufrage à l'enlèvement, a donné une belle image de la Toscane et de l'Italie. Nous pensons non seulement à des initiatives visant à revitaliser l'île par le tourisme et la promotion de la qualité de l'offre, mais aussi pour soutenir la viticulture en replantant des cépages autochtones et aussi le développement et la promotion des activités de santé avec le concours de spécialistes. Nous voulons aussi faire de Giglio une île sans carbone, le remplacement de la centrale diesel existant par une production d'énergie renouvelable, sans émissions de CO2. Mais tout cela nous allons en parler bientôt avec les citoyens, les opérateurs économiques et le conseil municipal."

Nous retiendrons dans tout ce programme que la mémoire du naufrage est oubliée, avec le retrait des plates-formes qui fera sûrement plaisir à quelques-uns, mais laissera encore un plus grand vide sur ce lieu où 33 personnes ont perdu la vie.

 
Mardi 30 septembre 2014, encore une, les polémiques se suivent en Italie :

Nouvelle polémique en Italie, après l’affaire de la mise au placard du commandant Gregorio de Falco, de l’ultimatum de Domnica Cemortan envers Francesco Schettino, c’est l’Association nationale en mémoire du Concordia qui pousse un coup de gueule.

L’Association, souhaite pour des raisons de protections de l’environnement, de la mémoire du naufrage et économiques pou l’île de Giglio, que les plates-formes restent en place. Mais aujourd’hui l’Association annonce qu’un consortium a répondu à appel d’offres, et cela, en totale discrétion, et sans que les habitants de l’île ne soient informés, pour le retrait des plates-formes. L’Association menace par la voix de son président Luigi Ruggeri que toute personne qui touchera aux plates-formes sera responsable devant la justice, du fait que pour eux une immense conspiration et un manque de transparence tournent autour de cette affaire.

 
Vendredi 26 septembre 2014, Enrico Rossi, "les plates-formes un symbole pour ne pas oublier" :

Le président de la région toscane Enrico Rossi, a déclaré qu’il avait mis en place une réunion le 2 octobre 2014 à Florence (I) avec Costa Croisières. Cette réunion a pour but la restauration de l’environnement à Giglio et le maintien des plates-formes sous-marines : "Avec Costa Croisières, j'ai mis en place une réunion. Je veux vérifier avec eux et planifier toutes les activités pour compléter la restauration de l'environnement et poursuivre la surveillance. Demandez des engagements et des délais précis."

C’est sur ordonnance du Conseil des ministres qui donnent les pleins pouvoirs au président de la région Toscane pour contrôler la remise en état des lieux terrestres et marins, que cette réunion est mise en place.

En accord avec le maire de Giglio Sergio Ortelli, un plan de surveillance de l’environnement sur cinq ans sera aussi mis en place et cela en collaboration avec l’ARPAT et l’ISPRA.

En ce qui concerne les plates-formes, le président de la région Toscane a déclaré : "Dans la planification de ces activités je pense que nous devons prendre le plus grand compte de la demande formulée par le Conseil de la ville de Giglio sur le désir de garder les plates-formes utilisées pour les opérations de récupération du navire. L'enlèvement des structures installées peut produire de nouvelles blessures sur le fond marin. Nous devons aussi considérer que les plates-formes sont également une référence à la mémoire, un symbole pour nous aider à ne pas oublier la tragédie, comme un lieu de commémorations et aussi un intérêt scientifique pour la plongée et le tourisme. Ils peuvent donc être considérés comme un véritable monument, qui sert de pôle d'attraction et de souvenir d'une tragédie en mer qui a marqué un tournant positif dans l'histoire de la récupération de l'épave."

Le président Enrico Rossi viendra sur l’île de Giglio au mois d’octobre pour valoriser l’île et ses habitants pour les deux années et demie qu’ils viennent d’endurer : "Un geste respectueux envers l'ensemble de la communauté gligliese. Avec eux, je veux parler de l'avenir de l'île et présenter des propositions pour la promotion de la mer, le paysage, la qualité des prestations, mais aussi de soutenir le développement des activités économiques, notamment le tourisme, l'agriculture et l'énergie. Nous voulons faire une île de Giglio, attractive et compétitive."

 
Mercredi 24 septembre 2014, polémiques autour de la mémoire du Costa Concordia :

Une polémique est en train de naître en Italie contre l’Association nationale en mémoire du Concordia. La polémique a débuté après que l’association se soit investie dans le maintien des plates-formes sous-marines qui ont aidé et soutenu le Concordia pour sa rotation et le temps de la préparation au renflouement.

Aujourd’hui l’association veut construire la mémoire historique du naufrage du Costa Concordia, pour les chercheurs, étudiants, historiens, romanciers et cinéastes. Pour cela l’association a fait appel à trois chercheurs diplômés en histoires contemporaines, qui vont devoirs se procurer tous les documents concernant le naufrage.

Mais cela n’est pas du goût de tout le monde, déjà sur l’île de Giglio des voix se font entendre, "Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Les gigliesis veulent oublier, pas les victimes, pas les rescapés qui resteront à jamais dans nos cœurs !!"

Comme me le laisser entendre aussi une rescapée française concernant le site Le Concordia, "Les rescapés et familles de victimes le font de façon individuelle, en limitant l'exposition à des moments primordiaux ou indispensables sans chercher à utiliser ce drame comme une vitrine. Personne n'a jamais oublié le Titanic, et pourtant il n'y avait ni internet, ni réseaux sociaux, ni la même couverture médiatique que nous avons actuellement ;  donc, personne n'oubliera le Concordia, avec ou sans leconcordia.fr d'ailleurs."

Par des maladresses et des erreurs, j’ai blessé des personnes, j’en suis désolé et je pense que comme le site Le Concordia, l’Association nationale en mémoire du Concordia, veut aller vite, trop vite peut être, sans prendre en considération l’avis des personnes directement concernaient.

À trop vouloir donner de détails, trop de précisions, trop de mémoire, trop de tout, on ne s’aperçoit pas que l’on blesse des personnes qui sont encore dans la souffrance et dans le deuil !

Notre chemin à tous ceux qui veulent construire la mémoire historique de ce naufrage sera long, très long, et nous devons le parcourir en douceur, sans blesser, sans bafouer et sans aucun intérêt personnel. Mais il faut aussi comprendre que cela est un énorme travail, un travail de recherches, un travail de tous les instants, un travail qui s’apprend au fil des jours et qui ne s’improvise pas, un travail qui prend sur notre vie privée et qui perturbe nos vies familiales. Nous faisons cela par passion, et la passion ne s’explique pas, mais elle prend une immense place dans notre vie de tous les jours !

On ne s’improvise pas historien ou porte-voix d’une mémoire ! On doit accompagner et non pas forcer, on doit soutenir, mais non pas imposer. Chacun a sa vision des choses, mais ne perçoit pas toujours la vision de l’autre surtout quand il n’est pas dans la souffrance et le deuil, ce qui est notre cas et nous devons en tenir compte et savoir trouver notre place…

Marco MANNELLA

 
Jeudi 18 septembre 2014, communiqué de presse de l'Association nationale en mémoire du Concordia :
Le conseil d'administration de "l’Association nationale en mémoire du Concordia" composé de Luigi Ruggeri, Giorgio Padoan et Italo Ferraro, a décidé que la conception du mémorial devra consacrer l'une des six plates-formes de plongée, positionnée sur le fond marin de l'île de Giglio, pour le parbuckling de l'épave du Costa Concordia, pour les personnes qui ont rendu possible ce travail colossal, sans précédent dans l'histoire de la navigation, sans égal dans la récupération d'épaves, de l'ingénierie off-shore "faite sur mesure ", comme jamais auparavant et jamais d’une telle complexité technique, d’une telle stratégie et d'une telle organisation de plongée sous-marine. On peut y ajouter d’autres nombreux aspects que seule la reconstitution historique de l'événement pourra ancrer solidement dans les références de la mémoire, qui sont tout aussi impressionnant et durable, et que précisément le Mémorial nous fera connaître au fil du temps, c’est un héritage pour les générations futures.

Des objets seront aussi placés sur le monument, pour les visiteurs du musée qui resteront sur la terre ferme, cela est aussi prévu dans nos statuts. Nous voulons aussi rappeler à ceux qui plongeront, les visiteurs du Mémorial, les noms des entreprises qui sont intervenues : Micoperi et son propriétaire Silvio Bortolotti, Marino Rosetti de la Marine de Ravenne, du Consortium de Giglio et de ses sous-traitants et opérateurs : Titan Salvage à Houston, Rana Diving de Ravenne, ses plongeurs et le chef des opérations Alessandro Bosco, du Centre hyperbare de Ravenne et son directeur médical le Dr Pasquale Longobardi, de l’ingénieur Giovanni Ceccarelli de Ravenne, et les noms de toutes les entreprises et l'ensemble du personnel qui ont travaillé à Giglio pendant ces deux années et qui seront inscrit par le nom, le nombre de personnes et les sociétés mondiales à qui ils appartiennent. Une grande équipe qui en parfaite harmonie a constitué l'orchestre qui pendant deux années, a joué la libération de l’île de Giglio du chaos du Costa Concordia.

Au fil du temps sera rappelée la tragédie du naufrage, et un rapport sera dédié à une autre des plus petite des six structures qui mettra davantage l'accent sur la rédemption de l'homme et de la société à se libérer de leurs maux.

Démolir le mémorial ne serait pas seulement un préjudice aux gigliesi qui se verraient privés de la possibilité d'une grande attraction touristique, bon pour toutes les saisons, mais un affront à toutes les personnes de bon sens et de sentiments sains qui regardent vers l'avenir, plutôt que de regarder un présent qui se termine.

 
 
Vendredi 12 septembre 2014, l'Association nationale en mémoire du Concordia :
L’association nationale en mémoire du Concordia a créé sa page Facebook, et bientôt elle disposera d’un site internet à ce jour encore en construction. Le site Le Concordia vous donne les deux liens concernant cette association :
 
Jeudi 11 septembre 2014, l'état d'urgence du Costa Concordia :
Franco Gabrielli était hier mercredi à16 h 30 à Hôtel Saraceno de Giglio porto, il a remercié comme prévu la population de l’île de Giglio. Il a annoncé que la clôture de l'état d'urgence du Costa Concordia se ferait le 13 ou le 14 septembre par la passation des pouvoirs entre la région toscane pour Giglio et la région ligure pour la ville de Gênes. C’est à cette date qu’est prévue la dernière phase des négociations entre les entreprises privées intervenantes à Giglio et l'État italien pour la remise en état des fonds marins et donc le feu vert du ministère de l’Environnement. Il a aussi informé la population que ce jour était le dernier ou il venait en tant que commissaire au gouvernement et que la prochaine fois il viendrait en tant que simple visiteur, et cela, avec un grand plaisir. L’état d’urgence du Costa Concordia avait été déclaré par le décret Nº 3998 le vendredi 20 janvier 2012, par Mario Monti le chef du gouvernement italien de l’époque, qui par là même avait nommé Franco Gabrielli commissaire au gourvernement à l'urgence.
 
Mardi 9 septembre 2014, clôture de l'état d'urgence du Costa Concordia :
Le mercredi 10 septembre le chef de la Protection civile et commissaire au gouvernement italien pour l’état d’urgence du Costa Concordia Franco Gabrielli sera en visite à l’île de Giglio. Cette visite se fera en présence de la Présidente de l’Observatoire de surveillance pour le retrait du Costa Concordia Maria Sargentini et du maire de l’île de Giglio Sergio Ortelli. Le but de cette visite est de remercier au nom du gouvernement italien la population de Giglio pour leur implication, l’accueil et l’aide qu’ils ont apportée depuis plus de 30 mois dans cette terrible catastrophe et le retrait du navire de l’île. Par là même le chef de la Protection civile clôturera définitivement l’état d’urgence du Costa Concordia, bien que le procès de l’unique responsable Francesco Schettino lui se poursuivra à Grosseto dès le 22 septembre.
 
Lundi 8 septembre 2014, risque de grave pollution à Giglio ?
L’Association Nationale du Mémorial Concordia s’inquiète par la voix d’un de ses responsables Luigi Ruggeri, du risque de grave pollution sous-marine qu’entraînerait la suppression des milliers de sacs de coulis à Giglio. Ces sacs de coulis qui sont composés de mortier et de produits chimiques hautement polluants avaient été déposés entre les rochers et la coque du Costa Concordia pour faire un sol plat artificiel, chaque sac est pourvu d’œillets qui facilitent l’accrochage et donc le retrait. Mais des sacs de coulis ont pu être abîmés lors de la rotation et du retrait du Costa Concordia, dans ce cas le rejet au moment du retrait de ces sacs dans la mer de ce mélange chimique provoquerait une pollution largement supérieure à la pollution des produits qui se trouvaient dans le navire au moment de son retrait. L’association demande que soit mis en place un plan de protection maximum pour que chaque sac soit retiré avec une très grande précaution et qu’ils soient le cas échéant enveloppés dans une nouvelle enveloppe avant d’être remonté à la surface pour évité tous risques de déchirure et d’éclatement, se qui aurait une incidence catastrophique pour la faune et la flore sous-marine de Giglio.  
 
Vendredi 5 septembre 2014, l'Association nationale en mémoire du Concordia :
Des plongeurs professionnels de "Ravenne", ville de la région d’Émilie-Romagne en Italie, ont créé l’Association nationale en mémoire du Concordia. Cette association a pour but de conserver un mémorial du naufrage du Costa Concordia à Giglio. Leur premier travail va être de convaincre les autorités italiennes de garder en place les plates-formes qui ont servi au redressement du Costa Concordia et son maintien jusqu’à son renflouement et son départ pour Gênes. Ce mémorial deviendrait un lieu de plongée et d’étude pour toutes les associations et écoles sportives de plongée du monde et même pour les plongeurs professionnels. Ces plates-formes pourraient s’enrichir d’objets ou de plaques commémoratives concernant la mémoire des disparues. Des commémorations annuelles en plongée pourraient aussi être étudiées, ou simplement un dépôt de gerbes fleuries, messes, etc. en bateau pour les familles des victimes.

Ravenne - La préservation des structures sous-marines utilisées dans les travaux de redressement de l'épave du "Costa Concordia" sur le fond marin de l'île de Giglio, où le naufrage a eu lieu est le premier objectif de l’association nationale en mémoire du Concordia, récemment née à Ravenne par un groupe de plongeurs professionnels, afin d'encourager un mouvement d'opinion favorable à cet effet. "Les structures impliquées sont un exploit historique et la mémoire concrète de l'événement pour la postérité, l'immense engagement industriel qui était nécessaire pour l'enlèvement de l'épave et l'énorme engagement de l'homme dans un ouvrage qui n'a pas d'égal dans le monde et l'histoire de l'humanité. Nous voulons donc, à partir de maintenant et à l'avenir, que les plongeurs et les techniciens de partout dans le monde, puissent disposer des installations pour effectuer des inspections sur le terrain et pour l'amour de la connaissance, le respect de la mémoire, le tourisme et la science, comme c’est le cas pour toutes les épaves dans le monde, qui ont toujours des amoureux, des passionnés et des personnes concernées par la mer, pour le sport et pour le travail".

Pour l'association, "le site du fond marin de Giglio doit être préservé de la destruction, et même enrichi avec des plaques et des objets qui peuvent représenter la mémoire des morts et des disparus dans la tragédie et du plongeur qui est tombé lors de l'opération de récupération, dans les phases de la tragédie, et les étapes de la récupération et les protagonistes qui ont été engagés comme il sied à un véritable monument. Compte tenu de la taille des structures immergées, l'association estime également consacrer une large place à la mémoire des victimes et au plongeur mort dans son travail et cela en permanence et de l'espace à consacrer à la plongée sous-marine pour des cérémonies commémoratives. Nous travaillons rapidement, parce que le Memorial Concordia doit devenir un pôle d'attraction pour la plongée et pour les activités des écoles de plongée et clubs sportifs à travers le monde en souvenir d'une tragédie en mer qui a marqué l'histoire de la navigation et de l'ingénierie sous-marine en Italie et dans le monde ".

 
Jeudi 21 août 2014, les plates-formes une petite Atlantide à Giglio :

Un débat s’est engagé depuis plusieurs semaines à Giglio, le non-démantèlement des 6 plates-formes sous-marines qui ont servi à soutenir le Costa Concordia pendant dix mois. Les groupes du conseil municipal "Progetto Giglio et Orgoglio Gigliese" de l’île ont présenté cette proposition qui a été approuvée par le maire et le conseil municipal.

Pour le maire Sergio Ortelli l’idée serait de faire un projet du style une petite Atlantide, qui permettrait de garder un lieu de mémoire du naufrage et des 30 mois de la présence du Costa Concordia sur l'île. Mais le maire de Giglio souhaite que cela ne pose aucune restriction ou interdiction de baignade. De son côté, Costa Croisières ne serait pas contre ce projet qui permettrait de faire une économie de 10 millions d’euros. La municipalité voit aussi au travers de ce maintien une attractivité touristique non négligeable…

L’idée par elle-même n’est pas saugrenue, mais dans quel but ? Que des fans de plongée viennent explorer ce lieu de mémoire ? Ou alors poser un mémorial qui pourrait appartenir au Costa Concordia et visible de l’île ? La seule chose qui est certaine c’est que les scientifiques en océanographie pourront utiliser ce récif artificiel pour étudier le comportement et la réimplantation (comme les moules géantes) de la faune et de la flore marine avec cet intrus d’acier. Mais dans le cas d’un échec qui déboursera les 10 millions d’euros pour la suppression des plates-formes ? Grazie GiglioNews

 
Dimanche 17 août 2014, Schettino un livre sur la nuit du naufrage :
Selon le journal français le JDD, Francesco Schettino songerait à écrire un livre sur le naufrage du Costa Concordia, livre où il expliquait sa vérité. Cette idée lui aurait, toujours selon le média français, proposé par l’éditeur napolitain Pietro Graus
 
Vendredi 15 août 2014, "la balena bianca" (la baleine blanche) laisse un grand vide :

Le vide ! Il manque quelque chose dans le paysage de Giglio aujourd’hui…

Certains touristes demandent l’endroit où se trouvait le Costa Concordia, d’autres vous n’avez pas des souvenirs ?

D’après certains médias italiens, les panneaux avec chambre à louer n’ont jamais été aussi nombreux pour un mois d’août sur l’île, il y a aussi beaucoup d’annulations depuis que le Costa Concordia a quitté Giglio.

La grosse baleine blanche a quitté Giglio, mais aussi avec elle plus de 400 techniciens, des centaines de touristes journaliers qui venaient voir la bête couchée sur son flanc, puis à moitié engloutie dans les eaux turquoise de Giglio.

Terminé aussi les unes des journaux télévisés, presses écrites et radios, nationales et internationales, tout ce petit monde qui remplissait les cafés, hôtels, restaurants, commerces !

Le maire Sergio Ortelli, se veux et avec raison, rassurant, le tourisme d’avant le naufrage va revenir, oui, mais quand ? Idem pour Enrico Rossi le président de la région toscane…

Comme le dit un média italien, le cordon ombilical entre le Costa Concordia et les gigliesis ne sera jamais coupé ou peut-être dans cent ans ! Il faudra qu’ils apprennent à vivre autrement, en racontant comment un soir d’hiver 2012, ils ont accueilli des milliers de rescapés, comment ils ont vécu les secours, les recherches, les familles éplorées, la rotation, le renflouement et le départ de la baleine blanche !

Ils ont salué le départ du Costa Concordia avec un mouchoir à la main, départ qui semblait annoncer des jours meilleurs, mais comme pour un parent un peu imposant et encombrant, ils pleurent aujourd’hui son absence en sachant qu’il ne reviendra jamais ! Il est parti, loin de Giglio en emportant dans ses entrailles les âmes des 33 victimes qui elles n’ont plus ne reviendront jamais à Giglio…

Ciao la Costa Concordia !

 
Mercredi 6 août 2014, Francesco SCHETTINO donne un cours sur la gestion de la panique :
Selon le journal italien La nazione, Francesco Schettino aurait donné le 5 juillet 2014 un cours de deux heures à l’Université de médecine de La Sapienza à Rome (It) devant des étudiants en master de criminologie sur la « Gestion de la panique ». "J’ai été invité comme expert et j’ai illustré aux étudiants la gestion du contrôle de la panique. Je sais comment se comporter dans ce genre de cas, comment il faut réagir quand l’équipage se compose de nationalités différentes." Les responsables de l’université sont choqués d’apprendre qu’un enseignant de la faculté est pu prendre une telle initiative.
 
Jeudi 10 juillet 2014, Francesco SCHETTINO inaugure la chaîne de TV CODACONS :
Francesco SCHETTINO est le premier invité et il participe à l’inauguration de la chaîne de TV de l’association italienne CODACONS.
 
Mardi 2 avril 2014, la médaille d'Or du mérite pour la capitainerie de Livourne (It) :
La médaille d’Or du mérite a été donnée par la ministre de la Défense Roberta Pinotti à la direction de la marine toscane de Livourne (It) pour son intervention et son implication lors du naufrage du Costa Concordia et les jours qui on suivit. La cérémonie de remise aura lieu le jeudi 3 avril à la gare maritime de Livourne (It)…
 
Haut de page

Marco Mannella

Contact site et mentions légales